Revenir en haut Aller en bas



 

40 is the new sexy :: Espace détente :: Les vieux papiers :: Anciens rp :: Rp abandonnésPartagez
is it any wonder ? (Adelaïd)

Invité
Invité
avatar

MessageSujet: is it any wonder ? (Adelaïd)   Lun 9 Juil - 2:55


La nouvelle était tombée comme un couperet. Pour la première fois, elle commettait une faute professionnelle, elle emportait le dossier d'une patiente, après l'avoir parcouru, après en avoir détaché les syllabes des mots les plus percutants. Elle avait espéré que ce soit une autre Adelaïd Schuylers, pouvoir encore se mentir à elle-même, mais la vérité concernait bel et bien sa sœur. Sa Ade bien à elle et pas une autre.

Si elle n'avait pas remplacé son collègue malade, elle n'aurait jamais su, si ça n'avait pas été Monika en charge des dossiers aujourd'hui, elle n'aurait pas su non plus. Et si elle n'avait pas surréagit lorsque son amie avait lancé un :« tiens, ta sœur s'appelle pas Adelaïd Schuylers sans un 'e' », elle n'aurait pas posé son regard sur le mot 'fausse-couche', elle n'aurait pas su ce que son ainée avait vécu. En soit, qu'elle lui ait caché à l'époque, elle pouvait le comprendre, mais entre temps, elles avaient eu des conversations, Dylan se souvient même de lui avoir parlé de la perspective d'avoir des enfants un jour, et sa sœur n'avait pipé mot.

Le cœur emmêlé de multiples sentiments contradictoires, Dylan se fit porter pale pour le reste de la journée et n'attendit pas même d'avoir prit quelque chose à manger – de toute manière elle avait l'estomac noué – pour se diriger chez Adelaïd qu'elle devait de toute manière voir plus tard. Elle avait le dossier en main, les doigts bien agripés sur les feuilles. Franchement, elle n'en avait rien à faire que ça puisse lui coûter sa place. La famille, c'est sacré, les proches sont ceux qui ne peuvent jamais te trahir parait-il. C'est ce qu'elle avait en tête concernant les êtres qui partagent le même sang. Et pourtant, sa sœur ne lui avait jamais rien dit à ce sujet, alors qu'elle lui disait tout ce qu'il se passait dans sa petite vie monotone, même ce qui pouvait la blesser le plus, même ce dont elle avait le plus honte.

Arrivée devant la porte, elle appuya le doigt sur la sonnette, plusieurs petits coups pour donner un son agaçant qui la porterait plus rapidement vers elle. Elle avait envie de l'engueuler, de pleurer aussi, de lui crier son injustice, mais aussitôt qu'elle fut face à elle, elle ravala ses émotions les plus tranchantes pour lui dire simplement. « Il faut vraiment, mais vraiment que je te parle. Je viens d'apprendre quelque chose... » Elle s'interrompt, elle n'a pas de mots adéquat pour dire ce qu'elle ressent à ce sujet. Puis elle n'avait pas non plus envie de la blesser. Elle entre comme chez elle. Dylan est pale, plus que de coutume, assortie à la tenue blanche qu'elle portait de son travail. Son ensemble d'ambulancière sur laquelle contrastaient des cheveux bruns lâches de chaque côté de son visage. La nouvelle n'est pas encore complètement digérée. Elle imaginait sa sœur lui cacher des sentiments qui devaient être semblables à de la torture, et alors, elle réussit à parler. « Pourquoi est-ce que tu ne m'as rien dis ? » Elle lui tend le dossier. Il n'y a pas beaucoup de pages, et la plus signifiante est la première.
Revenir en haut Aller en bas

Adelaïd Schuylers
Admin sexy - On compte les années qui restent
avatar

Messages : 144
Métier : Institutrice
A Hamburg depuis : Toujours
Points : 533
Date d'inscription : 25/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: is it any wonder ? (Adelaïd)   Lun 9 Juil - 3:21

La journée était pour le moins normale pour Adelaïd, comme un samedi peut l'être pour une enseignante qui n'a donc aucun cours à donner et se trouve être en week-end, enveloppée de sa solitude. La demoiselle traîne donc au lit, parce qu'elle en a le droit et fixe son plafond en réfléchissant aux vacances d'été qui se profilent à l'horizon pour elle. Dans quelques jours seulement, jusqu'à la prochaine année. En ce début de mois de juillet, elle a plus que hâte et commence à réfléchir sérieusement à la manière qu'elle aura d'occuper son été. faire un tour de la famille, des grands-parents, des cousins et cousines, comme elle l'avait dit à Carl Bauer, cela lui semble être une bonne idée. Elle en profitera aussi pour voir ses parents, ses frères et ses sœurs et se ressourcer auprès d'eux.

Quittant finalement son lit, la jeune femme rejoint la cuisine pour préparer un plateau de petit déjeuner, le corps couvert d'un peignoir noué à sa taille et elle remonte dans sa chambre pour prendre ce repas de reine tranquillement, en allumant la radio qui diffuse quelques musiques. Et tout en déjeunant et chantonnant, elle se perd sur son téléphone en allant voir ses contacts et ses tags préférés sur instagram. La journée ne sera pas très productive, mais elle n'a pour ainsi dire rien à faire pour l'école en cette fin d'année, ses dossiers sont tous terminés et elle peut donc se permettre de traîner. Mais toutefois, la jeune femme ira à la salle de sport, tout de même, comme elle a décidé de faire de nouveau attention à sa ligne en s'imposant des heures de sports et un contrôle de son alimentation. Mais elle ne ferait pas grand-chose d'autres. peut-être une promenade au parc, elle ne savait pas trop.

Quand on sonne à la porte, elle est dans la cuisine, enfin habillée, à faire sa vaisselle et elle hausse un sourcil avant d'aller ouvrir et s'étonner, paniquer aussi, en voyant l'allure de sa cadette. Cette dernière, presque aussi blanche que la blouse de travail qu'elle n'avait pas pensé à retirer ne manque pas de provoquer son inquiétude alors qu'elle imagine que sa soeur a un problème, si bien qu'elle ne comprend pas tout de suite ce que veux dire Dylan, jusqu'à ce qu'elle voit le dossier et déglutisse. Sa cadette ne devrait pas avoir eut accès à ce dossier. Depuis le temps, il devait être classé. Comment avait-il put ressurgir, 8 ans après les faits, 8 ans après sa séparation, 8 ans après la plus grande peine de son existence.

"- Dylan ! Tu ne devrais pas avoir ça c'est un dossier confidentiel qui devrait être dans les archives de l'hôpital, absolument pas entre tes mains !"

Non, Adelaïd ne répond pas et son coeur bat la chamade, alors qu'elle détourne les yeux du dossier que sa soeur lui présentait.

"- Cela n'a aucune importance, cela appartient au passé."

Un passé qui la ronge, qui la torture, qui la fait courir chez le psy régulièrement, au point que même son psy travaille avec elle depuis trop longtemps pour continuer... mais un passé tout de même et elle essaie encore une fois de se convaincre que c'est passé, que c'est de l'histoire ancienne. Mais elle sait bien que non, qu'elle souffre à chaque ventre rond qui passe, à chaque amie enceinte qui le lui annonce.

"- On... on pensait qu'on arriverait à gérer tout seuls..."

Mais ils n'y étaient pas arrivés, de toute évidence.



Never give up
Everyone's crazy anyway. And those who think they aren't, are the ones who are even crazier - because they're in denial.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: is it any wonder ? (Adelaïd)   Lun 30 Juil - 1:38

Ca lui semblait presque irréel, que sa sœur ait pu lui cacher quelque chose d'aussi important, d'aussi gros et sans aucun doute douloureux. Tout aussi iréel qu'elle n'avait pas vu qu'Adelaïd avait vécu cet événement. Elle n'aurait pas du avoir à lui dire, c'était elle qui aurait du s'en rendre compte, et elle le savait. Elle en avait même un peu honte il faut dire. Alors qu'elle était paniquée, son ainée restait encore calme. C'est que Dylan avait le don de s'en faire pour la moindre chose qui arrivait à sa famille depuis les problèmes qu'avait rencontré Maé. Et malgré ses tentatives pour faire mieux, elle n'y arrivait pas, et bondissait dès qu'il se passait quelque chose. « C'était par pur hasard... » qu'elle avoue, ses yeux azurs toujours rivés sur elle. C'est vrai, ce n'était pas elle qui était partie à la recherche du dossier, il était ressorti, sans doute pour être classé une bonne fois pour toute...
Bien qu'elle lui dise que cela appartenait au passé, elle ne pourrait pas se contenter de cette réponse. C'était un passé qui ne s'oubliait pas. Elle n'avait rien vécu de tel, mais il y avait tant de femmes à qui cela arrivait... Et elles ne le vivaient pas bien, celles qui montraient qu'elles avaient mal au fond d'elles, et encore, Dylan était persuadée qu'il n'y avait pas un quart de leur douleur, vue à la surface. « Je sais que ça fait longtemps, mais je n'pouvais pas ignorer ça... c'est pas rien. »

Sa sœur lui avoue qu'ils pensaient gérer. Adelaïd a toujours été plus secrète que Dylan sur ce qu'elle vivait, sur ce qu'elle ressentait. L'ambulancière, elle, avait au moins l'avantage d'arriver à se confier facilement, à chercher elle-même des personnes pour l'entourer quand ça n'allait pas. Et pas une seule, non, le plus possible, tant que ses larmes pouvaient encore couler. « Et vous n'y êtes pas arrivés... » Elle pose le dossier et s'approche de sa sœur pour la serrer dans ses bras. Elle ne saurait dire si c'était pour la consoler, ou se consoler elle-même, mais il fallait qu'elle la tienne entre ses bras, pour le soutient qu'elle 'navait pas pu lui apporter autrefois. « Maman sait ? » qu'elle demande comme si c'était évident qu'elle ait pu lui en parler. « Tu sais, je t'en veux pas. Je suis juste triste de ne pas avoir pu être là pour toi. Et de ne pas t'avoir aidé comme tu l'aurais mérité. » Elle avale sa salive, le cœur gros, mais les yeux secs, qui n'avaient pas cédé à l'excès d'émotions de Dylan. Elle relâche l'étreinte qu'elle a sur Adelaïd. « Ca va mieux, maintenant ? »
Revenir en haut Aller en bas

Adelaïd Schuylers
Admin sexy - On compte les années qui restent
avatar

Messages : 144
Métier : Institutrice
A Hamburg depuis : Toujours
Points : 533
Date d'inscription : 25/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: is it any wonder ? (Adelaïd)   Lun 30 Juil - 2:24

Adelaïd est perdue, elle ne sait pas comment sa sœur a put se procurer ce dossier. Depuis presque neuf ans, maintenant, qu'elle a fait cette fausse couche, elle aurait pensé que ce foutu dossier serait au fin fond des archives de l'hôpital d'Hambourg. Elle n'avait jamais imaginé qu'il puisse se retrouver entre les mains de sa cadette à qui elle cachait cet événement depuis tout ce temps, comme à tout le reste de sa famille. Peut-être par pudeur, peut-être parce qu'elle n'avait pas voulu subir en prime la pitié des gens dans leurs regards ou parce qu'elle avait pensé qu'elle pouvait gérer seule, qu'elle le dirait plus tard. Sauf qu'avec Karl tout était allé de travers et elle n'avait rien put surmonter du tout sur ce plan là, enchaînant les rendez-vous chez un psychologue, toujours le même depuis tout ce temps. Carl Bauer. Un homme qui refusait maintenant de la suivre et qui demandait à se voir en ami...

«- C'est pas sensé être classé au fin fond des archives ce truc depuis le temps ?»

Elle prend le dossier et l'ouvre finalement, regardant la première page pour y lire la mention «huit semaines aménorrhées – perte de l'embryon.» Six semaines, c'était la durée de sa grossesse. Trois semaines, seulement, où elle avait eut conscience d'être enceinte, où elle s'était réjouit de la perspective de devenir mère, où avec Karl ils avaient milles et un projet. Elle referme le dossier devant la mention «17mm». C'était tout petit donc et pourtant cela laissait dans sa vie un vide immense. Elle rend le dossier à Dylan.

«- 17mm. C'est pas grand chose Madame et vous ne sentirez rien. Il partira tout seul. Pour le corps médical, c'est rien. Sale habitude j'présume.»

Adelaïd voudrait ne pas en parler, elle voudrait fuir la conversation, ne pas avoir à en parler et elle sent déjà son cœur qui se serre sous l'effet de la douleur. Elle s'était senti si heureuse en découvrant le résultat du test. Et finalement... On dit qu'une femme sur deux fait une fausse couche sans le savoir, trop tôt pour avoir sut qu'elle était enceinte. Elle aurait bien mieux aimé ce cas de figure.

«- Non.»

Ils avaient trop de douleur en eux, et dans un même temps ne pouvaient ni l'un ni l'autre rejeter la faute sur leur compagnon. Ils avaient pourtant besoin d'un coupable, de quelqu'un à qui faire payer leur échec, quelqu'un à qui faire payer leur peine. L'un et l'autre s'étaient attaqués à l'autre plus qu'ils ne s'étaient soutenus. Comme Dylan la prend dans ses bras, Adelaïd se laisse faire avant de secouer négativement la tête.

«- Non... Personne ne sait. Juste.. Toi. Karl. Carl avec un C. Mon psy. Depuis... tout ça.»

L'étreinte rompue la brune se mord la lèvre inférieure.

«- En fait... pas tellement. Chaque ventre rond... Chaque enfant de 2010... je les vois grandir et je me dis qu'il aurait dû être en classe avec eux... Il était prévu pour mi-Mars. Je l'ai perdu début Aout.»

Et la date approchait. Elle irait au cimetière comme tout les ans, pour une tombe qui n'existait pas, pour une croix sans noms. Seulement parce que c'est dans ce genre de coin que l'on se recueille. Et qu'elle n'avait pas d'endroit pour le faire, autrement.



Never give up
Everyone's crazy anyway. And those who think they aren't, are the ones who are even crazier - because they're in denial.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: is it any wonder ? (Adelaïd)   

Revenir en haut Aller en bas
 
is it any wonder ? (Adelaïd)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» never let you go (adelaïde)
» ADELAÏDE & ANDREAS - save my soul, save myself [hot]
» ADELAÏDE KANE
» "Madame" Adelaïde Bonefamille [Libre]
» Adelaïde | Tout, c'est bien mieux que rien.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
40 is the new sexy :: Espace détente :: Les vieux papiers :: Anciens rp :: Rp abandonnés-
Sauter vers:  
L'intégralité du forum appartient à ses administratrices: crackintime, London , Warren et Elsy. Toute reproduction partielle ou totale de son contenu est interdite.
© 40 is the new sexy