Revenir en haut Aller en bas



 

40 is the new sexy :: Hambourg :: Bergedorf :: Klinik FleetinselPartagez
Lukas * Got a secret, can you keep it ?

Adelaïd Schuylers
Admin sexy - On compte les années qui restent
avatar

Messages : 205
Métier : Institutrice
A Hamburg depuis : Toujours
Points : 708
Date d'inscription : 25/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Lukas * Got a secret, can you keep it ?   Jeu 8 Nov - 23:09

La sonnerie vient de retentir et les enfants, déjà, bondissent tous dans les bras de leurs parents venus les chercher après la classe, ce soir. Adelaïd prend quelques minutes au portail pour faire la sortie, mais son regard glisse sur sa montre alors que la jeune femme a un rendez-vous avec son frère Lukas pour aller prendre un verre après le bouleau. Comme elle a promit de le rejoindre après sa journée de travail, la demoiselle espère que la sortie ne prendra pas trop longtemps, qu'il n'y aura pas trop de parents en retard pour venir chercher leurs rejetons. Parfois ces derniers semblent s'être donnés le mot pour embêter les institutrices du jardin d'enfant. Mais rapidement, il ne reste auprès d'elle que les enfants qui restent à la garderie, que la trentenaire confie à l'aide maternelle, pour aller chercher ses affaires dans sa classe. Rapidement, elle verrouille la porte de celle-ci, son sac par-dessus son épaule, laissant derrière elle les agents d'entretien à leur travail, non sans une petite parole douce et encourageante.

Rapidement, la jeune femme prend la direction de l'hôpital. La circulation est encore relativement fluide, de ces heures, lui permettant d'arriver un peu avant 17:00 sur le parking du centre hospitalier. Se garant, la jeune femme quitte le volant et verrouille son véhicule avant de se diriger vers l'entrée de l'établissement qu'elle commence à connaître comme sa poche, avec le temps. Nul besoin de demander à l'entrée où trouver son frère, car la jeune femme le sait parfaitement, il ne peut être que dans son service, évidemment. Le pire de tous, pour elle. Le service de pédiatrie. Un service qui lui rappelle bien trop sa condition, comme si son emploi ne lui rappelait pas déjà, malicieusement, l'échec de sa vie.

La jeune femme attend, dans un couloir, que son frère la rejoigne, après avoir envoyé un texto à ce dernier pour le prévenir de son arrivée. Et elle ignore les infirmières, un peu plus loin, qui parlent d'elle en lui jetant quelques coups d'oeil, évoquant sa fausse couche et ses problèmes psychologiques. Elle ignore ces commérages de couloir, ces messes basses à son propos. Elle ignore que son frère, pour sa part, ne les ignore pas, lui, alors qu'il vient justement la rejoindre.

«- Miss Schuylers ne s'est jamais remise de la mort de son bébé...»
«- Jamais, mais ça fait combien de temps ?»
«- Huit ou neuf ans maintenant. Evelyn dit qu'elle consulte un psy, en ville, depuis tout ce temps. Il est à deux pas de chez Lyn, elle l'y a souvent vu.»
«- Sérieusement !? Et depuis tout ce temps elle a pas avancé, tourné la page ?»
«- Non. Ils s'en sont séparés, avec le père du bébé. Y'a un moment, déjà.»



@Lukas Schuylers



Never give up
Everyone's crazy anyway. And those who think they aren't, are the ones who are even crazier - because they're in denial.

Revenir en haut Aller en bas

Lukas Schuylers
Il faut compter les années qui nous restent
avatar

Messages : 276
Métier : Infirmier (Pédiatrie)
A Hamburg depuis : De retour depuis 12 ans
Points : 1130
Date d'inscription : 27/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1255-lukas-an-obstacle-is-
MessageSujet: Re: Lukas * Got a secret, can you keep it ?   Ven 9 Nov - 23:45


Depuis ce matin, l'ambiance au travail était plutôt calme. Il y avait bien quelques urgences par-ci par-là, mais finalement rien qui les submergeait sous une tonne de travail ou qui les faisait courir partout. Lukas pouvait profiter de quelques instants tranquilles à discuter avec les enfants. Il n'hésitait pas à s'arrêter et à faire un petit coucou, surtout lorsqu'il voyait une bouille apeurée ou triste. Il ne pouvait pas laisser les enfants dans cet état ! Il savait ce que c'était de rester coincé ici sans avoir la moindre idée du jour où tout irait mieux, et surtout si ça irait mieux. Certains enfants savaient parfaitement que leur vie tenait à un fil. Il avait été à leur place. C'était sûrement pour ça qu'il s'entendait si bien avec eux et arrivait à les faire sourire. Il ne pouvait pas les guérir d'un coup de baguette magique mais il faisait de son mieux pour alléger leur tristesse, surtout quand les familles ne pouvaient pas toujours être à leur côté.

En pensant aux familles de ses patients, Lukas pensa immédiatement à la sienne. Il avait eu une conversation avec Klaus mais il n'avait pas encore contacté le reste de la fratrie. Alexandra lui avait conseillé de les voir un par un et il comptait bien s'y tenir. Même si ce n'était pas évident de se lancer. Il était un peu gêné de douter de ses frères et soeurs, et ce même après la discussion qu'il avait eu avec l'aîné. Mais d'un autre côté, il avait aussi quelque chose dont il devait parler. Il l'avait fait avec Klaus et comme il était aussi très proche d'Adelaïd, c'était la suivante sur sa liste. Il voulait vraiment lui annoncer la nouvelle, surtout maintenant qu'il était un peu moins perdu. Il se sentait mieux. C'était pour cette raison qu'il ne l'avait pas vue en première, car il était l'aîné et il voulait se montrer comme étant un grand-frère solide. Il lui parlerait de ce qu'il avait ressenti, sans mentir, mais il préférait éviter lui montrer cette partie de lui. Ah, la fierté de grand-frère allait lui jouer des tours un jour !

"Hey sis' ! Est-ce que ça te dirait de sortir prendre un verre ? Je te dirai bien te passer cette aprem à l'hôpital après mon service, si tu es dispo. Sinon un autre jour !", Tapa-t-il finalement lorsqu'il se pausa dans la salle de repos. Il était seul mais au moins, il était tranquille. Les commérages de ses collègues le fatiguaient pas mal. Il en avait marre des infirmières qui critiquaient dans le dos des autres. C'était usant à force. Surtout qu'il ne voyait pas l'intérêt. Mais heureusement ses pensées changèrent rapidement lorsque sa soeur lui répondit, acceptant son invitation. Un sourire se dessina sur ses lèvres mais avant qu'il puisse répondre, son badge le bipa. Une urgence venait d'arriver ! Tant pis, Adelaïd comprendrait bien qu'il n'ait pas pu lui répondre sur le coup.

* * *

La fin de la journée venait de sonner ! Lukas jeta un coup d'oeil à son téléphone avant de se changer. Sa soeur était en route. Elle devait même être déjà là vu l'heure du message. Mais il n'allait pas tarder à la rejoindre. Il finissait juste de ranger ses affaires dans son petit casier avant de récupérer de quoi payer un coup à boire à sa frangine et de filer la retrouver.

Il était d'excellente humeur. Aucune mauvaise nouvelle pour ses patients. Sans parler que maintenant, il allait revoir sa petite soeur adorée ! Que pouvait-il demander de plus ? Par contre, lorsqu'il arriva vers l'entrée, il déchanta rapidement en entendant les propos de ses collègues. Il n'était pas sûr de tout bien comprendre, n'étant pas au courant de tout dans la vie d'Adelaïd, mais rien que le fait que ces commères osent dire du mal de sa cadette le rendait fou. Il n'allait pas les laisser s'en prendre comme ça à la brunette !

"- Eh bien, c'est guère étonnant que vous soyez toujours seules malgré votre âge !", Lança Lukas, ce qui arracha un rire d'un de ses collègues qui passait par là pile à ce moment-là. Les deux infirmières se tournèrent vers le brun, visiblement choquées.

"- Ce qui s'est passé dans sa vie ne vous regarde pas, tout comme ce qui se passe dans la votre ne me regarde pas. Donc si vous ne voulez pas être jugée bêtement comme je viens de le faire à l'instant, vous feriez mieux d'apprendre à fermer votre clapet."

Le gentil Lukas avait disparu l'espace d'un instant, surprenant tout le monde autour de lui. Ses deux collègues ne surent pas où se mettre et décidèrent de filer en marmonnant des excuses en carton. L'infirmier leva les yeux au ciel avant de s'approcher de sa soeur. Elle avait forcément entendu tout ça. Il ne savait pas trop s'il devait poser des questions ou pas, mais une part de lui était déçue. Adelaïd lui avait menti, elle n'allait pas bien. Elle lui cachait quelque chose. Pourtant, même avec ça en tête, il la prit dans ses bras et embrassa sa tempe.

"- Alors, sis, ça va ?"
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Adelaïd Schuylers
Admin sexy - On compte les années qui restent
avatar

Messages : 205
Métier : Institutrice
A Hamburg depuis : Toujours
Points : 708
Date d'inscription : 25/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lukas * Got a secret, can you keep it ?   Sam 10 Nov - 0:09

Le secret de sa fausse couche était le secret qu'elle cachait le mieux à sa famille. Le seul secret qu'elle leur cachait à vrai dire, son attirance pour Karl Novak n'étant qu'un demi secret pour sa part. Et Adelaïd était loin de se douter que ce secret allait, en ce jour, exploser aux oreilles de l'un de ses aînés, au beau milieu de cet hôpital où elle est venue le rejoindre pour passer ensemble la fin de journée. La demoiselle ne se doute pas de la discussion qu'il intercepte à quelques pas d'elle seulement, le regard rivé sur son téléphone en l'attendant. Mais elle entend la voix de son frère, elle entend sa colère et elle sursaute, avant de regarder la scène, en comprenant que l'on parle... d'elle. A priori. Ou d'une patiente de son frère. Après tout, dans un hôpital... Elle garde son regard rivé sur la silhouette gigantesque de son aîné, en se demandant ce qu'il a bien put entendre pour se mettre dans des états pareils, alors qu'il est rare de le voir entrer dans une telle colère. Lukas est tout de même quelqu'un de relativement posé socialement et qui n'a pas pour habitude d'agresser qui que ce soit. Sa cadette s'en inquiète, alors.

Alors que son frère la prend dans ses bras en demandant si ça va, la jeune enseignante n'a toujours aucune idée de ce que son frère vient tout juste d'entendre à son sujet, aucune idée du fait que le jeune homme détient désormais une partie de son secret, de ce secret qui la conduit aussi souvent dans le cabinet du docteur Novak, qu'un autre de leur frère consulte également, sans que la brunette ne le sache encore, n'ayant jamais croisé Klaus, fort heureusement, dans la salle d'attente. A croire que Karl faisait attention à les faire s'éviter pour ne pas brûler les secrets de l'un et de l'autre. Elle est loin de se douter que son frère a en main des clés pour comprendre le plus gros secret de sa vie, le seul secret même. Qu'il a en sa possession la clé des tourments, des douleurs, des blessures, des plaies mal pansées de sa cadette.

«- Je vais bien comme une fin de journée, ma fois, juste un peu fatiguée !» annonce la demoiselle, sourire aux lèvres. «Et la tienne, alors, comment s'est-elle passée ? Qu'est-ce qui me vaut le plaisir de cette invitation inattendue ?» questionne Adelaïd.

Un peu plus loin, les infirmières les regardent encore, discrètement, continuant de papoter en les dévisageant, à croire que les propos de Lukas n'avaient pas suffit à les faire fuir. Le sujet devait être trop croustillant pour s'en lasser si vite, assurément.



Never give up
Everyone's crazy anyway. And those who think they aren't, are the ones who are even crazier - because they're in denial.

Revenir en haut Aller en bas

Lukas Schuylers
Il faut compter les années qui nous restent
avatar

Messages : 276
Métier : Infirmier (Pédiatrie)
A Hamburg depuis : De retour depuis 12 ans
Points : 1130
Date d'inscription : 27/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1255-lukas-an-obstacle-is-
MessageSujet: Re: Lukas * Got a secret, can you keep it ?   Sam 10 Nov - 14:37


Maintenant que Lukas avait retrouvé sa soeur, il se sentait plus détendu. Il n'aimait pas s'énerver mais c'était plus fort que lui quand on touchait à quelqu'un qu'il aimait et encore pire quand c'était sa petite soeur chérie. C'était la seule qu'il pouvait chouchouter comme un aîné puisqu'il était plus petit que les trois autres. Mais il ne se plaignait pas. Il aimait bien sa position d'avant dernier. En plus, il avait eu pas mal d'attention avec ses problèmes de santé donc il était pas à plaindre. Même s'il pouvait regretter certaines parties de son enfance, il s'était bien rattrapé une fois qu'il avait été guéri. Et puis c'était du passé, il devait se concentrer sur le présent.

"- Ah tu m'étonnes !", Lança-t-il en essayant d'imaginer à quel point ça devait être fatiguant de gérer une classe remplie d'enfants. Lui-même en côtoyait pas mal dans son service alors il voyait facilement à quel point ils pouvait être fatiguant quand ils s'y mettaient. Et l'effet de groupe était souvent une horreur. Si un entraînait un groupe, c'était très dur de les calmer. Mais une chance, ce n'était pas monnaie courante à l'hôpital vu que beaucoup n'étaient pas en état de quitter les lieux, ni même leurs chambres. Enfin ça n'empêchait pas quelques diablotins de tenter quelques bêtises !

"- Pour ma part, la journée a été calme. Les enfants vont bien alors j'espère que ça continuera comme ça. J'aime pas revenir et apprendre de mauvaises nouvelles..."

Lukas savait qu'il ne pouvait pas esquiver ça. C'était inévitable parfois. Mais heureusement, ça n'arrivait pas tous les quatre matins. Ils en sauvaient plein finalement. La médecine évoluait bien avec le temps et les technologies disponibles. Et puis les enfants ne se laissaient pas abattre. C'était des "warriors" !

Sans trop tarder, Lukas entraîna sa soeur vers la sortie. L'ambiance à l'hôpital n'était pas le plus agréable et même s'il y avait une cafétéria, l'infirmier préférait sortir d'ici et se changer les idées. Il se méfiait encore un peu de ses collègues, il n'avait pas envie de les entendre continuer, même s'il espérait vraiment qu'elles allaient se calmer. Rien que pour ça, les femmes étaient chiantes. Les hommes étaient bien moins prise de tête à ce sujet, étant plus du genre à s'en foutre totalement.

"- Si je t'ai invité, c'est parce que j'ai quelque chose dont j'aimerais te parler", Avoua-t-il sur le chemin. Il avait pensé à un petit café pas loin de son lieu de travail pour se poser avant d'attaquer le vif du sujet. Ça leur éviterait de prendre la route, comme ça ils pouvaient laisser leurs voitures sur le parking, ça ne gênerait personne. Et puis, Lukas sentait qu'ils allaient traîner un peu vu ce qu'il avait entendu de la part de ses collègues. Si le premier sujet était celui de ses sentiments pour Kai, il comptait bel et bien parler de son ressenti sur la famille et les secrets. Il ne s'était pas défilé avec Klaus, il ne le ferait pas avec Adelaïd. Mais il allait prendre son temps pour aborder le sujet. Il avait bien compris que c'était très délicat pour sa soeur. Elle n'irait pas consulté un psy dans le cas contraire. Lukas ne savait pas trop quoi penser de ce secret. Il était déçu et en même temps inquiet pour sa cadette. C'était compliqué !
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Adelaïd Schuylers
Admin sexy - On compte les années qui restent
avatar

Messages : 205
Métier : Institutrice
A Hamburg depuis : Toujours
Points : 708
Date d'inscription : 25/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lukas * Got a secret, can you keep it ?   Dim 11 Nov - 2:08

La jeune femme adresse un sourire à son frère alors que ce dernier n'est pas bien difficile à convaincre quand à la dureté d'une journée de travail dans la vie d'une enseignante. Les enfants dont il a la charge pour sa part sont un peu moins plein de vie et d'entrain que ceux dont Adelaïd a la charge chaque jours. Pourtant, elle sait bien que le travail de son frère est tout aussi épuisant que le sien en fin de compte, avec les gardes et tout ces tracas liés au monde médical. Ces mauvaises nouvelles aussi, comme son frère le souligne alors même qu'il dit avoir cependant passé une bonne journée. Les mauvaises nouvelles, oui. Comme ces moments où une infirmière en blouse blanche vous apprend que vous êtes en train de perdre le bébé avec lequel vous vous projetiez, après l'avoir porté quelques jours seulement. Six semaines, sept. Difficile de déterminer la chose. Le résultat, de toute façon, ne changeait pas. Ce bébé, elle l'avait perdu. Et on continuait d'en parler, alors qu'elle ne s'était pas remise de l'événement, qu'elle consultait un psychologue. On vendait la mèche, malgré elle, à son frère.

Elle lui emboîte le pas pour quitter l'hôpital alors que son aîné l'entraîne à l'extérieur pour fuir l'ambiance un rien pesante de ces murs blancs, aseptisés, ternes. Mais elle lève un sourcil comme le jeune homme avoue avoir besoin de lui parler, et que c'est pour cette raison qu'il a programmé ce rendez-vous entre eux. La curiosité de la jolie brune est piquée au vif et elle se demande de quoi son frère peut bien avoir envie de lui parler, pour tourner autour du pot comme cela, alors qu'il ne lui donne aucun indice, pas même un petit, sur ce qu'il peut avoir à l'esprit.

«-  Je t'écoute ?» questionne-t-elle comme ils ralentissent leur allure.

Elle prend place à la table de ce café où son frère l'a conduit, notant qu'il est tout prêt de l'hôpital. Elle esquisse un sourire, elle commence à connaître la procédure. Elle sait que si le biper de son frère se met à sonner, il devra l'abandonner de toute urgence pour aller à l'hôpital. C'est rare que le biper les interrompe, mais cela peut arriver, dans des cas d'extrême urgence. Ainsi près de l'hôpital, Lukas est plus vite rendu au besoin. Adelaïd ne pourrait pas, pour sa part, avoir une vie aussi mouvementée, aussi peu stable. Elle la laisse bien volontiers à son frère, qui semble pour sa part s'épanouir dans cette existence.

«-  Alors, dis moi tout !?»

Elle lui adresse un sourire, inconsciente encore de ce qu'il a apprit, des questionnements de son frère, des conseils que la meilleure amie de ce dernier lui a donné, pour qu'il la confronte, alors qu'il commence à ressentir sur les relations de la fratrie le poids des secrets qu'ils ne se sont pas confiés les uns aux autres, dérogeant de beaucoup à leur habitude de toujours tout se dire. Elle ne se doutait pas encore de l'apocalypse qu'était actuellement l'esprit de son frère en pleine réflexion.



Never give up
Everyone's crazy anyway. And those who think they aren't, are the ones who are even crazier - because they're in denial.

Revenir en haut Aller en bas

Lukas Schuylers
Il faut compter les années qui nous restent
avatar

Messages : 276
Métier : Infirmier (Pédiatrie)
A Hamburg depuis : De retour depuis 12 ans
Points : 1130
Date d'inscription : 27/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1255-lukas-an-obstacle-is-
MessageSujet: Re: Lukas * Got a secret, can you keep it ?   Dim 11 Nov - 20:20


En un rien de temps, ils avaient atteint le petit café. La devanture était agréable avec ses grandes baies vitrées et son atmosphère cozy. Lukas aimait y aller en compagnie de ses amis ou de ses collègues -quand ils en avaient marre de se taper le café de la salle de repos. Mais dans leur cas, c'était souvent avant le service ou juste après pour se réconforter d'une dure "journée". En vrai, ils sortaient principalement après le service de nuit avant de rentrer chez eux se reposer. Rares étaient ceux qui osaient prendre un café avant d'aller se coucher mais certains n'avaient pas le choix, ayant toute une famille à gérer malgré les horaires en décalés. Pour ça, Lukas était plutôt tranquille vu qu'il était célibataire. Mais la question risquait de bientôt se poser si jamais ses espoirs devenaient réalité...

Sa soeur semblait vraiment impatiente de commencer la discussion, de savoir ce que Lukas avait à lui dire. Lui, pour sa part, il n'était pas sûr de ce qu'il devait dire en premier. La bonne ou la mauvaise nouvelle ? C'était un choix cornélien mais il allait probablement faire comme avec Klaus et partir sur la bonne nouvelle pour se mettre dans le bain et ne pas perdre une chance d'aborder le sujet après.

"- Doucement, commandons d'abord, ok ?", Dit-il avec un sourire sur les lèvres. Lukas prenait sur lui pour ne pas laisser ses émotions partir du mauvais côté. Si sa soeur lui avait caché ça, elle devait avoir de bonnes raisons. Il ne pouvait pas lui en vouloir. Et pourtant, tous ses frères et soeurs étaient au courant de la blessure que son ex-femme avait creusé alors pourquoi gardaient-ils tous des secrets ? N'était-il pas digne de confiance ? Il ne comprenait pas. Il avait du mal à comprendre ce genre de comportements.

Heureusement la serveuse arriva rapidement. Lukas savait déjà ce qu'il allait prendre et la demoiselle aussi mais elle resta professionnelle en lui reposant la question.

"- Bonjour, que puis-je vous servir aujourd'hui ?
- Un café allongé, pour faire dans l'originalité", Répondit Lukas, toujours avec un sourire. La serveuse sembla amusée mais pour le brun c'était juste qu'elle faisait son boulot. Il ne pensait pas une seconde qu'elle pouvait le trouver mignon ou autre. Il était de toute façon bien trop occupé à penser à une autre personne. Il ne pouvait s'empêcher de se demander s'il bossait, écrivait ou s'il passait du temps avec Cosme. C'était plus fort que lui.

Après avoir pris la commande des deux, Lukas se décida enfin à parler. Il ne pouvait pas laisser sa soeur attendre plus longtemps. En plus, il tenait vraiment à lui annoncer ce qu'il avait sur le coeur, en commençant par la conne nouvelle. Si on pouvait considérer ça comme une bonne nouvelle. Lukas n'avait encore rien avancé de ce côté-là, mais il voulait pouvoir en parler à ses proches sans avoir à leur compter toute l'histoire depuis le début s'il arrivait pour pleurer sur leurs épaules.

"- Chère petite soeur, vois-tu, ton adorable grand-frère est tombé amoureux. J'ignore si ça marchera entre nous, si j'ai la moindre chance, mais je tenais à t'en parler."

Voilà, la première nouvelle était annoncée. Il ne savait pas si sa soeur serait aussi enthousiaste que leur aîné. Après tout, comme il le disait, il ne s'était rien passé, hormis un coup de foudre lors d'une soirée.
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Adelaïd Schuylers
Admin sexy - On compte les années qui restent
avatar

Messages : 205
Métier : Institutrice
A Hamburg depuis : Toujours
Points : 708
Date d'inscription : 25/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lukas * Got a secret, can you keep it ?   Lun 12 Nov - 1:05

La jeune femme est d'un naturel curieux, si bien que le fait que son frère veuille la voir et lui parler ne manque pas de la pousser à se questionner. Elle se demande, naturellement, ce que son frère peut bien avoir à lui dire pour faire tant de secret et ne pas cracher le morceau tout de suite, alors qu'il demande d'abord à pouvoir commander, faisant ainsi durer le suspense. Et elle ignore que dans un même temps son frère essaie de ne pas montrer les émotions qui le submergent alors qu'il vient de découvrir un terrible secret sur le compte de la demoiselle, refoulé depuis des années en elle, protégé de tous. Qui le savait dans le font, en dehors de son psychologue et du personnel soignant qui l'avait, à l'époque, prit en charge ? Personne. Parce qu'elle avait peur, peur de voir la pitié dans le regard des gens, peur de ne plus être que la femme qui avait perdu un enfant. Quand le drame était arrivé, elle n'avait pas put en parler à ses frères et sœur parce qu'ils auraient tous cherchés à l'aider. Elle avait redouté que leurs tentatives ne fassent que lui rappeler, en fin de compte, la situation dans laquelle elle se trouvait. Et finalement, dans cette affaire, elle avait perdu celui qu'elle avait prit pour l'homme de sa vie. Elle s'était retrouvé seule pour surmonter tout ça, par peur que les autres ne lui rappellent la chose. Elle se le rappelait déjà bien assez elle-même, tout le temps, quand son regard se posait sur un bébé, quand elle entendait une mère parler de sa grossesse, quand elle en voyait une donner le sein ou caresser son ventre...

«- Juste un thé, merci.» annonce la jeune femme comme une serveuse vient prendre leur commande.

Rapidement le regard de la demoiselle se pose de nouveau sur son frère alors qu'elle attend que ce dernier, enfin, lui fasse savoir pourquoi il souhaitait la voir. Elle attend, patiemment, le fixant pour bien lui faire remarquer qu'elle attend et ne compte pas s'asseoir sur ses confidences maintenant que le jeune homme les lui a promise. Et elle n'est pas déçue quand l'homme se lance enfin, lui faisant écarquiller les yeux au passage. Elle n'en croit pas ses oreilles, alors que depuis des années son frère donne l'impression de n'avoir eut personne dans son existence. Elle ouvre la bouche, la referme, dans une expression surprise avant de dessiner un sourire sur ses lèvres.

«- Ben ça alors, depuis le temps !» commente la demoiselle tout en sachant qu'avec ses neuf années de célibat elle n'est pas la mieux placée pour faire le moindre commentaire à ce sujet. Mais soit, son frère lui pardonnera certainement cet élan de surprise. «Comment ça tu ne sais pas si tu as la moindre chance ? Elle ou il s'appelle comment ?» interroge la demoiselle avant de poursuivre ses interrogations, sans vraiment laisser à son frère le temps de répondre. «Quel âge ? Veut des enfants ? J'espère que c'est quelqu'un de bien hein !»

La demoiselle après tout sait bien comme l'homme a souffert de son divorce avec son épouse il y a quelques années maintenant, si bien qu'elle ne souhaite pas voir la chose se reproduire. Cette personne dont son frère s'éprend a donc intérêt à être une personne e confiance, digne de lui, qui ne lui fera pas le moindre mal et saura le rendre heureux. Adelaïd est lancé, maintenant, et ne risque pas de laisser le moindre répit tant à son frère qu'à la personne que ce dernier avait en vu, si elle avait les moindres doutes au sujet de ce dernier.



Never give up
Everyone's crazy anyway. And those who think they aren't, are the ones who are even crazier - because they're in denial.

Revenir en haut Aller en bas

Lukas Schuylers
Il faut compter les années qui nous restent
avatar

Messages : 276
Métier : Infirmier (Pédiatrie)
A Hamburg depuis : De retour depuis 12 ans
Points : 1130
Date d'inscription : 27/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1255-lukas-an-obstacle-is-
MessageSujet: Re: Lukas * Got a secret, can you keep it ?   Mar 13 Nov - 20:27


Un léger rire accompagna la réflexion de sa soeur. Cela faisait douze ans que Lukas enchaînait les conquêtes d'un soir. Il avait eu quelques amants réguliers mais c'était rare qu'il les garde bien longtemps. La peur de s'attacher s'ils se mettaient à faire autre chose que de se faire plaisir le poussait à arrêter immédiatement leur relation. Il craignait tellement de revenir la même histoire qu'avec son ex-femme. Il savait que c'était idiot car tout le monde n'était pas comme ça. Mais c'était plus fort que lui. Les mauvais souvenirs le hantaient et c'était très dur de se défaire de ses mauvaises habitudes. Et puis à force, il était possible de se demander si les Schuylers n'étaient pas maudits en amour !

Comme Klaus, Adelaïd ne manqua pas de prendre en compte que la personne qui faisait battre le coeur de son frère pouvait être une femme ou un homme. Ils savaient tous qu'il n'avait aucune préférence, qu'il se laissait conquérir par la personne en elle-même et là, Kai l'avait complètement séduit. Lukas n'avait qu'une hâte c'était de le revoir. Il ne pouvait se sortir de la tête son sourire ou les bons souvenirs de la soirée qu'ils avaient passé ensemble.

"- Hey doucement", Lança le brun, amusé, alors que a cadette le harcelait de questions. C'était fou de voir ses amis et sa famille le questionner autant sur un coup de foudre ! Lukas avait juste dit qu'il était amoureux. Il n'allait pas leur présenter le directeur du musée de si tôt, surtout qu'il était encore persuadé de ne pas avoir la moindre chance. Mais la discussion avec Valoel lui avait redonné du courage pour essayer de sa rapprocher de Kai et voir si jamais une petite chance pouvait se créer. Après tout, l'écrivain l'avait invité à boire un thé après la danse. Ce n'était pas rien ! Il devait au moins l'apprécier assez pour accepter de passer du temps en sa compagnie de son plein gré.

"- C'est un homme bien, j'en suis persuadé. Je veux dire, je le connais assez depuis le temps que je m'occupe de son fils ! Mais je te rassure, je ne me lance pas à la poursuite d'un homme marié ! Il est divorcé. Et normalement célibataire ... Enfin je l'espère."

Finalement Lukas ne savait pas grand chose de la vie amoureuse de Kai. Il était dans le flou le plus total. Il espérait juste que son coeur n'était pas déjà pris. Même s'il était préférable de l'apprendre maintenant que de laisser son coeur succomber de plus en plus au charme du quinquagénaire.

"- Il a une bonne quinzaine d'années de plus que moi", Avoua Lukas en espérant que ça n'allait pas provoquer une réaction négative chez sa soeur mais il essaya de noyer l’information avec le reste, "Et comme je l'ai dit, il a un fils dont je m'occupe. Il est adorable !"

Lukas connaissait Cosme depuis neuf ans déjà. Il avait refusé de le laisser entre les mains d'un autre infirmier lorsqu'il avait eu dix-huit ans. Il avait proposé de continuer à lui administrer son traitement, ce n'était qu'une piqûre par mois après-tout, et le jeune garçon avait accepté. Et ce même si maintenant Cosme venait tout seul au rendez-vous, Lukas n'avait jamais regretté sa proposition.

"- Il s'appelle Kai. Il est directeur d'un musée. Il est juste tellement plus cultivé que moi ... J'ai vraiment l'impression de ne pas être à la hauteur. Mais bon, il veut bien me revoir alors je vais tenter ma chance !"
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Adelaïd Schuylers
Admin sexy - On compte les années qui restent
avatar

Messages : 205
Métier : Institutrice
A Hamburg depuis : Toujours
Points : 708
Date d'inscription : 25/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lukas * Got a secret, can you keep it ?   Mar 13 Nov - 21:35

Quand son frère lui dit être amoureux, la jeune femme s'emballe un peu, peut-être parce que penser aux amours de son frère lui permet d'oublier l'échec de sa propre vie sentimentale, au point mort depuis des années tant elle manque de confiance en elle. Questionner son frère sur tout cela lui permet de ne pas penser à ses propres déboires. De même, en s’intéressant à la vie de ses frères et sœurs, elle évite souvent que l'on s'intéresse à la sienne. Trop prit par leurs discussions le temps passe parfois trop vite pour qu'ils puissent interroger Adelaïd sur sa propre vie. Elle ne faisait pas mieux qu'eux finalement, la petite dernière. Elle était célibataire comme tout les autres hormis l'aîné, séparé de son dernier compagnon en date depuis une dizaine d'années maintenant et cela ne semblait pas prêt de changer mais elle n'aimait pas avoir à en discuter. Cela la replongeait toujours dans une certaine tristesse qu'elle ne voulait pas avoir à combattre. Penser à son ex avait aussi, malheureusement, une fâcheuse tendance à lui rappeler quelques malheurs. C'était mieux pour elle, donc, de parler de l'existence de ses frères et sœurs que de la sienne et la nouvelle avait de quoi la surprendre alors que son frère semblait ne plus avoir été amoureux depuis... depuis longtemps. Depuis son divorce en somme. A moins qu'elle ait ignoré quelques détails de l'existence de ce dernier.

Un homme, donc. La demoiselle n'est pas spécialement surprise, parfaitement au courant depuis des années de la bisexualité de son frère, ce dernier ne s'en étant jamais caché. Elle écoute attentivement, grimaçant un peu en apprenant que l'homme a un fil, avant de se voir rassuré par le fait que l'homme soit divorcé. Bien. Elle doutait fort que son frère aurait détruit un couple heureux, elle redoutait surtout qu'il se brise le cœur dans une histoire impossible. Cela ne semblait pas être le cas, mais le fait que ce soit le fils d'un patient rendait probablement la chose un tantinet compliqué. Toutefois il n'était pas certain que l'homme soit libre. Adelaïd grimace, de nouveau, de peur que son frère ne subisse quelques désillusions. Mais elle ne dit rien, pour ne pas alourdir son cœur et sa peine.

«- Qui... le père ou le fils ?» questionne cependant la brune un rien taquine lorsque son aîné fait remarquer que l'homme est adorable, noyant le poisson sur l'âge de sa cible.

Adelaïd ne peut rien dire. Même si elle n'en a que partiellement conscience, son intérêt pour monsieur Nowak reste une réalité et lui aussi est plus âgé qu'elle d'une bonne dizaine d'années de plus qu'elle. Elle préfère ne pas y penser, d'autant plus qu'elle ne l'imagine pas célibataire. Un homme comme ça doit avoir quelqu'un dans sa vie malgré le drame de son mariage. Elle n'a jamais osé poser la question. Ce serait inconvenant au vu du cadre de leurs rencontres. Elle était sa patiente et peut-être la prenait-il pour une folle, à le consulter depuis neuf ans.

«- S'il accepte de te revoir tu aurais tord de ne pas foncer et essayer... au moins savoir s'il est bien célibataire. Et cesse donc de manquer de confiance en toit ainsi, tu es loin d'être un mollusque sans cervelle. Si tu n'avais pas un gramme de jugeote, il ne voudrait sûrement pas te revoir du tout après tout !»



Never give up
Everyone's crazy anyway. And those who think they aren't, are the ones who are even crazier - because they're in denial.

Revenir en haut Aller en bas

Lukas Schuylers
Il faut compter les années qui nous restent
avatar

Messages : 276
Métier : Infirmier (Pédiatrie)
A Hamburg depuis : De retour depuis 12 ans
Points : 1130
Date d'inscription : 27/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1255-lukas-an-obstacle-is-
MessageSujet: Re: Lukas * Got a secret, can you keep it ?   Mer 14 Nov - 18:59


Adelaïd n'est pas la seule à s'inquiéter pour Lukas. Son ami Valoel avait aussi espéré sans un mot que l'infirmier ne se retrouverait pas avec le coeur brisé. Il y avait de grandes chances que ça arrive. Il y avait plein d'incertitude dans sa situation. Et pourtant, il y avait aussi des choses positives qui le poussaient à y croire. De toute façon sans tenter sa chance, il ne pourrait que faire des suppositions et il serait toujours là à se demander si ça aurait pu marcher entre eux. Autant se prendre une claque le plus rapidement possible pour que son coeur ne prenne pas un coup trop gros, comme la désillusion qu'il avait ressenti en voyant sa femme dans les bras d'un autre. Cette image ne l'avait jamais quitté.

"- Les deux", Lança Lukas sans se démonter. Cosme était adorable mais il pouvait dire la même chose de Kai. Les deux n'étaient pas adorables de la même façon bien sûr. Il ne voyait pas le fils comme il voyait l'écrivain. Et heureusement ! Il avait pris soin de Cosme depuis neuf ans déjà, c'était presque un fils pour lui. Ou plutôt un petit-frère qu'il avait envie de chouchouter. Lukas n'avait jamais eu d'enfants à lui. Il ne savait pas ce que c'était d'être père, même s'il prenait soin des enfants de son service. Il serait peut-être un père horrible ... Parce qu'en y pensant, s'il sortait avec Kai, il deviendrait en quelque sorte le beau père de Cosme. Cette idée le frappa et l'inquiéta un peu. Ce n'était pas parce que le jeune l'appréciait comme infirmier qu'il l'accepterait dans la famille.

Mais heureusement la conversation dévia un peu pour se centrer sur le fait que Kai acceptait de le revoir et que c'était une chance pour l'infirmier d'en savoir plus. Ce n'était pas la première à lui dire ça. Il avait pris conscience que tout n'était pas perdu puisque Kai l'avait déjà invité à prendre un thé avec lui après la danse. Il avait déjà souhaité passer plus de temps avec lui, c'était plutôt une bonne chose. Mais là, il sentait que c'était à lui de faire le premier pas. Pourtant à chaque fois qu'il ouvrait son téléphone, il n'arrivait pas à se résoudre à écrire quelque chose et encore moins à envoyer un message. Pourtant ce n'était pas bien compliqué de lui demander une visite guidée du musée !

"- Je sais ... Au fond de moi, je sais bien que je ne suis pas si inintéressant mais c'est tellement dur de se relancer dans une opération séduction ... Je n'ai pas fait ça depuis des années. Enfin, pas dans le but de sortir vraiment avec la personne !"

Parce que pour séduire ses coups d'un soir, il n'avait jamais eu de mal. Après tout, ça passait ou ça cassait -même si c'était rare, et quoi qu'il advenait, il ne revoyait pas la personne ou alors il faisait une exception si le feeling passait bien. Il l'avait déjà faite pour un collègue. Mais là, il voulait se montrer sous son bon jour sans pour autant passer pour quelqu'un qu'il n'était pas. Il avait tellement peur de ne pas être à la hauteur. C'était pas son genre de perdre pied comme ça. Ça montrait bien qu'il était réellement attiré par Kai et que ses sentiments avaient bien eu le temps de mûrir durant tout ce temps. La soirée n'avait fait que rappeler son attirance pour Kai et attiser la flamme.
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Adelaïd Schuylers
Admin sexy - On compte les années qui restent
avatar

Messages : 205
Métier : Institutrice
A Hamburg depuis : Toujours
Points : 708
Date d'inscription : 25/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lukas * Got a secret, can you keep it ?   Hier à 21:59

La demoiselle sent que sa curiosité est piquée au vif, évidemment, quand son frère parle de cet intérêt amoureux qu'il éprouve à l'égard d'un homme, père de l'un de ses patients. Au milieu de toutes ses questions, elle espère surtout que cet homme soit bien pour son frère et qu'il ne va pas lui faire de mal de quelques manières que ce soit. Malheureusement son frère a déjà bien trop souffert de l'infidélité de son ex-épouse et de son divorce pour que la jeune femme accepte qu'il souffre encore. Mais soit, elle n'a pas le contrôle là-dessus malheureusement, elle peut seulement interroger son aîné pour tenter de connaître un peu mieux cet homme qui lui fait apparemment de l'oeil. Et elle rit légèrement comme son frère répond que le père et le fils sont adorables. Rien que ça. Elle se doute naturellement qu'il y a un sous-entendu à cela. Ils ne sont probablement pas adorables de la même façon, le père et le fils. Et heureusement en soit. Elle ignorait les pensées de son frère pour le moment sur sa capacité à devenir un bon père, si en entretenant une relation avec Kai il devenait le beau père de son patient. Il est de toute façon encore un peu tôt pour supposer de telles choses. Après tout comme Lukas vient de le dire il n'est pas encore sûr d'avoir de chances avec cet homme. Cela, en revanche, l'enseignante ne le laisse pas passer car l'homme donne l'impression de se déprécier en comparaison à l'homme dont il s'amourache. La jeune femme refuse totalement que son frère se dénigre et le lui fait rapidement savoir. Lukas est charmant, doux, gentil, intelligent. Il a toutes les qualités requise pour faire le bonheur d'un homme ou une femme un jour.

«- Oh ça oui en effet ce n'est pas ce qu'il y a de plus facile mais je n'aime pas entendre de tels propos dans ta bouche. Tu es très cultivé toi aussi et bourré de qualités ce n'est pas la peine d'avoir le cafard. Toi aussi tu es quelqu'un de très intéressant, non mais !»

Elle parle, elle a un peu de culot, parce que la demoiselle n'est pas foutu d'appliquer elle-même les conseils qu'elle dispense à son frère. Elle aussi a une certaine tendance à se dénigrer. Une tendance bien plus fréquente à le faire que celle de son frère, d'ailleurs. Il ne passe pas un seul jour sans que la jeune femme se dégoûte en se regardant dans son miroir, pas un jour sans qu'elle ne pense d'elle des choses négatives, des choses abominables. Et la voilà qui tente de dissuader son frère de l'être pour lui-même. Comme quoi, l'homme est peut-être bien plus capable d'être injuste avec lui-même qu'il n'y paraît.

«- Je dirais que ce n'est jamais facile... Mais tu dois avoir confiance en toi parce que tu ne vaux sûrement pas moins que ce Kai et que s'il ne le pense pas, alors il ne te mérite pas ! Et je t'interdis de te rendre malade pour un homme qui ne te mérite pas et ne mesure pas ta valeur !» proteste la demoiselle en portant sa boisson à ses lèvres pour en boire un peu. «Donc... vous allez vous revoir ? Et vous avez prévu de vous revoir à qu'elle occasion ? Tu as une idée de sortie en tête ? Vous allez à un café, à une projection cinématographique ? Raconte moi tout !» demande la brunette, le visage marqué de son intérêt.



Never give up
Everyone's crazy anyway. And those who think they aren't, are the ones who are even crazier - because they're in denial.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Lukas * Got a secret, can you keep it ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lukas * Got a secret, can you keep it ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Secret War
» Amour secret...
» Le secret de Térabithia
» secret of mana
» SUIVI-HAÏTI:SECRET POLITIQUE-COMPLICITÉ OU SOUMISSION?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
40 is the new sexy :: Hambourg :: Bergedorf :: Klinik Fleetinsel-
Sauter vers:  
L'intégralité du forum appartient à ses administratrices: crackintime, London , Warren et Elsy. Toute reproduction partielle ou totale de son contenu est interdite.
© 40 is the new sexy