40 is the new sexy :: Hambourg :: Le reste du monde :: FlashbackPartagez
C'est MON tonton ! [Oliver]

En ligne
Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Gabi Rosenthal

Messages : 594
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : Un peu plus de 1 an
Points : 2154
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: C'est MON tonton ! [Oliver]   Jeu 20 Déc - 23:42



OLIVER & GABI

MERRY CHRISTMAS !
EXCEPT FOR YOU, BITCH...



Perchée sur le grand tabouret de la cuisine sur laquelle son père l'avait hissée quelques minutes plus tôt, Gabi regardait avec gourmandise la cuillère en bois mélanger la pâte à gâteau que sa maman préparait pour le réveillon de noël.
Elle avait mit une jolie robe rose avec plein de paillettes, un beau ruban dans ses cheveux et maman lui avait même mis un peu de rose sur ses lèvres pour qu'elle soit jolie comme elle ! Puis elle avait des nouvelles chaussures toutes vernies ! D'ailleurs, Benett devait la porter partout dans la maison, parce qu'elle avait peur de les abîmer. C'est qu'elle se voyait dedans !
La petite fille de 5 ans était toute excitée ! Ce soir, elle aurait le droit de se coucher plus tard que d'habitude, de manger plein de bonnes choses et avant d'aller dormir, elle laissera des carottes sur le bord de la cheminée pour les rennes du traîneau et aussi du champagne pour le Père Noël ! Puis demain quand elle se réveillerait et qu'elle courrait au salon, il y aurait plein de cadeaux au pied du sapin ! Elle s'était évertuée à être trèèèèès sage ! Donc elle allait forcément avoir pleiiiiiiiiin de cadeaux avec plein de papiers d'emballage de couleurs différentes ! Pourvu que les lutins du Père Noël aient eu le temps de fabriquer la poupée qu'elle avait vu à la télé ! Celle qui faisait du patin à glace ! Et aussi le gros ours en peluche qui faisait au moins 2 fois sa taille ! Oh et des patins ! Des vrais ! Pour qu'elle puisse faire comme les jolies dames de la télévision ! Ca ferait sans doute beaucoup dans le traîneau mais... mais elle avait vraiment été gentille et avait bien travaillé à l'école aussi !

Gabi tourna un instant la tête afin de contempler le sapin qui illuminait le salon. Elle avait tellement hâte ! Plus que un dodo ! Elle avait ouvert chaque jour ses cases de calendrier et ce matin, elle avait ouvert la dernière !
Le sapin cette année, était immense ! Papa et tante Lizzie en avaient rapporté un si grand avec l'aide de son oncle Oliver qu'il touchait presque le plafond ! Pour aider à le décorer, Gabi avait du grimper sur les épaules de tonton ! Cette année, c'était même elle qui avait mit l'étoile tout en haut du sapin et maman avait acheté de la fausse neige pour la jeter sur ses branches ! Puis à l'école, elle avait fabriqué des boules de Noël pour tout le monde ! La maîtresse leur avait fait décorer des boules avec des paillettes, des plumes, du coton et des feutres de couleur. Elle était impatiente de donner la sienne à son tonton ! C'était elle-même qui l'avait emballé !

Mais pour le moment, l'heure était à la gourmandise ! Les coudes sur le grand plan de travail en marbre qui était déjà couvert de plusieurs préparation bien gourmandes, son menton sur ses petits poings fermés, Gabi regardait la cuillère couverte de chocolat telle une lionne guettant une gazelle dodue qui aurait pointé son nez à l'orée de la rivière.

- N'y songe même pas, chérie ! s'amusa sa mère. Quand ils seront cuits dans quelques minutes, tu pourras en avoir un.
- Mais c'est meilleur cru maman !
implora-t-elle de ses grands yeux bleus expressifs.
- Ça rend malade la pâte crue mon ange, arriva son père, déposant un baiser sur la joue d'Isalyne.
- Tu en manges bien toi !

Elle pointa de son petit doigt la commissure des lèvres de Benett où il restait une trace de chocolat brun, visiblement outrée. On ne la lui faisait pas à elle ! Il s'éclaircit la voix avant de s'essuyer avec un coin du torchon que maman avait sur l'épaule.

- Tu vas te gâcher l'appétit si tu manges ça Gabi. T'auras plus de place pour le reste.
- Je te promets que non ! Je mangerai tout !
tendait-elle déjà sa menotte quémandeuse vers la cuillère.

Isalyne soupira en riant et craqua face à la bouille d'ange de sa fille. Elle finit par lui tendre l'objet de tous ses désires.

- Juste la cuillère hein ! Pas touche au saladier !

Gabi hocha vivement la tête, léchant la cuillère en long en large et en travers, ses yeux fermés, extatiques. Isalyne prit une autre cuillère afin de terminer ses biscuits, puis s'approcha de Gabi afin de la débarbouiller, lorsqu'on sonna à la porte.

- Gabi ! appela son père depuis l'autre bout de la maison. Oliver est arrivé !
- Tontoooooon ! Tonton ! Tonton ! Tonton !


Elle se laissa glisser avec plus ou moins de... grâce et de précautions du haut du tabouret et se précipita aussi vite que ses petites jambes le lui permettaient chercher le cadeau qu'elle lui avait fait. Ceux de son papa et de sa maman ornaient déjà une des branches du sapin et tata Elisabeth avait exposé la sienne chez elle, bien en évidence ! Elle n'était pas peu fière !
Le petit paquet en main, l'enfant qui avait des airs de petite poupée tant elle était jolie dans sa petite robe avec ses grands cheveux bouclés et ses hypnotiques et immenses yeux bleus, se hâta vers l'entrée qui là tout de suite, était sans doute l'endroit le plus important de la maison pour elle ! Elle ne pensait plus à ses chaussures qu'elle ne voulait pas abîmer pour le coup ! Son tonton, celui avec qui elle se marierait quand elle serait grande, était enfin là ! Oliver il était trop génial ! Il s'amusait toujours avec elle, il la faisait voler au dessus de sa tête, il sentait bon et en plus, il était trop beau.

Dès que son oncle arriva dans son champs de vision, le visage de Gabi s'illumina d'un immense sourire radieux. Elle courut plus vite encore si c'était possible vers Oliver, tendant ses bras, ses grands yeux morts d'amour pour lui.

- Tonton ! Tonton !!!!!

Aussitôt dans ses bras, elle le serra de toutes ses forces, lui donnant tout cet amour pur et inconditionnel de la petite fille qu'elle était, puis sans lui laisser deux secondes, ou ni même le temps de se poser ou de se déshabiller de son gros manteau, elle lui tendit son paquet maladroitement emballé :

- C'est pour toi ! C'est moi qui a fait ! Ouvre ! Ouvre !

Elle le guettait, curieuse de le voir ouvrir ce qu'elle avait fait pour lui ! Ce moment était parfait ! Beaucoup trop parfait !

- Oli ! Tu peux m'aider ?

Une fille entra avec un sac plein entre les bras dont Benett la déchargea. Le regard de Gabi se tourna vers l'intruse, qu'elle détailla de la tête aux pieds. Elle ne la connaissait pas. Elle ne l'avait même jamais vu. En tout cas, elle interrompait son moment avec son tonton !
C'était qui ELLE ?



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

En ligne
Oliver Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Oliver Rosenthal

Messages : 61
Métier : chômeur, branleur, feignant, maître de la rhétorique.
A Hamburg depuis : 6 mois
Points : 279
Date d'inscription : 18/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: C'est MON tonton ! [Oliver]   Ven 21 Déc - 11:27

«Oli ! Tu viens ? On va être en retard ! » s’indigne Jennifer alors que je m’affaire en cuisine. Mon poing se referme brusquement autour de la cuillère en bois que je suis entrain de ranger. Ma main gauche vient rejoindre la droite et se referme sur les doigts essayant ainsi de calmer les tremblements qui secouent mon bras. Fermant les yeux, je déglutis et pince les lèvres, m’efforçant de penser à autre chose qu’à ces tremblements qui ont commencés ce matin et qui deviennent de plus en violent au courant de la journée. «Oliver ? ça va ? » la voix de ma copine s’élève avec douceur derrière moi alors que sa main se pose tendrement sur mon épaule.   «oui. Je …j’ai juste mal à tête et je ne me sens pas très bien. Je sais pas pourquoi… » Rouvrant les yeux, je relâche la cuillère en bois et, alors que Jennifer pose le dos de sa main contre mon front, je me maudis intérieurement.

Je sais exactement pourquoi je ne suis pas bien. Ça va bientôt faire 24h que je n’ai pris aucune drogue. Je voulais être clean pour la fête de noël organisé par mon frère chez lui. Je ne voulais pas faire mauvaise impression devant les autres, car dieu sait que la drogue me fait faire des choses incontrôlables. «T’as un peu de fièvre aussi » s’inquiète Jennifer avant qu’elle ne se détourne pour prendre le téléphone « je vais appeler Benett pour annuler notre venu, je …» «non !» m’exclamais-je un peu trop brusquement en lui arrachant le combiné des mains. « Je …je veux dire, pas besoin. Ça va aller, au pire on rentre pas trop tard, mais je peux pas faire ça à Gabi …» reprenais-je en voyant le regard choqué que me lance Jennifer. Celle-ci s’adoucit rapidement et hoche la tête, reposant le combinet « J’ai hâte de la rencontrer cette petite » dit-elle en s’approchant de moi, me prenant le visage entre ses mains « Mais tu me dis quand ça ne va plus, ok ? On rentrera tout de suite et tu pourras te reposer » je lui souris et, posant une main sur sa hanche, me penche en avant pour l’embrasser «promis » soufflais-je.

« Attend moi dans la voiture, j’arrive tout de suite» reprenais-je finalement en me détachant. Jennifer hoche la tête et j’attends qu’elle soit sortie avant de monter à l’étage dans notre chambre. Sortant une boite cachée sous le lit, je l’ouvre et observe le contenu. Une seringue, une cuillère, du coton et deux paquets de poudres ainsi qu’un paquet d’herbe, du papier et du carton. J’attrape sans hésiter l’herbe, le briquet et le papier puis, après une plus longue hésitation je plonge un sachet de poudre dans la poche de mon pantalon avant de ranger le tout à sa place. Sortant de ma chambre,  j’ai un instant de mauvaise conscience mais décide que je ne suis pas forcément obligé d’utiliser tout ça. Je me rassure en me disant que ce n’est que ‘au cas où’ et descend au rez-de-chaussé. Je mets mes chaussures, attrape mon manteau et enfonce un bonnet sur ma tête avant de sortir et rejoindre ma copine qui est déjà au volant de notre Audi. M’installant, je lui fais silencieusement comprendre que c’est bon, qu’on peut y aller.

Arrivé chez Benett, j’attrape quelques affaires puis me dirige rapidement vers la porte où je sonne. Je n’ai pas besoin d’attendre longtemps avant qu’elle ne s’ouvre sur mon frère. Je sens que son sourire est crispé et que le mien est forcé mais nos salutations sont tout de même cordiales et il se déplace pour que je puisse entrée, appelant Gabi en même temps. Très rapidement j’entends les bruits de pas sur le parquet avant que ma tornade de nièce ne déboule dans le couloir. «Gabi ! » lançais-je alors que je me penche avant, l’attrapant dans mes bras et la serrant fortement contre moi. De toute la famille Rosenthal c’est elle qui a le plus de mérite. « C’est pour moi ça ?» demandais-je alors qu’elle me tend un paquet, m’ordonnant de l’ouvrir tout de suite. « Le père noël est déjà passé ? Et comment il sait que j’ai été sage moi, hein ?» je dépose ma nièce au sol puis me débarrasse de ma veste.

Au même moment j’entends la voix plaintive de Jennifer, qui me demande de l’aider avec toutes les affaires. Sans plus attendre je dépose le paquet sur le meuble du salon et me détourne de Gabi pour aller aider la jolie blonde. «voilà … » dis-je en déposant les sachets au sol « Jennifer je te présente Gabi, Gabi voilà Jennifer, ma copine» indiquais-je. « tu nous as pas prévenu que tu ramenais quelqu’un …» commente Benett sur ce ton détestable qui lui est propre. Je me redresse et lui fait face « Pas grave, Isalyne fait toujours trop a mangé de toute manière, donc une bouche de plus ou de moins, ça ne changera rien » dis-je sur un ton de défis avant de lui offrir un faux sourire et passer à côté de lui pour rejoindre ma belle sœur dans le salon, oubliant le cadeau de Gabi sur le meuble du salon.

Revenir en haut Aller en bas

En ligne
Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Gabi Rosenthal

Messages : 594
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : Un peu plus de 1 an
Points : 2154
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: C'est MON tonton ! [Oliver]   Sam 22 Déc - 0:42



OLIVER & GABI

MERRY CHRISTMAS !
EXCEPT FOR YOU, BITCH...



La petite fille pressa ses petites mains contre sa bouche et éclata de son joli rire d'enfant lorsque son oncle lui demanda si le Père Noël était déjà passé et comment il savait si il avait été sage.

- C'est moi tonton qui a fait ! Ouvre ! Ouvre ! répète-t-elle enjouée.

Une fois à terre, elle le regarda de ses grands yeux bleus amoureux, impatient de voir sa réaction lorsqu'il allait découvrir son cadeau ! Papa et maman avaient adoré le leur et lui avaient fait plein de jolis compliments ! Ils les avaient immédiatement accroché au sapin ! Tante Lizzie aussi ! Elle lui avait fait un énorme bisou en la serrant contre elle et l'avait tout de suite rangé dans son sac en lui promettant de la mettre bien en évidence chez elle ! Benett lui avait montré une photo sur son portable ! Une fois rentrée chez elle, Elisabeth avait photographié sa boule de noël, exposé sur une place de choix en plein cœur de son salon !
Elle s'était tout particulièrement appliquée sur la boule de son oncle ! Elle avait même tenu à écrire "tonton" dessus, de son écriture encore précaire. La maîtresse lui avait montré et elle avait recopié. Elle s'en était plutôt bien sortie !

Trépignant sur place, Gabi attend la réaction de son oncle presque plus encore qu'elle n'attendrait le matin de noël ! Jusqu'à ce qu'ils furent interrompus dans leur petite bulle d'intimité qui n'appartenait qu'à eux...
A l'apparition de la copine d'Oliver, la petite fille chercha une explication sur le visage de son père, puis de son oncle. C'était qui elle ? Pourquoi elle appelait Oli "Oli" ? C'était elle qui appelait son tonton Oliver "Oli" ! Et pourquoi elle était là d'abord ? Elle jolie. Elle avait les cheveux jaunes comme la Belle au Bois Dormant !
Hé mais...! Gabi vit son oncle poser son cadeau sans même l'avoir ouvert et se hâter vers l'inconnue qui quémandait son aide. Le regard de la petite fille se mua instantanément. Un Terminator lui-même n'aurait pas eu le regard plus acéré que celui de Gabi à cet instant.
CORRECTION ! Elle était moche, SUPER MOCHE même !

- Jennifer je te présente Gabi, Gabi voilà Jennifer, ma copine.

La petite bouille angélique se renfrogna et elle se cacha à moitié derrière son oncle lorsque la Jennifer se pencha vers elle afin de lui dire bonjour. Elle lui parlait d'une voix douce, gentiment, mais tout ce que pensait Gabi en la regardant, c'était : t'es qu'une moche et je t'aime pas ! Voleuse de tonton !
Hé d'ailleurs il était où tonton !?

Elle se retourna, ses longues boucles volaient dans son dos, pour le voir partir en direction du salon saluer maman. Légèrement tenace dans le genre, l'enfant se hissa sur la pointe de ses pieds afin d'atteindre son cadeau abandonné d'une moue boudeuse et une fois son précieux trésor entre ses mains, elle courut après son oncle sans se soucier de la copine qui en ce qui la concernait, pouvait bien rester poiroter dans l'entrée. Si elle pouvait même rester dans le jardin avec les autres cloches qui décoraient la porte, ça serait parfait ! Ça lui irait même très bien !

- Tonton ! tira-t-elle sur son tee-shirt, sa petite voix alarmée en tendant son paquet vers lui.

D'habitude, toute l'attention de son oncle était pour elle ! De l'instant où il arrivait à celui où il partait, il n'avait toujours d'yeux que pour elle ! Et là il venait de zapper son cadeau pour aider l'autre là ?
Gabi avait mal à son petit cœur et lui adressait un regard déchirant et implorant.

- Tonton ! Tonton ! Ouvre tonton !
- Gabi laisse-lui le temps d'arriver, le pauvre !
s'amusa sa mère qui était en train de faire des aller-retour de la cuisine au salon afin d'apporter les gâteaux apéritifs et autres petits toasts sur la table basse près de la cheminée. Tu restes dormir Oliver ? La chambre d'ami est prête.
- Oh Oui ! Oui !!!! Maman ? Moi ze dors avec tonton Oli !
s'accrocha-t-elle à la jambe de l'intéressé en sautillant, ses yeux pétillant de joie à cette perspective.

Elle se glissait dans son lit chaque fois qu'elle en avait l'occasion lorsqu'il dormait à la maison ou qu'elle allait passer la nuit chez lui lorsque ses parents sortaient et lui confiaient sa nièce. Elle allait faire dodo avec Oli et demain ils feraient la course pour descendre l'escalier et aller ouvrir les cadeaux !

- Hein tonton ! Je dors ave' toua !
- Et où tu mets sa copine ?
rit Benett qui invitait tout le monde à aller s'installer autour de la table chargée de plein de bonnes choses à manger.

Sa copine ? Comment ça ? Elle ne comprenait pas... Parce qu'elle allait dormir là elle aussi ? Ah non ! Pas question ! C'était ELLE qui dormait avec Oliver ! L'autre, elle pouvait aller dans la buanderie ! Y'avait un matelas gonflable que papa gonflait pour la piscine l'été ! Puis maman disait toujours que le sèche linge faisait du chaud ! Elle aurait pas froid...
C'était elle qui allait dormir avec son tonton Oli, hein ? Pas la moche...?
Son cadeau pour lui toujours entre ses petites mains, Gabi ramena vers son oncle un regard implorant et larmoyant, son petit menton tremblant.

- Moi ze dors avec toua...

A la voir, son monde tout entier s'écroulait sous ses pieds !





Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

En ligne
Oliver Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Oliver Rosenthal

Messages : 61
Métier : chômeur, branleur, feignant, maître de la rhétorique.
A Hamburg depuis : 6 mois
Points : 279
Date d'inscription : 18/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: C'est MON tonton ! [Oliver]   Mer 26 Déc - 20:46

Dans la voiture, je reste silencieux, me concentrant simplement sur le fait de respirer tranquillement et profondément, contrôlant en même temps les tremblements dans mes mains en les coinçant entre mes cuisses comme pour les réchauffer. En même temps il ne fait pas chaud, donc c’est une bonne excuse, non ? J’écoute attentivement la voix de Mark Knoppfler qui parvient à me calmer un peu plus, si bien qu’en arrivant devant la maison de mon frère, c’est comme si je n’avais jamais eu de crise de manque. Sortant de la voiture, je plonge mes mains dans les poches de mon manteau, effleurant discrètement les sachets de qui s’y trouvent, puis me dirige vers l’entrée. Me plaçant devant la porte, je sonne et n’attend même pas tellement longtemps avant qu’elle ne s’ouvre sur mon frère. Je lui offre un sourire un peu crispé puis entre lorsqu’il m’y invite.

Ce même sourire se fait bien plus grand et tout à fait sincère lorsque ma nièce me saute littéralement dessus. Je la prends dans mes bras et la sers fortement contre moi, alors qu’elle m’hurle d’ouvrir son paquet. J’attrape le cadeau dans mes mains, plaisante un peu avec elle puis m’apprête à l’ouvrir devant ses grands yeux brillants, lorsque Jennifer me demande de l’aide. Ni une ni deux, je dépose le paquet sur le meuble du couloir et vais aider ma copine avec ses sachets. Puis, l’attrapant par les hanches, je fais les présentations entre les deux filles avant de tenir tête à frère. Même pas 5 minutes chez lui que déjà il me gonfle… décidant de l’ignorer et de me retenir le plus possible, je passe à côté de lui et vais saluer son épouse qui est entrain de répartir les petits fours sur la table basse du salon.

M’installant sur le canapé, je suis bien rapidement rejoins par Gabi qui n’a pas oublié mon cadeau, m’urgent de l’ouvrir tout de suite. Attrapant le paquet dans mes mains, je commence à enlever le papier et lève mon regard sur Ysaline qui me demande si je compte dormir ici. «C’était prévu, non ? je prends la chambre d’amis, comme d’habitude » ignorant ma nièce qui hurle qu’elle va dormir avec moi, lui adressant un simple sourire sans plus de cérémonie, je pose mon regard sur Benett qui , rigolant, demande à sa fille où Jennifer peut bien dormir. Soutenant le regard de mon frère, celui-ci fini par soupirer et se détourne pour aller dans la cuisine, aider son épouse avec les derniers plats.

Je ne lui accorde plus aucune importance et reporte mon attention sur Gabi qui gémit que c’est elle qui dort avec moi. Soupirant discrètement, je continue à ouvrir son cadeau « pas ce aujourd’hui, ok ?» dis-je doucement « aujourd’hui c’est Jennifer qui va dormir avec moi. » je repose mon regard sur les yeux larmoyant de ma nièce et sent mon ventre se contracter douloureusement tant j’ai l’impression de lui briser le cœur « Mais on aura toute la soirée ensemble, d’accord ?» demandais-je, finissant par déballer la boule de noël offerte par ma nièce. «Elle est magnifique ! » dis-je avec sincérité, avant de me redresser « Ecoute, j’ai une idée !» dis-je en levant la boule devant moi « Demain tu viens chez moi, tu me montres  le meilleur endroit où accrocher cette boule et tu restes dormir à la maison. Qu’est-ce que t’en penses, hein ? C’est une bonne idée, non ?» dis-je avec une certaine fierté, persuadé d’avoir trouvé LA solution.

Détournant mon regard de ma nièce, mon attention est captée par Jennifer qui vient s’asseoir à côté de nous sur le canapé « alors Oli, t’as été sage ?» demande-t-elle sur un ton léger, amusé. Hochant vivement la tête, je lui tends la boule de noël « yep ! et j’ai dû être particulièrement gentil parce qu’elle est magnifique » ajoutais-je, alors que Jennifer la prend en main « Ah ouais, quand même. Elle irait bien sur le buffet du salon et …» elle ne peut en dire d’avantage car, maladroite comme elle est, la boule lui échappe des mains pour tomber au sol. Je retiens mon souffle un instant, mais me rend rapidement compte que ce n’est pas du verre mais plutôt du plastique très résistant. Toutefois, alors que Jennifer la ramasse, je vois qu’une plume s’est cassée. « C’est pas grave» la rassurais-je «ça se répare » dis-je en attrapant la boule et la plume «pas vrai petit lutin ? » demandais-je à Gabi, lui offrant un regard pleins d’excuses, espérant qu’elle ne m’en tiendra pas rigueur.
Revenir en haut Aller en bas

En ligne
Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Gabi Rosenthal

Messages : 594
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : Un peu plus de 1 an
Points : 2154
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: C'est MON tonton ! [Oliver]   Ven 28 Déc - 23:29



OLIVER & GABI

TOI, JE T'AIME PAS !



Oliver, c'était son univers. Gabi aimait ses parents de cet amour inébranlable et inconditionnel de petite fille, elle adorait sa tante au delà des mots, mais tonton Oli, elle allait se marier avec une fois grande, pardi ! C'était SON amoureux à elle !
Donc forcément, l'arrivée de Jennifer n'était pas pour lui plaire ! Loin de là même ! Elle voulait lui voler son tonton ! Pourquoi elle était là d'abord ?! Elle était pas de la famille et noël, papa et maman disaient toujours que c'était une fête de famille ! Jennifer était une intruse ! Une vilaine moche ! Elle l'avait bien jugé finalement, se dit la petite fille.

Les grands yeux de l'enfant cherchaient l'approbation d'Oliver lorsqu'elle lui dit qu'elle allait dormir avec lui. Elle dormait toujours avec lui ! Que ce soit ici ou chez lui ! C'était leur petit rituel à eux depuis ce fameux soir où elle avait fait un mauvais rêve abominable qui l'avait faite se réveiller en sursaut avec un cri déchirant, avant de la faire éclater en crise de larmes. Oliver était arrivé en courant tel un héros, puis avait posé sa main fraîche sur le front de cauchemar de sa nièce. Il lui avait parlé avait tenté de l'apaiser, mais chaque fois qu'il voulait repartir se coucher, elle paniquait et le retenait, sanglotant à nouveau. Alors il s'était glissé avec elle sous la couette et il l'avait gardé contre lui, blottie entre ses bras.
Gabi avait réussi à se calmer de ses terreurs nocturnes et de tous ses démons seulement une fois enveloppée de la chaleur de son oncle et de son odeur familière et apaisante. Son petit corps tremblant s'était réfugié dans son étreinte et au bout de quelques minutes, elle était parvenue à se rendormir, son souffle lent et profond, son adorable petit visage serein tandis qu'elle suçait son pouce avec quiétude.
Suite à cette nuit, ils avaient transformé ce mauvais souvenir en petite habitude plaisante ! Gabi adorait dormir avec son oncle ! Il avait un super grand lit chez lui et en plus ils faisaient des tentes avec la couette avant de faire dodo, comme les indiens !

Alors elle ne saisit pas ce que voulait dire son père en lui demandant où elle comptait mettre la copine d'Oliver, si elle-même dormait avec son oncle. Perdue et déstabilisée, Gabi chercha la confirmation de son oncle qu'elle passerait bien la nuit avec lui ce soir. Tonton ne lui disait jamais non !
Elle l'implora de ses grands yeux chargés de douloureuses perles salines prêtes à dégringoler sur ses joues roses, pleine d'un espoir qu'elle ne supporterait pas de voir brisé.

- Pas aujourd'hui, ok ?

Son menton trembla de plus belle et un hoquet plaintif secoua ses épaules bordées de tulle rose. Comment ça pas aujourd'hui ?

- Pou'quoi tonton ? lui demanda-t-elle d'une petite voix éraillée.
- Aujourd'hui, c'est Jennifer qui va dormir avec moi.

Tout ça, c'était la faute de la moche !
Gabi regarda son oncle comme si il était un inconnu, un parfait étranger qu'elle n'avait jamais vu de sa vie et laissa son regard parcourir la pièce, à la recherche d'une explication. Les visages de son papa et de sa maman étaient contrits mais attendris. Elle ramena ses deux iris bleues vers Oliver et baissa la tête, ses larmes roulant sur son visage pour aller mourir à ses pieds tournés l'un vers l'autres, ses petits doigts triturant tristement sa robe à paillettes...
Elle l'avait choisi pour être belle pour son tonton. Elle était si contente quand maman la lui avait acheté ! Il avait fallu redoubler d'astuces et d'imagination afin de parvenir à la faire patienter pour la mettre ! La tenue dormait dans le dressing de la petite fille depuis plus de quinze jours et Gabi n'y tenait plus ! Ce soir en sortant du bain, elle avait été une véritable petite tornade lorsqu'Isalyne lui avait annoncé qu'il était temps de s'habiller, tant elle était impatiente ! Maintenant, elle ne l'aimait plus du tout... Elle n'était peut-être pas assez jolie ? C'était peut-être pour ça que Oli ne voulait pas d'elle ?

- Mais on aura toute la soirée ensemble, d'accord ?

Gabi releva son regard, incertaine et visiblement plus que déçu. La soirée c'était bien, mais elle, elle voulait dormir avec lui ! Pourquoi il lui faisait ça ? Pourquoi il refusait ? Il ne lui refusait jamais rien ! Son monde tout entier venait de s'écrouler et elle était complètement décontenancée. Elle ne comprenait rien et semblait déboussolée au delà des mots. C'était comme la voir évoluer un bandeau sur les yeux au beau milieux d'une interminable immensité. Plus rien n'avait de sens pour elle.

Par chance, du haut de ses 5 ans, elle était une véritable petite boule d'émotions et l'excitation parvint à la distraire un peu lorsqu'elle se rendit compte qu'Oliver était en train de terminer d'ouvrir le cadeau qu'elle avait réalisé avec amour et application pour lui !
Ses mains se posèrent sur ses genoux et impatiente qu'elle était, elle se mit même à l'aider à déchirer le papier pour qu'il voit plus vite ce qu'elle lui avait fabriqué ! Ce qu'il était lent dites donc !

- Elle est magnifique !

Gabi sourit à nouveau, sautilla sur place.

- Ecoute j'ai une idée ! Demain tu viens chez moi, tu me montres le meilleur endroit où accrocher cette boule et tu restes dormir à la maison. Qu'est-ce que t'en penses, hein ? C'est une bonne idée, non ?
- Hmmm...


Gabi croisa les bras et tapota sa lèvre de son doigt d'un air fort sérieux comme elle l'avait vu faire à la télé, examinant la proposition...

- Ouiiiiiiiii ! Mais tu me lis une histoire ce soir !

Elle avait sa petite idée derrière la tête bien sûr ! Elle était bien trop contente d'aller chez son oncle demain, c'était encore mieux que lorsqu'il dormait ici car elle pouvait se coucher tard et manger de la glace à la place de manger des légumes au repas, mais elle ne renonçait pas à l'avoir pour elle cette nuit aussi !
Si il lui lisait une histoire et qu'elle s'arrangeait bien, elle parviendrait sans doute à l'attendrir et à le faire rester dans sa chambre ! Ou a le faire l'emmener avec lui dans la sienne !

- Alors Oli, t'as été sage ? arriva la moche.

En entendant sa voix, Gabi s'empressa de grimper à côté d'Oliver sur le canapé. C'était hors de question qu'elle lui prenne AUSSI sa place à côté de lui ! Elle jeta à Jennifer un regard haineux, tandis qu'elle enroulait ses mains possessives autour du bras de son tonton chéri. La jeune femme fut contrainte de s'installer à distante raisonnable de son petit ami, sa nièce confortablement installée entre eux, mais elle n'en perdit pas son sourire pour autant.

- Yep ! Et j'ai dû être particulièrement gentil, parce qu'elle est magnifique !
- Moi qui a fait ! Non !
protesta Gabi lorsque Jennifer prit la boule des mains d'Oliver. C'est pas pou' toua !
- Elle irait bien sur le buffet du salon et...


Gabi fronça ses sourcils fins. Non mais OH ! C'était ELLE qui devait choisir la place de la boule ! C'était tonton qui l'avait dit ! Et en plus...

- Han ! écarquilla-t-elle ses yeux d'effroi en voyant sa boule de noël chuter au sol.

C'était comme si Jennifer venait de lâcher son cœur... Gabi se retourna vers son oncle qui déjà se penchait afin de récupérer son présent, ses grands yeux à nouveaux inondés de larmes.

- Tonton ! C'est cassé ! Elle a cassé ton cadeau ! T'es qu'une méchante !
- Gabi !
- C'est pas grave, la rassura Oli. Ça se répare, pas vrai petit lutin ?


Sans doute, mais elle, elle ne voyait que le drame atroce de cette plume séparée de sa boule... Un point de colle résoudrait le problème en deux secondes, mais pour la petite fille, c'était une véritable catastrophe ! Pire, un véritable complot ! Une déclaration de guerre !
Jennifer l'avait sûrement fait exprès !

- Coucou c'est moi !

La voix chantonnante d'Elizabeth raisonna dans l'entrée. Le dernier membre de la famille Rosenthal était arrivé !

- Tata !

Gabi la tornade précéda tout le monde pour aller accueillir sa tante. Lizzie la souleva dans ses bras et Gabi s'empressa de lui raconter ses malheurs, une expression outrée à son joli visage de poupée, lui expliquant qu'une méchante moche avait cassé sa boule !

- Une méchante moche ? rit Lizzie en faisant son entrée au salon.

Oops... Bonjour subtilité...
L'enfant fut reposée à terre et retourna se faufiler entre les deux amoureux tandis que les adultes se disaient bonjour, tendant sa petite main vers la table pour que son oncle lui donne un petit four à manger.

- Tonton, demain on fait la cou'se avec tata dans l'escalier pour aller ouvrir les cadeaux du Père Noël !
- Le Père Noël ? Mais y'a pas de Père Noël...
murmura Jennifer à l'intention d'Oliver, bien que pas assez bas pour que ça passe inaperçu auprès de Gabi.
- Z'aurai pas de cadeaux...? s'effraya-t-elle.

Mais elle avait été si sage pourtant ! Elle avait tout bien écouté ses parents et avait bien travaillé à l'école !
Le regard de Gabi se chargea de détresse et elle regarda le sapin avec la terreur sur son visage de ne pas le découvrir couvert d'une multitude de paquets de toutes les couleurs au matin.

- Papa ! appela-t-elle en pleurant Benett qui était parti chercher une bouteille à la cuisine.



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

En ligne
Oliver Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Oliver Rosenthal

Messages : 61
Métier : chômeur, branleur, feignant, maître de la rhétorique.
A Hamburg depuis : 6 mois
Points : 279
Date d'inscription : 18/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: C'est MON tonton ! [Oliver]   Lun 11 Fév - 10:24

Je ne sais vraiment pas si c'était une bonne idée d'emmener Jennifer ici, aujourd'hui. Noël, n'est-ce pas une fête de famille ? Je sais que ma relation avec la jeune femme ne tiendra pas. Je l'aime, sincèrement et purement, mais pas plus que j'aime l'héroïne et elle le découvrira un jour. A cette pensée je lance d'ailleurs un rapide coup d'oeil vers ma veste, réfléchissant rapidement au meilleur endroit et moment pour pouvoir en prendre et donc calmer mes signes de manques que j'ai de plus en plus de mal à cacher.

Mais c'est sans compter sur Gabi qui, telle la tornade qu'elle est, revient à la charge avec le cadeau qu'elle a emballé pour moi. Profitant de cette attention pour fuir mes pensées de junkie, j'offre un large sourire à ma nièce et sort le cadeau de son emballage, découvrant une très jolie boule de noël faite par les mains de ma Gabi. Mon étonnement n'est pas feint et ma joie sincère alors que je lui dis à quel point elle est magnifique. D'autant qu'il me vient une idée qui, à mon sens est parfaite : inviter Gabi chez moi demain. Ça lui fera plaisir, compensera le fait qu'elle ne puisse pas dormir avec moi aujourd'hui, mais surtout ça m'aidera à rester occupé pour essayer de rester clean pendant quelques temps. Peut-être pour toujours ? Je m'en veux d'avoir ce genre de pensé, j'ai l'impression d'utiliser ma nièce pour mes propres fins et de manière totalement égoïste. Et si elle tombe sur la boîte contenant tout mon attirail ?

Ce n'est que Jennifer qui, me prenant la boule des mains, me sort de mes pensées, au même moment où cette boule lui échappe des mains pour allez s'écraser au sol. C'est Gabi qui est le plus choqué car, alors que je lui explique que ça se répare très facilement, elle saute du canapé et va pleurer dans mes bras de ma sœur qui vient d'arriver. Soupirant, je repose la boule sur la table basse et lance un coup d'oeil à Jennifer, lui offrant un sourire rassurant.  «Elle est un peu possessive, mais ce n'est rien, t'inquiète pas » lui soufflais-je en posant une main sur la cuisse de ma copine qui me sourit, hochant la tête avec compréhension.

De retour dans le salon avec sa tata, Gabi lui annonce, toute joyeuse, que demain elle et moi feront la course dans l'escalier pour être le premier ou la première à atteindre les cadeaux emmené par le père noël. C'est à ce moment que Jennifer commet sans doute sa plus grande erreur de la soirée : dire que le père noël n'existe pas. Je vois le visage de ma nièce qui se décompose avec un mélange d'horreur et de tristesse avant qu'elle ne quitte le salon en pleurant. Je soupire et me pince un instant l'arrête du nez.  « Je … j'ai dis un truc qui ne fallait pas … ?» souffle Jennifer, surprise  «Evidemment Jenni ! » m'exclamais-je brusquement  « Elle a 5 ans, putain ! Tu dis pas à une fille de 5 ans que le père n'existe pas» reprenais-je, baissant la voix mais gardant un ton dur et sec. Les yeux de ma copine s'écarquillent, sans doute sous le surprise de mon brusque changement d'attitude.  « J'reviens » soufflais-je en me levant  «Au fait … Lizzie, j'te présente Jennifer, Jennifer voici Elisabeth, ma grande soeur » fis-je rapidement les présentations avant d'aller dans la cuisine où je retrouve Benett entrain de rassurer sa fille.

Lorsque j'entre dans la pièce, mon frère se redresse et me fixe durement  «Qu'est-ce que tu lui as fait ? » demande-t-il, énervé  « C'est pas moi » répondais-je sur le même ton, en allant m'accroupir à côté de ma nièce  « Hey Gabi» dis-je en posant ma main sur son dos  « Tu sais aussi bien que moi que le père noël est réel» lui souriais-je  «Et tu sais pourquoi ? » j'attends qu'elle se soit tournée vers moi pour m'interroger de son adorable regard pour continuer  «Parce qu'on l'a déjà vu ! » dis-je avec un certain entrain  «Tu sais, l'année dernière lors de notre voyage dans le pays où la neige est abondante, où les rennes courent en liberté jusqu'à ce qu'on leur demande de venir s'attacher au traîneau ? » je lui offre un large sourire puis me redresse et lui tend la main  «Vient  » l'invitais-je à me suivre.

Main dans la main, je l'entraîne vers le salon et me dirige vers un mur d'où je décroche une photo que je tends à ma nièce  «Tu vois ? Tu lui à même fait un bisous » expliquais-je en tenant le cadre de façon à ce que la petite fille voit une photo qui la représente elle sur les genoux d'un Père noël, prise à Ravaniemi en Laponie où nous avons séjourné une semaine l'année dernière.  «C'est lui qui va venir cette nuit. Mais tu te rappelles qu'il a dit à quel point il est timide ? Il n'aime pas être observé donc il fait vraiment dormir si tu veux qu'il dépose les cadeaux sous le sapin, ok ? » je reprend le cadre et le raccroche, non sans quelques difficultés à cause des tremblements qui agitent à nouveau mes mains  « Quant à Jennifer ...eh bien elle n'y croit pas, mais seulement parce qu'elle ne l'a jamais vu en vrai. Tu sais, il y a des gens comme ça qui ne croient que ce qu'ils voient» haussais-je les épaules.

 «A taaaable ! » annonce ma belle sœur alors qu'elle dépose le dernier plat sur la table.  « Allez, je meurs de faim, pas toi ?» demandais-je à Gabi en la poussant avec douceur vers la table.
Revenir en haut Aller en bas

En ligne
Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Gabi Rosenthal

Messages : 594
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : Un peu plus de 1 an
Points : 2154
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: C'est MON tonton ! [Oliver]   Lun 18 Fév - 22:36



OLIVER & GABI

TU VEUX ZOUER ?



Isalyne étant moitié italienne, Gabi grandissait avec les traditions de noël de celle-ci et non avec celles qui étaient communes en Allemagne. Contrairement aux autres enfants, elle devait aller faire dodo afin que le Père Noël puisse passer déposer tous ses cadeaux sous le sapin de noël !
Chez elle, il n'était pas question de Petit Jésus qui ramenait les cadeaux le 24 au soir ! Lui, sa place était dans la crèche ! Puis maman avait dit qu'il naissait le 25 ! Donc si on avait essayé de faire gober à la fillette que c'était lui qui apportait les paquets et non le Père Noël, le débat aurait duré des heures. Elle avait beau avoir 5 ans, elle avait déjà un caractère bien affirmé et une logique toute à elle dont elle démordait rarement.

La remarque de Jennifer n'était donc pas dénuée de sens puisqu'elle était sans doute allemande pure souche, mais pour Gabi c'était le drame de trop ! Déjà qu'elle avait fait tomber sa boule, sûrement en le faisant exprès d'ailleurs, voilà qu'elle lui disait maintenant que le Papa Noël ne lui déposerait pas tous les jouets qu'elle avait demandé après s'être tant appliquée à être sage et à bien travailler à l'école ? Sa boîte à images n'avait jamais été si pleine tant sa maîtresse était contente d'elle ! Et tout ça pour rien...
Les grands yeux de Gabi se chargèrent de larmes alors qu'elle sautait à bas du canapé afin de courir retrouver son père dans la cuisine qui se retourna à l'appel de son bébé qui se précipitait vers lui. Bennet posa sa bouteille juste à temps pour la recevoir dans ses bras. Gabi enroula ses petits bras autour de son cou, tout le dramatisme et le chagrin du monde au fond de ses yeux azurs :

- Papa ! Z'aurai pas de cadeaux ! Pou'quoi z'aurai pas de cadeaux ? sanglota-t-elle accrochée à lui avec toute la force dont ses petits doigts le lui permettaient.

La seconde suivante, Oliver arrivait dans la cuisine et la voix énervée de son père s'éleva près de son oreille alors qu'il s'adressait à son cadet :

- Qu'est-ce que tu lui as fait ?
- C'est pas moi,
se défendit Oliver sur le même ton. Hey Gabi.

La petite fille accrochée à la jambe de son père qui s'était redressé et avait récupéré la bouteille du champagne du comptoir, renifla lorsque son tonton s'accroupit près d'elle en lui caressant le dos.

- Tu sais aussi bien que moi que la père noël est réel. Et tu sais pourquoi ?

Intriguée et son attention récupérée par Oli, Gabi se retourna vers son tonton sur qui elle leva deux grands yeux tristes qui auraient fait fondre le cœur de la personne la plus insensible sur Terre. Elle secoua la tête afin de répondre à sa question, faisant danser ses jolies boucles brunes autour de son visage de poupée.

- Parce qu'on l'a déjà vu !

Un petite lueur d'intrigue pointa dans le regard de Gabi, l'entrain de son oncle se communiquant peu à peu à elle, faisant cesser ses larmes de couler. Elle l'avait déjà vu oui ! L'année dernière comme Oli le lui rappela ! Elle avait tellement aimé ce voyage ! On lui en avait fait la surprise et toute la famille était partie ensemble !
Son expression lorsqu'elle avait rencontré le Père Noël en vrai avait valu son pesant d'or. Certains enfants - parfois même plus âgés qu'elle - étaient intimidés, effrayés même, mais elle avait poussé un cri d'émerveillement lorsqu'elle l'avait aperçu sur son immense chaise rouge et dorée ! Elle avait sauté des bras de sa mère pour courir à toutes jambes sur ses genoux sans même se soucier de la file d'attente et s'était jetée à son cou pour un câlin dont le degré de mignonnitude était à marquer dans les anales ! Puis tout naturellement et en bonne pipelette qu'elle était, elle s'était mise à lui raconter son voyage, de la neige qu'elle avait vu jusqu'aux rennes qu'elle avait caressé, en passant par le tour de traîneau qui était prévu pour le lendemain ! Elle lui avait aussi parlé du chocolat chaud plein de chamallow dont elle s'était bâfrée avant de venir en lui disant que si il voulait, elle lui en apporterait un la prochaine fois ! Le vieil homme, le personnel du chalet et même les gens présents avaient tous rit aux éclats face à l'aplomb et à l'entrain de cette petite fille qui contemplait le Père Noël avec tout l'amour du monde dans ses prunelles !
Elle avait fini cette entrevue en se redressant pour aller murmurer quelque chose à son oreille dont personne ne saurait jamais rien ! C'était un secret entre elle et lui ! Après un bisou et un dernier câlin, elle était revenu tout naturellement vers sa famille en lançant gaiement : Maintenant, manzer ! Tonton ! Tu po'tes ?
Elle était revenue de ces vacances épuisée, mais des étoiles plein les yeux.

- Viens, lui dit Oliver, coupant court à ses souvenirs.

Gabi s'accrocha à la main de son tonton et le suivit jusqu'au salon, le pas emboité par Benett qui secouait la tête. La petite fille jeta un regard de méfiance et de rivalité à Jennifer qui discutait avec tata Lizzie et maman. Tsss il lui fallait tout le monde à celle-là ! Enfin... Tant qu'elle laissait tonton Oli...!
Le cadet Rosenthal décrocha une photo du mur et la montra à sa nièce qui la pris entre ses menottes, retrouvant rapidement son joli sourire qui fit écho à ses souvenirs. La photo du fameux bisou ! Juste après le secret partagé... Il lui affirma que cette nuit, ce serait ce Père Noël qui viendrait, quoique puisse dire la méchante moche. Enfin ça il ne le dit pas, mais Gabi le traduisit ainsi dans sa tête...
Elle était pendue aux lèvres de son oncle, fascinée par le moindre mot qui sortait de sa bouche. Si il le disait, c'était forcément vrai ! Il savait mieux que l'autre ! Gabi hocha vivement la tête lorsqu'il lui demanda si elle se rappelait qu'il avait dit être timide.

- Oui ! Ze vais bien dormir !

Elle se retint de sauter sur l'occasion de lui dire qu'elle dormirait encore mieux avec lui... Elle gardait ça pour plus tard ! Gabi observa Oli raccrocher le cadre de ce beau souvenir de vacances de ses mains tremblantes et fronça ses sourcils fins.
Tonton avait froid ? Il faisait chaud pourtant dans la maison ! Il y avait même le feu dans la cheminée ! Gabi regarda à droite à gauche si le plaid que maman laissait parfois sur le canapé était toujours là, mais Jennifer était adossée dessus. Le regard de la fillette se fit mordant, mais se radoucit lorsque son oncle reprend la parole pour lui expliquer que sa copine n'y croit pas parce qu'elle ne l'a jamais vu.

- Mais si elle est méchante, elle pourra zamais le voir, hein tonton ?
- A taaaaable !
appela Isalyne.
- Allez, je meurs de faim, pas toi ?
- On fait la cou'se !


Oui, Gabi aimait faire la course pour tout et rien avec son oncle depuis qu'elle avait été capable de se tenir debout sur ses jambes. Mais avant ça, elle tira sur la chemise de Oli afin qu'il se mette à sa hauteur. Elle encadra ses joues de ses petites mains et lui offrit un grooooooos bisou bien claquant sur la joue, avant de partir en courant vers la table dressée du salon en poussant un petit cri ravi.

Ayant mangé de la pâte à gâteau avant le repas et pas mal de toasts et gâteaux apéritifs avant le dîner, évidemment comme l'avait prédit sa mère, la petite n'avait pas très faim. Elle mangea un peu par gourmandise et aussi par préméditation ! Car elle avait peur que la prochaine fois Isalyne lui refuse la cuillère à lécher si elle ne mangeait pas assez de son assiette, puis elle demanda si elle pouvait aller jouer un peu avant d'aller au dodo.
Les repas de fêtes étaient longs pour elle qui était encore petite. Les adultes parlaient beaucoup et les plats s'éternisaient donc plutôt que de devoir rester à attendre et à s'ennuyer, on l'autorisa à descendre de table.

Egale à elle-même, Gabi fila à toute vitesse vers l'étage rejoindre sa chambre. Si vite, qu'elle trébucha et se rattrapa de justesse à la veste de Oliver qui trônait près de l'escalier menant à l'étage et qui chuta, emmenant avec elle un vase auquel tenait sa mère qui heureusement ne se brisa pas, amorti par le vêtement de tonton. Tendant l'oreille et la tête telle une suricate pour voir si on ne l'avait pas entendu faire sa bêtise, Gabi replaça tant bien que mal le précieux objet de sa maman sur le meuble bien trop haut pour elle, puis grimpa quelques marches afin de raccrocher le manteau.
Mais se faisant, elle sentit quelque chose dans sa poche et l'en sortit. Y'avait du gazon... C'était bizarre ! Elle remit le sachet plein de verdure dans la poche, puis fouilla encore un peu, y trouvant un sachet de poudre blanche qu'elle leva devant son regard curieux. C'était quoi ça ? Du sucre ? Comme ils en mangeaient des fois dans les tubes colorés quand ils allaient à la fête foraine ? Trop bien ! HAN ! Et une piqûre ! Une vraie ! Comme chez le docteur ! Oh elle pouvait bien la lui emprunter, non ? Elle la lui rendrait après ! Peut-être même qu'il ne verrait rien !
Ravie de ses trouvailles dont elle ne mesurait absolument pas la dangerosité du contenu, Gabi se pressa jusqu'à sa chambre et alla chercher ses poupées, décidant de jouer à l'infirmière ! Elle avait déjà le nécessaire de médecine qu'elle avait eu à son anniversaire en plastique de couleur ! Il était quelque part dans son coffre à jouet ! Elle se pencha si fort dedans afin de le trouver qu'elle manqua y basculer, mais en sortit finalement sa mallette avant de poser le sachet de sucre qui pique sur sa cuisinière qui trônait dans le coin de sa chambre qui ressemblait à un vrai magasin de jouets tant il y en avait. Elle le mangerait plus tard !
Elle passa le stéthoscope autour de son cou comme elle l'avait déjà vu faire quand on l'avait ausculté pour son rhume, puis disposa les faux flacons de médicaments sur une petite table où parfois elle s'installait pour faire du coloriage. Une fois tout installé, la fillette récupéra son poupon et lui fit un check up complet, testant ses reflex avec un petit marteau et écoutant son cœur tout en lui donnant son verdict de grande professionnelle :

- Tu es très, TRES malade !

Avec la cuillère de sa dînette, elle mima le fait de lui donner du sirop et lui posa un bout de tissu qu'elle prit soin de mouiller et d'essorer pour de faux sur le front, comme maman le faisait pour elle lorsque parfois elle avait de la fièvre.
Mais tous ces bons traitements n'étaient pas assez visiblement !

- Touzours pas guéri ! reprit-elle son bébé. Va falloir faire la piqûre ! Faut pas bouzer !

Elle le tourna sur ses genoux afin de lui mettre ses fesses en plastoc à l'air, puis lui planta la seringue piquée dans la veste de son oncle dans le derrière, lorsque la porte de sa chambre s'ouvrit :

- Tonton ! sourit sa nièce de toutes ses dents. 'egarde ! Ze zoue au docteur ! Tu veux une piqure toi aussi ?

Assise parterre au milieu de tous ses jouets, Gabi tendit la seringue à la vue de son oncle, espérant qu'il voudrait bien jouer avec elle un peu avant qu'elle ne doive aller dormir pour attendre la venue du Père Noël !




Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

En ligne
Oliver Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Oliver Rosenthal

Messages : 61
Métier : chômeur, branleur, feignant, maître de la rhétorique.
A Hamburg depuis : 6 mois
Points : 279
Date d'inscription : 18/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: C'est MON tonton ! [Oliver]   Jeu 14 Mar - 12:41

En raccrochant le cadre à sa place, les signes du manque se font sentir avec une certaine puissance. Je réussi toutefois à garder contenance mais ne parviens pas à cacher les tremblements qui agitent mes doigts. Après avoir raccrocher le cadre, j'abaisse à nouveau mes mains et les sers en poing, essayant ainsi de contrôler  les spasmes. Fort heureusement, la voix de ma sœur qui nous indique que le repas est servi me sort de mes pensées et m'oblige à me focaliser à nouveau sur ma nièce qui veut absolument faire la course. Je n'ai même pas le temps de réagir que déjà la petite fille est à l'autre bout de la pièce, me laissant ainsi seul pendant quelques secondes. Secondes que j'utilise pour essayer de me calmer, me dire que ce n'est qu'une mauvaise passe et que ça ira mieux demain.

Toutefois le repas est assez laborieux. Je me mure dans un silence de plomb, concentrer sur mes fait et gestes pour ne pas laisser mes pensées errer vers les poches de ma veste qui, je sais, contiennent la poudre qui me ferait le plus grand bien. Avec rien qu'un tout petit peu d'héroïne dans mes veines je pourrais au moins contrôler mes émotions, faire disparaître mes tremblements et me permettre de me recentrer. Mais je n'ai pas le droit de craquer. Pas maintenant, plus jamais. Il faut que je me ressaisisse. Et vite.

Toutefois, au bout d'une heure, juste avant de dessert, je décide de quitter la table. Feignant la fatigue et disant vouloir être en forme demain, je prends congé de ma famille et monte dans la chambre. J'avoue être un instant tenté de prendre ma veste et hésite longuement avant de me dire que je résisterais bien mieux à la tentation de la drogue si elle reste en bas.  C'est donc d'un pas lourd, manquant clairement d'énergie, que je monte les escaliers dans le but d'aller directement dans ma chambre. Mais, passant devant celle de ma nièce, j'entends sa voix et ne résiste pas à la tentation d'aller lui souhaiter Bonne nuit.

Assise par terre, elle se tourne vers moi et c'est au moment où elle me tend une seringue que mon cœur cesse toutes ses fonctions vitales pendant quelques secondes. Cette piqûre ne m'est que trop bien connue. Je l'ai utilisé tend de fois, elle a été le début de ma fin et ma sauveuse en même temps. La voir là, entre les doigts de Gabi, me fait perdre mes moyens et ma patience.  « Gabi !» m'exclamais-je, me dirigeant vers elle et lui arrache la seringue des doigts  « C'est pas un joué putain !» dis-je violemment, regardant autour de moi en panique.  «Tu l'as trouvé où hein ? Dans ma veste ?  » je darde mon regard sur elle  «Combien de fois ne t'ais-je pas dit de NE PAS FOUILLER DANS MES AFFAIRES ?!  » haussais-je le ton, continuant d'examiner le sol à la recherche du sachet.  « Est-ce que tu as prit autre chose de ma veste ? Hein ?» demandais-je. Mon regard tombe sur la boîte dans laquelle je garde la seringue et, me penchant pour l'attraper, remarque qu'elle est vide.  «Gabi, ce n'est pas un pour toi, tu n'y touches plus, compris ? » je repose mon regard sur elle, la fixe quelques instants puis ressors de la chambre. Descendant les escaliers, j'arrache ma veste du porte manteau et fouille toutes les poches avant que mes doigts ne se referment sur le sachet. Je pousse un lourd soupire de soulagement et m'appuie un instant contre le mur, tremblant et le cœur battant à la chamade.

Après quelques instants, je range la boîte contenant la seringue dans ma veste et l'accroche à nouveau avant de remonter. Arriver en haut des escaliers, j’aperçois Gabi debout dans le couloir à me fixer de son petit air apeuré. Soupirant doucement, je m'approche d'elle et pose une main sur son épaule  « Ne refait plus jamais ça, ok ? Tu laisses mes affaires là où elles sont et tu n'y touches plus, compris ?» demandais-je sur un ton bien plus doux. J'attends quelques instants puis me baisse et déposé un baiser sur sa joue  «Bonne nuit ma chérie » soufflais-je en la prenant dans mes bras

@Gabi Rosenthal
Revenir en haut Aller en bas

En ligne
Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
Gabi Rosenthal

Messages : 594
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : Un peu plus de 1 an
Points : 2154
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: C'est MON tonton ! [Oliver]   Ven 15 Mar - 22:58



OLIVER & GABI

MOI ZE DORS AVEC TOUA



Gabi était contente de voir son oncle venir la rejoindre ! C'était toujours très drôle de jouer avec lui ! Ils avaient encore jamais joué au docteur tous les deux alors la petite fille était plus que ravie ! Ce serait bien plus amusant avec lui qu'avec ses poupées ! En plus elle avait une vraie piqûre pour soigner ! Alors c'est tout naturellement et pleine d'entrain qu'elle l'invita à la rejoindre en lui montrant la seringue entre ses petits doigts, un sourire radieux à ses jolies lèvres roses.

- Gabi !

La petite fille sursauta sous la violence du ton de son oncle auquel elle n'était pas habitué et changea immédiatement d'expression, enfonçant sa tête entre ses épaules et prenant un air apeuré. Oliver ne lui criait pas dessus. Jamais ! Elle ne comprenait pas. Pourquoi il avait l'air si fâché tout d'un coup ? Elle ne l'avait jamais vu comme ça ! Il lui faisait peur...
Elle eut un mouvement de recul lorsqu'il s'approcha vivement d'elle afin de lui arracher violemment la seringue des mains, lui faisant monter les larmes à ses jolies yeux bleus si expressifs.

- C'est pas un jouet putain ! Tu l'as trouvé où hein ? Dans ma veste ?

Gabi hocha vivement la tête, acquiesçant, incapable pour une fois de prononcer le moindre mot ce qui était clairement une première...

- Combien de fois ne t'ai-je pas dit de NE PAS FOUILLER DANS MES AFFAIRES ?!

Les épaules de l'enfant se secouèrent dans un début de sanglot et son petit menton se mit à trembler. Elle avait beau avoir 5 ans, elle avait déjà son petit caractère et elle n'aimait pas pleurer même si là elle semblait avoir du mal à se contrôler.
C'était tonton qui criait après tout... Qui criait fort !

- Est-ce que tu as pris autre chose de ma veste ? Hein ?
- N... non... balbutia-t-elle d'une petite voix.

Enfin si, mais c'était du sucre. Donc elle ne voyait pas l'intérêt de le lui dire puisqu'il lui donnait souvent des bonbons lorsqu'ils étaient tous les deux. Il ne se mettrait pas en colère pour ça et le lui laisserait sans doute alors elle préféra se taire.

- Gabi, ce n'est pas pour toi, tu n'y touches plus, compris ?

Avec un petit reniflement triste, Gabi fit oui de la tête et regarda son oncle quitter sa chambre, l'y laissant seule.
Un peu perdue à cause de la scène totalement inhabituelle pour elle qui venait de se jouer, Gabi regarda autour d'elle et pris son bébé dans ses bras pour lui faire un câlin de réconfort, de grosses larmes jaillissant de ses yeux.
Elle aimait tellement son tonton ! Plus tard ils allaient se marier quand même ! Elle était tellement malheureuse de s'être faite gronder par lui ! Ca ne lui était jamais arrivé avant de le voir dans un tel état à son égard... Il lui faisait toujours des câlins, des bisous, des blagues, il jouait avec elle, la cajolait... Mais jamais il ne s'énervait...
A gros sanglots elle serra plus fort sa poupée contre son petit cœur meurtri et se dirigea vers la porte de sa chambre afin de passer sa tête dans le couloir. Elle n'avait pas idée de la gravité de ce qu'elle venait de faire.
Elle avait juste voulu jouer en lui empruntant sa seringue. Elle la lui aurait rendu bien sûr ! Maman et papa lui avaient déjà expliqué que voler c'était pas bien. Elle n'avais pas eu l'intention de le faire. Elle n'avait voulu que s'amuser un moment... Elle aurait sans doute du lui demander d'abord, mais ça lui avait paru si innocent ! Puis chez lui elle pouvait prendre ce qu'elle voulait pour ses jeux qu'elle inventait avec son imagination tellement fertile. Il ne la réprimandait jamais. Elle n'avait pas mesuré l'ampleur et la dangerosité de son acte en prenant cet objet des poches de son oncle. Elle ne le mesurait toujours pas d'ailleurs. Comment l'aurait-elle pu ?

Gabi déglutit en entendant les pas d'Oliver remonter l'escalier et osa sortir dans le couloir, son pouce dans la bouche et ses doigts accrochés à son bébé préféré contre sa poitrine. Elle leva son regard quelque peu apeuré vers son oncle et sentit quelques perles salines rouler silencieusement sur ses joues rosies par l'émoi.
Oli soupira et s'approcha d'elle. Son visage avait retrouvé sa douceur habituelle, ce qui tranquillisa un peu la petite fille. Ouf ! Il l'aimait toujours ! Tonton l'aimait toujours !

- Ne refais plus jamais ça, ok ? Tu laisses mes affaires là où elles sont et tu n'y touches plus, compris ?

Sortant son pouce de sa bouche en un "poc" sonore, Gabi leva ses bras vers Oliver afin qu'il la prenne dans ses bras. C'était sa façon de lui dire oui, puis elle voulait son câlin. Ça avait été bien trop violent pour elle et son petit cœur que de se faire hurler dessus par son futur mari ! Son tonton chéri ! Elle l'aimait tellement fort !
Oli lui embrassa la joue et l'étreignit, lui faisant retrouver son joli sourire. Elle jeta ses bas autour de son cou et lui fit un gros bisou à son tour tandis que son oncle lui souhaitait bonne nuit.

- Tonton, t'es malade ? lui demanda innocemment Gabi.

Si il avait une piqûre, c'était forcément qu'il était souffrant ! On ne faisait pas de piqûre aux gens qui allaient bien ! Puis maman disait souvent quand elle allait mal et ne voulait pas prendre le sirop qui avait mauvais goût que si elle ne se soignait pas, elle aurait droit à une piqûre ! En général, ça suffisait à lui faire ouvrir grand sa bouche, non sans omettre une théâtrale moue de dégoût.

- Moi quand ze suis malade, ze dors avec maman et papa et ça va mieux, sous-entendit-elle victorieuse.

Non, elle ne perdait pas le nord et non elle n'était toujours pas d'accord pour que ce soit la moche qui fasse dodo avec SON tonton à elle ! Elle savait pas soigner en plus si ça se trouvait ! Elle, oui ! Elle ferait comme maman et papa lui faisaient !Une chanson en massant son petit ventre douloureux ou une main fraîche sur un front de cauchemars.... qu'importe, elle ferait tout ce qu'elle pourrait pour le faire aller mieux et que demain ils puissent ouvrir leurs cadeaux ensemble !

- Gabi ? Il est l'heure d'aller au lit !
- Papa !


Heureusement, la spontanéité et la joie de vivre légendaire de la petite fille lui permettaient de passer d'une émotion à une autre en quelques secondes sans aucune trace sur son visage, aussi ses larmes étaient-elles déjà un lointain souvenir.
Gabi passa des bras de son oncle adoré à ceux de son père, mais garda une main autour de la nuque de Oli :

- Bisou câlin ! On fait un bisou câlin !

Elle adorait ça ! Un bisou de chacun des deux hommes de sa vie sur chacune de ses joues, elle en sandwich ! Elle ferma ses yeux très fort et poussa un petit cri ravi lorsque les deux pairs de lèvres plus ou moins piquantes à cause de la barbe naissante vinrent se plaquer sur ses joues, puis éclata de son joli rire d'enfant avant de se laisser emporter par Benett.
Elle fit au revoir à Oli par dessus l'épaule de son père, puis se fit emmener pour son brossage de dents du soir, avant de rejoindre le salon histoire de dire bonne nuit à tout le monde. Lizzie eut le droit à un énorme baiser, Isalyne un câlin à lui en broyer le cou, mais lorsque vint le tour de Jennifer, Gabi se blottie contre son papa et cacha son visage contre son cou, jouant soudain les timides.
En vérité, elle voulait juste ne pas lui dire bonne nuit. Non mais et puis quoi encore ?! Malheureusement pour elle, ses parents étant à cheval sur la politesse, elle fut forcée de lui dire au moins un bonne nuit. Pffff quelle barbe !

- 'nuit... baragouina-t-elle avec un faux sourire, jouant les petites filles modèles quand tout ce qu'elle pensait intérieurement était ; je te déteste !
- Bonne nuit Gabi ! A demain !

Cause toujours, michante !
Quelques minutes plus tard, Gabi était dans son lit au milieu de ses dizaines de peluches et embrassa son père impatiente d'être à demain pour ouvrir ses cadeaux ! Elle n'oublia cependant pas de donner ses directives à Benett afin que le Père Noël soit bien reçu lors de sa visite ; il fallait laisser une coupe de champagne pour lui sur le bord de la cheminée ainsi que des carottes pour ses rennes !

Sa veilleuse licorne allumée et la porte de sa chambre refermée, Gabi demeura quelques minutes sagement dans son lit l'oreille alerte, puis une fois certaine que son père était redescendu parmi les invités en bas, elle quitta ses couvertures pour se faufiler hors de sa chambre et rejoindre cette de son oncle.
Têtue ? Oh si peu !
Sur la pointe des pieds, elle entra et rejoignit le lit. Tsss il était haut celui là ! C'était dur pour elle de monter dessus ! Pourtant elle était déterminée ! Prenant son élan, elle sauta et se hissa de son mieux, ses petites jambes battant l'air afin de s'y aider, puis elle se glissa sous les couvertures et s'allongea avec un soupire satisfait, un large sourire à ses lèvres tandis que ses yeux se posaient sur la silhouette de son oncle à côté d'elle.
Elle avait bien dit qu'elle dormirait avec lui ! Vite vite, il fallait qu'elle s'endorme ! Déjà comme ça le matin serait plus vite là, mais aussi parce que comme ça la moche n'aurait sans doute pas le cœur à la déloger du lit !




Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: C'est MON tonton ! [Oliver]   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est MON tonton ! [Oliver]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Tonton Macoutes veulent revenir
» Oliver • I can't remember. •
» BOUGES TON CUL, FEIGNASSE ! | pv : Tonton (Abandonné)
» Lucas Oliver Lassner dit LOL
» Pour le bien de Thea ? [Oliver]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
40 is the new sexy :: Hambourg :: Le reste du monde :: Flashback-
Sauter vers:  
L'intégralité du forum appartient à ses administratrices: crackintime, London , Warren et Elsy. Toute reproduction partielle ou totale de son contenu est interdite.
© 40 is the new sexy