anipassion.com
40 is the new sexy :: Espace détente :: Les vieux papiers :: Anciens rpPartagez
THE talk ! [Lizzie]

Gabi Rosenthal
♔ L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Gabi Rosenthal

Age : 17
Né.e le : 05/05/2002
Messages : 710
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : Un peu plus de 1 an
Points : 2566
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] EmptyJeu 12 Juil - 2:01

Depuis plusieurs jours, je ne cessais de réfléchir encore et encore à une question... Le sexe ! Je m'amusais beaucoup à faire croire à papa que je n'étais plus vierge, mais c'était pourtant bien le cas et à vrai dire ça commençait à me poser soucis. La majorité de mes copines avaient déjà passé le pas depuis longtemps !
Mon copain commençait à s'impatienter et sexy à mort comme il l'était, je ne savais pas trop ce qui me retenait de céder... Nous avions plusieurs fois manqué de le faire, mais je m'étais toujours dégonflée une fois sa main sous mon haut ou mon chemisier retiré... J'avais peur qu'à force il se lasse et aille voir ailleurs ! Ce qu'il faisait déjà allègrement en soi mais ça bien sûr, je l'ignorais...

Ma décision était prise ! J'allais le faire ! Enfin je crois... C'était con d'avoir peur après tout ! Si tous les films et séries en faisaient tout un foin depuis la nuit des temps et que 50 Shades of Grey était best saler ça devait bien être pour une raison ! Puis faudrait bien que j'y passe un jour !
Mais il fallait que j'en sache un peu plus avant... Je voulais pas en parler avec mes copines ! Bonjour la honte si elles savaient que moi, Gabi Rosenthal, la nana populaire par excellence n'avait pas encore couché avec son copain !  
En parler à maman... Oui mais non... Ca serait un peu bizarre de parler de sexe avec elle... Puis je la connaissais, elle me dirait que j'avais le temps, que j'étais trop jeune, blablablabla.
Papa j'en parlais même pas. Bonjour le flippe, il me consignerait à vie avec une ceinture de chasteté dont il avalerait la clé...
Nan, la seule avec qui je pouvais parler de ça, c'était ma tante Elizabeth !

Mon cours de patinage terminé, je rassemblai donc mes affaires que j'enfermai dans mon casier, récupérai ma tenue d'entrainement que je fourrai dans mon sac de sport afin de la laver et me mis en route pour Aldstadt, mes écouteurs sur les oreilles.
Le quartier où vivait ma tante n'était pas trop loin de la patinoire municipale. Un petit quart d'heure tout au plus en bus. Une fois arrivée devant chez elle, je sortis les clés qu'elle m'avait donné et entrai dans son immeuble.

Je ne me sentais pas vraiment nerveuse. Discuter avec ma tante était simple. Elle me comprenait elle au moins et ne me jugeait jamais. Déjà petite lorsqu'elle me gardait j'adorais passer du temps avec elle ! Je réclamais même parfois du haut de mes 5 ou 6 ans à ce qu'ils sortent plus souvent afin que tata vienne à la maison jouer avec moi !
Mais ce fut lorsqu'elle vint vivre à la maison pendant quelques mois après avoir quitté son mari violent que notre lien avait vraiment grandi. J'aimais à me dire que je l'avais un peu aidée dans cette période difficile pour elle. Je n'étais pas au courant de toute l'histoire bien sûr car les adultes n'en parlait jamais devant mon frère et moi, mais j'avais chopé des bribes de conversations entre elle et papa...
J'avais été TELLEMENT contente lorsqu'elle m'avait annoncé qu'elle allait s'installer à Hamburg définitivement et non retourner en Bavière !
Sans frapper, j'introduisis ma clé dans la serrure et poussai la porte :


- Tata ?

Je refermai le battant de mon talon tout en posant mon sac parterre.

- Tata t'es là ? Si t'es avec ton amant rhabille-le !
appelai-je en riant.

Sans attendre de réponse, je me dirigeai vers le salon, espérant peut-être l'y trouver.

♔♔♔


Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

THE talk ! [Lizzie] Jessev10 THE talk ! [Lizzie] Gabiva10 THE talk ! [Lizzie] Hansva10


Dernière édition par Gabi Rosenthal le Lun 23 Juil - 1:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Elisabeth Rosenthal
Admin sexy ♔ Heureuse pour mon âge
Elisabeth Rosenthal

Age : 36
Né.e le : 24/02/1983
Messages : 435
Métier : Juge du siège au tribunal régional supérieur d'Hambourg, elle voit passer quotidiennement dans sa salle d'audience le meilleur, parfois et le pire, souvent.
A Hamburg depuis : Cela fait déjà neuf mois que Lizzie a débarqué sur le quai de la gare d'Hambourg, trois valises à la main et son khôl dégoulinant sur ses paupières cernées.
Points : 1133
Date d'inscription : 24/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t694-lizzie-es-muss-sein
THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: Re: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] EmptyDim 15 Juil - 0:52



THE TALK
LIZZBI







Assise sur le carrelage glacé de sa salle de bain, Lizzie prit une grande inspiration. Elle ferma les yeux un instant tandis que sa mâchoire se contractait. Elle savait qu’elle allait souffrir. Elle sentait déjà les décharges électriques se promener le long de sa peau, la chaleur diffuser dans ses chairs et la douleur se répandre dans son corps. De profondes questions existentielles tourmentaient son esprit. Pourquoi s’infligeait-elle un tel supplice ? En quel honneur et de quel droit ? Elle était faible. Elle était faible car elle ne parvenait ni à se défaire du terrible joug que lui imposait cette foutue société patriarcale, ni à assumer avec courage le chemin qu’elle avait décidé d’emprunter. La magistrate souffla puis ouvrit les yeux. Le moment était venu d’en découdre. Elle n’avait guère le choix, il était désormais trop tard pour faire machine arrière. Lizzie gonflait à nouveau ses poumons lorsqu’elle entendit sa porte s’ouvrir. Elle se figea brusquement, le coeur tachycarde et les sens aux aguets. La voix délicate de sa nièce s’éleva soudain depuis l’entrée. Il fallait sérieusement que quelqu’un apprenne à cette impertinente le fonctionnement d’une sonnette. La brune leva les yeux au ciel puis tira d’un coup sec sur la bande de cire orientale collée à son maillot.

Liz lâcha un cri étouffé mêlé à une succession de jurons des plus inventifs puis se releva et attrapa son jean. « GABIIII ! » Elle enfila son pantalon tout en se dirigeant vers son salon. Lorsqu’elle aperçut le charmant minois de sa nièce, elle mit ses mains sur ses hanches et haussa les sourcils. « Chérie, je t’ai donné cette clé pour que tu puisses me retrouver avant que je sois complètement décomposée le jour où je ferai un coma éthylique dans ma cuisine histoire que je sois présentable devant les pompiers, pas pour que tu t’épargnes la peine de toquer à la porte. » Lizzie marqua une brève pause puis fit une grimace.  « Ne répète pas à ton père que je te dis des trucs comme ça. » La magistrate oubliait régulièrement que sa nièce avait dix-sept ans et qu’elle n’était pas une de ses copines délurées avec qui elle pouvait parler bons coups, beuveries et vibromasseurs. Elle invita Gabi à s’assoir d’un geste de la main et s’échappa dans la cuisine pour en revenir quelques instants plus tard avec des cookies, une théière et deux tasses sur un plateau qu’elle posa sur la table basse. Tandis qu’elle servait le thé, elle interrogea sa nièce sur le motif de sa venue.   « Que me vaut le plaisir de ta visite ? » Elle ne pouvait s’empêcher de ressentir une forme d’appréhension, craignant qu’elle lui fasse l’aveu d’une nouvelle frasque qui la mettrait dans une position inconfortable vis-à-vis de son frère. Avec Gabi Rosenthal, il fallait s’attendre à tout.




♔♔♔

NO ALARMS AND NO SURPRISES
▬▬▬ A heart that's full up like a landfill, A job that slowly kills you, Bruises that won't heal. You look so tired and unhappy, Bring down the government, They don't, they don't speak for us. I’ll take a quiet life, A handshake of carbon monoxide, And no alarms and no surprises. ➸➸➸
Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
♔ L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Gabi Rosenthal

Age : 17
Né.e le : 05/05/2002
Messages : 710
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : Un peu plus de 1 an
Points : 2566
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: Re: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] EmptyMar 17 Juil - 0:48


J'adorais venir ici. Déjà parce que c'était chez ma tante et que je l'adorais, mais aussi parce que ça reflétait la vie que je voulais plus tard. L'appart était canon, décoré avec goût et dans un immeuble qui avait une classe incroyable.
Tata pouvait sortir de cet endroit telle Carrie Bradshaw quittant son penthouse jour après jour, lookée à mort et lunettes de soleil sur le nez ! J'imaginai aisément les têtes des mecs se tordre sur son passage...

Lorsque je l'entendis crier mon prénom, je souris et la cherchai du regard. Raté ! Elle n'était pas au salon. Au lieu de ça, elle arriva en trombe depuis le salon tout en boutonnant son pantalon... Je l'observai avec un sourcil relevé, puis laissai un sourire équivoque apparaitre au coin de mes lèvres :

- Je tombe mal...?

Tata flanqua ses mains sur ses hanches et me balança une de ses tirades qui n'appartenait qu'à elle. Je pouffai de rire et vint l'embrasser avant que le mot "taboo" ne sorte.

- Ha t'inquiète pas... De toute façon ça entrerait par une oreille et ressortirait par l'autre aussitôt...

Comme chaque fois que je lui parlais d'ailleurs... C'était quand même fou la différence entre mon père et ma tante. Lizzie comprenait tout, papa ne comprenait rien... C'était à se demander comment elle pouvait être aussi cool, et lui aussi naze !
Chaque fois que je parlais avec lui, ou plutôt me disputais avec lui, il n'entendait que ce qu'il voulait entendre ! A croire qu'il en faisait exprès ! Il ne m'écoutait jamais...

Je m'assis en tailleur sur le canapé lorsqu'elle m'y invita et attendis qu'elle revienne de la cuisine, un plateau chargé de thé et de biscuits. C'était facile de me confier à ma tante, mais la le sujet était quand même un peu délicat et je ne savais pas vraiment comment l'aborder...  
Mes doigts tordant nerveusement mon t-shirt, j'attendis qu'elle prenne place près de moi tout en mordillant légèrement ma lèvre inférieure. Pour une fois, je ne me jetai pas sur les cookies tout de suite...

- Bah... En fait euh...

Nous discutions souvent, de beaucoup de choses, en tête à tête ou par téléphone, mais là c'était quand même une première... J'ignorais si comme papa - auquel je prenais un malin plaisir à faire croire que je n'étais plus vierge -, Lizzie me croyait déjà dépucelée, mais j'imagine que j'allais vite avoir ma réponse...

- A quelle âge c'était ta première fois ?

Oui voilà c'était bien ça pour lancer la conversation ! La bombe lâchée, je me détendis enfin et attrapai nonchalamment un gâteau.
Comme quoi, il fallait simplement sortir les premiers mots !

♔♔♔


Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

THE talk ! [Lizzie] Jessev10 THE talk ! [Lizzie] Gabiva10 THE talk ! [Lizzie] Hansva10
Revenir en haut Aller en bas

Elisabeth Rosenthal
Admin sexy ♔ Heureuse pour mon âge
Elisabeth Rosenthal

Age : 36
Né.e le : 24/02/1983
Messages : 435
Métier : Juge du siège au tribunal régional supérieur d'Hambourg, elle voit passer quotidiennement dans sa salle d'audience le meilleur, parfois et le pire, souvent.
A Hamburg depuis : Cela fait déjà neuf mois que Lizzie a débarqué sur le quai de la gare d'Hambourg, trois valises à la main et son khôl dégoulinant sur ses paupières cernées.
Points : 1133
Date d'inscription : 24/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t694-lizzie-es-muss-sein
THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: Re: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] EmptyVen 20 Juil - 4:22



THE TALK
LIZZBI







Lizzie laissa échapper un soupir en réaction à la petite remarque acerbe à peine dissimulée de Gabi qui faisait référence au manque d’attention de son cher paternel à son égard. La souffrance qui rongeait l’adolescente était tellement criante qu’elle provoquait systématiquement chez la cadette Rosenthal une réaction émotionnelle mêlant douloureuse empathie affective et profonde compassion, cette dernière prenait inévitablement sa densité dans ses propres failles et venait se couronner d'un terrible sentiment d'impuissance. Elle préféra ne pas rebondir directement ce soir-là sur ce thème qui faisait déjà l’objet de conversations régulières entre elles. Nul besoin de raviver sans cesse des plaies déjà bien trop vives. D’autant plus, il lui semblait bien que l’adolescente avait déjà une autre idée derrière la tête susceptible d’apporter suffisamment de sel à sa visite. Elles allèrent donc s’installer au salon autour de quelques gourmandises.

Elisabeth s’efforça durant quelques instants de trouver une position lui permettant d’aérer quelque peu son entrejambe en feu sans perdre de sa légendaire distinction tandis que Gabi semblait chercher ses mots. C’est alors que la question fatidique tomba comme une chape de plomb sur la conversation. Lizzie se figea et releva des yeux écarquillés vers sa nièce. Elle se doutait bien que l’expression d’un intérêt soudain pour un sujet aussi sensible n’avait rien d’anodin. Elle s’attendait à devoir un jour aborder le thème du sexe avec Gabi, elle lui avait d’ailleurs déjà lancé quelques perches par le passé afin de l’assurer que sa porte était ouverte si jamais la « chose » venait à la tarauder. Lizzie avait bien remarqué ses provocations récentes ayant pour but de faire comprendre à l’ensemble de la famille qu’elle avait effectivement une libido fonctionnelle. Elle supposait qu’il y avait derrière son comportement autre chose que ses hormones en rut, elle-même avait souvent usé de sa féminité naissante pour attirer l’attention. Lizzie ne se doutait toutefois pas que sa nièce envisageait sérieusement de franchir le pas comme le laissait présager une telle question. Une forme d’anxiété, d’appréhension envahit la brune, elle savait que le discours qu’elle serait amenée à tenir aurait un impact décisif sur l’adolescente qui était déjà suffisamment perdue et traumatisée en l’état. Il était absolument crucial qu’elle soigne son approche et qu’elle choisisse ses mots avec soin. Elle attrapa sa tasse de thé et haussa les sourcils. « J’avais dix-neuf ans. »  

Quelques secondes s’égrenèrent. Lizzie prit une gorgée de liquide brûlant dans une apparente décontraction. Elle savait pertinemment que Gabi était avide de détails et elle avait bien évidemment prévu de lui en donner quelques uns, Liz préférait néanmoins démasquer davantage les intentions de l’adolescente afin de s’y adapter plutôt que de mettre la charrue avant les boeufs et de la braquer. La brune déposa la tasse de thé sur sa petite assiette. « D’où te vient cet intérêt soudain pour la vie privée de ta vieille tante ? » Elle esquissa un sourire détendu afin de lui faire comprendre que sa curiosité ne l’embrassait pas le moins du monde et qu’elle était tout à fait disposée à poursuivre cette conversation.




♔♔♔

NO ALARMS AND NO SURPRISES
▬▬▬ A heart that's full up like a landfill, A job that slowly kills you, Bruises that won't heal. You look so tired and unhappy, Bring down the government, They don't, they don't speak for us. I’ll take a quiet life, A handshake of carbon monoxide, And no alarms and no surprises. ➸➸➸
Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
♔ L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Gabi Rosenthal

Age : 17
Né.e le : 05/05/2002
Messages : 710
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : Un peu plus de 1 an
Points : 2566
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: Re: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] EmptyLun 23 Juil - 14:26

Aïe... Finalement, la conversation n'allait peut-être pas être si simple que ça... La GRANDE question lâchée, je devinai que le raisonnement fusait déjà dans l'esprit affûté de ma tante, jusqu'à l'inexorable conclusion.
Evidemment, elle comprit vite ce de quoi je voulais l'amener à parler... Elle se figea et écarquilla les yeux, ne s'attendant visiblement pas du tout à avoir cette conversation là aujourd'hui, ou même cette année...
En temps normal j'aurais éclaté de rire devant sa tête, mais là je m'abstins. Je mordillai ma lèvre inférieure, tique que j'avais lorsque je me sentais légèrement nerveuse, attendant qu'elle dise quelque chose...
Ca ne lui ressemblerait certes pas, mais je craignais soudain qu'elle me dise qu'il était peut-être encore un peu tôt pour avoir LA conversation, comme l'aurait sans doute fait ma mère...
Hors quand j'avais quelque chose en tête, c'était foutu. Je ferai les choses avec ou sans aide et Lizzie me connaissait assez pour le savoir. Du coup, j'avais bon espoir que sa surprise passée, elle réponde à mes questions avec honnêteté et sincérité, sans chercher à me "balader" ou à me détourner de la chose. Du moins pas ouvertement. Ma tante était bien plus maligne que ça...
De plus elle m'avait toujours laissé entendre que lorsque le sujet du sexe commencerai à me titiller, sa porte serait grande ouverte. Hors là, j'étais au delà du titillement. J'avais pris ma décision. J'allais passer le pas - peut-être pas pour les bonnes raisons - avec Häns', mais je voulais en savoir plus avant de me lancer.

La surprise de ma question passée, tante Liz ne tarda pas à retrouver sa contenance légendaire tout en attrapant sa tasse de thé légèrement fumante.
Dix-neuf ans... C'était plus âgé que moi...
J'attendais la suite. J'attendais des détails et mon regard intense fixé sur elle le lui criait. Elle s'en amusa, me demandant d'où me venait soudain mon intérêt pour sa vie sexuelle. Je souris à mon tour, rassurée par son air détendu et nonchalant.
Ouf... Elle venait effectivement d'ouvrir la porte en grand. Ici et maintenant dans ce salon, tout pouvait être dit.

- Je ne peux parler de ça qu'avec toi... Tu sais comment est maman... Et papa je n't'en parle même pas... Il me consignerait à vie.

J'étais très complice avec ma mère aussi, mais aborder le sexe avec elle, c'était même pas envisageable... Elle m'écouterait probablement, mais quelque part je pense qu'elle ferait en sorte de chercher à me détourner de mes plans. Pour elle, j'étais encore son bébé...
Hors ma décision était prise, j'allais le faire ! Donc elle ne me serait d'aucune aide. Puis je me voyais mal écouter ses anecdotes en matière de sexe tout en sachant que le seul amant de sa vie avait été et était toujours papa... Il y avait des choses à ne pas savoir sur ses parents !
Yerk ! Glauque !

- Y'a ce garçon avec qui je sors depuis quelques temps. T'as du l'apercevoir à la fête du port... Il est super canon et tout, mais là de plus en plus il s'impatiente. Il veut qu'on le fasse. J'ai tenté plusieurs coups, sauf qu'à chaque fois, je me dégonfle et je ne sais pas pourquoi.

Franchement je devais avoir un problème... Ca ne me ressemblait pas en plus de reculer devant quelque chose.
Toutes les filles du lycée lorsqu'elles le voyaient passer me voir, m'enviaient et gloussaient en me disant à quel point j'étais chanceuse d'avoir un mec pareil dans mon lit.
Sauf qu'on y faisait pas grand chose dans le lit ! Et ça commençait à le lasser, voir à l'énerver...

- Je pense que j'ai besoin que tu me racontes un peu... J'ai entendu de tout de la part de mes copines mais je t'avoue qu'avec elles, c'est un peu compliqué de discerner le vrai du faux. A les écouter elles sont toutes des succubes irrésistibles...
Si on le fait pas il risque aller voir ailleurs tu comprends ?


Je n'étais pas à Hamburg depuis si longtemps que ça, mais je n'avais pas mis beaucoup de temps avant de me faire remarquer aussi bien au lycée que dans le quartier par les garçons. J'étais riche, loin d'être bête, le patin à glace ça les faisait tous fantasmer et en plus, j'avais hérité de la beauté "made" Rosenthal.
Je pouvais avoir relativement tous les mecs de mon âge que je voulais, mais c'était Hänsel qui m'intéressait, évidemment...
Celui duquel j'aurais mieux faire de rester très loin.

♔♔♔


Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

THE talk ! [Lizzie] Jessev10 THE talk ! [Lizzie] Gabiva10 THE talk ! [Lizzie] Hansva10
Revenir en haut Aller en bas

Elisabeth Rosenthal
Admin sexy ♔ Heureuse pour mon âge
Elisabeth Rosenthal

Age : 36
Né.e le : 24/02/1983
Messages : 435
Métier : Juge du siège au tribunal régional supérieur d'Hambourg, elle voit passer quotidiennement dans sa salle d'audience le meilleur, parfois et le pire, souvent.
A Hamburg depuis : Cela fait déjà neuf mois que Lizzie a débarqué sur le quai de la gare d'Hambourg, trois valises à la main et son khôl dégoulinant sur ses paupières cernées.
Points : 1133
Date d'inscription : 24/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t694-lizzie-es-muss-sein
THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: Re: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] EmptyMer 25 Juil - 20:19



THE TALK
LIZZBI







Lizzie écouta calmement sa nièce préciser ses attentes vis-à-vis de cette conversation qui s’annonçait mémorable. Elle se reconnaissait dans les paroles de l’adolescente. Ces interrogations et ces doutes traversaient la majorité des jeunes filles de cet âge et la cadette Rosenthal n’avait pas fait exception à la règle. Contrairement à Gabi toutefois, elle n’avait à l’époque guère d’oreille attentive à qui se confier. Liz repensa aux erreurs qu’elle avait pu commettre avec une certaine amertume. La mémoire de sa propre expérience suscitait encore en elle une forme de sentiment honteux qui la poussait systématiquement à enjoliver le récit de sa première fois lorsqu’elle y faisait allusion. Ce jour-là, cependant, le degré de sincérité de son témoignage portait un enjeu crucial. Sa nièce avait de toute évidence un petit copain quelque peu sollicitant et subissait de multiples pressions qui pouvaient éventuellement la pousser à franchir le cap d’un instant à l’autre alors qu’il n’était pas clair qu’elle y soit prête. « Ok. Je n’ai raconté cette histoire en entier à personne excepté à mon psy mais je pense que c’est important que tu l’entendes. » Lizzie posa sa tasse de thé. Elle s’installa en tailleur sur le sofa et attrapa un coussin. La séance confessions pouvait débuter.

Elisabeth prit une profonde inspiration et serra le coussin contre elle tandis que les images de son passé affluaient dans on esprit. « Il s’appelait Max. C’était un garçon de la fac. Il était mignon, il était sympa, il était drôle. Un soir avant les partiels, il est venu bosser chez moi. Il n’y avait personne à la maison, je crois qu’on a fini tous les fonds de bouteilles du bar. On était bourrés. Max n’arrêtait pas de me faire des avances, et j’arrêtais pas de le repousser poliment. A un moment j’ai lâché l’affaire, j’avais plus l’énergie de me battre. Après tout, il me plaisait et une partie de moi avait envie de me débarrasser de cette fichue virginité, de faire comme toutes les succubes irrésistibles de ma fac, de rentrer dans la cour des grands.  » Liz marqua une pause. On lui avait fait croire que sa première fois changerait sa vie, qu’elle se lèverait du lit souillé du sang hyménéal complètement transformée, aux yeux d'elle-même, aux yeux des autres. Ces voix avaient tort. Certaines de ses expériences sexuelles ultérieures transcendées par la force de l’amour ou le feu de la passion avaient été bien plus bouleversantes. Elle reprit son récit. « On l’a fait. C’était rapide, c’était pas top. J’ai eu un peu mal. J’étais pas prête, j’étais pas tout à fait consentante. Il est rentré chez lui dans la nuit et la vie a continué. J’ai prétendu que ça n’avait pas tant d’importance que ça mais j’avais tort. J’aurais pas dû le laisser faire, j’aurais pas dû me laisser faire. »  Cette nuit faisait partie de la pile de regrets qu’elle traînait  encore derrière elle à ce jour. Elle tentait pourtant de ne pas accorder à cette histoire une valeur symbolique superflue. « Si tu veux mon avis, on se fait une montagne de la première fois. T’en auras plein, des premières fois, selon ce que tu expérimentes et la personne avec qui tu le fais. Ce qui est important, c’est de ne jamais rien accepter si tu n’es pas absolument consentante, que ce soit la première ou la millième fois. » La jeune tante en arrivait au coeur du message qu’elle tentait de transmettre à sa nièce, un message qu’elle avait mis des années à intégrer elle-même.

Liz se débarrassa du coussin, laissa ses jambes glisser jusqu’au sol puis les croisa. Elle fixa sa nièce dans les yeux avant de poursuivre son discours. « Je sais que ce n’est pas évident. La pression que tu ressens, tes copines la ressentent aussi. Je la ressens encore alors que j’ai trente-cinq ans. Tout le monde ment, tout le monde déforme la réalité pour coller à l’image que la société voudrait qu’on renvoie. Pourtant, ce que tu fais ou ne fais pas ne regarde que toi, tu n’as de comptes à rendre à personne. Si tu ne te sens pas prête et que ce mec n’arrive pas à l’accepter, c’est qu’il ne te respecte pas et qu’il ne te mérite pas, Gabi. Ton corps n’appartient qu’à toi, pas à tes potes, pas à tes parents, pas à la société, pas à ce mec. Aussi canon soit-il. ». Quelques secondes s’égrenèrent et un sourire se dessina sur les lèvres de Lizzie tandis qu’elle se remémorait l’anatomie avantageuse du jeune garçon qu’elle avait aperçu en compagnie de sa nièce lors de la fameuse soirée du port. « Et c’est vrai qu’il est plutôt canon. »  Elle laissa un éclat de rire s’élever dans la pièce puis attrapa un cookie. Une bonne dose de sucre lui semblait tout à fait nécessaire après de telles confessions.




♔♔♔

NO ALARMS AND NO SURPRISES
▬▬▬ A heart that's full up like a landfill, A job that slowly kills you, Bruises that won't heal. You look so tired and unhappy, Bring down the government, They don't, they don't speak for us. I’ll take a quiet life, A handshake of carbon monoxide, And no alarms and no surprises. ➸➸➸
Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
♔ L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Gabi Rosenthal

Age : 17
Né.e le : 05/05/2002
Messages : 710
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : Un peu plus de 1 an
Points : 2566
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: Re: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] EmptyLun 30 Juil - 0:02


Beaucoup de choses allaient mal dans ma vie.
Enfin non pas beaucoup en réalité... Une seule chose allait mal dans ma vie. Mais une chose qui impactait toutes les autres ; mon père.
Mettez un note de gris sur une toile blanche et vous ne verrez plus que ça...
J'avais l'intime conviction que papa ne m'aimait pas. Que quelque part, je n'étais qu'un poids pour lui et que si il fuyait à ce point la maison, que si il préférait à ce point son travail à sa vie de famille, c'était qu'il n'avait jamais voulu de moi et qu'il ne supportait pas ma proximité. Il ne me comprenait pas parce qu'il ne s'embarrassait pas à essayer, tout simplement.
Il ne l'avait jamais clairement dit, mais c'était une idée qui avait pris son temps pour germer dans ma tête et qui désormais ne me quittait plus et pire, me serrai constamment le cœur. Ca me rendait triste et en colère à la fois, ce désintérêt total qu'il avait de moi. Il n'avait pas l'air d'avoir conscience qu'être père c'était autre chose que me laisser sa carte de crédit pour aller faire du shopping et "me faire plaisir".
C'est vrai quoi ! Il ne venait jamais à aucune de mes compétitions de patinage artistique. Il ne viendrait d'ailleurs probablement pas aux sélections pour les championnats d'Allemagne qui me tenaient tellement à cœur...
Jamais il ne me disait qu'il était fier de moi. Bon ok je ne lui facilitais pas non plus la tâche avec toutes mes conneries, j'avoue, mais je me défonçais les fesses pour concilier mes entraînements de plus en plus intensifs et le lycée ! Ok j'avais un peu baissé, mais j'étais quand même parvenue à garder une moyenne correcte cette année ! Est-ce qu'il m'aurait félicité ? Bien sûr que non !
Parfois j'avais la sensation qu'il n'y en avait que pour Danny... Petit morveux celui-là...

Mon père était un sujet... sensible oui. Douloureux. Haineux même parfois. Mais ce que je ne pouvais nier, c'était le couple parfait qu'à mes yeux il formait avec ma mère. Certes ils avaient leurs histoires, mais je le voyais souvent l'embrasser passionnément avant de quitter la maison. Echanger ce regard qu'on a sur la femme avec qui on a passé 17 ans de sa vie. Et je voulais ça moi aussi.
Peut-être que si je faisais marche arrière à chaque fois que mon mec et moi étions sur le point de le faire, c'était qu'au fond je savais qu'il n'était pas l'amour de ma vie ? Qu'avec lui je n'aurai pas ce qu'avaient eu ma mère en rencontrant mon père ? Que je voulais que mon premier soit mon dernier ?
Ouais mais d'un autre côté Lizzie avait 100% raison car je me retrouvai immédiatement dans ses mots, même si son histoire quant à sa première fois me fit grimacer. Je la voyais comme LA femme à qui je voulais ressembler, elle était une des personnes, si ce n'était LA personne que j'aimais le plus au monde, du coup savoir que les choses s'étaient passées ainsi pour elle m'attrista.
Mais elle avait mit dans le 1000 pourtant. Elle avait tout compris, comme d'habitude. Moi aussi j'en avais marre d'être vierge. Moi aussi je voulais entrer dans la cour des grands. Vivre une vie de femme libérée façon Sex and the City !
Puis est-ce que ça existait encore de nos jours franchement le "mon premier sera le dernier"...? La mode semblait être à la collection de boyfriends. Limite c'était gênant de n'avoir eu qu'un mec ou deux dans sa vie et non une collection. Le nombre d'exs que je m'étais inventé auprès des potes pour ne pas paraître ridicule !

- Donc selon toi, je ne devrais pas le faire ?

Pfff je ne savais pas ce que je voulais et je me sentais un peu perdue... Je baissai mon regard, mes lèvres un peu pincées, mon regard dans le flou. Lizzie du s'en rendre compte. Elle savait que ce n'était pas évident et elle ne croyait pas si bien dire. Il y avait la pression de la société, la pression de mes copines, la pression de mon copain, et la pression que je me mettais à moi-même...

Un petit sourire se redessina cela dit sur mes lèvres lorsqu'elle parla du physique de mon copain. Oh que oui il était canon. Beaucoup trop pour mon bien d'ailleurs...
Pourtant, je me rembrunis légèrement, dépliant à mon tour mes jambes avant de soupirer.

- Qui me mérite alors tata ? Sérieusement si je le fais pas avec lui j'ai l'impression que je le ferai jamais. Puis bon je l'aime quoi.  

Du moins mon cœur d'adolescente en était certain. On s'était rencontré il y avait quelques mois à peine devant le lycée et après qu'on m'aie appris qu'il était la coqueluche que toutes les nanas voulaient j'avais décidé que moi aussi.
Les choses s'étaient ensuite enchainées assez vite entre nous. L'avantage d'être canon. Bon sang que j'aurais détesté être née moche ! Au moins un truc pour lequel je pouvais remercier mon géniteur j'imagine...

- Puis au moins lui il me montre qu'il veut de moi... Ca me change...

Bim, prends ça papa, c'était gratuit.

♔♔♔


Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

THE talk ! [Lizzie] Jessev10 THE talk ! [Lizzie] Gabiva10 THE talk ! [Lizzie] Hansva10
Revenir en haut Aller en bas

Elisabeth Rosenthal
Admin sexy ♔ Heureuse pour mon âge
Elisabeth Rosenthal

Age : 36
Né.e le : 24/02/1983
Messages : 435
Métier : Juge du siège au tribunal régional supérieur d'Hambourg, elle voit passer quotidiennement dans sa salle d'audience le meilleur, parfois et le pire, souvent.
A Hamburg depuis : Cela fait déjà neuf mois que Lizzie a débarqué sur le quai de la gare d'Hambourg, trois valises à la main et son khôl dégoulinant sur ses paupières cernées.
Points : 1133
Date d'inscription : 24/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t694-lizzie-es-muss-sein
THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: Re: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] EmptyMer 1 Aoû - 1:21



THE TALK
LIZZBI







Une forme de colère saupoudrée d’amertume résonnait dans le coeur de Lizzie qui s’accablait encore de s’être autant manqué de respect à l’époque de ses vingt ans. Elle n’avait toutefois pas le loisir de s’appesantir sur ses propres tourments, le désarroi de sa nièce prenait toute sa juste place dans la conversation. Liz croqua dans son cookie tout en écoutant Gabi lui faire part de ses doutes qui semblaient se bousculer en pagaille dans son esprit. Elle nota la nouvelle allusion qu’elle fit à la relation tumultueuse qu’elle entretenait avec Benett. Peut-être que cette problématique était intrinsèquement liée à la conversation du jour et que les propos acerbes qu’elle lançait à propos de son père étaient une manière de faire comprendre à sa tante qu’elle souhaitait aborder le sujet.

En attendant de trancher, Elisabeth prit le parti de répondre aux premières interrogations de sa nièce de la manière dont elle aurait aimé que l’on s’adresse à elle lorsqu’elle était plus jeune, en la considérant comme une personne mature et responsable, en mesure d’assumer ses propres choix. C’était après tout la seule façon d’être cohérente avec le message qu’elle tentait de lui transmettre. Bien évidemment, une part de la tante gâteuse qui sommeillait en elle avait envie qu’elle reste éternellement une petite fille mais elle trouvait également fascinant le fait de voir le nourrisson qu’elle avait tenu dans ses bras dix-sept ans auparavant se transformer en femme autonome. Lizzie haussa les sourcils. « Ce n’est pas à moi de te dire ce que tu dois faire ou ne pas faire, qui te mérite ou ne te mérite pas. Ecoute ton intuition, je pense que tu sais très bien au fond de toi si tu as vraiment envie de coucher avec ton beau gosse ou si tu envisages de le faire pour de mauvaises raisons, comme lui faire plaisir, avoir l’air cool… »  Elle marqua une pause puis  se décida à lancer le pavé dans la mare. « …ou attirer l’attention de ton père. » Lizzie posa sa moitié de cookie sur le rebord de sa petite assiette à thé. Elle eut une brève pensée pour les malheureux garçons dont elle s’était servie pour attirer l’attention des figures paternelles qui l’entouraient lorsqu’elle était plus jeune. « Je te connais par coeur Gabi. Je te connais par coeur parce que j’étais comme toi à ton âge… à la différence près que je ne voyais même pas suffisamment ton grand-père pour avoir l’occasion de m’engueuler avec lui. Ton père t’aime plus que tout, c’est une certitude. Il fait des erreurs et c’était prévisible vu le brillant modèle de parentalité qu’il a eu mais ça ne change rien au fait que ton frère et toi êtes ce qu’il a de plus précieux au monde. »

Lizzie se figea soudain. Ce n’était brusquement plus sa nièce qui se tenait face à elle mais le fantôme de l’adolescente qu’elle avait pu être voilà bientôt vingt ans, le spectre d’une gamine rongée par un vide béant creusé par l’absence et le manque d’affection d’un père qu’elle aimait, haïssait, pardonnait et blâmait à la fois, un père dont l’amour à son égard n’avait jamais été pour elle un acquis. Un vide abyssal et atrocement douloureux qui n’aurait jamais pu être comblé par les propos qu’elle venait de tenir. Cet état d’esprit tumultueux et tourmenté se heurtait violemment à celui de l’adulte qu’elle était désormais, à la fois témoin objective de l’amour indéniable que son aîné portait à ses enfants malgré son absence, et éternelle petite soeur aveuglée par l’admiration qu’elle vouait à son frère, incapable de lui reprocher jusqu’aux pires de ses impairs et dotée d’un talent incomparable pour lui trouver systématiquement pléthore d’excuses. De ces confrontations naissaient d’inconciliables paradoxes tandis que l’image de Benett se mêlait à celle de Gustave Rosenthal. Lizzie sentit l’émotion la saisir. Elle attrapa sa tasse de thé et plongea ses lèvres dans le liquide brûlant afin de se donner une contenance et sauver son flegme légendaire. Il fallait absolument qu’elle parle à Benett. Le sentiment chronique d’abandon et le manque d’amour-propre hérités de ses rapports avec son père constituaient un sujet tabou qu’elle n’avait jamais ouvertement abordé avec lui. Elle réalisait l’urgence qu’il y avait à mettre sa pudeur de côté dans l’espoir que sa nièce paie un tribut un peu moins lourd qu’elle au maudit cycle infernal qui semblait se reproduire chez les Rosenthal depuis des générations.




♔♔♔

NO ALARMS AND NO SURPRISES
▬▬▬ A heart that's full up like a landfill, A job that slowly kills you, Bruises that won't heal. You look so tired and unhappy, Bring down the government, They don't, they don't speak for us. I’ll take a quiet life, A handshake of carbon monoxide, And no alarms and no surprises. ➸➸➸
Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
♔ L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Gabi Rosenthal

Age : 17
Né.e le : 05/05/2002
Messages : 710
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : Un peu plus de 1 an
Points : 2566
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: Re: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] EmptySam 4 Aoû - 23:32


A croire que c'était plus fort que moi... Qu'il était omniprésent dans mes pensées. Quelle que soit le sujet de conversation que j'abordais, je finissais toujours par faire une allusion plus ou moins direct à cette rancœur que j'éprouvais pour mon père et qui me bouffait de l'intérieur...
J'avais beau parfois essayer de minimiser l'impact que l'absence de mon père avait sur moi, d'en tirer mon parti, ça ne durait jamais bien longtemps. NON ça n'était pas ok du tout qu'il soit aussi peu présent pour moi ! Non ça n'était pas ok du tout qu'il parte aussi souvent, aussi vite ou aussi longtemps de la maison ! Et c'était encore moins ok qu'il n'aie pas été là pour son anniversaire ! Ca je l'avais en travers de la gorge ! Merde quoi on n'avait pas 40 ans tous les jours ! Mais même ça visiblement, ça avait été trop lui demander... Et il n'était pas juste rentré tard hein ! Non, non, il s'était barré 4 jours ! Qu'est-ce qui pouvait être aussi important à son foutu boulot qui justifie son absence pour ce jour bien précis ?! RIEN !

En tout cas si tante Lizzie compris que j'attaquai indirectement mon paternel à ma dernière remarque, elle n'en dit rien, préférant se concentrer sur le sujet principal, ce dont je lui fus reconnaissante. Je n'avais aucune envie de parler de papa là tout de suite.
Ce que j'aimais avec ma tante, c'est qu'avec elle je pouvais délirer à l'excès autant que je pouvais aborder les sujets les plus graves. Elle savait être la tata délurée tout autant que l'oreille attentive. C'était agréable et libérateur de discuter avec elle, car elle me parlait comme si j'étais une adulte et non une gamine. Elle me responsabilisait. Acceptait le fait que je sortais de l'enfance et devenais une femme. Mais ça papa et même maman ne semblaient pas s'en rendre compte...  

J'hochai la tête tout en écoutant attentivement ses précieux conseils. Elle avait raison. Je savais que je voulais coucher avec Häns' parceque...

- ...ou attirer l'attention de ton père.

Et merde...
Je me renfermai instantanément, me renfonçant dans le canapé un coussin entre mes bras, mon regard agacé tourné vers la fenêtre. Elle était chiante elle mettait toujours dans le mille... Qu'importe à quel point je voulais me persuader du contraire, qu'importe à quel point je me disais que je voulais franchir le cap parce que mes copines l'avaient fait, parce que mon copain le voulait, parce que je voulais me débarrasser de ma virginité, BIEN SÛR que l'idée de le faire pour blesser papa m'avait fait sourire en coin cent fois !
Ma tante rebondit immédiatement, m'avouant me reconnaitre en elle à mon âge. Je fus surprise cela dit qu'elle évoque mon grand-père... C'était un sujet qui n'était pas souvent, voir même jamais abordé, pour des raisons évidentes...

- Mouai... Mon père m'aime... soupirai-je en me grattant l'arrière de la tête.

Je dis ça comme si c'était la chose à laquelle je croyais le moins au monde.

- Sérieusement tata, à ce niveau là on ne peut plus appeler ça des erreurs ! Aucun boulot n'est aussi prenant lorsque tu tiens à ta famille !

En vérité au fond de moi, je savais qu'elle avait raison, mais plutôt crever de le reconnaitre. J'étais beaucoup trop fâchée contre lui de me laisser à ce point de côté dans sa vie, surtout lorsque je repensais aux souvenirs que j'avais avec lui lorsque j'étais petite. Ils étaient passés où tous ces moments de rire et de complicité ? A quel moment avait-il cessé de me prendre dans ses bras ? De me dire qu'il m'aimait ? De vouloir passer du temps avec moi ? Aujourd'hui il ne semblait s'intéresser à ce que je faisais dans ma vie que pour trouver des raisons de me faire la morale...
Mais ces engueulades étaient finalement les seuls instants que j'avais vraiment avec lui... Les seuls instants où il prenait la peine de venir "converser" avec moi.
Et lorsque je m'en étais rendue compte, alors avait commencé le cercle vicieux de l'enchainement de mes bêtises...

- Et justement si grand-père était si naze, si il t'a vu en souffrir, si il en a souffert lui-même, pourquoi il répète le schéma ?

Je repoussai le coussin sur le côté et renvoyai mes cheveux en arrière avant de reprendre un cookie, comme pour ralléger un peu l'ambiance qui s'était faite légèrement électrique dans la pièce.

- Bref... Ce n'est pas vraiment le sujet du jour.

Nous aurions beauuuucoup d'autre occasions de débattre quant à la véracité de l'amour de mon père avait ou non à mon égard, mais là je n'avais pas vraiment envie de le mettre au milieu de notre conversation concernant ma potentielle première fois avec mon mec. C'était un peu glauque !

- Tata ? Ca va ? remarquai-je finalement l'émoi qu'elle tentait de dissimuler derrière sa tasse de thé.

C'est que moi aussi je la connaissais un peu quand même depuis le temps. Est-ce que c'était l'allusion faite à grand-père ?
Je reposai le biscuit dans l'assiette, récupérai le thé de ma tante qui retrouva la table basse et la pris dans mes bras avant de lui plaquer un gros bisou affectueux sur la joue. Ma tante, je l'aimais à l'excès. Je n'appréciais pas voir d'ombre triste traverser son si joli visage. Elle était trop belle pour être malheureuse et elle avait trop enduré pour que je la laisse l'être à nouveau, surtout à cause de moi.

- Bon alors ! m'efforçai-je de reprendre un ton plus jovial. La check liste de la première fois ! Epilation, lingerie sexy, parfum, capote...?énumérai-je sur mes doigts avec un sourire jusqu'aux oreilles. What else ? Vibro en cas de panne ?

J'étais toujours aussi décidée à coucher avec mon beau gosse, comme elle l'avait appelé. Quant à savoir si je ferai l'amour avec lui pour les bonnes ou les mauvaises raison, j'y réfléchirai plus tard.
Mais j'espérai lui rendre son sourire en sortant quelques bêtises. Je voulais l'éloigner de ses démons. J'avais encore des tas de questions concernant le sexe, mais ma tante passait avant.

♔♔♔


Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

THE talk ! [Lizzie] Jessev10 THE talk ! [Lizzie] Gabiva10 THE talk ! [Lizzie] Hansva10
Revenir en haut Aller en bas

Elisabeth Rosenthal
Admin sexy ♔ Heureuse pour mon âge
Elisabeth Rosenthal

Age : 36
Né.e le : 24/02/1983
Messages : 435
Métier : Juge du siège au tribunal régional supérieur d'Hambourg, elle voit passer quotidiennement dans sa salle d'audience le meilleur, parfois et le pire, souvent.
A Hamburg depuis : Cela fait déjà neuf mois que Lizzie a débarqué sur le quai de la gare d'Hambourg, trois valises à la main et son khôl dégoulinant sur ses paupières cernées.
Points : 1133
Date d'inscription : 24/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t694-lizzie-es-muss-sein
THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: Re: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] EmptySam 11 Aoû - 21:52



THE TALK
LIZZBI







Lizzie laissa l’orage qu’elle avait elle-même invoqué passer. Peut-être n’aurait-elle pas dû aborder le sujet qui avait immédiatement jeté un froid sur la conversation. Il lui semblait toutefois que cet élément avait une importance que l’adolescente ne pouvait se permettre de méconnaître. Maintenant que son message était clairement passé, la discussion allait pouvoir reprendre sur un ton plus léger. Alors qu’elle s’apprêtait recouvrir son visage d’un air jovial bien plus à propos, sa nièce s’approcha d’elle pour lui faire un câlin réconfortant qui fit fondre son coeur de tante. Liz lui caressa les cheveux. Cette gamine était largement trop perspicace pour son bien. « Oui bichette, ça va. » Elles rompirent simultanément l’étreinte puis se réinstallèrent décemment sur le sofa. La brune soupira. «Tu sais, je pense qu’ils ne sont pas réellement conscients de tout ça. Je ne me suis jamais assise autour d’une tasse de thé avec mon père pour lui reprocher clairement son comportement. Je crois que les hommes Rosenthal n’ont jamais été très doués pour lire entre les lignes…. mais tu as raison, ce n’est pas le sujet du jour. » Lizzie élargit son sourire et tendit le bras pour attraper sa moitié de cookie dont elle ne tarda pas à venir à bout, prête à parler préservatifs, chlamydiae et lingerie en dentelle avec sa nièce.


Ce fut Gabi qui relança la conversation. Lizzie ne put s’empêcher d’éclater de rire lorsqu’elle commença à lui dresser son ébauche de check-list, n’oubliant pas de mentionner le bon vieux vibromasseur. « Où est-ce que t’as réussi à trouver un vibro Gabi ? Je suppose que c’est pas le Père Noël qui te l’a mis sous le sapin ! » Elle se fit la réflexion qu’il était bien moins évident d’avoir accès à ce genre d’objets à l’époque où elle était elle-même adolescente. Les filles ne pouvaient compter que sur leur esprit pratique, leur ingéniosité et leur imagination parfois un peu trop débordante. Quelques fameuses histoires impliquant des fruits et légumes faisaient depuis plusieurs années le tour du lycée. Lizzie se redressa sur le canapé. « Bon, déjà, la contraception. Les capotes c’est obligatoire ne serait-ce que pour éviter de choper des maladies mais ce n’est pas le plus fiable pour ne pas tomber enceinte… surtout avec les mecs inexpérimentés et un peu trop fougueux. » Un sourire au coin s’afficha sur ses lèvres, cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas eu un accident de capote.

La brune reprit son sérieux et s’assit en tailleur sur le canapé. « Sinon l’essentiel c’est que tu te sentes bien… que vous ne lésiniez pas sur les préliminaires et que vous restiez simples. On est pas au Cirque du Soleil, si tu vois ce que je veux dire. N’oublie pas qu’on est dans la vraie vie, pas dans un porno. Il y aura sûrement des bruits, des odeurs, des petits problèmes techniques… Ce ne sera pas parfait, ce ne sera peut-être pas formidable mais c’est normal. Si tu le fais en était vraiment consentante et si t’arrives à arrêter de trop réfléchir, ce sera un bon moment. Par contre si c’est douloureux ou si ça te met mal à l’aise, tu dis stop. » Lizzie se saisit de sa tasse de thé qu’elle porta à ses lèvres, espérant ne pas avoir traumatisé sa nièce avec ses allusions laissant à l’esprit le loisir d’imaginer quelques scènes peu glamour. Son rôle était néanmoins de la préparer à la réalité, elle se demandait d’ailleurs si elle aurait dû aborder la question fondamentale du queef. Il lui semblait important de désacraliser le sexe, ou plus précisément de laisser à sa nièce la liberté de le faire. Les êtres humains des plus intelligents aux plus stupides le pratiquaient depuis la nuit des temps. Il fallait arrêter de prétendre qu’il s’agissait d’un acte nécessairement exceptionnel, il n’y avait aucune raison de se mettre une pression faramineuse.




♔♔♔

NO ALARMS AND NO SURPRISES
▬▬▬ A heart that's full up like a landfill, A job that slowly kills you, Bruises that won't heal. You look so tired and unhappy, Bring down the government, They don't, they don't speak for us. I’ll take a quiet life, A handshake of carbon monoxide, And no alarms and no surprises. ➸➸➸
Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
♔ L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Gabi Rosenthal

Age : 17
Né.e le : 05/05/2002
Messages : 710
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : Un peu plus de 1 an
Points : 2566
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: Re: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] EmptyDim 19 Aoû - 14:08

Depuis qu'on est enfant, on nous bourre la tête avec les contes de fée, les histoires d'amour et tout le tralala. J'ai grandi en voyant mes parents fou amoureux. J'ai été élevée aux Disney et leurs happy endings. Twilight, Roméo et Juliette et j'en passe, où on ne fait encore et encore que parler du premier grand amour qui change une vie et dure toujours.
Merci la pression quoi ! Les films nous mettent dans le crane que la première fois est la plus belle et la plus importante. C'est le discours de base de tout le monde : "on n'oublie jamais sa première fois". Ok d'accord et du coup comment je suis supposée faire ça sans m'inquiéter moi ? J'avais peur de mal m'y prendre... Peur que ça se passe mal... Peur d'être déçue.  Je m'en étais fait tout un monde à force ! Je l'avais imaginé des centaines de fois. Et si ça n'avait rien à voir avec l'idée que je m'en étais faite ?
La première fois en accord avec l'univers tout entier, devait être parfaite. Jamais oubliée. Le premier était le bon etc. Ok la société avait évoluée et c'était rare aujourd'hui de finir avec son premier amour mais moi j'étais une romantique dans l'âme et c'était au fond en découvrant l'existence du sexe, j'avais espéré qu'il m'arriverait.
J'adorais mon copain et mon cœur d'adolescente était forcément persuadé que lui et moi c'était pour la vie mais si c'était pas le cas ? Si il me trouvait nulle et qu'il me quittait ensuite ? J'aurai probablement l'impression d'avoir raté mon adolescence en n'ayant pas eu ce à quoi j'aspirais...

Toujours est-il que le léger malaise qui s'était installé dans le salon semblait s'être dissipé. Je fus soulagée d'entendre ma tante rire aux éclats lorsque j'évoquai un vibromasseur dans ma liste des choses essentielle à une perte de virginité réussie ! Elle me demanda où j'avais trouvé ça et je fis jouer mes sourcils en mode mystérieuse. J'étais pleine de ressources voilà tout !
Bon en vrai je n'en avais pas... J'avais dit ça juste pour la faire rire. J'avais cela dit déjà regardé un peu sur internet mais y'en avait tellement et de tous les styles que je n'avais pas réussi à me décider. Puis je ne voulais pas que ma première fois se fasse avec un truc en plastique ! Moi je voulais un truc digne de Bella avec Edward avec le ralenti, les belles images et tout le bastringue ! Je voulais la passion de Claire et Jamie ! Le fun de Deadpool et Vanessa. Bref que tout soit parfait quoi !

- Hans' a de l'expérience tata. Et il n'a que moi. On a une relation exclusive. Y'a pas de raison que je chope une maladie avec lui, je pense.

J'ignorais bien sûr que malgré ses soi disant sentiments pour moi, las d'attendre que je me décide enfin à lui donner ma virginité, il allait allègrement voir ailleurs... Mais il m'aimait hein ! Il dirait sans doute que ce n'était que du sexe...

- J'ai pensé à prendre la pilule mais ça me stresse un peu... Une nana du lycée a pris 15 kilos avec ce machin... J'ai pas envie de grossir moi ! Y'a pas d'autres trucs ? T'utilise quoi toi ?  

Les préliminaires, ça on les avait déjà bien pratiqués ! C'était surtout le après qui coinçait en général... Enfin en fait c'était lui qui les faisait surtout... Moi aussi, mais je n'osais pas pousser les choses trop loin. Pas parce que j'étais prude ! Au contraire j'avais envie de lui faire plaisir et tout, mais j'avais encore et toujours cette angoisse de me rater qui me bloquait et ça me saoulait ! C'est que j'étais loin d'être sa première à lui !
Je voulus en parler à ma tante, mais elle enchaina. Je ris lorsqu'elle évoqua le Cirque du Soleil et les pornos et quelque part, son petit discours sur l'imperfection que serait forcément ma première fois me soulagea et m'enleva comme une sorte de poids. Elle désacralisait la chose et c'était exactement ce dont j'avais besoin en fait.
En revanche l'allusion aux bruits et odeur me fit hausser un sourcils suspect :

- Genre quoi ?? Tu me fais peur là, éclatai-je de rire.

J'avais pas une image très glamour en tête là tout de suite.

- Péter au lit ou un truc dans le genre ? Bordel la honte si ça arrive je le regarderai plus jamais en face t'imagine ?! Si je suis trop belle dans mon petit ensemble en dentelle, au summum de mon sex appeal et que d'un coup : prouuuuuuuuut, mimai-je avec mes bras repliés sur le côté.

Le fou rire me pris.

- L'angoisse hahahahah ! Je n'arrivais plus à m'arrêter, pliée en deux sur le canapé, ne cessant d'imaginer la scène dans un sens comme dans l'autre. Rah la vache, essuyai-je mes larmes après de longues secondes. Fiouuuuu j'ai mal aux abdos !

Pourvu qu'un truc pareil n'arrive pas ! Déjà là, j'étais partie pour rester aux aguets dès qu'Hansel allait m'enlever mon tee-shirt !
Tout mais pas ça quoi ! C'était la chose la moins sexy au monde ! Et si ça lui arrivait à lui, j'en étais certaine, je partirai sans doute en fou rire en repensant à la conversation eu avec ma tante et l'égo de mon chéri ne le prendrait probablement pas très bien...
Ouais bon en fait, pourvu que ce ne soit pas de ça dont ma tante voulait parler en évoquant des bruits et des odeurs !

♔♔♔


Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

THE talk ! [Lizzie] Jessev10 THE talk ! [Lizzie] Gabiva10 THE talk ! [Lizzie] Hansva10
Revenir en haut Aller en bas

Elisabeth Rosenthal
Admin sexy ♔ Heureuse pour mon âge
Elisabeth Rosenthal

Age : 36
Né.e le : 24/02/1983
Messages : 435
Métier : Juge du siège au tribunal régional supérieur d'Hambourg, elle voit passer quotidiennement dans sa salle d'audience le meilleur, parfois et le pire, souvent.
A Hamburg depuis : Cela fait déjà neuf mois que Lizzie a débarqué sur le quai de la gare d'Hambourg, trois valises à la main et son khôl dégoulinant sur ses paupières cernées.
Points : 1133
Date d'inscription : 24/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t694-lizzie-es-muss-sein
THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: Re: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] EmptyLun 27 Aoû - 21:03



THE TALK
LIZZBI







La naïveté de sa nièce avait quelque chose d’attendrissant et Lizzie n’avait guère envie de briser son insouciance en lui démontrant froidement que les hommes y compris ceux qu’elle estimait le plus pouvaient mentir, tromper, décevoir. Elle aurait sans aucun doute l’occasion d’en faire elle-même la douloureuse expérience incessamment sous peu. Ce n’était toutefois pas une raison de la laisser s’exposer joyeusement à des maladies vénériennes susceptibles de mettre sa fertilité voire sa vie en péril. Elle fixa donc Gabi en haussant ses sourcils au dessus de ses yeux écarquillés. « Justement, s’il a de l’expérience comme tu dis il a très bien pu ramener quelques petits souvenirs de ses dernières aventures. La capote, c’est pas discutable, du moins tant que vous n’aurez pas mis les pieds dans un centre de dépistage. » Elisabeth parlait d’un ton ferme et sérieux, ce n’était pas une affaire à prendre à la légère.

La conversation dévia ensuite vers un autre sujet essentiel, celui de la contraception. La question de Gabi la plongea brutalement dans les abysses obscures du passé et un frisson glacé la traversa de part en part. Elle fit en sorte de n’en rien laisser paraître mais il lui fallut plusieurs secondes pour faire abstraction de l’empreinte indélébile que son combat pour la maternité avait laissé sur elle, sur son couple dont il ne restait désormais qu’un tas de cendres encore fumantes. La dernière fois qu’elle s’était interrogée sur la contraception, c’était une quinzaine de mois auparavant, sous le soleil froid d’un jour de printemps bavarois. Liz venait alors de recevoir les résultats d’un énième test de grossesse faisant suite à sa dernière insémination artificielle. Elle n’était pas enceinte. Pour la première fois en trois ans, elle s’était surprise à ressentir une forme de soulagement honteux. Sans réfléchir, elle s'était rendue dans un cabinet médical et s’était fait prescrire la pilule. La boîte était encore intacte dans sa table de nuit. « J’ai toujours utilisé la pilule. Et ne t’avise pas de me dire que je suis grosse. » Elisabeth laissa échapper un éclat de rire puis remit sa mèche de cheveux derrière son oreille. En réalité, elle n’avait pas utilisé de méthode contraceptive outre le préservatif depuis 2014 mais cela, Gabi n’avait pas besoin de le savoir. « Après il y a plein d’autres trucs… l’implant, le stérilet, l’anneau, le patch… je te filerai une brochure. » Cette brochure qui traînait au fond d'un tiroir poussiéreux depuis son emménagement lui avait été remise par son gynécologue au décours de sa dernière fausse-couche, une épreuve déchirante qu’elle avait traversée seule. Devant une hémorragie massive, elle avait dû subir une intervention chirurgicale. Après l’avoir déposée aux urgences, Julian n’avait plus remis les pieds à l’hôpital. Le lendemain de son curetage, Lizzie était rentrée chez elle en taxi. Le poids de ces souvenirs oppressait encore sa poitrine tel un étau.

Elisabeth fut soulagée de voir la discussion prendre une tournure plus légère. Elle ne tarda pas à imiter sa nièce qui avait été prise par un incontrôlable fou-rire provoquée par la perspective    embarrassante de voir ses premiers ébats troublés par un pet. La brune posa sa tasse sur la table in extremis avant que le liquide brûlant ne vienne se renverser sur ses cuisses puis se mit à rire de plus belle en voyant les larmes envahir les yeux de Gabi. Lorsqu’elle avait évoqué les sonorités inattendues de l’activité sexuelle, Lizzie ne pensait pas spécifiquement aux flatulences impromptues mais plutôt au bruit répétitif des corps moites qui s’entrechoquent. Elle préféra toutefois ne pas préciser sa pensée, considérant qu’elle avait suffisamment traumatisé sa nièce. La brune attendit quelques secondes que l’explosion hilare qui avait fait trembler la pièce se dissipe et soupira lentement afin de reprendre ses esprits. « Tu n'auras qu'à mettre de la musique et vous pourrez péter discrètement. » Elle lâcha un dernier éclat de rire puis s’installa en tailleur sur le canapé et attrapa un coussin qu’elle enlaça de ses bras. Elle fixa un instant la jeune fille, consciente que tout cela masquait certainement une extrême nervosité. « Qu’est-ce qui te retient, Gabi ? Qu'est-ce qui te fait peur ? » Lizzie avait plusieurs suggestions pertinentes en tête mais il fallait que sa nièce trouve seule la réponse à cette question.




♔♔♔

NO ALARMS AND NO SURPRISES
▬▬▬ A heart that's full up like a landfill, A job that slowly kills you, Bruises that won't heal. You look so tired and unhappy, Bring down the government, They don't, they don't speak for us. I’ll take a quiet life, A handshake of carbon monoxide, And no alarms and no surprises. ➸➸➸
Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
♔ L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Gabi Rosenthal

Age : 17
Né.e le : 05/05/2002
Messages : 710
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : Un peu plus de 1 an
Points : 2566
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: Re: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] EmptyVen 31 Aoû - 18:34

Les fou- rires avec tante Lizzie, ça nous arrivait souvent. Parfois lorsque nous étions toutes les deux ça pouvait vite virer au n'importe quoi. Mais alors celui-ci était dantesque ! Ca faisait longtemps que je n'avais pas à ce point rit à flots de larmes ! Les voisins devaient se demander ce qui se passait tellement je hurlais et me tordais de rire sur le canapé sans parvenir à m'arrêter, mes zygomatiques atrocement douloureuses et mes abdominaux plus tendus que si je venais d'effectuer 30 séries de 100 !

Je me forçai à respirer tant bien que mal entre mes esclaffements incontrôlés, mais le fait de manquer voir ma tante se cramer les cuisses avec sa tasse de thé brûlante ne m'aida pas vraiment à me calmer, surtout quand elle me rejoignit dans ma crise de larmes...
On devait êtres belles tiens ! Deux folles écroulées sur le divans à se poiler comme des gosses !

- Hahahaha ! ARRÊTE ! criai-je en me tenant le ventre lorsqu'elle me suggéra de mettre de la musique afin que l'on puisse péter en toute discrétion.

Il me fallut encore plusieurs minutes avant de parvenir à retrouver mon souffle. Je devais être dans un bel état tiens ! Mes joues étaient complètement noyées sous les perles salines versées à grands flots.
J'attrapai un mouchoir en pouffant encore un peu et effaçai tant bien que mal les dégâts de mon visage. Mon mascara avait beau être water proof, l n'avait pas du résister non plus à ça !

Ma tante se redressa à son tour sur le canapé et me regarda tout en attrapant un coussin qu'elle serra contre elle, geste que j'imitai.
On ne pouvait pas renier notre lien de parenté elle et moi ! J'avais beaucoup de "tics" semblables aux siens et il n'était pas rare de nous voir nous tenir de la même façon lorsqu'on nous observait ensemble. Finalement, le sérieux retombé après avoir fait tremblé les murs de notre euphorie communicative, elle me demanda ce qui me retenait. Ce qui me faisait peur.

Je me mordis légèrement la lèvre inférieure comme je le faisais souvent lorsque je me sentais mal à l'aise ou nerveuse. J'hésitai tout d'un coup... Je n'avais jamais eu peur de me confier à ma tante, mais là le sujet était quand même un peu délicat... C'était bizarre de parler de sexe. Enfin non. C'était surtout bizarre de parler de mes craintes à moi.
Je n'aimais pas vraiment reconnaître mes "faiblesses". Mes failles... Je pouvais passer des heures à critiquer mon père auprès de ma tante. Des journées à discuter fringues, chaussures, cheveux ou maquillage.
Mais il était plutôt rare que j'ai véritablement un soucis nécessitant son concours... En temps normal si j'en avais, j'en parlais avec mes copines. Mais là, le sujet méritait une adulte en face de moi donc j'avais préféré venir trouver Lizzie directement.
Je refoulai la boule qui s'était formée dans mon ventre et me lançai. Si il y avait bien une personne qui ne me jugerait pas ou ne me rirait pas au nez, c'était elle. Je pouvais tout lui dire et je le savais.

- Beh...

Je ne savais pas vraiment comment lui expliquer cela dit. Les mots allaient probablement sortir dans le désordre et maladroitement...
Je devais peut-être commencer par le début.

- En fait quand je suis avec lui, j'ai vraiment envie tu vois... Je suis bien dans ses bras et j'ai envie qu'on le fasse et tout mais dès que les choses commencent à... Beh je me bloque et je lui invente un truc pour nous interrompre. Il commence un peu à en avoir marre quoi...

D'autant qu'il commençait à ne plus trop gober à mes excuses... Il n'était pas idiot et voyait bien que je repoussait juste le moment. Ca devait être vexant pour lui ! Il devait croire que je ne voulais pas de lui...
Le soucis avec Hänsel et qui m'angoissait, c'était qu'il était plus âgé que moi. Il avait déjà eu pas mal de filles dans son lit avant d'être avec moi. Il avait de l'expérience comme je l'avais confié à ma tante. Et moi je n'en avais aucune !

- Tu sais tata il a 20 ans et tu l'as vu il est super canon... Il a déjà eu plein de copines avant moi... J'ai peur d'être nulle... J'ai peur de pas savoir quoi faire ou que je fasse les mauvais trucs et qu'à côté de ses exs, je sois pas bien au lit...

Être bonne au lit...
En voilà encore une nouvelle pression de la Société et pas des moindres ! On était tellement vite catégorisé de nos jours ! Puis de par ma popularité encore une fois, je sentais que je devais être à la hauteur ! Je devais être parfaite dans ce domaine là aussi ! J'étais le fantasme de la plupart des gars du bahut. Alors bonjour la honte si il leur revenait aux oreilles que je n'étais pas digne de leur imagination...
Mais ça voulait dire quoi exactement être "bonne" ? J'étais supposée faire quoi et comment ? Je les entendais souvent lui et ses potes parler de leurs conquêtes du présent et du passé en s'extasiant sur certaines... Ce terme revenait tellement souvent dans les conversation, mais que voulait-il dire concrètement ?!

- Comment je suis supposée surpasser ses anciennes copines ? J'ai l'impression qu'on exige de moi d'être une déesse au pieu alors que je n'ai encore jamais fait l'amour de ma vie et que je n'y connais rien...

Je n'en savais que ce que j'en lisais dans les livres ou en voyais dans les films... Mais concrètement parlant elle l'avait dit elle-même, la vie n'était pas la fiction...

Voilà ce qui me retenait. Voilà ce qui me faisait peur.
Ne pas être à la hauteur...

♔♔♔


Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

THE talk ! [Lizzie] Jessev10 THE talk ! [Lizzie] Gabiva10 THE talk ! [Lizzie] Hansva10
Revenir en haut Aller en bas

Elisabeth Rosenthal
Admin sexy ♔ Heureuse pour mon âge
Elisabeth Rosenthal

Age : 36
Né.e le : 24/02/1983
Messages : 435
Métier : Juge du siège au tribunal régional supérieur d'Hambourg, elle voit passer quotidiennement dans sa salle d'audience le meilleur, parfois et le pire, souvent.
A Hamburg depuis : Cela fait déjà neuf mois que Lizzie a débarqué sur le quai de la gare d'Hambourg, trois valises à la main et son khôl dégoulinant sur ses paupières cernées.
Points : 1133
Date d'inscription : 24/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t694-lizzie-es-muss-sein
THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: Re: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] EmptySam 19 Jan - 23:39



THE TALK
LIZZBI







Si Lizzie avait une certaine confiance en son sens de l’humour et sa capacité à provoquer l’hilarité de ses proches, elle savait toutefois que les rires incoercibles de sa nièce prenaient naissance dans un océan de nervosité alimenté par les tabous, les interdits, les problématiques des rapports à soi, aux autres, aux normes sociales, par toutes les autres questions épineuses que soulevait le sujet. Elles finirent par se calmer et le silence se fit brièvement dans le salon. Liz en profita pour regarder sa nièce avec une certaine tendresse, un sourire au coin des lèvres. Elle aurait tellement aimé pouvoir lui transmettre en un geste, en un coup d’oeil l’essentiel de ce que ses deux dernières décennies d’expérience lui avaient inculqué et lui épargner la douleur qui avait accompagné ces enseignements. C’était comme si les leçons du passé étaient gravées dans sa peau, comme s’il lui avait fallu s’en scarifier pour les retenir. Lorsqu’elle venait en songes les effleurer pour mieux les relire, elle prenait conscience que le tissu était encore sensible.

Le visage d’Elisabeth s’assombrit lorsque Gabi lui confia qu’elle craignait de ne pas être suffisamment performante, le tout agrémenté d’emprunts lexicaux au monde de la compétition, comme si le but du sexe était d’obtenir une médaille. Elle n’avait que trop ressenti cette injonction dans ses propres entrailles et l’entendre dans la bouche de sa nièce provoquait en elle une rage brûlante. La quête constante de validation extrinsèque qui passait souvent chez les femmes par leur propre objectification, notamment dans les relations qu’elles entretenaient avec les hommes était une pandémie qui avait vraisemblablement de beaux jours devant elle. Il y avait ce vide, il y avait cette angoisse que seul le regard des autres, seul le regard de l’autre semblait en mesure de combler. Afin d’arracher ne serait-ce qu’une once de cette délicieuse validation de soi-même, Liz savait qu’une partie d’elle était prête à s’infliger les pires violences. Ses lectures et ses rencontres lui avaient appris que les mécanismes qu’elle mettait en évidence chez elle étaient d’une banalité affligeante, que son expérience personnelle s’inscrivait dans une réalité sociale, historique, politique. Imaginer Gabi emprisonnée dans les mêmes carcans la dépitait, d’autant plus qu’elle était parfaitement bien placée pour mesurer l’ampleur du vide que son histoire personnelle, notamment ses rapports avec son père avait été en capacité de creuser dans son estime de soi. Elles partageaient une vulnérabilité similaire. « Personne n’a le droit d’exiger ça de toi Gabi, vraiment. Je sais très bien ce qui est ancré à l’intérieur de nous, les femmes, depuis des millénaires mais tu n’es pas un objet destiné à donner du plaisir aux mecs et ta valeur ne devrait jamais être indexée sur un tel critère. » Une certaine solennité s’était installée dans la pièce. Cette thématique résonnait avec l’intégralité de son parcours de vie. Elle qui entamait tout juste son processus de déconstruction avait du mal à ne pas avoir la nausée en pensant au temps qu’elle avait perdu.

Cette discussion n’avait néanmoins pas vocation à être écrasée par de si sérieuses considérations, elle aurait tout le temps d’initier sa nièce aux aspects sombres de la pensée féministe plus tard. Lizzie laissa un sourire en coin se dessiner sur ses lèvres tout en récupérant sa tasse posée sur la table. « Maintenant si tu veux vraiment savoir comment devenir une déesse du sexe… » Elle trempa ses lèvres dans son thé. Elle avait envie de lui dire que devenir une déesse du sexe commençait certainement par se connaître soi-même mais elle se sentait retenue par la pudeur. Elle fronça un instant les sourcils. C’était comme si la transmission intergénérationnelle de trucs et astuces relatifs au sexe était beaucoup plus honteuse lorsqu’il s’agissait de plaisir solitaire, n’impliquant donc pas la satisfaction d’un autre individu. Elle se promit de creuser le sujet une fois seule puis se libéra à nouveau de sa tasse. « Si tu te mets la pression pour… tu sais, jouir ou faire jouir l’autre, si pendant l’acte tu te juges ou penses à la manière dont tout le lycée évaluerait ta performance, ça ne va pas le faire. L’idée, c’est de lâcher prise et de communiquer, d’apprendre à découvrir vos corps à deux, de tester des trucs sans forcément considérer l’orgasme avec les rayons bibliques comme un objectif à atteindre systématiquement…  et tout ça, ce n’est possible que si tu es en confiance. » Lizzie se rappelait de ses jeunes années, de ces tentatives désastreuses où chacun était focalisé sur sa propre partition, où personne ne communiquait et où, finalement, personne ne jouissait. Pas elle, du moins. Fut un temps, elle baisait quasiment toujours pour satisfaire l’autre, pour satisfaire aux normes sociales. Ses sextoys avaient trop longtemps été les seuls témoins de ses orgasmes. Elle songea à nouveau au temps perdu.

Liz eut l’espace d’un instant une pensée pour ce fameux super canon de vingt ans, lui aussi devait sentir le poids des impératifs de la masculinité hégémonique sur ses épaules. Bander. Tenir, le temps qu’il faut. Faire jouir sa partenaire, comme s’il était le seul responsable de son plaisir. C’était d’une profonde tristesse de voir tant d’êtres s’enfermer dans le vécu aveugle de l’oppression qu’ils subissent. « Je suis sûre que lui aussi a la pression, au moins autant que toi. Et tu sais, l’expérience ça ne veut pas forcément dire grand chose. Chaque relation est différente, les trucs qu’on a appris avec un partenaire ne fonctionneront pas obligatoirement avec le suivant. » Comme la fois où, sortant d’une relation, elle avait par habitude titillé le scrotum d’un partenaire d’une nuit au décours d’une soirée arrosé. L’individu s’était brusquement figé avant de quitter la pièce, scandalisé, en la traitant de sauvage. Liz réprima un sourire. « Tu n’as pas à surpasser ses anciennes conquêtes, ce n’est pas comparable. Tu trouverais ça stupide si je te disais qu’il fallait absolument que vous ayez les mêmes passions communes, les mêmes sujets de conversation, les mêmes délires que ceux qu’il avait avec ses ex. C’est pareil avec le sexe, à chaque histoire c’est un éternel recommencement. L’idée c’est d’envoyer les injonctions se faire foutre et de construire votre truc à vous, quelque chose de spécial et d’unique, quelque chose qui vous ressemble. » C’était beau. Cette vision lui plaisait, intellectuellement. Il lui semblait qu’il s’agissait de la bonne perspective. Elle était toutefois consciente que tout cela était beaucoup plus facile à dire qu’à faire, surtout à l’âge de sa nièce.




♔♔♔

NO ALARMS AND NO SURPRISES
▬▬▬ A heart that's full up like a landfill, A job that slowly kills you, Bruises that won't heal. You look so tired and unhappy, Bring down the government, They don't, they don't speak for us. I’ll take a quiet life, A handshake of carbon monoxide, And no alarms and no surprises. ➸➸➸
Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
♔ L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Gabi Rosenthal

Age : 17
Né.e le : 05/05/2002
Messages : 710
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : Un peu plus de 1 an
Points : 2566
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: Re: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] EmptyVen 1 Fév - 23:17


Le sexe... La première fois... C'était THE sujet majeure pour une adolescente qui s'apprêtait à se lancer. Il y avait tellement d'exigences ! Tellement de choses qui était dite depuis qu'elle était en âge de s'intéresser à ça ! Elle avait entendu de tout ! Vu de tout !
Il fallait être comme ci, il fallait être comme ça, ça devait se passer ainsi et non comme ça... Je me sentais perdue au milieu de tous ces clichés et idées reçues. Je m'y sentais noyée même ! Pourquoi est-ce qu'il y avait une telle pression du monde extérieure ? Être une adolescente était déjà bien assez compliqué comme ça ! J'étais à l'âge où on découvrait, où on expérimentait, où son s'éveillait... Je devais faire mes propres choix, mes propres erreurs. C'était déjà bien assez difficile comme ça à gérer sans que je doive en plus me conformer à tout ce qui était supposé être !
La première fois devait être la plus importante ! La première fois devait être avec quelqu'un que j'aimais. Avec quelqu'un qui m'aimait. Qui me respectait. Elle devait être consentie. Elle ne devait pas être ratée, ou je le regretterais toute ma vie ! Non mais j'étais supposée y aller sereine avec tout ça ?! Depuis toujours j'entendais ces paroles ! Et en plus de ça, comme si ça ne suffisait pas à me stresser et à me faire appréhender le truc, en dehors de toutes ces impératifs j'avais aussi le discours des mecs du bahut, des boites de nuit et d'internet !
Une meuf devait être bonne ! Une meuf devait savoir y faire ! Être une salope au lit pour être intéressante ! C'était quoi déjà la phrase que j'avais capté une fois de la part d'un groupe d'hommes qui parlaient entre eux et qui m'avait marqué ? Ah ouai ! Ils voulaient : A princess in the street, a bitch in the sheets !
La princesse je savais faire, c'était une seconde nature. Mais la salope...?
Puis il y avait aussi le fait que dans l'opinion générale, une vierge c'était génial car on y passait le premier, mais que par contre, ça ne savait rien faire...
Bah évidemment que je savais rien faire ! J'avais beau avoir internet comme tout le monde, m'être entraînée à embrasser mon oreiller lorsque j'avais commencé à m'intéresser aux garçons et avoir enfilé une capote sur une bite en polystyrène en cours d'éducation sexuelle au lycée, ça s'arrêtait là ! Je n'avais AUCUNE expérience concrète sexuellement parlant ! Et pourtant comme je l'avais confié à Lizzie, j'avais la sensation qu'on attendait de moi d'être une pro au lit, tout ça parce qu'on fantasmait sur moi à mort et que du coup je n'avais pas le droit de me planter...
Saupoudrons le tout de la réputation de tombeur de mon copain qui avait eu des tonnes de nanas, dont beaucoup continuaient de lui tourner autour.

J'avais peur de ne pas être à la hauteur de ces filles. De son expérience avec elles. Peur de ne pas être capable de le satisfaire étant donné ce que je voyais graviter autour de lui. J'avais peur d'être ridicule ! J'étais supposée faire quoi une fois à poil avec lui ? Je n'en avais aucune idée ! J'avais peur de... pas bouger ou le toucher correctement... De... gémir trop ? Pas assez ? Comment j'étais supposée savoir tout ça ?!
Je savais que j'étais supposée lui faire une fellation. Le masturber... C'était ce qui se passait dans tous les films que j'avais regardé et ce dont tout le monde parlait sur internet. C'était je cite "la base" ! Mais COMMENT je faisais ça ? Comment je faisais ça BIEN ? Pour lui plaire ? Pour être mieux que les autres ? Ou au moins aussi performante ? Je voulais pas me taper la honte moi !
Les mecs disaient qu'une fille pas bonne ça en valait pas la peine... Je voulais pas que Häns' pense que je n'en valais pas la peine, juste parce que je n'avais pas d'expérience au lit et que je ne réussirais pas à le satisfaire autant que ses exs copines !
J'avais vu ses anciennes conquêtes, hein ! Du moins quelques unes... Je voyais aussi les meufs qui gravitaient autour de lui... Il y en avait de tous les âges, mais toutes semblaient tellement pleines d'assurance et de confiance en elles ! On les regardait, on savait qu'elles baisaient. Clairement. J'avais horreur de ça d'ailleurs... les meufs qui lui lançaient des regards équivoques même quand j'étais là et qui lui faisaient des sous entendus graveleux ! OH il était avec moi maintenant ! Ok j'étais plus jeune et alors ?! Moi au moins j'avais réussi à le faire se poser en couple ! Bandes de jalouses !

Engin... Moi aussi j'étais jalouse à dire vrai... Quelque part, je les enviais. J'avais ma réputation aussi, mais c'était tout ce qu'elle était au final. Les mecs avaient tellement fantasmé et parlé à tous vas, qu'ils avaient fait de moi leur idéal au pieu... Les rumeurs avaient fait les choses. Je n'avais pas une réputation de Marie-couche-toi-là non plus, je demeurais l'inaccessible Gabi, le fantasme par excellence du bahut, mais en tout cas apparemment, j'étais une merveille entre les draps !
Hänsel avait cru ça aussi... J'avais eu du mal à lui avouer que j'étais vierge... Je l'avais baratiné un moment en le laissant croire à tout ça, de peur de me faire larguer. J'avais même tenté de faire comme si de rien n'était et de coucher avec lui sans lui dire que je ne l'avais jamais fait !
Mais lorsque les choses avaient commencé à déraper et qu'il s'était soudain montré trop entreprenant, je n'avais pas pu. J'avais paniqué et j'avais bien été forcée de lui dire la vérité... Depuis, je gagnais inlassablement du temps... Ça faisait plus d'un an que ça durait et le pauvre commençait à perdre patience ! A juste titre...
Du coup j'avais VRAIMENT besoin que ma tante m'aide à me débloquer et à passer le pas ! Il fallait que je le fasse ! J'étais décidée ! Et pas parce que papa m'avait traité de traînée !
Enfin pas "que"...

Un peu gênée par mes révélations, je levai un regard incertain vers ma tata Liz, cherchant son réconfort, cherchant aussi sans doute les mots magiques tirés d'un manuel dont elle aurait eu connaissance pour me donner la solution miracle de comment être une déesse au lit en 10 leçons.
Ça devait bien exister non ? Avec son âge et son expérience, elle allait forcément me donner tous les trucs et astuces à savoir pour ne pas faillir lors de ma première fois ! Pour que mon mec se dise que j'étais fabuleuse et qu'il le regrettait pas d'avoir attendu !
Han, et si après tous ces mois à le faire poiroter, après qu'on l'ai fait, il était déçu ? Il se disait que ça n'en valait pas la peine ? Si il me larguait, préférant retourner à son ancienne vie et ses anciennes amantes ?!
Non ça ne pouvait pas arriver ! Tata Sempai au secours, enseigne-moi !!!!!

- Personne n'a le droit d'exiger ça de toi Gabi, vraiment, m'assura-t-elle en premier lieu, son regard assuré.

Je pinçai mes lèvres et haussai mes épaules avant d'entourer mes jambes de mes bras, ma joue posée sur mes genoux. Personne n'avait le droit de l'exiger de moi, mais MOI je l'exigeais de moi-même... A cause de toute cette pression que je ressentais partout autour de moi... Que ce fut de la Société, de mon entourage, de ma réputation...
Lizzie du deviner mes pensées - comme souvent, elle me connaissait beaucoup trop bien - et reprit, continuant son argumentaire que j'avais sans doute plus que besoin d'entendre.

- Je sais très bien ce qui est ancré à l'intérieur de nous, les femmes, depuis des millénaires mais tu n'es pas un objet destiné à donner du plaisir aux mecs et ta valeur de devrait jamais être indexée sur un tel critère.
- Hmm...
commentai-je en soupirant tout en attrapant un biscuit à grignoter.

Elle avait raison. Je savais qu'elle avait raison. Ses mots trouvèrent un vrai écho en moi et me percutèrent, mais...
...Mais je voulais quand même savoir ! J'étais un tantinet têtue...
J'entendais tout ce que me disais ma tante, mais je voulais savoir comment je devais m'y prendre pour sortir du lot et qu'on parle de moi en bien de ce côté là, mais cette fois pour de vrai ! Je ne voulais pas avoir une réputation de fille frigide ou étoile de mer ! Il y en avait quelques une au lycée et clairement, je n'aurais pas aimé subir les moqueries et commentaire dont elles étaient les cibles. Les garçons riaient dès qu'elles passaient ou leur proposaient de les décoincer !
Moi... On n'osait pas ce genre de truc. Tous quasiment voulaient sortir avec moi donc ils étaient plus subtiles. Enfin pour des mecs de 17 ans... A moi, on me proposait de me rendre plus heureuse qu'Hänsel ne le faisait... De me faire plus plaisir que lui. D'être un meilleur petit ami...

Roalala c'était tellement compliqué tout ça ! Tellement de stress ! C'était fou quand même ! C'était supposé être un moment super important, qui devait m'appartenir, mais l'opinion publique universelle s'en mêlait ! Tous les clichés ! Tous les mœurs ! C'était pire qu'une check list en fait tous ces critères à remplir pour une première fois réussie !
J'avais l'impression d'avoir des comptes à rendre à tout le monde et même à moi-même ! C'était horrible ! Je pinçai mes lèvres et laissai mon regard partir un instant dans le vague mais tata me ramena vers elle. Elle devait bien se douter que je ne me contenterais pas de son discours féministe, même si il était on ne pouvait plus justifié et bienvenu.

- Maintenant si tu veux vraiment savoir comment devenir une déesse du sexe...
- Oui !


Oui je voulais savoir ! Je relevai mes grands yeux bleus vers elle et me pendis à ses lèvres, avide d'informations. J'étais toute ouïe ! J'étais prête à tout entendre ! Je ferais le nécessaire !
Lizzie partit dans son discours et parvint à me faire rougir légèrement lorsqu'elle évoqua la jouissance, ce qui était con, mais je l'écoutai pourtant attentivement.
Elle me prit de court en devinant mes pensées une fois de plus, en évoquant le fait de penser à la façon dont le lycée évaluerait ma performance... et que je devais être en confiance. Alors que moi j'étais en flippance !
Oui je sais, ce mot n'existait pas mais c'était exactement ce que je me disais dans ma tête !

- Je crois que j'ai confiance en lui mais... Tata si il jouit pas c'est que j'aurais été nulle, non...?

Dans tous les films et les livres ça se finissait de la même façon ! A chaque fois ! Ça finissait en orgasme !

- Je suis sure que lui aussi a la pression au moins autant que toi.
- Hans la pression ? Non il...! Tu crois...?


Je clignai des yeux, n'ayant clairement pas pensé à ça. Il ne semblait VRAIMENT PAS avoir la pression vu comment il me pressait pour qu'on le fasse. Il semblait même plus que à l'aise avec le sujet... Un peu trop même parfois...
Ma tante continua de m'expliquer que l'expérience ne voulait rien dire, que tout le monde était différent et que je ne devais pas chercher la comparaison ou la ressemblance et encore une fois, elle avait sans doute raison. Lizzie parvenait je crois à me calmer et à apaiser mes craintes, me faisant réfléchir sur ses dires.
Mon chéri et moi devions construire quelque chose rien qu'à nous ! Quelque chose qui nous appartenait.

- Hmmm...

Je souris à ma tante, mon regard libérée d'un certain poids. J'aimais cette idée ! J'aimais cette philosophie ! J'allais essayer avec ça. Puis au pire, je pouvais toujours aller voir Aiden pour du plus concret ! Après tout, c'était un mec ! Il devait savoir ce qui leur plaisait sexuellement ! Surtout qu'il état gay ! DOUBLE WIN !

- Donc si j résume, pas de Kama Sutra made in Rosenthal pour faire de moi une déesse au plumard ? Dommage... plaisantai-je avant de me redresser pour aller poser un baiser sur la joue de ma tante. Merci tata ! Ça m'a fait du bien de te parler de ça. J'en avais besoin. Tu... tu m'emmènerais ? Pour une contraception ?

Je me levai du canapé, prête à y aller direct. Je ne voulais pas perdre de temps.
Maman et moi étions proches et j'aurais aussi pu lui demander à elle mais... le sexe c'était quand même bien trop glauque à partager avec ses parents !
Je préférais voir ça avec tata !

- Oh ! me tournai-je vers elle en récupérant mon sac que je passai sur mon épaule. T'en parle pas à papa hein !

Il pensait que j'avais déjà une vie sexuelle plus que active et je tenais à ce que ça reste comme ça ! J'avais tout fait pour qu'il en soit persuadé ! Je savais que ça le rendait dingue et le faisait enrager de m'imaginer avec des garçons et pire encore, de faire l'amour avec eux, mouahahaha ! J'adorais le torturer avec ça !
Si il apprenait que j'étais toujours vierge mais que je me renseignais pour coucher, il serait capable de me m'enfermer avec ceinture de chasteté à la clé pour le restant de mes jours ! Et j'étais beaucoup trop jolie pour finir décrépie au fin fond d'un couvent défraichi !


♔♔♔


Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

THE talk ! [Lizzie] Jessev10 THE talk ! [Lizzie] Gabiva10 THE talk ! [Lizzie] Hansva10
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

THE talk ! [Lizzie] Empty
MessageSujet: Re: THE talk ! [Lizzie]   THE talk ! [Lizzie] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
THE talk ! [Lizzie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mandat kont Aristide - No DYOL to talk!
» 05 - I need to talk ♥ Saphira
» Let them talk [Pv Akeno]
» jaydan ⊹ when we have to talk about future
» jaydan ▬ when we have to talk to make things better

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
40 is the new sexy :: Espace détente :: Les vieux papiers :: Anciens rp-
Sauter vers:  
L'intégralité du forum appartient à ses administratrices: crackintime, Elsy, London et Aqualuna. Toute reproduction partielle ou totale de son contenu est interdite.
© 40 is the new sexy