Revenir en haut Aller en bas



 
anipassion.com
40 is the new sexy :: Espace détente :: Les vieux papiers :: Anciens rp :: Rp abandonnésPartagez
the perfect illusion (Camille)

Gaspar Obermayer
Admin sexy - Heureux pour mon âge
avatar

Messages : 95
Métier : Chef des opérations dans l'entreprise de son père, futur héritier
A Hamburg depuis : Toujours.
Points : 87
Date d'inscription : 26/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: the perfect illusion (Camille)   Lun 2 Avr - 15:53


the perfect illusion
«Ne t’en fais pas, j’aurai sûrement déjà vider le bar si ça avait été moi » Lui répondait-il avec un sourire amuser, alors qu’il prenait place face à elle tout en se demandant intérieurement si l’intérêt de se dîner était approprié. Cela faisait trois mois qu’ils avaient annoncé leur fiançailles, trois mois qu’ils faisaient semblant d’être un couple parfait alors que jusque-là ils n’avaient rien partagé de plus que des sourires et léger baiser devant les caméras et appareilles photos des journalistes. Trois long mois, sans même partager un moment intime avec elle. Il considérait sa relation avec la blonde comme un contrat à honorer comme une tâche à effectuer après laquelle on le laissera tranquille. Il n’avait pas idée de ce qu’elle pouvait penser de lui ou de la situation, ils n’en avaient encore jamais parlé. « Bien sûr, ça sera un whisky pour moi … un double. » Sa gorge était devenu sèche au fil des secondes, il était nerveux sans vraiment s’en rendre compte, comme s’il n’avait pas le droit à l’erreur, comme s’il devait se forcer à être l’homme tant parfait que sa mère avait dû promettre à Camille. Il comprenait que l’envahissement de sa mère n’était pas vu d’un bon œil de la part de Camille et essayerait malgré tout de le faire savoir à sa mère et ce même s’il savait d’avance que ça sera comme s’il parlait à un mur.

« Je dois avouer que je n’attendais pas moins d’elle, elle a toujours voulu voir son unique fils passer le cap du mariage et voilà que son rêve va devenir réalité, à sa place je pense que toi comme moi serait à sa place. » Il comprenait sa mère, bien qu’elle était très envahissante dans sa vie de tous les jours, mais surtout depuis que la date du mariage avait été fixé. « Bon j’avoue, que quelques fois j’aimerai ne pas l’avoir dans mes pattes, mais que veux-tu … » Il avait conscience que sa mère pouvait la faire fuir, mais que pouvait-il faire ? Devait-il la repousser et prendre le risque de la perdre à tout jamais ? Non il n’en était pas capable, sa mère était tout pour lui et ne plus l’avoir dans sa vie n’était pas imaginable.

La question qu’elle lui posait ne le laissa pas indiffèrent, alors que son regard prit un détour en s’arrêtant quelques secondes sur le spectacle qu’offrait le décolleté de sa fiancée, il plongea finalement son regard dans le sien. « J’imagine que ce n’est pas la meilleure des situations, se marier avec un inconnu sans sentiment apparent. » Là-dessus, il n’avait aucun doute, il n’y avait aucun sentiment entre eux, bien que le temps leur ouvrirait peut-être des portes au fur et à mesure. « Mais quand je te vois, je me dis que j’ai envie de franchir le cap, j’ai envie d’apprendre à te connaître d’avantage. » Il était sincère, il avait envie d’apprendre à la connaître et ce même si ce mariage ne l’emballait pas plus que ça. Ses parents étaient peut-être à l’origine de cette mascarade de mariage, mais Gaspar s’entendait très bien avec Camille et il laissait une option sur le fait que sa mère ne s’était pas trompé en affirmant qu’elle était faite pour lui et qu’il fallait qu’il y mette du sien pour apprendre à la connaître et peut-être en tomber amoureux. « Je pense que ça pourrait fonctionner toi et moi. Nous sommes tous les deux issus du même monde, puis l’entente est plutôt bonne entre nous. » Il n’avait pas le droit à l’erreur et ne devait pas mettre fin à sa relation avec elle. Il espérait qu’elle souhaitait en apprendre plus sur lui, il espérait qu’il lui plaise un minimum pour qu’elle puisse s’imaginer vivre en sa compagnie en tant qu’épouse. Rien était assuré, mais il se devait de faire un effort.  « Je n’ai pas envie que tu te sente forcé Camille et sache que je comprend si tu décide de changer d’avis.»
AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Gaspar Obermayer le Lun 2 Avr - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: the perfect illusion (Camille)   Lun 2 Avr - 18:18



the perfect illusion


« Je suis dans l’ascenseur Merry. Dîtes à James que je l’appelle à la première heure demain matin. Et s’il commence à ronchonner ou que sais-je d’autres, faîtes-lui bien comprendre que j’ai la situation en main, que le contrat doit être finalisé ce soir, que je vais bucher dessus jusqu’à pas d’heure s’il le faut, mais il peut s’assurer que tout sera en ordre demain. Je compte sur vous Merry. Merci, bonne soirée » Quel idiot ! se disait-elle en raccrochant à son assistante. James faisait partie de ses clients, anglais de surcroît, attaché à la rigueur et aux bons chiffres en face des bonnes cases. Un tatillon de première, exigeant avec une force de négociation très difficile. Le genre de gentleman qui vous baise la main en vous proposant un dîner d’affaires mais qui pinaille à la moindre virgule s’il avait senti que vous vous étiez retenue de complaire ses avances… Bref. Il était temps de rentrer. Enfin, la soirée ne faisait que commencer pour Camille puisqu’elle avait rendez-vous – étrange d’employer ‘rendez-vous’ lorsqu’elle parle de son fiancé – avec Gaspar, futur époux de la demoiselle.

La jeune femme changea de chaussures tout juste sorti de l’immeuble de l’agence, rangeant ses ballerines Repetto d’un rouge brick ravissants pour des stilettos noir brillants, qui mettaient en avant ses jolies jambes et sa chemise blanche dont elle déboutonna un bouton supplémentaire pour aérer son cou et le haut de sa poitrine. Elle se refit une beauté en vitesse dans le taxi qui la mena au restaurant et remonta ses boucles blondes en un chignon décoiffé mais élégant.

Gaspar avait pris soin de réserver dans un de ces établissements hors de prix d’Altstadt où les chefs se prenaient pour des étoilés et proposaient des plats poétiques sur la carte, affreusement chers, mais plutôt bons. Camille n’avait pas tiqué, et avait accepté avec plaisir ce dîner.

Elle arrivait la première – elle avait horreur de ça. Elle hésitait même à ressortir pour jouer la retardataire qui avait un million de choses à gérer – le business, tout ça… Tant pis. Elle prit place à la table qui leur était réservée pour la soirée et s’empressa d’accrocher son gilet et se remit du rouge à lèvres. Camille commanda un Gin Tonic, se disait que cela ferait arriver l’homme. Dès la première gorgée, elle se surprit à ressentir une sensation de timidité à l’approche de Gaspar qui s’approchait d’elle et la salua d’un doux baiser en coin des lèvres. « Bonsoir Gaspar… Pardonne-moi, j’avais affreusement soif », lui répondit-elle en indiquant son verre et en fuyant son regard clair et tout à fait déstabilisant. Cette histoire de fiançailles l’amusait au début. Mais depuis quelques temps, elle se demandait si elle n’avait pas fait une connerie : un mariage quoi. Il y aurait des alliances, de la famille – elle hésitait encore à convier la sienne -, des petits fours, un homme d’Eglise – quoi que ça, ce n’était pas sûr ! -, un nom de famille à porter… Camille avait le tourni.

« Tu n’es pas mal non plus… Veux-tu m’accompagner ? » Camille fit signe au serveur de venir prendre la commande de Gaspar. Elle n’allait pas boire toute seule, enfin ! Il fallait du soutien – et beaucoup d’alcool. Gaspar s’installa face à elle. Alors, c’est comme un rendez-vous galant ? Un diner d’affaires ? Un dîner en amoureux ? Un mix des trois. Mais Camille, plus elle fréquentait Gaspar, plus elle passait du temps avec lui, plus la relation qu’elle vivait avec lui l’animait, lui plaisait. Mais était-ce simplement une histoire de communication ? Une histoire médiatique ? « Frieda nous accorderait-elle un peu d’autonomie et de libre-arbitre sur notre futur ? Quelle chance que nous avons mon cher ! Je suis impressionnée et particulièrement… touchée ! », répondit Camille, en croisant les bras sur la table et en s’avançant vers Gaspar, laissant sa chemise et son décolleté s’ouvrir un peu plus, tout en plongeant ses grands yeux dans les siens.

« Gaspar… comment te vois-tu dans 6 mois, 1 an ? Tout le monde sera content. Mais toi ? Moi ?
Comment nous vois-tu ? Ce n’est pas une question piège. C’est juste que… le mariage est un engagement particulier. Il n’est pas un engagement économique, politique ou que sais-je. Penses-tu que nous arriverons à tous les duper ? »

Camille avait jeté son pavé dans la mare. Elle n’aimait pas vraiment tourner autour du pot. Avant de s’atteler aux détails techniques, matériels d’un tel événement, elle aimait que l’idée de base soit bien réfléchie et consentie. En tout cas, elle l’espérait.


© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas

Gaspar Obermayer
Admin sexy - Heureux pour mon âge
avatar

Messages : 95
Métier : Chef des opérations dans l'entreprise de son père, futur héritier
A Hamburg depuis : Toujours.
Points : 87
Date d'inscription : 26/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: the perfect illusion (Camille)   Lun 2 Avr - 18:59


the perfect illusion
«Ne t’en fais pas, j’aurai sûrement déjà vider le bar si ça avait été moi » Lui répondait-il avec un sourire amuser, alors qu’il prenait place face à elle tout en se demandant intérieurement si l’intérêt de se dîner était approprié. Cela faisait trois mois qu’ils avaient annoncé leur fiançailles, trois mois qu’ils faisaient semblant d’être un couple parfait alors que jusque-là ils n’avaient rien partagé de plus que des sourires et léger baiser devant les caméras et appareilles photos des journalistes. Trois long mois, sans même partager un moment intime avec elle. Il considérait sa relation avec la blonde comme un contrat à honorer comme une tâche à effectuer après laquelle on le laissera tranquille. Il n’avait pas idée de ce qu’elle pouvait penser de lui ou de la situation, ils n’en avaient encore jamais parlé. « Bien sûr, ça sera un whisky pour moi … un double. » Sa gorge était devenu sèche au fil des secondes, il était nerveux sans vraiment s’en rendre compte, comme s’il n’avait pas le droit à l’erreur, comme s’il devait se forcer à être l’homme tant parfait que sa mère avait dû promettre à Camille. Il comprenait que l’envahissement de sa mère n’était pas vu d’un bon œil de la part de Camille et essayerait malgré tout de le faire savoir à sa mère et ce même s’il savait d’avance que ça sera comme s’il parlait à un mur.

« Je dois avouer que je n’attendais pas moins d’elle, elle a toujours voulu voir son unique fils passer le cap du mariage et voilà que son rêve va devenir réalité, à sa place je pense que toi comme moi serait à sa place. » Il comprenait sa mère, bien qu’elle était très envahissante dans sa vie de tous les jours, mais surtout depuis que la date du mariage avait été fixé. « Bon j’avoue, que quelques fois j’aimerai ne pas l’avoir dans mes pattes, mais que veux-tu … » Il avait conscience que sa mère pouvait la faire fuir, mais que pouvait-il faire ? Devait-il la repousser et prendre le risque de la perdre à tout jamais ? Non il n’en était pas capable, sa mère était tout pour lui et ne plus l’avoir dans sa vie n’était pas imaginable.

La question qu’elle lui posait ne le laissa pas indiffèrent, alors que son regard prit un détour en s’arrêtant quelques secondes sur le spectacle qu’offrait le décolleté de sa fiancée, il plongea finalement son regard dans le sien. « J’imagine que ce n’est pas la meilleure des situations, se marier avec un inconnu sans sentiment apparent. » Là-dessus, il n’avait aucun doute, il n’y avait aucun sentiment entre eux, bien que le temps leur ouvrirait peut-être des portes au fur et à mesure. « Mais quand je te vois, je me dis que j’ai envie de franchir le cap, j’ai envie d’apprendre à te connaître d’avantage. » Il était sincère, il avait envie d’apprendre à la connaître et ce même si ce mariage ne l’emballait pas plus que ça. Ses parents étaient peut-être à l’origine de cette mascarade de mariage, mais Gaspar s’entendait très bien avec Camille et il laissait une option sur le fait que sa mère ne s’était pas trompé en affirmant qu’elle était faite pour lui et qu’il fallait qu’il y mette du sien pour apprendre à la connaître et peut-être en tomber amoureux. « Je pense que ça pourrait fonctionner toi et moi. Nous sommes tous les deux issus du même monde, puis l’entente est plutôt bonne entre nous. » Il n’avait pas le droit à l’erreur et ne devait pas mettre fin à sa relation avec elle. Il espérait qu’elle souhaitait en apprendre plus sur lui, il espérait qu’il lui plaise un minimum pour qu’elle puisse s’imaginer vivre en sa compagnie en tant qu’épouse. Rien était assuré, mais il se devait de faire un effort.  « Je n’ai pas envie que tu te sente forcé Camille et sache que je comprend si tu décide de changer d’avis.»
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: the perfect illusion (Camille)   Dim 8 Avr - 19:05



the perfect illusion


Gaspar et son regard de braise prenaient place face à Camille. En prenant du recul, il lui arrivait d’avoir un peu le tournis : cela faisait une seule petite année au final qu’ils se connaissaient, qu’ils avaient sympathisé et tout s’était accéléré. Un « accord », un arrangement mutuel à l’égard du monde extérieur : faire semblant, faire croire. Faire penser à qui les voyaient, les apercevaient qu’ils étaient ensemble et prévoyaient un mariage par la même occasion. C’était du rapide ! « Mais dans le milieu, on voit ça tout le temps au final », pouvait penser le monde extérieur, la presse, le grand monde. Gaspar prit un double whisky. La soirée risquait d’être détendue. Et tant mieux !

« J’ai toujours apprécié ta mère Gaspar, nous la connaissons depuis longtemps dans ma famille… Mais si elle prend tout, trop à cœur, je saurais le faire savoir… » avertit Camille. Elle n’aimait pas être pressée par autrui, ressentir une certaine attente de la part des autres. Surtout si elle n’était pas sûre. Elle avait l’impression que le « couple » fantasque devait rentrer dans les préceptes imaginés par la mère de Gaspar, que tout devait se passer comme ELLE, l’avait décidé. Et cette limitation de liberté n’allait pas plaire à Camille, loin de là.

La question que Camille venait de poser aller être le top départ d’une soirée de réflexion, imagination, de projection. Il lui fallait des réponses avant de penser à l’événement en lui-même. Gaspar ne lui était pas indifférent, mais elle ne voulait pas jouer les groupies qui attendait plus qu’un pacte entre deux parties. « Tu as raison… C’est… déroutant, inhabituel… C’est excitant ! » fit-elle en ouvrant grand ses yeux et laissant échappé un large sourire. Camille sentait le Gin se diffuser dans ses veines, ses joues se parer de rouge et la châleur montait, il lui tarder de commander. « Je peux dire qu’en te voyant… je suis bien tombée ! » poursuit-elle en s’asseyant au fond de siège, croisant les bras, son verre à la main, clichant de l’œil.

Ce mariage allait lui servir, c’était sûr. Gaspar était un bon parti : fils de bonnes famille, promis à un bel avenir, séduisant, intelligent, sympathique et agréable. La pression d’un événement pareil l’empêchait peut-être d’essayer de voir au-delà, de creuser, de laisser semer le doute. L’organisation d’un mariage arrangé ne laissait plus le temps à la séduction, à essayer de voir si leurs chemins auraient pu se croiser de façon naturelle. C’était ça qui gênait le plus Camille. « Je ne me sens pas forcée. Je suis un peu frustrée de ne pas avoir vécu les différentes étapes qui font qu’une relation peut se créer, se maintenir, durer, si on peut imaginer une relation exclusive, officielle, tu vois ? Les choses normales qui arrivent quand on rencontre quelqu’un qui nous plait quoi » , affirma Camille.

Il n’avait pas beaucoup de temps. Frieda arriverait à la fin du dîner, ils devaient aborder quelques sujets relatifs à l’organisation du mariage, mais Camille ne pouvait pas s’en empêcher : « Et si on faisait comme si ? Et si ce dîner était notre 1er rendez-vous ? On s’est rencontré un jour, un soir dans un bar, une soirée. On a sympathisé, on a échangé nos numéros, on se revoit. Voilà, nous y sommes. Qu’en penses-tu ? »  


© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas

Gaspar Obermayer
Admin sexy - Heureux pour mon âge
avatar

Messages : 95
Métier : Chef des opérations dans l'entreprise de son père, futur héritier
A Hamburg depuis : Toujours.
Points : 87
Date d'inscription : 26/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: the perfect illusion (Camille)   Mar 10 Avr - 14:23


the perfect illusion
Leur relation, si tout de fois pouvait-on l’appeler une relation, avait commencé sur les chapeaux de roue. Gaspar avait connu Camille par sa mère qui avait insisté pour qu’il accepte de la rencontrer, alors que son cœur cicatrisait encore de sa dernière relation qui avait pris fin de manière inattendue. Il pensait former un couple solide avec Sarah, il pensait passer sa vie entière en sa compagnie, mais tout avait été remis en question en l’espace de quelques secondes, alors qu’il avait franchis le seuil de la porte de son appartement et avait découvert un appartement démuni des affaires de sa douce. Après plusieurs questionnements à ce sujet, il réalisait qu’elle l’avait simplement quitté. Ce qu’il ignorait, c’était que sa famille, sa mère principalement avait été juge dans le départ de la brune. Il s’était retrouvé seul face à son chagrin, avait commis certains dérapages. Principalement avec l’alcool, s’affichant souvent avec un verre en trop face aux journalistes friand de dégoter une histoire scandaleuse pour leurs articles. Il faisait mauvaise presse à la famille, comme toujours et cela ne pouvait plus durer. D’après Frieda, il avait besoin de trouver une jeune femme avec qui passer sa vie, avec qui il aurait une bonne image et transmettrait de la sympathie envers les gens. Il fallut que quelques jours pour qu’elle puisse réussir à le convaincre de rencontrer Camille, une belle jeune femme qui lui correspondait sans aucun doute d’après sa mère. C’est après quelques mois qu’ils apparaissent sourire aux lèvres aux yeux de tous en tant que futur couple marié. Ils avaient réussi à duper tout le monde en faisant croire à une relation remplie d’amour, alors qu’ils se connaissaient à peine. Un jeu de maître orchestré par la redoutable Frieda Obermayer qui ne se privait pas de mettre son grain de sel partout ou elle le pouvait. Menant la vie de son fils à la baguette comme toujours. Elle était prête à tout pour que ce mariage réussisse et ne se privait pas d’être présente à chaque rendez-vous pour être sûr d’arriver au bout de son souhait. Elle ne se privait pas d’être sur le dos de son fils, mais également sur celui de la belle blonde qui allait l’épouser, dictant chaque désir lié au mariage à venir. « N’hésite vraiment pas à la remettre à sa place si besoin se fait ressentir, mais tu auras du fil à retordre avec elle, ça fait trente-huit ans que j’essaye de la remettre à sa place pour qu’elle arrête de se mêler de tout et à ce jour je n’ai toujours pas trouvé le moyen de m’en débarrasser. » Disait-il avec un sourire amusé. Il est vrai que sa mère avait tendance à s’accrocher et que s’en débarrasser était une mince affaire. Il avait pourtant essayé de se défaire de cette emprise bien des fois ce qui fut sans succès.

Il avait conscience que la situation n’était pas des plus courante, il se retrouvait fiancé à une femme qu’il n’avait pas connue bien longtemps et comprenait qu’elle devait également penser que tout était précipité, bien que cela était plus ou moins excitant. Il l’observait tout en prenant une gorgée de son whisky qui ne manqua pas de lui brûler légèrement la gorge en descendant le long de son œsophage. « Je te retourne le compliment, ma mère n’aurait sûrement pas pu trouver mieux que toi, tu as une carrière admirable et je dois avouer que tu es très séduisante.» Un compliment perdu parmi ses mots qu’il pensait réellement, Camille était vraiment le genre de femme qui pouvait plaire à Gaspar. Tout laissait à croire qu’ils allaient bien s’entendre et formeraient le couple parfait, mais les points que la blonde citait n’étaient pas faux. Ils n’avaient pas eu l’occasion d’en apprendre plus l’un sur l’autre, ils n’avaient pas eu de premier rendez-vous pour apprendre à se connaître et étaient bien loin d’une relation exclusive. Croisant les bras à son tour tout en retrouvant le dossier de la chaise avec son dos, il ne la lâchait pas du regard. « Oui, je vois. Je pense que nous pourrions avec le temps apprendre à nous connaître et devenir réellement un couple …» Il ne savait pas si le futur allait être de leur côté, mais Gaspar avait tout intérêt de s’investir dans cette relation et de ne pas décevoir.

Frieda n’allait pas tarder à débarquer au sein de ce dîner qui était plutôt reposant, permettant aux deux futur mariés de discuter à cœur ouvert sans aucune pression. Camille proposait de simuler leur premier rendez-vous après une rencontre ou ils auraient échangé leur numéro. Une idée qui plu à Gaspar et qui le fit sourire, redoutant presque que sa mère allait débarquer au milieu de tout ça. « Oui, faisons ça.» Dit-il simplement avant de prendre une nouvelle gorgée de son verre et de s’appuyer sur la table pour faire face à Camille. « Parle-moi de toi, je veux tout savoir.»
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: the perfect illusion (Camille)   

Revenir en haut Aller en bas
 
the perfect illusion (Camille)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Camille Chalmers rejette le DNSCRP comme un instrument de politique Néo-libérale
» Qui ose troubler ma tranquillité ? {Pour Illusion}
» picture perfect memories - nolà
» Perfect World
» Camille Silvan [Pouffy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
40 is the new sexy :: Espace détente :: Les vieux papiers :: Anciens rp :: Rp abandonnés-
Sauter vers:  
L'intégralité du forum appartient à ses administratrices: crackintime, London , Warren et Elsy. Toute reproduction partielle ou totale de son contenu est interdite.
© 40 is the new sexy