Revenir en haut Aller en bas



 

40 is the new sexy :: Espace détente :: Les vieux papiers :: Anciens rpPartagez
We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi
Aller à la page : Précédent  1, 2

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 442
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1597
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Jeu 20 Sep - 1:07


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell


Ça va...
Rien...
Je vais bien...
Il me prenait pour une bille ou quoi ? Je commençais peut-être à être sérieusement défoncée, ça ne voulait pas dire pour autant que je ne voyais pas que quelque chose l'embêtait. Du coup j'avais décidé de passer à l'attaque chatouilles ! Em' se tortillait sous moi en riant, tentant de me bloquer tant bien que mal mais j'étais agile, en position dominante et lui encombré du joint qu'il tentait de ne pas écraser ou lâcher.
Mon ami parvint à agripper un de mes poignets, mais j'avais l'autre de libre et continuai de le torturer en riant, ne lui laissant de brèves répits que pour voir si il était décidé à enfin cracher le morceau, ce qu'il finit par faire lorsqu'il en eu marre de se trémousser comme une anguille sous mon joug.
Du moins, c'est ce que je crus. Je ne pouvais pas deviner que son mal être était bien plus profond que ce qu'il voulait bien dire ou laisser paraitre, surtout dans mon état où ma perspicacité légendaire était quelque peu floutée à cause de la drogue qui déployait à présent tous ses effets...

D'ailleurs mon agitation soudaine me fit tourner la tête et je me laissai retomber contre Emmerich, ma main sur ma tête qui tournait un peu. A sa révélation, je tournai légèrement mon visage vers lui :

- Pourquoi tu le fais pas ?

Hänsel avait quitté l'école après le lycée. Il avait essayé de continuer ses études et l'avait fait un temps d'ailleurs, mais finalement il avait décidé de se prendre son année sabbatique. Je soupçonnai que l'histoire avec son père aie aussi quelque chose à voir avec sa décision, mais le sujet était tabou et le mettait généralement en colère lorsque nous l'abordions du coup, j'évitais autant que possible d'amener Walter Downey sur le tapis.
Mon chéri était débrouillard quand il le voulait et je ne voulais pas vraiment savoir comment il faisait pour subvenir à ses besoins avec son appartement, sa voiture etc, mais la rentrée approchait en effet et il ne semblait pas vraiment décidé à retourner en cours pour autant.
Tel que je le connaissais, la scolarité pour lui était terminée. J'étais quasiment certaine qu'il ne retournerait pas à l'école. Du moins pas tant que tout serait réglé avec son père... Je me plaignais du mien, mais je devais bien avouer que celui de mon copain était quand même quelque chose...

- Une année off où tu prends du temps pour toi ? Ça te permettrait même de bosser et avoir ton chez toi.

Je le connaissais un peu quand même et j'étais sûre que demander de l'argent à sa mère qui pourtant n'en manquait pas, était hors de question pour mon ami.

- Puis qui sait tu te trouveras peut-être une nouvelle passion ! Genre élever des lamas en Bolivie...

Ouais nan fallait pas me demander d'où je sortais cette idée, mais je pouffai comme une idiote avant de laisser à mon tour mes idées dériver à l'envers de mes sourires...
Je savais ce que je voulais faire après le lycée. Je voulais faire des études de Droit, comme ma tante. Ou plutôt...comme mon père... Une nouvelle façon d'essayer d'attirer son attention et de lui plaire... De passer du temps avec lui aussi. Si je ne le voyais pas à la maison, grâce aux stages je pourrais au moins le voir au travail !
Mais depuis quelques semaines, je pensais de plus en plus au patin à glace. On m'avait dit que j'étais douée. Qu'on voulait prendre ma carrière en main si je le voulais. J'avais dit non, mais finalement la graine avait germé dans mon esprit et même si je repoussais l'idée, elle me plaisait de plus en plus et se faufilait autour de moi tel un serpent resserrant son étreinte...
Je ne voulais pas prendre de décision tout de suite cela dit. Tout dépendrait de mes résultats aux prochaines sélections ! Si je me qualifiais et parvenais jusqu'aux Championnats d'Allemagne, que je me classais, alors j'aviserai. Mais ça faisait beaucoup de "si" tout ça...
Puis bon j'imaginais déjà la réaction de papa si je lui balançais : au fait p'pa ! Je ne veux plus faire de Droit. Je veux être patineuse professionnelle...
Nul doute qu'il me tomberait dessus tout de suite à grands coups de "ce n'est pas un vrai métier", "imagine que tu te blesses tout sera fini" ou encore "passer pro n'est pas donné à tout le monde" ! La confiance quoi... Comme toujours...

- Mais c'est pas important. Ca te dirait qu'on sorte en soirée ?
- Carrément ouais !


Je me redressai et motivée, passai par dessus Emmerich en l'écrasant à moitié avant de rouler au sol et d'y rester, ma tête renversée en arrière contre le canapé.
Je m'étais levée trop vite je crois... Il allait me falloir quelques minutes. Mon portable vibra dans ma poche et je l'attrapai tant bien que mal afin de lire le texto.

- C'est Hans'. Il veut savoir ce que je fais ce soir. On sort que nous ou on prévient les autres ?

Les deux m'allaient. Même si je savais que ça ne plairait pas forcément à Ida que je passe du temps seule avec son frère... Elle avait un petit côté possessif en amitié. Si elle était de la partie ça allait, mais si j'étais quelque part sans elle et que en plus Emmerich était là, en général ça ne lui plaisait pas trop. On s'était déjà disputé à cause de ça une fois...
Néanmoins je m'inquiétais pour elle. Quelque chose n'allait pas de puis quelques temps. Elle me cachait quelque chose et ça ne lui ressemblait pas. Nous en avions encore parlé ce matin avec Saskia après avoir conclu qu'une intervention copines s'imposait.
Mais là, j'avais son frère sous la main. Peut-être qu'il savait quelque chose qui m'aiderait.

- Dis Em'. Ida elle a des soucis ?

Généralement on se disait tout. Sa petite sœur, Saskia et moi formions THE trio de choc même si nous étions différentes sur certains points. Parler avec ma famille depuis un an était devenu beaucoup plus compliqué pour moi. Je ne me confiais plus tant que ça à ma mère et mon père je n'en parlais même pas. J'avais ma tante bien sûr, mais j'étais plus à l'aise à me confier à mes amis concernant certains sujets "graves".
Ida elle visiblement, c'était l'inverse. Je savais son crush pour le prof, je savais ses conneries avec son quadra même si je ne pigeais pas vraiment, etc... mais il y avait quelque chose de plus gros que tout ça. Qu'elle estimait peut-être trop gros à porter pour Sas' et moi, ce pourquoi elle nous le cachait, voulant sans doute nous préserver ou nous protéger, ce qui n'était pas pour me rassurer. Il est vrai qu'elle avait l'avantage d'avoir un grand frère et une grande sœur contrairement à moi, mais ça ne me calmait pas pour autant. Je voulais savoir une bonne fois pour toute.

- Elle se ferme quand j'aborde le sujet ou part en dérision mais je suis pas idiote je vois bien qu'il y a quelque chose.
Est-ce que... elle est malade..?


Une maladie grave expliquerait sa perte de poids et sa fatigue, tout autant que sa discrétion sur le sujet à ne pas vouloir se confier à nous. Elle avait toujours eu une silhouette très fine mais depuis quelques temps c'était différent. Elle n'était plus fine, elle devenait... maigre. Et je voyais parfaitement la nuance.
Le joint décuplant les émotions, je sentis les larmes me monter aux yeux. J'avais soudain peur pour Ida. Je ne voulais pas que Em' me confirme qu'elle devait passer par je ne savais quel traitement horrible comme de la chimio ou autre et que depuis tout ce temps je n'avais pas été là pour elle, parce que je n'avais pas été capable de creuser assez.
Là dessus, j'attrapai le reste du joint qui se terminait et en pris une grande bouffée. J'allais en avoir besoin selon la réponse que voudrait bien me donner Emmerich. SI il acceptait de me répondre.



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 1021
Métier : Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 6225
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Jeu 20 Sep - 13:33


Pourquoi ne pas prendre cette année sabbatique ? Pour plusieurs raisons, dont celle de sa mère et du fait qu'il avait l'impression que ça ne l'aiderait pas. Après, il mentirait en disant qu'il s'était déjà réinscrit à la fac. Il laissait traîner son dossier sur son bureau, presque comme s'il espérait qu'il ne serait jamais accepté. Si c'était la fac qui le rejetait, il aurait moins de scrupules à prendre une année pour lui. Gabi avait même raison, il pourrait bosser. Mais son dossier ne serait pas accepté partout. Il était assez connu à cause de ses frasques. Et ce n'était pas comme s'il était propre sur lui. Il traînait avec des personnes que la société tolérait difficilement, il était souvent couvert de bleus et de blessures et il se droguait. Ce n'était pas des qualités qui allaient attirer les patrons. Et il était hors de question qu'il demande de l'aide à sa mère. Il se sentait comme coincé, comme si son avenir était fini. Le pire, c'était qu'il était le fautif. Il avait saboté son avenir comme un grand.

Heureusement Gabi lança une idée folle avant qu'Emmerich puisse répliquer quoi que ce soit. De toute façon, il était persuadé que les mots ne seraient pas sortis. Cela faisait des années qu'il disait rien à ce sujet, pourquoi maintenant arriverait-il à se confier ? Il se contenta donc d'exploser de rire en s'imaginant élever des lamas en Bolivie. Même ça, il était persuadé qu'il n'y arriverait pas ! Il était vraiment nul pour tout. Sa mère devait être ravie d'avoir un échec comme lu. Heureusement pour elle, Franz était là pour rattraper le tir. Elle avait au moins un fils digne d'elle.

"- Des lamas ? Oh pitié ! Autant finir à la rue après avoir tenté la vie d'artiste ! Je suis sûr que si je peignais des mecs à poil j'aurais un succès fou !"

Emmerich ne savait pas peindre. Ce n'était pas les rares cours qu'il avait pris au lycée et au collège qui l'aideraient à devenir un grand peintre. Il dessinait un peu mais ça s'arrêtait là. Et puis, ce n'était pas quelque chose qui le passionnait. C'était plus une sorte de passe-temps quand il n'avait pas envie d'être en cours mais qu'il y allait. Autant dire qu'au lycée, il avait eu le temps d'en faire des dessins ! Mais depuis qu'il était en fac, il s'était tourné vers la musique.

La conversation dévia vers un tout autre sujet lorsque le blondinet lança le projet d'aller en soirée. Gabi tenta de se relever un peu vite mais elle était motivée. Parfait, il n'aurait pas besoin de se pencher un peu plus sur le sujet de son avenir. Il n'avait plus envie d'y penser. Après son petit fou rire des lamas, il se sentait mieux et avait envie de profiter jusqu'au bout.

"- Hein ?", Fit-il, hésitant qu'à sa réponse à la question de son amie. Devaient-ils aller retrouver les autres comme d'habitude ou pas ? Emmerich prit le temps de se redresser doucement, réfléchissant en même temps. En temps normal, il n'aurait pas hésité une seconde. Il aurait dit qu'il préférait aller avec Hansël et la bande. Mais aujourd'hui, il avait envie d'être lui-même. Il n'avait pas envie de retrouver les autres et devoir jouer la comédie. Il n'était pas d'humeur pour ça.

"- Ben tous les d- Hein ?"

Emmerich fut surpris par le nouveau changement de conversation. Gabi était très proche d'Ida. C'était tout naturel qu'elle s'inquiète pour elle. Et puis vu le temps qu'elles passaient ensemble, ce n'était pas étonnant qu'elle puisse remarquer que quelque chose ait changé chez Ida. Sa soeur avait des problèmes de santé. Elle ne mangeait plus, se privant pour devenir un squelette sur pattes. Son frère n'avait jamais compris pourquoi elle s'infligeait ça. Les garçons préféraient généralement les formes des femmes. Mais sa petite soeur avait décidé qu'elle était trop grosse et qu'elle devait y remédier. Aucun mot ne pouvait la faire changer d'avis. Emmerich se sentait impuissant. Il la soutenait mais il avait aussi envie de la voir arrêter toutes ces conneries. Mais Gabi avait mis le doigt sur ce qui n'allait pas, Ida refusait de voir ce qui n'allait pas. Elle était encore plus têtue qu'Emmerich.

En sentant la détresse de Gabi, Emmerich glissa du canapé pour se trouver à ses côtés et glisser un bras autour d'elle. D'un côté, il voulait tout dire à la jeune fille pour voir si elle pouvait l'aider. D'un autre, il ne voulait pas trahir la confiance d'Ida. C'était la seule, encore à la maison, qui le soutenait et le comprenait. C'était sa seule alliée. Il en avait besoin. Mais il avait encore plus besoin de la retrouver, en forme et en bonne santé. Peut-être allait-il regretter son choix. C'était même certain si Ida l'apprenait mais son bien être passé avant le sien et Gabi serait peut-être mieux placée pour lui tendre une main et l'aider.

"- Malade ? Non ... Pas physiquement."

Emmerich laissa la fin du joint à Gabi, elle semblait en avoir plus besoin que lui à ce moment-là.

"- Elle se trouve trop grosse. Donc elle se prive ... J'arrive pas à la dissuader..."

Se mordillant la lèvre, il sentait qu'il allait peut-être aussi s'attirer les foudres de son amie avec la suite.

"- J'ai ... peut-être abandonné aussi. Je sais... Je ... Elle a besoin de quelqu'un avec qui parler et elle me fait assez confiance. J'ai tenté, j'ai senti que je la poussais à bout alors j'ai arrêté, lui permettant de me considérer comme un allié et d'avoir quelqu'un à ses côtés si elle avait besoin de se confier. J'ai peut-être eu tord de faire ça. Je sais pas ... mais notre mère est déjà après elle et quoi que je dise, Ida m'écoute pas, alors je me suis dit que c'était mieux de rester près d'elle et de la surveiller plutôt que de la pousser à me fuir aussi. ... Et je crois qu'une part au fond de moi, ne voulait pas perdre ma seule alliée aussi."
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 442
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1597
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Ven 21 Sep - 19:58


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell



L'amitié, la vraie amitié, c'était la famille qu'on se choisissait. J'avais de bons amis à Berlin, mais je me rendais compte que finalement, pas des VRAIS. Les gens étaient autour de moi car j'étais connue de par la notoriété de ma famille, qu'on tournait dans les médias etc et que j'étais populaire également en cours.
Mais après mon déménagement, si certains avaient continué à m'écrire et à m'appeler, finalement les choses s'étaient petit à petit amenuisées. Oh on me suivait toujours sur les réseaux sociaux en mode "on continue quand même d'être potes hein" mais je savais très bien que tout ça n'était qu'apparence.

A Hambourg en un an, j'avais trouvé Lisa. Emmerich, Aiden, mais surtout Saskia et Ida. Nous étions comme trois sœurs et entre nous, c'était à la vie à la mort. Je n'avais jamais eu ça à Berlin. On me suivait et on faisait tout pour me plaire un peu comme dans ces séries américaines où la fille populaire est suivie partout par sa Cour. Mais je n'avais finalement pas de vraie amie, de personne vers qui je pouvais sincèrement me tourner, me confier.
Et ça m'allait ! Car je ne m'en rendais pas compte.
Mais ici c'était différent. Ida et Saskia osaient me contredire, me donner leurs avis, leurs opinions ! On pouvait échanger sur tout et elles m'appelaient si elles avaient besoin de moi. Elles me considéraient et me donnaient de l'importance. A Berlin les filles n'auraient jamais fait ça. Il ne fallait pas déranger la Reine en dehors des heures de lycée...
J'avais râlé la première fois que Ida m'avait appelé à 2h du matin pour se confier et pleurer sur mon épaule mais finalement je m'étais surprise à sauter de mon lit et à courir immédiatement la retrouver chez elle. Depuis ce jour là ma perception de l'amitié avait changé. Et j'aimais tellement plus ce que j'avais aujourd'hui !
Certes Berlin me manquait car j'y avais laissé une grosse partie de ma vie, de mes connaissances, mon club de patinage... Mais en même temps Hambourg m'avait beaucoup apporté. A commencer par Ida qui finalement m'avait appris sur moi-même...

Alors quand Emmerich se laissa glisser du canapé pour venir m'entourer de son bras, je sentis mon cœur manquer un battement et l'angoisse monter en moi. Je repoussai son bras et me tournai un peu plus vers lui avec l'impression que j'allais me trouver mal. Je ne voulais pas qu'il me ménage je voulais savoir !
Qu'est-ce qu'elle avait ?! Il me faisait peur !

- Comment ça pas physiquement ? clignai-je des yeux en écrasant le joint terminé. Qu'est-ce que tu veux dire, qu'est-ce qu'elle a ?

Lorsqu'il m'avoua qu'elle se trouvait trop grosse, il me fallu quelques secondes pour intégrer l'information.
Ida trop grosse...
IDA TROP GROSSE ! MAIS WHAT THE FUCKING FUCK !
Est-ce que Emmerich voulait dire par là qu'elle était anorexique ? Ida ?! Mais... Mais putain elle était maigre comme un coucou !

- Trop grosse ? répétai-je néanmoins comme si j'avais du mal comprendre ce qu'il venait de m'annoncer. Mais elle va perdre un os bientôt ! Elle est con ou quoi ?!

Ma peur laissa place à la colère. Non mais n'importe quoi ! Elle était sérieuse ?! Je devais bien peser 10 kg de plus qu'elle et elle n'arrêtait pas de me dire à quel point j'étais merveilleusement bien foutue ! Alors de une soit elle se foutait de moi et me trouvait obèse soit...
Non mais non en plus NON elle me trouvait jolie elle le disait tout le temps ! Bon sang mais comment est-ce qu'elle se voyait dans le miroir...?!

- Hein ? regardai-je son frère en me redressant sur mes genoux. Mais elle a pas besoin de quelqu'un avec qui parler ! Elle a besoin qu'on lui bouge le cul ! Putain Emmerich si le vent souffle elle s'envole ! Je pensais qu'elle avait une maladie avec un traitement lourd ou un truc dans le genre qui la faisait maigrir, pas que...!

Le soulagement me fit monter les larmes aux yeux, mais il y avait aussi une part de rage. Je n'en revenais pas qu'elle en fut là ! Qu'elle s'infligeait ça !

- Abandonné ? Mais comment tu peux avoir abandonné ?! Et comment que ta mère est après elle ! T'inquiète que moi aussi je vais être après elle ! Trop grosse, non mais je t'en foutrais !

J'attrapai mon portable et appelai Saskia illico :

- Ouais Sas' c'est moi ! Faut qu'on parle apparemment Ida est anorexique ! ... Si si je te jure ! ... C'est Emmerich. ... Mais je sais ! ... Oui ok on fait ça. ...bisous.

Je raccrochai et jetai mon portable à côté de moi avant de prendre ma tête entre mes mains, sentant soudain un poids incommensurable venir peser sur mes épaules. La raison sans doute pour laquelle Ida ne m'avait rien dit...
Je devais respirer. Pourquoi est-ce que j'avais autant de mal à respirer ? Je manquais d'air ! Il fallait que je respire. Je renversai ma tête en arrière mais je suffoquais, non aidée par la drogue que je venais d'ingurgiter. Mes yeux roulèrent légèrement alors que ma tête tournait et que je tentais de m'éventer avec ma main, soudain prise d'une énorme bouffée de chaleur.
Je crois que je faisais une crise d'angoisse là !



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 1021
Métier : Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 6225
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Ven 21 Sep - 23:26


C'était à ce moment-là qu'Emmerich aurait aimé avoir un second joint avec lui ou même n'importe quoi pour faire passer la conversation plus facilement. Il regrettait presque d'avoir ouvert la bouche pour avouer le secret de sa soeur. Mais au fond c'était un mal pour un bien. Ida avait besoin de ses amies. Elle allait le pourrir, probablement même le haïr en apprenant ce qu'il avait fait. Il pourrait le comprendre, il avait trahi sa confiance. Mais il voulait l'aider et il ne savait pas comment s'y prendre. Elle refusait de l'écouter et lui en voulait dès qu'il tentait d'aborder le sujet. Leur relation était basée sur leur besoin d'avoir quelqu'un de leur côté et Emmerich s'en voulait toujours de passer de l'autre côté. Alors il avait "abandonné". Pas vraiment, car il essayait bien toujours lorsqu'il avait la moindre ouverture pour essayer de la raisonner mais rien n'y faisait. Il ne savait pas gérer une adolescente anorexique.

Même si Gabi n'était pas d'accord avec sa façon de faire, ils arrivaient au moins à être sur la même longueur d'onde sur le fait qu'Ida n'avait pas besoin de perdre un gramme de plus. Elle méritait même en d'en reprendre des tonnes vu qu'il ne lui restait plus grand chose. Elle était vraiment trop maigre. C'était abusé. Et le blond ne voyait pas comment elle pouvait se trouver grosse alors qu'elle complimentait toujours ses amies. Gabi était parfaite et elle avait bien plus de forme que sa soeur ! Si seulement elle pouvait se rendre compte de la connerie qu'elle faisait. Mais ce n'était pas aussi simple avec sa cadette. Elle s'était enfoncé une idée en tête et elle semblait prête à la garder un moment. Il se demandait même si le séjour à l’hôpital n'avait pas aggravé la situation ...

"- Tu comprends pas...", Tenta Emmerich, mais Gabi criait bien trop pour que sa voix puisse se faire entendre. Le blond n'était pas prêt à s'énerver. Il préférait laisser passer la tornade, que la demoiselle se lâche sur lui. Elle en avait besoin. Il pouvait le comprendre, le secret d'Ida était dur à encaisser. Lui même ne savait pas trop comment il l'aurait pris s'il avait appris comme ça. Il avait eu le temps de le voir venir, de le comprendre petit à petit, surtout avec sa soeur qui venait lui parler.

Prenant le temps de souffler lorsque Gabi téléphona à la troisième amie du groupe, Emmerich se décida enfin à se relever. C'était dans ces moments-là qu'il comprenait qu'il n'avait pas traîné avec assez de femmes dans sa vie. Il ne savait pas aussi bien les gérer que ses amis. Mais il n'était pas là pour dire ce que Gabi voulait entendre pour lui faire plaisir. La conversation était importante et il savait qu'il ne pouvait plus reculer. Pourtant il arrêta de se focaliser sur les paroles que la jeune fille venait de lui balancer en voyant son état. Elle semblait vraiment mal. Encore plus que ce qu'il aurait imaginé. Était-elle en train de lui faire une crise de panique ? Ça non plus, il savait pas gérer !

"- Gabi !", S'exclama-t-il en s'approchant. Il posa ses mains sur ses épaules.

Que dire ? Que faire ? Il devait réagir et vite ! Elle avait besoin de respirer. C'était un fait. Mais ce n'était pas en y pensant qu'elle allait y arriver. Au contraire, elle allait se bloquer encore plus. Il devait la distraire. Il décida de la faire tourner en douceur.

"- Gabi ! Écoute-moi ! Je veux que tu me décrives la salle ! Dis-moi tout ce que tu vois ! Et je m'en fous que ce soit pas ce que tu veuilles faire maintenant, tu le fais !"

Il n'avait pas trouvé mieux que de la distraire avec quelque chose autour d'elle. Il y avait des meubles, des livres, tout ce dont ils avaient besoin pour attirer l'attention de la jeune fille sur autre chose que sur sa respiration. Emmerich espérait vraiment que ça l'aiderait à se calmer. Il avait bien utilisé un ton qui ne laissait pas place au moindre refus dans l'espoir qu'elle obtempérait plus facilement.
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 442
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1597
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Sam 22 Sep - 14:30


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell



Je n'avais jamais fait de bad trip, pas plus que je n'avais déjà fait de crise d'angoisse. Je ne savais pas ce qui m'arrivait, tout ce que je savais c'était que respirer m'était impossible. Je suffoquais et j'avais beau appeler l'air dans mes poumons, c'était comme si je n'en aspirais jamais assez. Mes poumons me brûlaient et les larmes me montaient aux yeux.
Emmerich se jeta presque sur moi et m'attrapa les épaules en criant mon prénom. J'accrochai ses mains par réflexe, cherchant son regard sans parvenir pour autant à redresser ma tête. Mon souffle était bruite et saccadé. Difficile... Douloureux.

- E... Em'...! Je... Je n'a...rrive... p... pas à res...! Respi...rer...!

Mon cœur battait à tout rompre dans ma poitrine qui semblait bien trop étroite pour le contenir. Il cognait beaucoup trop fort pour le peu d'air que je parvenais à inspirer !
Je me sentais complètement paniquée et terrorisée. Est-ce que j'étais en train de mourir ?!
Mes doigts se crochetèrent dans la peau de mon ami que je ne voulais plus lâcher. Il devait m'aider !
La drogue mélangée à cette bombe qui venait de me tomber dessus m'emportait totalement... Le mélange était détonnant et complètement flippant !

- Ah...! me plaignis-je des douleurs que je ressentais dans ma cage thoracique.
- Gabi ! Ecoute-moi ! Je veux que tu me décrives la salle !
- Hein ?!
- Dis-moi ce que tu vois ! Et je m'en fous que ce soit pas ce que tu veuilles faire maintenant, tu le fais !


Il avait raison, j'en avais rien à foutre de lui décrire la salle il était pas bien ou quoi ? J'étais en train de crever à moitié ! Il avait qu'à la regarder lui-même la salle si elle l'intéressait autant !
Pourtant, je l'écoutai... Mon regard embué de larmes chercha autour de nous tandis que je tentais toujours désespérément de respirer normalement, sans succès.

- Je... y'a un... un escalier et des... des livres et... je toussai en me repliant sur moi-même, puis continuai. Des lampes... Des... des étagères... Un comptoir...

Doucement, je parvins à parler plus facilement. De façon moins saccadée.

- Des affiches et... un... un canapé et...

Je clignai de mes grands yeux bleus et regardai Emmerich tout en tentant de me caler sur ses souffles, jusqu'à enfin parvenir à me calmer. Il me fallu plusieurs longues secondes, mais j'y arrivai.
Haletante, je relâcher ma crispation autour de ses mains et déglutis en toussotant encore un peu, mais me sentant déjà un peu mieux. J'écartai mes cheveux de mon visage et mordis ma lèvre inférieure, un petit tic que j'avais lorsque je me sentais nerveuse ou mal à l'aise.

- Je suis désolée je sais pas ce qui s'est passé...

J'avais déjà vu un bad trip et c'était pas ça. Je crois que je venais vraiment de faire une crise de panique...
Ida... Non mais vraiment qu'est-ce qu'elle avait en tête ! Je devais faire quelque chose ! Je devais lui ouvrir les yeux et que ça lui plaise ou non ! Je me la mettrai à dos si il le fallait, mais je ne la laisserai pas se détruire !
J'étais certaine qu'avec l'aide de Saskia, on trouverait quelque chose et je m'en foutais de devoir utiliser son point faible si il le fallait, à savoir son crush pour le prof ! A la guerre comme à la guerre !

- On doit l'aider Em'... On doit la sortir de là c'est n'importe quoi...

Au moins nous étions tous deux d'accord là dessus. On devait faire quelque chose et rapidement. Pas trop vite, je récupérai mon portable et pris appui sur le canapé afin de me redresser avec l'aide non négligeable d'Emmerich.

- On rentre ? Tu me raccompagnes ?

Je n'avais pas trop envie de faire la route toute seule vu ce qui venait de se passer. Je ne pensais pas refaire d'autre crise maintenant que l'info était "digérée" mais... Je préférais quand même avoir mon ami avec moi.



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 1021
Métier : Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 6225
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Dim 23 Sep - 9:44


La douleur sur ses mains l'importait peu. Gabi était mal, si elle avait besoin de s'accrocher de toutes ses forces à lui, alors qu'elle le fasse ! Après tout, Emmerich avait l'habitude de se faire tabasser à cause de sa différence, il avait donc connu bien pire comme douleur. Il pourrait presque dire qu'il s'y était habitué. Ça pouvait sembler triste à dire. Pourtant, c'était la vérité. Il souffrait à chaque fois, mais c'était presque devenu son quotidien, même si au fond de lui, il était prêt à tout pour le voir changer.

Si au début, Gabi semblait perdue face à ce qu'il lui demandait, elle accepta tout de même d'obéir. Elle avait du mal à parler, normal quand on avait du mal à respirer, mais petit à petit, elle semblait retrouver son calme. Le fait de se concentrer sur autre chose que sa respiration devait l'aider. Après tout, plus elle y pensait, plus elle devait se bloquer. C'était comme ça que le blond voyait la situation. Il espérait vraiment ne pas s'être trompé. Sinon il serait obligé d'appeler les urgences, puis le père de Gabi et probablement sa mère à lui. Un bordel qu'il n'avait pas vraiment envie d'affronter maintenant.

"- Oui, c'est ça, continue", Souffla-t-il doucement pour encourager son amie à poursuivre ses efforts.

Elle termina la description de la pièce, reposant son regard sur lui. Il préféra ne rien dire à ce moment-là, respirant tranquillement pour ne pas affoler la jeune fille. L'idée folle qu'il avait eu à l'instant semblait avoir marché puisque Gabi avait retrouvé sa respiration. Elle semblait même moins sujette à une nouvelle crise maintenant qu'elle s'était calmée. Quel soulagement. Emmerich ne supportait vraiment pas de la voir souffrir comme ça !

"- Tu n'as pas à t'excuser. Je sais que c'est une nouvelle difficile à découvrir. Après tout, personne n'aimerait savoir que sa meilleure amie s'inflige autant de mal ..."

Le blond hocha la tête à la suite des paroles de son amie. Lui aussi avait envie de sauver sa soeur. Mais il s'était retrouvé dans une impasse où le moindre de ses pas pouvait faire effondrer le sol sous lui. Il y avait déjà un mur devant lui, il n'avait pas envie de créer un fossé béant en plus qui l'empêcherait de passer du temps avec sa soeur. Il ne le supporterait pas.

"- Quoi ? Tu pensais réellement que j'allais te laisser rentrer toute seule ? Hors de question ! S'il le faut, je viendrai même te border dans ton lit et je te mettrai un film en te rapportant de quoi grignoter !"

Le jeune homme afficha un sourire en caressant légèrement le dos de son amie. Il avait envie d'être là pour elle. Il l'appréciait vraiment, comme une amie, même plus, comme une soeur. Il ne pouvait pas l'abandonner alors qu'elle n'était pas au top de sa forme. Et il n'avait encore moins envie de la laisser seule en imaginant des crétins comme Carl et son ami en train de la tripoter.

"- C'est quoi ton film préféré ?", Lança-t-il après avoir vérifié qu'il avait bien toutes ses affaires avant d'accompagner Gabi. Ils avaient besoin de lancer un sujet plus neutre, moins lourd. Ils pourraient reprendre leurs confessions une autre fois. En attendant, ils avaient besoin de se changer les idées. Son amie avait assez souffert comme ça. Et Ida n'allait pas s'envoler aussi vite. Sa soeur était forte.
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 442
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1597
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Dim 23 Sep - 23:11


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell



Emmerich et moi on s'était toujours bien entendu. J'avais rencontré Ida en première bien sûr. J'avais lorgné son frère direct mais je n'avais pas osé lui parler de suite. C'était venu par la suite et je m'étais vite rendue compte qu'on avait le contact et le rire facile ensemble. J'avais été contente de voir qu'il faisait partie du groupe de Hansel lorsque j'avais commencé à sortir avec lui.
Mais depuis que je savais son secret, j'avais l'impression que quelque part, une barrière était tombée et nous liait encore plus.

Je souris à mon ami lorsqu'il me dit que je n'avais pas à m'excuser et qu'il comprenait que la nouvelle concernant Ida aie été dure à encaisser.
C'était le moins qu'on puisse dire ! Ce n'était toujours pas passé à vrai dire, mais c'était intégré. A présent, je devais l'aider. Nous allions faire front pour la sortir de sa maladie. Mais franchement, d'où lui venait une idée pareille ?!
Elle s'était vue dans le miroir ? Comment est-ce qu'elle pouvait se voir grosse c'était hallucinant quand même ! Je n'arrivais pas à comprendre... Encore une fois, elle me complimentait tout le temps sur mon corps et j'étais plus épaisse qu'elle ! Elle n'aurait plus que la peau sur les eau bientôt !
Pourtant elle mangeait lorsqu'on se faisait des soirées !
...Non...? Il me semblait que si pourtant ! J'aurais juré que si ! Qu'elle piochait dans les gâteaux apéritifs ou le pop corn... Est-ce que je m'étais fourvoyée ? Est-ce que je n'avais juste pas prêtée assez attention...?
La culpabilité grandit en moi... Je m'en voulais de n'avoir pas su voir ou deviner. Quand même maintenant que Emmerich me l'avait dit, c'était flagrant ! Je me blâmais... Je m'en voulais...

Ça me rassura lorsqu'Emmerich m'annonça qu'il était hors de question qu'il me laisse rentrer seule. Nous reprîmes nos affaires en veillant de ne rien oublier ici et quittâmes la vieille bibliothèque pour retrouver l'air frais extérieur.
Je le repris sous le bras afin de marcher à ses côtés et le regardai en clignant des yeux lorsqu'il lança un nouveau sujet. Je voulais parler de Ida moi ! Je voulais en savoir plus !
Mais il avait sans doute raison. Mieux valait peut-être changer de sujet pour aujourd'hui. Le problème serait encore là demain de toute façon. Là, je devais digérer.

- Mon film préféré ? Hmmm... J'en sais rien j'en aime beaucoup.

J'avais beau avoir un côté très téméraire, il y avait une facette de moi un peu plus enfouie qui était très fleur bleue et romantique. J'aimais les films d'amour. Ceux qui faisaient pleurer. J'aimais les comédies musicales aussi. J'aurais pu lui faire une liste mais lui en donner un seul ? C'était dur !
J'étais un tantinet cinéphile. Je n'allais pas souvent au cinéma sauf pour les gros films, mais j'en regardais énormément en streaming. Ca et des séries à gogo.

- Hmm... Un de ceux que j'ai le plus vu ça doit être... Moulin Rouge ? Ou...

J'avais la tête ailleurs... J'avais beau vouloir passer à autre chose, discuter de trucs plus légers avec mon ami et repartir à rire comme nous savions si bien le faire lui et moi, le sujet "Ida" ne parvenait pas à quitter mes pensées.
Emmerich et moi montâmes dans le bus et nous installâmes au fond, comme toujours.

- On sort toujours ce soir ? Je pense que j'en ai besoin. Je veux juste rentrer prendre une douche et me changer.

Et même plus que besoin ! La nouvelle avait fait l'effet d'une douche froide et avec l'adrénaline j'avais la sensation que le joint s'était totalement dissipé, même si ce n'était probablement pas le cas. Mais je voulais sortir boire et penser à autre chose. Au moins pour cette nuit. Puis c'était bientôt la fin des vacances il fallait en profiter !

- Tu veux aller où ? Au bar de Thorn ? Sinon je ne sais pas trop ce qu'il y a de prévu ce soir en ville je ne me suis pas vraiment tenue informée pour être honnête.

En ce qui me concernait, n'importe quoi ferait l'affaire tant qu'il y aurait de la musique et surtout, A BOIRE ! Beaucoup à boire !




Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 1021
Métier : Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 6225
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Dim 23 Sep - 23:33


Le nouveau sujet était lancé, celui du film préféré de la demoiselle. Emmerich priait pour que Gabi ne l'ignore pas pour continuer à parler d'Ida. Ce n'était pas une bonne idée de poursuivre alors que la révélation venait de tomber. Il fallait prendre du recul et se détendre avant de s'attaquer à la partie où ils allaient tenter d'aider la soeur du blond. Ce n'était pas une mince affaire. C'était plutôt un gros morceau vu comment Ida se voilait la face en pensant que tout allait bien et qu'elle était vraiment trop grosse. Emmerich se disait que la société y était pour beaucoup en mettant en avant tous ces mannequins avec la peau sur les os. Mais il ne savait pas trop si c'était une partie de ce qui avait poussé sa soeur à devenir anorexique ou non. L'histoire devait être bien plus compliquée.

"- Moulin Rouge ? ..Hm, c'est pas un film romantique ça ?"

Emmerich voyait vaguement l'affiche du film mais en vrai, il ne l'avait pas vu. Il détestait ces films à l'eau de rose avec des happy ending à tout va. Comme si la vrai vie était aussi simple ! Et puis les héros étaient souvent niais. Non vraiment c'était pas pour lui. Il n'avait pas de genre préféré, il essayait d'être ouvert à tout. Tout sauf aux comédies romantiques ou tout ce qui tournait autour de l'amour.

"- Pitié, si tu vas voir un de ces films, pense à ne pas m'inviter, ok ?", Lança-t-il en lui faisant un petit clin d'oeil. Il avait beau être homosexuel, il ne pouvait pas remplir tous les clichés du meilleur pote gay comme dans les films américains. Il avait pourtant entendu certaines filles prier pour trouver ce fameux pote un jour. S'il avait eu le courage, il leur aurait conseillé d'aller voir du côté des bars gay et des boîtes de nuit, pour voir si la réalité marchait avec leurs rêves de gamine.

Installé dans le bus en compagnie de son amie, Emmerich en profita pour poser sa tête contre son épaule. Il se sentait étrangement fatigué d'un coup. Pourtant lorsque Gabi reparla de la sortie de ce soir, il se sentit prêt à faire la fête toute la nuit. Après tout ce qu'ils s'étaient dit, ils avaient bien besoin de se changer les idées. Et puis ça éviterait à Emmerich de passer trop de temps chez lui.

"- Tu sais quoi ? Sortons tous les deux !"

Pas question d'affronter ses potes après cette journée. Il avait besoin de quelqu'un avec qui il pouvait se lâcher sans risquer de griller sa couverture.

"- Hm, je me demande si y a pas une autre soirée comme celle de la dernière fois. Tu sais avec la peinture qui brille dans le noir ?"

Emmerich récupéra son portable en se redressant. Il le déverrouilla et alla sur son instagram pour montrer la photo à Gabi. Elle avait commenté celle-ci donc elle devait bien s'en souvenir. Mais avant de le ranger, il en profita pour vérifier s'il ne se trompait pas sur la date. Et en effet, il y avait bien une soirée de ce genre ce soir. C'était parfait. En tout cas, Emmerich était bien tenté d'y aller vu qu'il avait loupé la dernière pour s'occuper des fesses d'un homophobe.

"- Ça te dirait qu'on aille en profiter ?"
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 442
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1597
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Lun 24 Sep - 13:15


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell



Pffff non mais qu'est-ce qu'il ne fallait pas entendre ! Si j'avais été dans mon état normal, j'aurais probablement bondit sur Emmerich afin de lui faire un exposé sur à quel point Moulin Rouge était un film magnifique et merveilleux. Je lui aurais même probablement tenu la jambe jusqu'à ce qu'il me promette de le regarder avec moi afin que je puisse lui prouver qu'il avait tort d'en parler avec autant de dédain !
C'était un film romantique oui, mais surtout dramatique. Pourtant j'adorais ce film. J'adorais chanter les chansons en m'imaginant à la place de Satine. J'adorais l'amour passionnel que Christian avait pour elle. J'adorais la façon dont elle tombait également amoureuse de lui et j'adorais pleurer comme une madeleine à la fin en vidant ma boite de mouchoirs posée près de moi sur mon lit lorsqu'elle mourrait dans ses bras.
Cette histoire était beaucoup trop belle ! C'était de ce genre d'amour dont je rêvais moi. Quelque chose de passionnel et d'inconditionnel. Bon avec une fin un peu plus heureuse quand même !

Hans' n'était pas vraiment du genre romantique. Il préférait regarder les films d'action à des romances et le peu de fois où je parvenais à le convaincre d'en regarder une avec moi, c'était VRAIMENT pour me faire plaisir et il m'énervait parce qu'il passait son temps à se marrer tant il trouvait tout ça "niais".
Par contre moi fallait que je regarde ses thrillers et ses trucs d'horreur qui à chaque fois m'empêchaient ensuite de dormir la nuit...
Mais on s'entendait sur les films d'action et d'aventure ! C'était déjà ça.
Et c'était un peu pareil avec Emmerich pour le coup. J'imagine qu'il ne sera pas le pote gay avec qui j'irais voir le Fantôme de l'Opéra à Broadway !
Enfin je m'en fichais. J'aimais Emmerich et je ne m'attendais pas à ce que ses goûts changent juste parce que je savais à présent qu'il était homosexuel. Il restait Em'. A part qu'il aimait les mecs.

Je le laisse poser sa tête contre mon épaule une fois installés dans le bus. Moi je n'avais pas lâché son bras. Je pense que l'un comme l'autre, nous avions besoin de nous toucher afin de nous rassurer et de nous apaiser après toutes ces émotions.
Puis à présent que le calme était revenu, je me sentais à nouveau quel que peu en train de planer. Le joint faisait sournoisement son office... Le mieux aurait probablement été de rentrer chacun chez soi et de reporter notre sortie à un autre jour, mais Emmerich semblait aussi motivé que moi à ne pas rester chez lui ce soir.

- Tu sais quoi ? Sortons tous les deux !

Rien que nous sans les autres. C'était tentant. De toute façon selon l'évolution de notre état, ce serait sans doute mieux ainsi. J'hésitais à suggérer de quand même faire venir Hänsel mais Em' avait raison. Il valait probablement mieux que nous ne sortions que nous tous les deux.
Mon copain commençait à me connaître un peu trop bien et même si j'avais fini par devenir pas trop mauvaise au jeu du mensonge, je n'aimais pas lui mentir à lui et il verrait probablement assez vite que quelque chose me contrariait. Il me poserait des questions.
Hors, ce soir je voulais jouer les ignorantes pour encore un peu plus longtemps. Je ne voulais pas parler de Ida et je soupçonnai que ce fut également le cas pour Emmerich. Il valait donc mieux que je réponde à Hans' pour lui dire que je ne pouvais pas le voir ce soir, mais que ce ne serait que partie remise.

- Hm, je me demande si y a pas une autre soirée comme celle de la dernière fois. Tu sais avec la peinture qui brille dans le noir ?
- Ah oui ?
redressai-je la tête afin de regarder le portable de mon ami, soudain intéressée.

J'adorais ce genre de soirée ! J'avais voulu y aller la dernière fois après avoir vu l'Insta de mon ami, mais Emmerich m'avait recalé en me disant que la photo n'était qu'un leurre pour je ne sais quel plan tordu et qu'il n'y était finalement pas allé.

- Oui vas y on fait ça !

Ha trop bien ! Ça allait être génial et je passais déjà ma garde robe en revue dans ma tête afin de voir ce que j'allais porter !

- Au fait en parlant de ça... C'était quoi cette histoire l'autre fois ? T'avais dit que tu me raconterais. T'as fait quoi ? lui demandai-je avec un air soudain suspicieux.

Emmerich avait beau être la cible évidente d'abrutis comme j'en avais eu la preuve irréfutable aujourd'hui, je le connaissais et je savais qu'il n'était généralement pas le dernier non plus pour sauter dans une baston lorsqu'il y en avait une. Le nombre de fois où Hänsel, lui et le reste du groupe partaient en vrille en soirée ! A croire que ça les amusait de se battre. Le moindre prétexte semblait bon à prendre...
Enfin... truc de mecs sans doute, car généralement il finissait en se marrant tout en se plaignant de leurs bleus en se donnant des accolades...
Un mystère...



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 1021
Métier : Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 6225
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Mar 25 Sep - 18:13


Voir Gabi aussi enthousiaste que lui à l'idée de se faire cette fameuse soirée faisait plaisir à Emmerich. Il l'avait loupé la dernière fois, pour une bonne cause, mais maintenant qu'il savait qu'une autre avait lieu ce soir, il n'avait pas envie de la laisser passer une seconde fois. En plus, avec la jeune fille, il savait qu'il pourrait profiter à fond. Et même si Hansel et les autres n'étaient pas là, Emmerich serait la protéger des mecs un peu trop lourds. Il tenait bien trop à gabi pour laisser n'importe qui l'approcher sans qu'il ait son mot à dire, surtout après ce qui s'était passé un peu plus tôt dans la journée. Il espérait vraiment qu'Ida n'avait pas à gérer des connards pareils. Elle avait déjà assez de problème comme ça la pauvre.

Par contre la suite de la conversation le surprit. Il avait complètement oublié qu'il avait promis à son amie de lui en dire plus au sujet de l'histoire avec Max. Même si c'était risqué d'évoquer ce qu'ils avaient fait, Emmerich faisait entièrement confiance à Gabi. Il lui avait quand même confié son plus lourd secret et elle l'avait accepté. Elle n'avait pas eu besoin d'une période pour se faire à l'idée. Elle l'aimait comme avant et pour ça, il sentait qu'il pouvait lui confier plus de secrets sans craindre qu'elle le juge ou le trahisse.

"- Faut bien me promettre de ne rien dire à personne, ok ?", Lança-t-il en regardant autour de lui. En dehors de deux petits vieux à l'avant du bus et d'une mère en compagnie de son enfant, personne ne pourrait entendre ce qu'il s'apprêtait à dire. Il n'avait pas envie qu'une oreille curieuse écoute son histoire. Ce serait gênant si quelqu'un s'amusait à en parler à la police, même si Manfred n'était sûrement pas allé cafter après ce qu'il avait subi donc l'histoire serait probablement classée sans suite. Ce n'était pas le genre d'hommes à aimer fréquenter la justice surtout qu'il était loin d'être très honnête comme type.

"- En gros, pour faire simple, ma mère a embauché un type, contre une réduction pour un mariage, pour m'aider."

Si au début Emmerich l'avait maudite pour ça, après la soirée en compagnie de Max, le blond avait compris que cette rencontre avait été très bénéfique pour lui. Il reprenait un peu confiance en les adultes, voyant que tous n'étaient pas comme sa mère ou ses idiots de professeurs. Bon certains sortaient du lot à l'université mais la grande majorité en avait après lui sans chercher à le comprendre ou à lui donner une seconde chance. Une erreur et c'était fini dans ce milieu. C'était aussi pour ça qu'il avait terriblement envie de tout planquer pour prendre du recul et souffler. Il avait besoin de trouver un environnement compréhensif et calme pour lui laisser une chance de se reprendre et repartir sur une meilleure voie.

"- Et ce type m'a aidé à faire peur au chef d'une bande d'homophobes. J'ai pensé, qu'avec mon compte Insta, je pouvais éloigner certains de ses sbires pour l'isoler un peu plus. C'est pour ça que j'ai fait croire que je serais à une soirée. J'aurais adoré voir la tête de ceux qui m'ont cherché là-bas ou qui m'ont attendu dehors pendant un bon moment !"

Emmerich mettait un point d'honneur à ne pas divulguer le nom de l'homme qui l'avait aidé. Il n'avait pas eu de contact depuis avec lui, excepté pour lui dire qu'il avait croisé des gars de la bande et que personne ne l'avait embêté. Mais c'était tout.

"- Donc voilà, depuis j'ai la paix avec ce groupe. Mais y en a toujours d'autres pour venir m'embêter. J'ai l'impression que je sortirai jamais la tête de l'eau. Donc ça fait du bien d'avoir des amis comme moi à mes côtés", Souffla Emmerich en détournant le regard vers l'avant du bus. Cela faisait même pas un jour que Gabi était au courant mais rien que ce petit moment l'avait aidé à reprendre son souffle. Il savait qu'il avait besoin de personnes à ses côtés. Il ne pouvait pas gérer ça seul. Mais il avait encore du mal à accepter à le dire aux autres. La peur de se faire abandonner était bien trop grande.
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 442
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1597
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Mar 25 Sep - 19:47


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell



Enfants, adolescents, jeunes adultes, adultes... Tout le monde avait des secrets dont l'importance ou la gravité évoluait selon l'âge et les actes. Nous avions tous notre part de mystère. Nos énigmes et nos tréfonds. Moi la première. Car en fin de compte, seuls les gens qui m'étaient vraiment proches savaient ce qui se passait réellement chez moi et par chez moi, j'entendais avec mon père. Ils n'étaient finalement pas bien nombreux. Hänsel avait été l'un des premiers au courant puisque nos histoires de pères indignes étaient également ce qui nous avait rapproché tous les deux. Ensuite il y avait eu Ida et Saskia, mes deux grandes amies du lycée. Puis Lisa de qui j'avais fini par être de plus en plus proche et avec qui la chose était finalement sortie assez naturellement. Après tout, elle était extérieure à tout le reste de mon groupe d'amis. Elle était plus âgée, plus mature. Ca avait été assez simple de me confier à elle.
Emmerich et Aiden avaient également fini par en entendre parler, bien qu'ils n'avaient peut-être pas totalement conscience de toute l'ampleur de la chose car j'évitais généralement de trop m'étaler là dessus devant eux.

Autre chose sur laquelle je gardais jalousement mon silence, c'était ma virginité. La liste des personnes sachant ça étaient encore plus restreinte puisque les seuls au courant étaient Ida et Saskia à qui je m'étais confiée assez vide et bien entendu Hänsel puisqu'il était le principal intéressé... Il avait bien fallu que je finisse par lui cracher le morceau lorsqu'il avait commencé à s'énerver quant au fait que je trouvais toujours une excuse afin de le repousser lorsqu'il tentait de devenir plus intime avec moi.
Depuis quelques temps la liste s'était cela dit légèrement agrandie, car j'avais été chercher des conseils auprès de ma tante et que je l'avais plus ou moins laissé entendre également à Lisa. J'avais aussi été trouver Aiden, mais je lui avais dit vouloir le faire pour la première fois avec mon chéri. Pas pour la première fois tout court, donc je n'étais pas certaine qu'il ait forcément saisi le truc.
Je mettais autant de ferveur à convaincre tout le monde du fait que je couchais activement, que Emmerich en mettait à faire croire à son hétérosexualité finalement...

Mais lorsque celui-ci me fit promettre de ne rien dire à personne quant aux raisons pour lesquelles il n'était pas à la dernière soirée peinture quand il avait dit s'y trouver, je le regardai quelque peu surprise.
Encore un secret ? Combien d'autres secrets avait-il encore comme ça ? Quels autres choses inavouables gardait-il encore enfoui tout au fond de lui ?

- Ok... répondis-je néanmoins, commençant soudain à angoisser un peu.

Qu'est-ce qu'il avait foutu encore ? Il m'avait dit par message qu'il avait fait ça afin d'éloigner des connard de lui, mais j'avais un mauvais pressentiment moi...

- En gros pour faire simple, ma mère a embauché un type, contre une réduction pour un mariage, pour m'aider.
- Ta mère à quoi ???


Alors là pour le coup j'étais sur le cul. Sa mère ? La Kathryn que je connaissais avec un parapluie si profondément enfoncé dans son postérieur qu'elle en marchait constamment droite comme un piqué, avait recruté une personne pour l'aider ??? L'aider comment ? A faire quoi ? Pour faire quoi ?
En général quand on "engageait" quelqu'un, c'était pas forcément pour faire les choses en pacifiste...
Punaise mais dans quoi elle avait embarqué Emmerich ? Et lui il avait suivi évidemment, tête brûlée qu'il était ! Ah il pouvait dire de mon chéri hein ! Côté je fonce d'abord je réfléchis ensuite, parfois il n'était pas mieux ! On n'était pas dans un film bon sang ! Certes il fallait faire quelque chose pour tirer Emmerich de ses ennuis mais... Mais...!
Rolalalala beaucoup trop d'idées fusaient dans ma tête. Je m'attendais franchement au pire. J'avais l'imagination beaucoup trop fertile et me faisais déjà 35 000 scénarios possibles quant à ce que mon ami avait véritablement fait de cette fameuse nuit au lieu d'aller en boite...

Le moins que l'on puisse dire, c'est que je ne fus pas déçue du voyage. Plus Emmerich parlait, plus il racontait, plus j'écarquillais les yeux. Mais putain c'est qu'il était fier en plus ?! Il s'amusait de ça ?!
Non mais le "Et ce type m'a aidé à faire peur au chef d'une bande d'homophobes" y'a que moi qui voyait la gravité du truc là dedans ?! MAIS J'ALLAIS L’ÉTRIPER !
Il acheva en me disant que ça lui faisait du bien d'avoir des amis comme moi à ses côtés, mais lorsque je parvins à refermer ma bouchée bée par ses révélations, je lui tombai dessus :

- Mais... Mais t'es pas sérieux ?! C'est qui ce type Emmerich ? T'es taré ou quoi ? Et si le mec que vous avez agressé va voir la police ? Si il porte plainte ?

Ce serait mon pote qui prendrait et non l'autre tanche que sa mère avait eu la grandissime idée d'engager !
Roh putain je m'imaginai déjà en train de filer au bureau de mon père afin de le supplier de défendre Emmerich par tous les moyens possibles et imaginable en lui promettant que si il faisait ça pour moi, je ne ferai plus jamais aucune connerie de ma vie !

- Ou si il cherche à se venger ?! Il sera pas toujours avec toi ton pseudo sauveur !

Je ne disais pas qu'il ne fallait rien faire pour aider Emmerich. Surtout après avoir été témoin de ce que j'avais vu aujourd'hui avec Carl dans le parc. Mais merde quoi il y avait d'autres solutions ! A commencer par PARLER !

- Franchement Emmerich ! je flippai totalement pour lui maintenant... T'as pas besoin de ce mec merde ! Tu nous as nous ! Si t'en parle à Häns', aux autres, tu seras plus tout seul ! Ils pourront prendre ta défense et assurer tes arrières comme vous le faites déjà tous entre vous ! Crois-moi ça passera l'envie aux autres cons qui te font chier de te toucher lorsqu'ils se rendront compte de qui t'entoure !

Le groupe d'amis qu'avait Emmerich avait quand même sa petite réputation dans Hambourg... Il ne s'assumait gay que lorsqu'il n'était pas avec eux donc forcément qu'il devait faire front tout seul ! Mais ça pouvait changer ça !
Je comprenais qu'il puisse appréhender et avoir peur de leur réaction, mais à présent j'étais au courant aussi ! Je pourrai parler en sa faveur et baffer les quelques andouilles qui tiqueraient un peu trop longtemps sur son coming out !
Il y aurait sans doute un malaise au début, je ne disais pas, mais encore une fois ils étaient proches ! Ca leur passerait vite !

J'étais partie pour en refoutre une couche à mon ami, lorsque le bus se stoppa finalement à notre arrêt.



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 1021
Métier : Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 6225
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Mar 25 Sep - 20:22


La surprise de Gabi lorsqu'il annonça ce que sa mère avait fait ne l'étonna pas. Kathryn n'était pas la femme la plus ouverte qu'il connaisse, loin de là. Alors apprendre qu'elle avait accepté le marché de Max était fort surprenant. Mais vu qu'elle disait toujours être dépassée, elle avait du voir dans cette proposition un moyen d'arranger un peu la situation, même si ça ne pourrait pas tout fixer. Le désespoir avait eu raison de ses principes. Et finalement, Max avait réussi à sortir Emmerich d'un mauvais pas. Enfin c'était comme ça que le blond le voyait. Gabi ne semblait pas du même avis vu le ton qu'elle employait ...

Si sur le coup, il ne voyait pas pourquoi elle pétait un câble, Emmerich finit par comprendre qu'elle s'inquiétait des risques qu'ils avaient pris en faisant ça. Il était vrai que ce n'était pas la solution parfaite mais ça avait marché et c'était le principal, non ? Mais voir son amie dans tous ses états le fit culpabiliser. Il avait adoré la soirée avec Max. Il s'était senti libre et surtout il était sorti des sentiers battus, de cette voie déprimante dans laquelle il s'était embarqué. Il ne voulait pas recommencer. Il préférait garder ça dans un coin. Ce n'était pas une vie pour lui.

"- Mais Gabi-", Tenta Emmerich avant de se faire couper la parole par la jeune fille. Visiblement, elle n'avait pas fini de dire ce qu'elle avait en tête !

Max avait promis d'être là pour lui, même si ça n'avait pas de rapport avec le problème dont ils s'étaient occupés la dernière fois. Et étrangement, après le peu de temps qu'ils avaient passé ensemble, Emmerich avait confiance en lui. C'était peut-être une mauvaise idée, comme semblait le souligner Gabi, mais le blond était prêt à tenter sa chance sur ce coup. Max faisait parti des rares personnes avec qui il se sentait à l'aise pour être lui-même. En plus, il avait l'impression que le brun le comprenait. C'était rare d'avoir des gens qui l'appuyaient et ne l'enfonçaient pas.

Pourtant, Emmerich savait qu'au fond son amie avait raison. Il devait en parler avec leurs potes. Hansel et le groupe pourraient sans aucun doute l'aider et le soutenir dans les moments difficiles. Mais le blond n'était vraiment pas prêt à franchir ce pas. Il se sentait bloqué dès qu'il avait une chance de le leur dire. Il ne se sentait pas à la hauteur pour encaisser un rejet, même s'il pouvait être temporaire. Il était bien trop blessé pour ça.

Le bus s'arrêta, Emmerich en profita pour descendre avec Gabi et digérer un peu ses paroles. Il devait lui répondre quelque chose. Il ne savait pas trop quoi penser de tout ça. Il était autant perdu que pour son choix d'avenir ... Sa vie n'était finalement jamais simple. Mais peut-être parce qu'il n'arrivait pas à rester positif et courageux. C'était presque comme s'il avait baissé les bras alors que non. Il luttait toujours. Certes pas forcément de la meilleure façon. Alors à l'abri des regards, derrière l'un des panneaux de l'abri-bus, Emmerich arrêta Gabi. Il n'allait pas laisser la conversation mourir comme ça. De toute façon, son amie ne risquait pas de le laisser repartir sans avoir fini.

"- Je sais pas comment l'expliquer mais... avec ce type, je me sens bien. J'ai l'impression que je peux dire ce que je veux qu'il ne me jugera pas et qu'il argumentera, expliquera si besoin est. Il ne donne pas la réponse des adultes "Tais-toi, c'est moi qui sait ce qu'il te faut". Non, il est un type bien même si ses méthodes laissent à désirer. Je sais que c'était risqué mais rien n'est arrivé. Et c'est pas comme si j'allais recommencer. C'était exceptionnel. Je joue avec le feu suffisamment pour savoir quand m'arrêter."

Du moins, Emmerich l'espérait. Il savait que certaines de ses actions n'étaient pas les meilleures, comme louper ses cours. Mais il essayait de se calmer sur le côté bordline qu'il avait eu pendant longtemps. Même si l'histoire avec Max l'avait ramené sur ce chemin, cette fois Emmerich pouvait dire qu'il n'allait pas continuer sur cette voie. À dix sept ans, il aurait sûrement eu une autre approche. Mais il avait un peu mûri. Surement pas assez, car il aurait du rester en dehors de tout ça. Sauf qu'à force de souffrir, à force d'étouffer, il avait vu en Max une lueur d'espoir qu'il avait cru morte depuis un moment maintenant.

"- Tu sais, j'aimerais tellement ressentir ça avec la bande mais ... Je suis sûr que ça se passera pas aussi bien. Ils vont pas m'accueillir à bras ouverts après avoir entendu mon secret. De un parce que bon, je suis pas sûr qu'ils soient tous ouverts aux homosexuels. Et de deux parce que je leur ai caché un secret comme ça depuis des années. Ils vont se sentir trahi et je doute qu'ils voudront me faire confiance comme ça après."

Décidément, c'était la soirée où il parlait à coeur ouvert ! Mais étrangement, ça lui faisait du bien de confier ses doutes à quelqu'un de son entourage, à quelqu'un dont il était proche.
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 442
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1597
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Mer 26 Sep - 23:48


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell



Super ! Franchement, SUPER ! En plus de m'inquiéter pour Ida, maintenant j'allais m'inquiéter pour Emmerich ! Ida était même reléguée au second plan là tout de suite. J'étais descendue du bus et je faisais les cent pas en stressant pour Em'. Pour ce qu'il avait fait. Pour ce qu'il risquait ! Franchement il n'avait pas l'air de se rendre compte !
Moi j'avais un père avocat et même si il n'était jamais à la maison, le peu de fois où il rentrait et discutait de ses affaires, il plaidait parfois pour des trucs moins graves que ça et les condamnations étaient lourdes ! Je ne voulais pas que Emmerich finisse en prison tout ça parce qu'un espèce de débile s'amusait à jouer les héros avec lui ! C'était bien beau de jouer les gros bras et rouler des mécaniques à plusieurs !
Mais si il y avait des représailles ? Les mecs qu'ils avaient agressé tomberaient forcément sur Emmerich lorsqu'il serait tout seul ! Lorsque le type engagé par sa mère ne serait pas là pour couvrir ses arrières ! Et dans quel état est-ce que je le retrouverai alors ?!
J'étais hors de moi ! Plus par peur que par colère envers mon ami, mais j'avais un trop plein d'émotions et je devais les sortir comme je le pouvais ! La colère était plus simple. Elle et moi étions beaucoup plus familières... Elle était devenue une compagne de tous les jours depuis quelques mois...

Finalement, Em' m'arrêta afin que je lui fasse face. Je fuis d'abord son regard, mes bras croisés sur ma poitrine, bourrique que j'étais, mais je décidai de l'écouter quand même.
Em' était important pour moi et je voulais comprendre. Je voulais savoir ce qu'il ressentait. C'était beaucoup trop rare qu'il se livre de la sorte pour que je me ferme à lui à mon tour.
Il me dit qu'il se sentait bien avec ce type. Qu'il ne le jugeait pas. Qu'il expliquait... Je pinçai mes lèvres sans trop oser lui dire l'idée qui me vint. Emmerich n'avait jamais connu son père et ce qu'il m'expliquait de ce gars avec qui il avait traîné, me donnait l'impression que l'espace d'une soirée il avait eu un aperçu de ce qu'aurait pu être une image paternelle dans sa vie. Peut-être courrait-il après cela lui aussi après tout ? Je ne pouvais pas la blâmer...

- Tu promets ? lui demandai-je lorsqu'il m'assura qu'il savait s'arrêter et ne pousserait pas le "jeu". Tu jures que c'était exceptionnel hein ?

Il n'était pas le genre à trop chercher les ennuis donc je le croyais mais je voulais l'entendre me le dire. Nous marchâmes tous deux dans la rue en direction de nos maisons respectives. Il y eu un petit silence tandis que je répondais à mon chéri que je n'étais pas dispo ce soir, mais que ce n'était que partie remise, lorsqu'Emmerich reprit la parole.
Quelque part, ça me faisait un peu mal qu'il pense ça de la bande. Il semblait tellement inquiet ! Tellement incertain par rapport à la réaction que pourraient avoir les autres ! Je n'étais pas idiote j'avais conscience aussi que ça pourrait peut-être être compliqué à avaler pour certains mais... zut quoi ils étaient amis depuis des années ! Ça leur passerait !
J'arrêtai Emmerich à mon tour et lui pris le bras afin de le faire se tourner vers moi :

- Ecoute. Je te dis pas que ça sera facile. Je sais qu'ils risquent tiquer et peut-être même de t'en vouloir au début mais... ça ne durera pas. Tu le sais quand même non ?

Et encore une fois, j'étais là maintenant ! Il n'était plus tout seul ! Si il fallait que je sois à côté de lui et que je lui tienne la main pour qu'il parvienne à se livrer aux autres, je le ferais !
Il n'avait pas peur de leur dire finalement. Ce n'était pas le fait qu'ils acceptent sa sexualité qui le tracassait. C'était qu'ils lui pardonnent de leur avoir menti.

- Tu crois que aucun d'eux n'a de secret Em' ? On en a tous. Et crois moi que je saurai le leur rappeler si certains réagissent trop violemment.

Je n'étais pas dans le groupe depuis aussi longtemps qu'Emmerich. Je ne l'avais rejoins que parce que je sortais avec Hänsel, mais à force j'avais commencé à assez bien cerner tout le monde. Aucun d'eux n'étaient des enfants de cœur.

- Je ne peux pas te forcer à le leur dire et je serai muette comme une tombe si tu ne veux pas que j'en parle à Häns', mais oublie pas que maintenant je suis au courant. Tu n'es plus tout seul. Je te soutiendrai si tu décides de franchir le pas ok ?

Je serrai affectueusement sa main, puis perdis ma mine grave afin de retrouver mon sourire radieux :

- Bon allez ! Tu files de ton côté et moi du mien ! On se retrouve ce soir vers 21h ça te va ? Deal de la soirée : on ne parle pas d'Ida, on ne parle pas de ton rodéo sauvage, on ne parle pas de mon père, on ne parle pas des copains ! On va juste se peinturlurer la tronche en musique !

Soirée DÉTENTE ! On allait danser, on allait boire, on allait faire les cons ! Bref, se vider la tête ! Être insouciants le temps d'une nuit. Demain serait un nouveau jours et il serait bien temps de devoir refaire face à tous nos tracas habituels...
Ce soir, on se libérait !



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 1021
Métier : Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 6225
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Jeu 27 Sep - 11:22


Emmerich n'avait pas pu connaître son père. Il n'avait même pas le moindre souvenir de lui. Tout ce qu'il se souvenait de ses deux ans c'était un manège. Il avait ce vague flashback de son enfance. Les gens avaient beau dire qu'on se souvenait rien avant ses sept ans c'était faux. Le blond avait quelques souvenirs par ci par là, de la maternelle, de sorties en famille. Ce n'était que des morceaux d'histoires mais c'était agréable de pouvoir vraiment se raccrocher aux histoires grâce à des images qu'on avait soi-même et pas uniquement avec des photos. Malheureusement aucune ne montrait son père. C'était une figure fantomatique dont il ne savait pas grand chose finalement. Il en parlait rarement avec sa mère puisque les deux avaient du mal à avoir une conversation.

Alors Gabi avait peut-être raison en pensant qu'Emmerich courrait après une figure paternelle. Cela faisait quelques temps que le blond se posait des questions sur son père et qu'il regrettait sa disparition. Certains lui diraient qu'il avait eu le père d'Ida et des petits pour le remplacer. Mais ce n'était pas pareil. En plus, ce n'était pas comme si cette personne faisait toujours partie de sa vie. Il n'avait même pas le sentiment d'avoir réussi à connecter avec lui comme il avait connecté avec Max. Et pourtant, il avait passé plus de temps avec le père de sa soeur que le livreur. C'était complètement fou. Il s'en rendait compte, mais peut-être pas autant que son amie, qui avait mis le doigt sur un autre des problèmes du garçon.

"- Bien sûr. Je te le promets. Je ne recommencerai pas ça."

Sur ses paroles, Emmerich afficha un sourire. Il y croyait vraiment. Il ne se voyait pas recommencer, même Max lui avait dit de faire attention à ce sujet. Et même si Gabi devait voir le livreur comme un voyou et rien de plus, le blond savait qu'il ne l'aurait pas mis en danger comme ça, s'il n'avait pas été à 99% sûr que tout irait bien. Il y aurait toujours une petite chance que ça ne marcherait pas. Rien n'était sûr à cent pour cent. Mais Emmerich avait confiance en Max et il voulait y croire. C'était un peu le seul adulte en qui il avait envie de croire et dieu sait qu'il avait besoin de ça en ce moment.

Ils reprirent leur chemin en direction de la maison alors qu'Emmerich confiait ses doutes sur la bande. Il avait vraiment peur que son mensonge lui coûte son amitié avec eux. Il les avait trahi d'une certaine façon. Mais au fond, il avait toujours ce petit espoir qu'ils pourraient comprendre pourquoi il leur avait caché ça. Ce n'était pas évident d'être homosexuel dans ce monde. Et vu les violences dont il avait été victime, personne ne pouvait lui reprocher de se cacher. Pourtant même avec cette idée en tête, Emmerich craignait que tout se finisse mal. Il ne pouvait pas se retrouver seul. Il ne le supporterait pas.

Ce fut au tour de son amie de l'arrêter. Il ne s'y opposa pas et plongea son regard dans le sien, l'écoutant attentivement. Non, il n'était pas seul. Enfin plus seul. Il avait Gabi à ses côtés maintenant. Elle connaissait son secret et l'avait accepté sans rien lui reprocher. Elle n'allait pas l'abandonner comme ça. Il devait donc arrêter de penser qu'il n'avait aucun allié avec lui.

"- Merci", Souffla-t-il. Il se pencha et embrassa la joue de la jeune fille. Il était plus tactile qu'il le laissait penser, même s'il ne faisait pas ça devant tout le monde. Mais Gabi était comme une soeur alors il ne voyait pas ce qui était gênant, excepté si Hansel le voyait faire, il risquait de se faire étriper. Son pote était terriblement jaloux.

"- J'ai de la chance de t'avoir à mes côtés. Mais tu as raison, il faudra que je le leur dise. Un jour. En attendant, allons profiter de cette fameuse soirée ! Et promis, on n'abordera aucun de ces sujets, on va juste danser, boire et profiter de la musique !"

Ils se séparèrent pour aller se préparer. Il était temps de changer de vêtements, surtout que son sweat avait quelques tâches de sang à cause de son altercation avec Carl et l'autre idiot. Mais à cet instant, Emmerich se sentait quand même mieux. Grâce à Gabi, il avait l'impression d'avoir un poids en moins sur les épaules.
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   

Revenir en haut Aller en bas
 
We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» California Stories
» Stories FM
» « but these stories don't mean anything when you've got no one to tell them to. » ♔ NOLAN ♡.
» Mes Stories ~
» Du nouveau chez Glénat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
40 is the new sexy :: Espace détente :: Les vieux papiers :: Anciens rp-
Sauter vers:  
L'intégralité du forum appartient à ses administratrices: crackintime, London , Warren et Elsy. Toute reproduction partielle ou totale de son contenu est interdite.
© 40 is the new sexy