Revenir en haut Aller en bas



 

40 is the new sexy :: Espace détente :: Les vieux papiers :: Anciens rpPartagez
We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 652
Métier : (Étudiant) Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 3264
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Mar 28 Aoû - 17:01

We all have stories we won't ever tell
Emmerich Hohendorf & Gabi Rosenthal


"- Tu t'améliores", Lança son pote en lui apportant une bière bien fraîche. Emmerich l'accepta volontiers, délaissant un peu la guitare qu'il grattait depuis presque une heure maintenant. Il n'en avait pas acheté pour lui alors il venait régulièrement chez son pote pour en jouer. Celui-ci appréciait avoir de la compagnie donc le blond ne s'en privait pas. Il avait hâte de pouvoir jouer des morceaux plus compliqués. Et plus il jouait, plus il avait envie de s'en acheter une à lui. Mais il n'avait clairement pas envie que son entourage lui pose des questions à ce sujet. Il craignait que sa mère lui demande de lui jouer un morceau puisqu'il refusait de lui parler de ses problèmes. Il n'était pas prêt à montrer ses bons côtés à sa famille. Il faisait un blocage.

"- Pas bien dur avec le temps libre que j'ai !"

Il faisait beau aujourd'hui et son pote avait une chance incroyable d'avoir un balcon où il pouvait installer deux chaises longues où se poser. Emmerich aimerait bien prendre son indépendance. Mais il n'arrivait pas à finir ses études alors décrocher un job lui paraissait presque impossible. Il était hors de question de demander à sa mère de lui en payer un. Il avait déjà de la chance de pouvoir rester chez elle à son âge alors que nombreux de ses potes avaient du se débrouiller.

La sonnette retentit dans l'appartement. Emmerich comprit qu'il était temps pour lui de partir. C'était la petite-amie de son pote qui venait d'arriver. Le blond refusait de rester et de tenir la chandelle. De toute façon, il y avait peu de chance qu'elle apprécie qu'il reste. Il prit donc congé auprès des deux et se retrouva dehors, dans la rue, sans la moindre idée d'où aller maintenant. Il pouvait rentrer chez lui mais comme souvent il n'en avait pas la moindre envie.

Peu décidé sur l'endroit où aller, Emmerich décida d'aller faire un petit tour au parc non loin de l'appartement de son pote. Ça lui ferait du bien de profiter d'un peu de nature, même si ça risquait de lui rappeler un peu les cours de biologie. Il n'avait vraiment pas hâte de reprendre les cours, pourtant la rentrée approchait à grands pas. Mais cette pensée ne l'effleura pas longtemps puisqu'il tomba sur deux personnes qu'il n'aimait pas et qui le lui rendaient bien en règle générale. Avec un peu de chance, les deux allaient passer leur chemin et éviter de faire une scène en plein milieu d'un parc. Manque de chance, ils choisirent de lui bloquer la route en se décalant au dernier moment. Emmerich avait plus ou moins prévu le coup et évita donc de les percuter en s'arrêtant à temps.

"- Qu'est-ce que vous voulez ?"

Être agressif n'était peut-être pas la meilleure des approches mais Emmerich ne comptait pas se laisser marcher sur les pieds par ces deux homophobes. Il les connaissait un peu car il les avait déjà croisé à la sortie d'un bar gay. Les deux avaient repéré le lieu pour venir casser la gueule à de pauvres personnes qui n'avaient rien demandé. Pas de chance pour eux, le blond ne se laissait jamais faire.

"- Dégage tarlouze !", Lança l'un d'eux en le bousculant mais Emmerich le repoussa vivement. Il n'était peut-être pas le plus musclé de son groupe mais à force de se battre, il savait se débrouiller. Ce geste ne sembla pas plaire à son attaquant qui tenta de l'attraper par le col de son haut pendant que le second venait à son aide pour s'occuper du cas d'Emmerich. Ce dernier remarqua que les rares passants, qui osaient passer à leur côté, faisaient exprès de ne pas les regarder. Il ne pouvait compter sur sur lui pour se débarrasser de ces deux connards et tant pis s'il devait en venir aux poings.
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 339
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1101
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Mar 28 Aoû - 22:54


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell



La rentrée des cours approchait et le moins que l'on puisse dire, c'est que je n'étais absolument pas pressée d'y être ! D'un côté j'avais hâte de revoir tout le monde, mais d'un autre la perspective de retourner m'enfermer dans une salle de classe avec des profs tous plus barbants les uns que les autres, pas vraiment...
L'été était passé beaucoup trop vite. J'en avais profité pour m'entrainer d'arrache pied à la patinoire aux vues des sélections pour les championnats d'Allemagne de patinage artistique qui auraient lieu dans quelques mois et j'étais sortie à outrance ! Nous avions passé du bon temps avec les potes ! Ca allait me manquer...

Mais nous n'y étions pas encore ! J'avais encore quelques semaines devant moi avant de devoir remettre les pieds au lycée ! Et aujourd'hui, j'avais donné rendez-vous à Saskia afin de parler un peu de Ida qui commençait à m'inquiéter. Je ne savais pas ce qui clochait chez elle, mais clairement il y avait quelque chose qui n'allait pas. Elle avait toujours été mince mais... Je ne savais pas. Quelque chose me gênait depuis quelques temps et Sas' l'avait remarqué aussi.
Toutes les trois nous formions THE trio de choc et une de nous semblait avoir des soucis... Et comme elle refusait de parler ou de le reconnaitre, une intervention était nécessaire ! Je voulais savoir, je voulais en avoir le cœur net. Si Ida avait des problèmes, quels qu'ils furent, je voulais être là pour elle !

Ce matin je m'étais donc mise en bombe, comme chaque fois que je devais sortir avec mes copines, car il n'y avait rien que j'aimais plus que de sentir les regards des mecs se retourner sur mon passage. Mes cheveux étaient bouclés et joliment relevés en un chignon faussement négligé, mes yeux savamment mis en valeur par la dernière palette de maquillage Dior que je m'étais achetée la semaine dernière et mes lèvres étaient un appel aux baisers grâce au fabuleux rouge à lèvre de chez Chanel fraichement acquérit ! Niveau fringues, j'étais de toute façon tellement bien foutue (merci le patinage !) que n'importe quoi m'allait. Non clairement la modestie ne m'étouffait pas mais en même temps, c'était la vérité. J'avais du coup opté pour une jolie robe d'été découvrant les épaules et des sandales à talons compensés.
Saskia et moi avions passé plusieurs heures ensemble assises à une terrasse à siroter des cocktails avions longuement parlé de Ida, décidant d'un commun accord de lui parler rapidement et si possible sans la braquer.
Mon amie était ensuite repartie de son côté et moi du mien, nous promettant de vite nous capter afin de se voir.

Je décidai de passer par le parc, mes yeux rivés sur mon téléphone à échanger des messages avec Sas' alors que nous venions à peine de nous quitter, riant toute seule de ses conneries et des miennes.

- Dégage tarlouze !

Hein ? Je connaissais cette voix. Je relevai la tête de mon portable et cherchai d'où venait l'insulte pour apercevoir trois garçons qui se disputaient à quelques pas de mois en plein milieu du chemin, soigneusement évités par les passants.
Je soupirai, secouant la tête. Les mecs, tous les mêmes. Toujours à se battre pour que dalle. Mieux valait que je passe avant que ça ne dégénère trop. J'avançai, résolue à ne pas me prendre un coup perdu, lorsque je me figeai sur place.

- Emmerich ?

C'était Em' qui était en train de se battre ? Je reconnus alors ceux qui lui faisaient face, deux mecs de mon lycée que je n'aimais pas particulièrement. Ils étaient assez lourds et passaient leur temps à me faire des remarques graveleuse...
Je me dis que je ne devrais peut-être pas m'en mêler, après tout je ne savais pas ce qui les avaient amené à se disputer, mais lorsque je vis Carl, le plus grand, flanquer un coup de poing à mon voisin, ce fus comme si je le pris moi-même et la colère me pris. Je ne réfléchis plus et courus vers eux m'immisçant au milieu du trio.

- Hé ! HE !!!!! le repoussai-je violemment en le fusillant du regard. Mais t'es malade ou quoi ?! Ca va Em' ?

Je pris son visage afin de regarder son nez qui saignait, avant de me retourner furieuse vers Carl à qui je flanquai un coup sur le torse.

- C'est quoi ton problème ?!
- Tu le connais ?
me demanda Carl en clignant des yeux, se sentant probablement un peu con.

Lui qui cherchait à attirer constamment mon attention, ne venait pas de s'y prendre de la meilleure des façons si il venait effectivement de frapper un de mes amis.

- OUI je le connais ! A deux contre un en plus, franchement t'as rien de mieux à faire ?!
- Te mêle pas de ça Gabi,
me repoussa-t-il sans ménagement.
- Ouais Gabi, viens plutôt me faire un câlin, m'attrapa l'autre.
- Toi dégage ! LÂCHE-MOI !
- Alors Emmerich ? Elle te fait pas d'effet Gabi ? Regarde elle est bonne pourtant !

- Haha tu m'étonnes ! Elle ferait bander un eunuque alors même à toi ça devrait réveiller quelque chose non ?

Ouh putain j'allais les exploser dès que j'aurai réussi à me libérer !!!!



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 652
Métier : (Étudiant) Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 3264
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Mar 28 Aoû - 23:36


Concentré sur les deux qui s'avançaient vers lui pour lui en mettre une, Emmerich se figea en captant le regard de sa voisine, Gabi, qui était aussi la meilleure amie de sa petite soeur. Il n'eut pas le temps de réfléchir qu'un coup de poing s'abattit sur son visage. Il ressentit la douleur, jurant alors qu'un liquide chaud coulait le long de son visage et sur ses doigts. Ah ces connards ! Ils savaient bien viser. C'était la deuxième fois en quelques jours qu'il avait le nez en sang. Il se sentait un peu étourdi suite au choc, ce fut la voix de Gabi qui le tira de cet état second. Les autres auraient eu tout le temps de le mettre à terre et le finir si elle n'était pas intervenue. De toute façon ça aurait été le plus simple pour éviter de finir trop mal mais le blond n'était pas toujours le genre à accepter de se laisser marcher dessus.

"- Laisse tomber", Souffla-t-il comme il pouvait en essuyant le sang. Gabi s'inquiétait pour lui, c'était gentil mais dangereux avec des types pareils. Ils pouvaient devenir violents, même si Emmerich espérait qu'ils ne toucheraient pas à une demoiselle.

À entendre Gabi et les deux autres, ils avaient l'air de se connaître. Mais la jeune fille n'était pas enchantée par leur comportement. Avec un peu de chance, elle n'allait pas faire attention à leurs provocations. Il n'avait jamais dit à Gabi qu'il était homosexuel et s'il pouvait continuer de garder le secret, il n'était pas contre. Il ne se sentait pas prêt à le révéler. Et même s'il appréciait sa voisine, c'était la meilleure amie d'Ida, pas la sienne. Il n'avait aucune raison de se confier à elle. Surtout qu'il n'avait aucune idée de comment elle réagirait. Elle semblait ouverte et juste -vu comment elle tentait de prendre sa défense- mais ce n'était pas pour autant qu'elle accepterait son homosexualité.

Le moment où le copain de Carl tenta d'attraper Gabi pour lui faire un câlin, Emmerich vit rouge. Qu'ils s'en prennent à lui, ok. Par contre, ils n'avaient pas à se comporter comme des connards finis avec la jeune fille, ni même avec personne d'autre. Il profita que l'attention soit tournée vers elle pour donner un bon coup dans l'entrejambe de l'assaillant par derrière. Celui-ci grogna et recula en se tenant l'endroit douleur. Carl voulut s'approcher mais Emmerich lui fit face, prêt à en découdre.

"- Elle vous a dit de la lâcher, alors vous la lâchez", Lança-t-il aussi lentement qu'il le pouvait pour bien se faire comprendre, "Elle mérite mieux que deux porcs dans votre genre. Alors dégagez !"

Blessé pour blessé, Emmerich termina sa phrase par un coup de boule. L'autre pensait pouvoir l'attraper ou lui mettre un coup alors il n'eut pas le temps de voir venir la réponse du blond. Légèrement sonné, il regarda les deux garçons reculer. Visiblement l'arrivée de Gabi les avait légèrement refroidis. Ils avaient bien tenter de jouer les durs mais le fameux Carl semblait vouloir impressionner Gabi plus que de mettre la raclée à Emmerich. Une bonne nouvelle puisqu'ils finirent par détaler en promettant de revenir pour se venger. Cette promesse fut dite avec des mots bien plus vulgaires. Mais ce n'était pas ça qui était choquant.

"- Bande de connards ...", Soupira-t-il avant de se tourner vers Gabi, "Tu vas bien ? Ils t'ont pas fait mal?"

Qu'importe qu'il soit blessé, qu'il ait le nez en sang, ce qui importait pour l'instant c'était comment allait la jeune fille. Il la connaissait assez pour savoir qu'elle se débrouillait bien seule mais elle restait comme une autre petite soeur à ses yeux à force de la voir et il s'en voudrait si elle avait fini blessé à cause de lui. Même si en réalité ce n'était pas sa faute de base. Il n'avait pas demandé à être gay, et encore moins à naître dans un monde dont de nombreuses personnes étaient encore contre l'existence de gens comme lui.
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 339
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1101
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Mer 29 Aoû - 1:20


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell


Il y'avait des fois où je détestais être une fille... Avoir moins de force que les mecs, être "rabaissée" par leurs commentaires graveleux et misogynes... Ca me mettait hors de moi. J'aurais voulu être capable de le retourner comme une crêpe l'abruti qui me serrait contre lui en me pelotant allègrement et dont j'avais oublié le prénom.
Alors oui j'adorais plaire, ça c'était une certitude, mais lorsqu'il se passait des trucs comme ça j'avais juste envie de meurtres ! Je me débattais telle une furie contre le torse de l'ami de Carl, gesticulant des bras et des jambes autant que je le pouvais dans l'espoir de parvenir à le frapper et me libérer de son étreinte forcée.

- Ah ! criai-je de surprise en me sentant soudain libre.

Je perdis l'équilibre et tombai parterre tellement je me battais moi-même quelques secondes plus tôt, ignorant la douleur qui écorcha mon genoux et relevai mon visage pour voir mon assaillant plié en deux, ses mains contre ses parties.
Ha ! Bien fait ! En revanche je vis Carl s'avancer dangereusement vers Emmerich et mon sang ne fit qu'un tour, le voyant déjà recevoir un second coup de poing pour avoir osé toucher à son pote.

- CARL !
- Elle vous a dit de la lâcher, alors vous la lâchez. Elle mérite mieux que deux porcs dans votre genre. Alors dégagez !
- Ah Emmerich !


Je plaquai mes mains sur ma bouche en entendant le sonore coup de boule d'Em dans celle de Carl et me relevai doucement pour revenir près de lui et lui attraper le bras.

- Arrête c'est bon, viens...! le tirai-je vers moi. ET VOUS DEUX ALLEZ VOIR AILLEURS SI JY SUIS !

Carl hésita puis finalement, lui et son ami détalèrent, non sans envoyer quelques dernières insultes à la gueule d'Emmerich qui me donnèrent l'envie irrépressible de faire demi tour et leur courir après afin de leur sauter dessus et les lacérer jusqu'au sang de mes ongles !

- Bande de connards... dis-je du même voix que mon voisin avant de lui sourire, amusée.

Au moins nous étions d'accord là dessus !
Mais le sérieux retomba bien vite. Le grand frère de Ida se tourna vers moi, l'air soucieux, me demandant si j'allais bien. En dehors du fait que j'avais envie de tuer ces deux cons, je n'avais rien de cassé. Juste le genou légèrement écorché par les gravillons.

- Non ça va... J'ai juste hâte de prendre une douche...

Je sentais encore les mains de cet enfoiré sur moi et je n'avais qu'une hâte, me débarrasser de cette sensation aussi vite que possible... Punaise JAMAIS on n'avait osé me tripoter comme ça ! Ils avaient bu ou quoi ?! C'était quoi leur problème ? A quoi ils avaient joué avec Emmerich ?
Et comment cet espèce de fils de chien avait pu parler de moi ainsi ?! J'étais "bonne" ?! Je ferais "bander un eunuque" ?! Mais j'allais leur faire la peau quand je les reverrai ! Qu'ils attendent qu'Hänsel aie eu vent de tout ça, tiens !

- Rolala ton nez... Viens par ici.

Je l'entrainai un peu à l'écart du chemin sur un banc et sortis un mouchoir de mon sac que j'imbibai avec ma bouteille d'eau avant de me mettre à lui essuyer un peu tout le sang qui avait coulé jusqu'à son cou.

- Qu'est-ce qu'ils te voulaient Em' ? Pourquoi vous vous battiez ?

Je paraissais calme, mais en vérité je tremblais. Je ne digérais pas leurs mots... Pas plus que leur comportement... Ils ne m'avaient rien fait à proprement parler, mais je me sentais salie... Je détestais ça.
Et le nez de Emmerich qui ne cessait de couler...

- Je te garantis qu'ils ne vont pas s'en tirer comme ça... feulai-je entre mes dents.



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 652
Métier : (Étudiant) Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 3264
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Mer 29 Aoû - 10:36


Emmerich fut assez rassuré par les paroles de Gabi, même s'il comprenait bien son envie de prendre une douche pour effacer tout ça. Il n'était qu'un homme mais il avait une idée de ce que ça pouvait faire. Il avait déjà connu des types qui s'étaient amusé à le toucher pour le faire chier tout en le tabassant. C'était tellement dégradant. Mais c'était surtout les paroles de certaines femmes pendant des réunions de groupe LGBT qui lui avaient fait prendre conscience à quel point ce sentiment était désagréable et ne partait pas forcément rapidement. Certaines n'oubliaient jamais la sensation.

"- Ils me dégoûtent", Soupira-t-il alors que son nez continuait de saigner. Ce n'était pas pratique pour parler. Mais il suffisait d'appliquer une certaine pression pendant quelques instants pour que ça finisse enfin par se calmer. Il se laissa donc entraîner vers un banc où il prit place. Il ne chercha pas à repousser Gabi, la laissant l'aider tandis qu'il maintenait son nez dans l'espoir de calmer le saignement. Il savait qu'il devait être un peu patient. De toute façon, les deux idiots ne risquaient pas de revenir pour le moment. Ils devaient attendre sagement une nouvelle occasion en se préparant un peu mieux. Là, ils avaient juste croisé sa route par hasard et avaient sauté sur l'occasion pour lui faire du mal.

À la question de sa voisine, Emmerich soupira une nouvelle fois. Il attendit quelques instants, hésitant sur ce qu'il devait dire ou non. Lorsqu'il relâcha son nez endolori par le coup, il sentit que le saignement s'était arrêté. Une bonne chose. Maintenant, il pouvait se concentrer sur sa réponse. Gabi avait entendu toutes les insultes et allusions à l'homosexualité du blond. Ce serait dur de le nier. Mais Emmerich hésitait encore à faire passer ça pour des insultes sans fondement. Les jeunes aimaient se moquer des autres en utilisant des mots dans le mauvais contexte, c'était bien connu.

"- Ma tête leur revient pas", Lança-t-il pour commencer, "Et ... Je ne sors avec personne, juste des relations d'un soir, alors ..."

C'était si simple de mentir quand il était avec ses potes. Pourtant avec Gabi, il semblait perdre ses mots, comme s'il avait envie de dire à haute voix la vérité, de trouver quelqu'un qui puisse le comprendre. Il avait l'impression qu'elle pouvait le comprendre. C'était risqué. Elle passait beaucoup de temps à la maison puisqu'elle était la meilleure amie d'Ida. Il n'avait pas envie de gâcher ça. Il vivait encore chez sa mère donc si la jeune fille était dégoûtée par la nouvelle, elle n'oserait plus venir. Il se sentirait tellement coupable si ça arrivait.

"- Ils ..."

Les mots ne voulaient pas sortir. Il était parti sur un mensonge. Il ne voulait pas tenter sa chance et tout ruiner. Mais il ne trouvait rien à dire pour se protéger, pour protéger sa voisine. Elle n'avait pas besoin de se retrouver mêlée à tout ça. Ce n'était pas son combat. Il ne pouvait pas lui laisser penser qu'ils s'en prenaient injustement à lui. Il y avait une raison, même si elle n'était pas une bonne raison.

"- Je n'aime pas les femmes."

Étrangement, cette fois, les mots sortirent tout seul. Avec les paroles de Carl et son copain et cette dernière phrase, Gabi devrait pouvoir faire le lien toute seule. Emmerich posa ses bras sur ses cuisses, baissant son regard vers le sol. Il refusait de voir le visage de la jeune fille, surtout s'il se retrouvait déformé par une grimace.
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 339
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1101
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Jeu 30 Aoû - 1:56


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell


J'avais la chance d'être née jolie. Depuis mon entrée à l'école maternelle, j'avais toujours été populaire, que ce soit auprès des adultes comme des enfants. Avenante et avec une bouille d'ange, je n'avais pas grand chose à faire pour charmer mon monde à l'époque et ça n'avait pas changé aujourd'hui.

Par conséquent, on ne m'avait jamais embêtée à l'école ou dans la rue. Je ne connaissais pas la martyrisation ni le harcèlement. Dans certaines situations, c'était même moi qui pouvait être la peste parfois... Disons que j'étais sympa, mais qu'il ne fallait pas me chercher. J'avais un certain pouvoir sur les autres de part ma popularité. Les gens, mecs comme meufs voulaient me plaire, être dans mon cercle, du coup se mettre à dos Gabi Rosenthal pouvait vouloir dire se mettre à dos une GROSSE majorité du bahut si je le décidais.
Je n'avais jamais encore testé la chose, mais là tout de suite en voyant le nez d'Em' continuer de saigner, j'avais une grosse envie de tenter le truc sur Carl !

J'en voyais tous les jours au lycée, des élèves être pris comme têtes de turque par quelques crétins. Soit parce qu'ils étaient trop timides, soit trop différents, soit parce qu'ils avaient un physique pas évident... Je les voyais arriver chaque matin la tête entre les épaules, s'excusant d'être là, s'excusant d'exister, quand les copines et moi arrivions telles des princesses au milieu de leur Cour. C'était malheureusement la dure loi de l'école...
Parfois j'intervenais si vraiment je tombais sur de la violence en direct, mais la plupart du temps... Je devais bien avouer que je ne faisais rien... Je détournais les yeux. Je n'en étais pas spécialement fière, mais je ne pouvais pas jouer les héros à longueur de temps et... beh ça ne me regardait pas non plus.

Mais lorsque j'avais vu le frère de Ida se faire frapper, la question ne s'était même pas posée ! J'avais couru vers eux et m'étais presque jetée sur Carl pour le repousser. J'avais ressenti une telle colère ! Une telle rage contre lui ! J'aurais pu le lacérer de mes ongles !
Je ne comprenais pas pourquoi ils s'en étaient pris à Emmerich comme ça. Il était loin d'être laid, loin d'être con et en plus il n'y avait pas plus gentil que lui. Certes parfois il pouvait se comporter un peu comme un ours, mais ça faisait partie de son charme.
Je n'avais pas franchement fait attention à leurs insultes. Dans la bouche de ces deux cons, ça ne voulait pas dire grand chose et il était facile de rabaisser un mec en lui balançant des vannes quant à sa sexualité. Du coup dans ma tête, c'était vraiment l'interrogation totale...

Je grimaçai légèrement en remarquant l'état de son nez une fois un peu plus nettoyé et changeai une nouvelle fois de mouchoir. Punaise mais il déversait combien de litre de sang là ?!
Il fallu bien quelques minutes de plus avant que le saignement ne se calme. Mon voisin redressa doucement la tête, éprouvant son nez qui s'était enfin arrêté de couler, ce qui me rassura.

- Ta tête leur revient pas ? répétai-je, haussant un sourcils interrogateur.
- Et... Je ne sors avec personne, juste des relations d'un soir, alors...
- Bah et alors qu'est-ce que ça peut leur foutre ? T'as le droit de pas vouloir te mettre en couple et de te taper une nana par soir si ça te chante ! C'est pas pour ça que tu mérites de t'en prendre une !


Rah je fulminais encore ! En quoi ça les regardait que Emmerich sorte avec une meuf ou pas ? Il faisait bien ce qu'il voulait non ?! Ils ne voulaient pas gérer le gout de ses capotes aussi ?!
Me tournant un peu plus vers lui, je me demandai alors si c'était fréquent... Ce genre de trucs... Clairement son nez là tout de suite était en sale état, mais je devinais une petite plaie au coin de sa lèvre qui elle ne datait pas d'aujourd'hui et fronçai légèrement mes sourcils.

- Ils...
- Ils sont cons ! Tu peux le dire ! Attends que Hans' et les autres en entendent parler !
sortis-je mon portable afin d'envoyer un message à mon copain. Je te garantis qu'ils y réfléchirons à deux fois avant de te toucher !
- Je n'aime pas les femmes.
- Non mais c'est clair et puis...!


Wait. What ?
Je cessai de textoter et regardai Emmerich, qui lui fuyait mon regard. Mais euh... J'avais bien entendu là ? Non je devais avoir mal compris c'était pas possible autrement. J'en laissai tomber mon portable qui dégringola sur mes genoux. Je le rattrapai maladroitement et le fourrai dans mon sac, bouche bée.
La scène de l'incartade repassa dans ma tête, les insultes des deux assaillants prenant soudain un nouveau sens... Mes yeux glissèrent sur le nez d'Emmerich qui avait rougit... Puis je le regardai lui tout entier.
Non mais NON quoi ! Plusieurs longues secondes passèrent et la lumière jaillit enfin dans mon esprit :

- Pfff ! pouffai-je alors de dire. Attends quoi ? Tu... pfff... Tu es...

Non mais c'était pas possible je tombai des nues là ! Pas Emmerich quoi !
Il me faisait marcher. C'était obligé.

- Tu es gay ? C'est ça que t'es en train de me dire là ?

Son air était pourtant très sérieux. Et plutôt que de calmer mon amusement, ça ne fit que le décupler. J'éclater de rire sur le banc, incapable de me retenir, mes mains plaquées contre mon ventre tandis que je me tordais sur place.

- Oh merde !

Il fallait que j'arrête ! Franchement c'était pas bien et j'allais sûrement le vexer, mais je n'y arrivais pas c'était plus fort que moi ! Rolala pourtant il fallait que je lui dise ! Que je lui explique mais... Non franchement là c'était... grotesque ! Absurde même ! La situation était proprement ridicule !



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 652
Métier : (Étudiant) Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 3264
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Jeu 30 Aoû - 10:33


En effet, il avait le droit de profiter de la vie comme il le voulait. S'il n'avait pas envie de se caser, rien ne l'obligeait et tant qu'il respectait ses partenaires, il ne devrait pas y avoir le moindre problème. Mais la société était conditionnée pour juger autrui, ceux qui étaient différents. Et à cause de son homosexualité, le blond remplissait le critère de différence, poussant même au dégoût les plus radicaux. C'était horrible de se dire que sa vie privée le prédisposé à recevoir des coups. Il devait se faire discret à chaque fois. C'était assez dur quand on n'avait pas de logement à soi. Il ne risquait pas de ramener ses conquêtes chez sa mère ... Un peu de respect pour sa famille. Surtout qu'il ne voulait pas mêler les plus jeunes à tous ces problèmes.

Par contre lorsque Gabi voulut prévenir Hänsel et les autres, il sentit la panique l'envahir. Il n'avait rien dit à ses potes. Il ne pensait pas pouvoir le dire un jour. Pas tant qu'il tenait à eux et qu'il n'était pas à cent pour cent sur qu'il serait accepté. Il ne les sentait pas assez ouverts. Même s'il ne les dégoûtait pas comme les homophobes dont il croisait la route, il savait que ça jetterait un froid quelque part. C'était dommage de ne pas avoir pleinement confiance en ses potes. Mais la société était encore un peu trop contre les homosexuels pour se sentir en sécurité ou en confiance même avec des personnes qu'on connaissait bien.

Mais sa révélation sembla stopper Gabi dans l'écriture de son texto. Une chance pour Emmerich. Il n'était vraiment pas prêt à affronter la réaction d'Hänsel et des autres. Déjà qu'il avait l'impression de faire une bêtise en le disant à sa voisine... Mais c'était elle ou les autres. Et à choisir, il se sentait plus en confiance avec elle. Du moins jusqu'à ce qu'elle se mette à rire. Le blond releva la tête vers elle, déconcerté. Il avait eu droit au dégoût, à l'absence de réaction et à l'acceptation pour le moment, mais jamais aux éclats de rire. Il ne comprenait pas trop s'il devait partir et fuir avant d'entendre des moqueries ou s'il pouvait rester, attendre qu'elle se calme.

"- The fuck, Gabi !", Soupira Emmerich avant de se laisser aller contre le dossier du banc, basculant la tête en arrière. Il posa une main sur son visage. Il sentait que la situation venait de déraper d'une façon ou d'une autre. Il avait envie de s'en aller et en même temps de rester pour être sûr de ce que sa voisine en pensait et allait faire de l'information. Il attendit donc un peu qu'elle arrête de rire mais elle semblait partie dans un sacré fou rire. En quoi la situation était-elle si drôle ? Il avait du mal à la comprendre sur ce coup.

"- Si tu étais à ma place, tu rirais moins."

Emmerich était fatigué des insultes, des attaques gratuites à chaque fois qu'un homophobe lui tombait dessus. Il avait toujours l'impression qu'il n'aurait jamais sa place dans cette société. Il était toujours rejeté, poussé à partir se cacher tellement il dégoûtait certaines personnes avec sa vie privée. Est-ce qu'il allait voir les autres pour savoir avec qui ils sortaient ou couchaient ? Non. Alors pourquoi ces types se sentaient obligés de savoir ce qui se passait dans sa vie privée ? Il y avait rarement des femmes dans ce genre de groupes homophobes. Du moins, ce n'était pas souvent elles qui venaient s'en prendre physiquement aux homosexuels. C'était plutôt les hommes.

"- N'en parle pas à Hänsel et aux autres. C'est tout ce que je demande", Finit-il par dire en se levant. Il était vraiment pas prêt à parler. Il avait envie de partir pour de bon cette fois et si Gabi ne le retenait pas, il fuirait. Tant qu'elle ne disait rien aux autres, tout irait bien.
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 339
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1101
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Jeu 30 Aoû - 22:15


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell



Certains passants se tournaient vers moi le regard curieux en m'entendant rire aux éclats, alors que Emmerich semblait totalement dépité... Mon dieu je devais passer pour un monstre ! Peut-être en étais-je un peu un d'ailleurs de me "moquer" ainsi mais je n'avais pas pu me retenir en comprenant qu'il était homosexuel.
Em' était sûrement en train de me maudire et de me traiter de tous les noms dans sa tête, ce dont je n'aurais pas vraiment pu le blâmer... J'essayais de m'arrêter, mais chaque fois que je tentais de lui parler, de lui dire, je repartais à rire de plus bel !
C'était horrible ! Il devait me prendre pour la pire des garces !

- 'The fuch, Gabi ! soupira-t-il, visiblement plus que mal à l'aise et désappointé par ma réaction...

Clairement il ne s'était pas attendu à ça, mais pour ma défense, moi non plus ! Rah la vache j'avais tellement mal aux ventre à force de rire ! Emmerich quoi ! Le grand frère de Ida ! Mon voisin ! CE Emmerich là !
JAMAIS je ne me serais doutée moi !

- Non... Non mais...! C'est pas ce que tu... HAHAHAHAHA !

Et j'étais repartie... Honnêtement je me serais fichu des claques ! Les larmes me roulaient sur les joues comme si jamais elles ne devaient se tarir, qu'importe à quel point je les essuyais du revers de ma main et je dus m'adosser au banc afin d'éviter de basculer en avant dans mes esclaffements...

- Si tu étais à ma place tu rirais moins...
- Mais non mais...


Il fallait que je me calme. VRAIMENT ! Que je reprenne mon souffle et surtout un minimum de contenance ! Certes j'étais connue pour être une fille assez spontanée et au rire facile, mais là ça devenait franchement inconfortable pour Emmerich et je le voyais bien. Je devais me faire violence.
Son visage tuméfié et son air triste me faisaient de la peine... Je devinai que l'incartade dont je venais d'être témoin un peu plus tôt était loin d'être la première. Em' semblait tellement las ! Tellement désabusé ! Comme si il y était habitué. Rien que l'idée me serra le cœur et me permis de me calmer. J'inspirai profondément et me redressai un peu sur le banc lorsque mon voisin lui se leva en me disant de ne surtout pas en parler aux autres.
Je m'empressai de le rattraper par le bras et de le ramener près de moi :

- Non attends Em' ! Pars pas ! Je suis désolée je ne voulais pas rire ! Reste s'il te plait.

Ce n'était vraiment pas ce qu'il croyait ! Je n'avais pas voulu qu'il pense que je me foutais de lui ou autre ! D'accord j'avais été surprise, ça c'était certain, mais je m'en foutais totalement moi qu'il soit gay ou pas ! Il pouvait bien faire ce qu'il voulait et à y repenser... Cela dit, ça expliquait bien des choses quant au comportement plus ou moins renfermé et défensif qu'il pouvait parfois avoir...

- C'est juste que... bah en fait quand on a emménagé ici avec ma famille et que je suis devenue amie avec Ida, j'ai fait des pieds et des mains pour que tu me remarques... lui avouai-je, avant d'ajouter pour être certaine qu'il comprenne : Tu me plaisais quoi !

Je me remis à pouffer, bien que cette fois je parvins à rester digne face à lui. Mon regard en revanche lui, était amusé par ce que j'étais en train de lui raconter.

- Bah du coup ça va je suis soulagée ! C'était pas parce que tu trouves que je suis moche ou pas intéressante, c'est juste que t'aimes les mecs ! Haha !

Oui, j'avais eu un petit crush sur Emmerich lorsque nous étions arrivé à Hambourg et que je l'avais aperçu de l'autre côté de la rue... Au début lorsque j'allais chez Ida, c'était certes pour la voir elle et passer un moment en sa compagnie, mais aussi un peu beaucoup pour croiser son grand frère...
Mais j'avais beau user de tous mes charmes afin d'essayer d'attirer un peu son attention, à chaque fois j'avais droit à ZERO réaction ! Nib ! Que dalle ! Nada ! Que tchi !

Non bah du coup mon ego se portait beaucoup mieux de le savoir !



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 652
Métier : (Étudiant) Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 3264
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Ven 31 Aoû - 0:08


C'était bien parce qu'il appréciait Gabi qu'il lui laissa une chance de s'expliquer puisqu'elle tentait de l'arrêter. Par contre, même si elle disait ne pas vouloir rire, elle était quand même partie dans un sacré fou rire. Le blond avait bien cru qu'elle ne s'arrêterait jamais. La situation semblait extrêmement hilarante à ses yeux alors il aimerait bien comprendre ce qui pouvait se passer dans sa tête. Il lui laissa donc la parole, restant muet. Il n'avait rien à dire pour le moment. Mais heureusement, sa voisine reprit la parole.

Wah. S'il avait été surpris lorsqu'il l'avait entendu rire à gorge déployée, il l'était encore plus avec cette révélation. Elle venait quand même de lui avouer qu'elle avait eu un crush sur lui et avait fait de son mieux pour se faire remarquer. Il n'avait rien vu ! Rien du tout ! Il était resté complètement aveugle face à ses avances. En même temps ce n'était pas étonnant, il ne faisait pas attention aux femmes, pas dans ce sens-là. Il voyait plus Gabi comme une nouvelle petite-soeur puisqu'elle passait beaucoup de temps à la maison. Et puis, elle était cool comme fille. Il appréciait sa compagnie. Il n'avait juste jamais tenté de s'imaginer avec elle. En même temps, il avait tenté une fois avec une fille, il n'avait clairement pas passé un bon moment. Mais c'était une autre histoire.

"- Ah ouais !", S'exclama-t-il finalement en retrouvant le sourire. Il eut même un léger rire en essayant de se rappeler les premières fois qu'il avait croisé Gabi. Il comprenait maintenant pourquoi la demoiselle avait fini par exploser de rire à sa confidence. Elle ne se moquait pas de lui mais elle était soulagée. Autant dire qu'ils étaient deux ! Emmerich avait vraiment pensé pendant quelques secondes que leur amitié avait été brisée à cause de sa sexualité. Il aurait vraiment détesté si c'était arrivé pour de vrai.

"- Non, au contraire, je te trouve super comme fille ! Et tu es jolie ! J'ai beau être gay, je peux trouver une fille jolie quand même."

Le mot était sorti tout seul. Ça faisait du bien d'être honnête avec soi-même, de ne pas prétendre être quelqu'un d'autre. Il passait son temps à rester vague ou mentir avec ses potes. Il laissait bien sous-entendre qu'il était sexuellement actif mais il devait juste passer pour un prude ou un puceau. Il n'était ni l'un ni l'autre en vrai. Il était juste incertain de ce que pourrait penser ses potes s'ils apprenaient son secret. Gabi lui avait toujours paru être quelqu'un d'ouvert, bien plus que la plupart de ses potes. Alors même s'il avait sauté le pas avec elle, il ne le ferait sans doute pas avec les autres.

"- P'tain", Reprit-il toujours amusé par la situation, "J'ai rien vu du tout ... Désolé !"

L'atmosphère s'était allégée depuis la confidence de Gabi. Chacun avait révélé son petit secret. Après tout, ça ne devait pas être facile d'avouer avoir eu un crush sur quelqu'un à la personne concernée. Heureusement, il avait pu lui montrer qu'elle n'était pas en cause. C'était une fille super et Hänsel avait de la chance de l'avoir. Il n'avait pas intérêt à la blesser sinon il allait s'en prendre une.

"- Par contre, je compte sur toi pour garder le secret. Je ne pense pas que les autres seront aussi ouverts que toi. Et je ne dirai pas à Hänsel que tu es tombée sous mon charme !", Lança-t-il avec un grand sourire pour taquiner la jeune fille. Si elle avait eu droit à lui rire au nez sans rien dire au début, il pouvait bien se permettre quelques petites piques. Sinon c'était pas drôle.
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 339
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1101
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Ven 31 Aoû - 1:04


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell



JAMAIS de la vie je n'aurais pensé révéler ça à Emmerich... C'était beaucoup trop la honte pour moi de ne pas avoir réussi à le séduire et à attirer son attention ! Tous les mecs que je rencontrais, que ce soit dans un bar ou en cours, courraient toujours après mon numéro de téléphone et s'abonnaient à mon Insta dès qu'ils avaient découvert mon identité.
Mais lui, il était toujours resté... courtois... Non mais bonjour l'angoisse quoi ! COURTOIS ! Alors que j'avais juste envie qu'il me plaque contre un mur sous la pluie comme dans les films pour m'embrasser...
Non mais est-ce qu'il avait la moindre idée de ce par quoi il m'avait fait passer ????? Je m'étais posée 36 000 questions sur moi à force d'essuyer son indifférence ! Pourquoi il ne me regardait pas quand je passais devant lui avec une petite jupette ou un haut bien décolleté ? Pourquoi est-ce qu'il ne me lorgnait pas lorsque nous faisions des après-midi piscine chez lui ? Pourquoi il ne réagissait pas à mes allusions à peine voilées sur le fait que je voulais me rapprocher de lui ! Ok je le disais sur le ton de la taquinerie afin de pouvoir me retrancher si jamais je me prenais une veste, mais zut quoi c'était quand même assez gros que je le dévorais des yeux !
Il avait quand même réussi à me faire me coller devant mon miroir à me regarder à poil pendant plus d'une heure à me demander ce qui pouvait bien lui déplaire chez moi à force de ne pas me regarder...!

En tout cas, ma révélation sembla le détendre immédiatement et il retrouva vite son sourire. Le fait de le voir rire me soulagea également. Le mauvais moment était passé et nous pouvions enfin retrouver notre complicité que j'avais bien failli faire voler en éclat avec mes bêtises.

- Je te jure ! lui affirmai-je en riant à mon tour.

Ca remontait à il y a un peu plus d'un an maintenant cette histoire, mais je m'en souvenais tellement ! Em' avait été le premier à ne pas s'intéresser à moi ce qui m'avait fait tout drôle. J'avais d'abord pris ça pour de la timidité, avant de vraiment finir par me dire qu'il devait me trouver moche. C'était un peu compliqué pour moi de l'intégrer, mais que pouvais-je bien me dire d'autre ? Certainement pas qu'il était gay en tout cas !
A vrai dire si, je m'étais fait la réflexion mais juste pour la forme et sur le coup de la frustration ! Si je n'étais pas à son goût, c'est qu'il devait forcément être gay ! m'étais-je dit avant de réfuter l'idée. Il ne pouvait pas l'être. Il n'était pas du tout maniéré et il était beaucoup trop mignon ! Quel "gâchis" ça aurait été ! Non puis je le voyais constamment entouré de filles à trainer avec ses potes qui avaient leur petit harem... Ca m'avait paru évident que Em' devait piocher dans le lot. Et sans doute que le fait que je sois plus jeune que lui le dérangeait car j'avais l'âge de sa petite sœur...

Je lui souris lorsqu'il me dit qu'il me trouvait super et que j'étais jolie. Je me rapprochai un peu de lui tout en repoussant une mèche de cheveux derrière mon oreille et glissai mon bras sous le sien avant de poser ma tête contre son épaule.
J'étais tactile, je l'avais toujours été. Ce n'était pas rare de me voir me promener en tenant mes potes ou leur faire des câlins de temps à autres, ce qui d'ailleurs avait tendance à déplaire à Hänsel... Mais bon concernant Em', il ne pourrait plus rien dire ! Il se fichait des filles !
J'espérai en me blottissant contre lui, lui prouver à quel point je n'en avais rien à foutre de sa sexualité... En ce qui me concernait, il pouvait bien en faire ce qu'il voulait. Le pauvre ne devait pas passer des moments évidents tous les jours ! Est-ce que quelqu'un d'autre que moi savait dans son entourage ? Est-ce qu'il pouvait en parler un peu ?

- Hmmm... J'accepte tes excuses ! relevai-je un regard à la fois rieur et espiègle vers lui.
- Par contre, je compte sur toi pour garder le secret.
- Pourquoi ?
- Je ne pense pas que les autres seront aussi ouverts que toi.


Oh... Je grimaçai légèrement, me tortillant sur le banc. Moui... Il n'avait pas tort... Je pense que ce serait plus compliqué à révéler aux autres... Pourtant, j'étais quelque part persuadée que Emmerich s'inquiétait pour rien. Notre petit groupe pouvait être un peu con parfois, mais ils étaient soudés. Certes ils le prendraient sans doute un peu "mal" au début, mais j'étais certaine qu'ils finiraient par l'accepter. Après tout, tout le monde adorait Emmerich. Ils accuseraient sans doute le coup mais ensuite ça ira !
Je voulus le dire à Em', mais sa pique lancée me fit me redresser et lui flanquer une tape sur le bras :

- Hé !! ris-je. J'aurais jamais du te le dire ! Tu vas plus me lâcher avec ça !

Odieux maître chanteuuuuuuuuur !

- Tu sais Em', je suis sûre qu'ils te soutiendraient hein... Peut-être pas tout de suite dès le début mais... vous êtes proches quand même.

Le groupe de potes d'Häns', c'était le genre à avoir des poignées de main secrètes et à se comprendre sans se parler pour faire des conneries.
Il n'y avait pas plus soudés qu'eux en somme...

- Puis Hänsel peut être un peu débile parfois - entendons par là impulsif... - mais il tient à toi. Je suis sûre que si tu lui racontais ce qui se passe, il prendrait ta défense. Lui comme les autres. Tu devrais leur faire un peu confiance. C'est pas une tare d'être homosexuel...

Puis au moins il aurait des gens pour couvrir ses arrières ! Là il subissait tout tout seul et ça ne me plaisait pas du tout ! Combien de fois par jour était-il soumis au genre de traitement que lui avaient infligé Carl et son ami...?

- Tu l'as dit à quelqu'un d'autre ? A part moi je veux dire ?

Sa famille sans doute ? Ida ? Non... Ida me l'aurait probablement dit...
Ou peut-être pas...?




Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 652
Métier : (Étudiant) Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 3264
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Ven 31 Aoû - 12:59


La proximité de Gabi ne le gênait pas. Une peu d'affectation ne lui faisait pas de mal vu qu'il enchaînait les rencontres violentes avec des homophobes. Et puis il avait toujours été tactile avec ses frères et soeurs. Il pensait notamment à Ida qui l'embrassait sur la joue à chaque fois qu'elle le croisait ou les moments où ils traînaient devant un film, l'un contre l'autre. Ils étaient les incompris de la famille, même si lui avait la chance d'avoir Ange et Ida à ses côtés. Les deux l'acceptaient et le comprenaient. Alors que lui, il avait du mal à comprendre pourquoi Ida s'infligeait tout ça. Il voulait l'aider, lui apporter ce dont elle avait besoin pour se sentir bien dans sa peau. Mais contrairement au cliché ambulant, il ne connaissait rien des femmes et il ne se sentait pas proche d'elles. Il ne savait donc pas comment s'y prendre avec sa petite-soeur...

Une chose était sûre, Emmerich était rassuré de voir que Gabi allait rester la même avec lui. Et il était bien content que son petit fou rire ait une explication car il n'aurait pas supporté s'éloigner d'elle à cause de ça. Il l'appréciait vraiment. Pas autant qu'elle l'aurait voulu lorsqu'ils s'étaient rencontrés mais c'était du passé. Elle avait trouvé quelqu'un qui lui plaisait et qui l'aimait. Même s'il y avait des chances que cette histoire ne dure pas à vie, le blond était content pour son amie. Elle méritait le meilleur. Il le pensait vraiment.

Même si la discussion était devenue sérieuse, lui demandant de garder le secret, Emmerich ne put s'empêcher de rire lorsque Gabi se redressa pour lui donner une tape sur le bras. Il l'avait cherché, mais c'était tellement tentant. Il ne lui sortirait pas ça tout le temps alors il comptait en profiter un peu.

"- Laisse-moi profiter, pour une fois que j'ai du succès avec une fille !"

Oh, il devait bien en avoir puisqu'il avait réussi à sortir avec une fille lorsqu'il avait quinze ans. Mais comme il ne faisait pas attention aux regards des demoiselles, il avait du en vexer plus d'une. Il se demandait presque si certaines ne l'avaient pas pris pour un frimeur à traîner avec des filles plus populaires à cause de ses potes. C'était vraiment le genre d'images qu'il n'aimait pas représenter.

Au fond, Gabi marquait un point. Emmerich le savait. Ses potes l'appréciaient. Ils étaient là pour lui tout comme il était prêt à donner tout pour eux quand ils avaient des ennuis. Combien de fois il avait embarqué un pote chez lui lorsqu'il avait un souci de logement ou autre. Avoir un toit sur la tête c'était sécurisant. Bon, il avait toujours fait en sorte de ne pas laisser les gens l'apprendre donc il les faisait rentrer en douce. Même si connaissant sa mère, elle avait peut-être compris sa tactique. On sait jamais avec les parents, ils sont capables d'être au courant de tout au sein de leur propre maison. C'était presque flippant.

"- Je sais", Lança-t-il en 'jouant' avec ses mains. Le blond avait plusieurs tics. Soit il mettait sa capuche sur la tête lorsqu'il ne se sentait pas en confiance ou qu'il voulait se protéger. Soit il jouait avec ses mains lorsqu'il se sentait tiraillé entre deux choses. Emmerich voulait faire confiance à ses potes. Il voulait vraiment tout leur dévoiler et pouvoir enfin être lui-même. Mais ses aventures avec les homophobes l'avaient poussé à garder le secret. Il n'était pas prêt à subir ça de la part de personnes qu'il appréciait.

"- Je veux juste trouver le bon moment pour leur dire. J'ai besoin ...", Emmerich soupira, "Je sais pas. D'un signe ? J'aimerais être sûr que ce soit qu'un petit temps si jamais la nouvelle les choque. Je veux pas les perdre."

C'était trop risqué pour le moment. Peut-être parce qu'il n'était pas encore prêt à assumer "publiquement" d'être gay. Il était bien dans l'ombre, il avait l'impression d'être plus à l'abri. Mais comme Gabi le pensait, il était seul face à tout ça. Et ça commençait à devenir pesant. Il s'était bien confié à certaines personnes. Mais il avait besoin de potes qui le soutiennent et l'acceptent. Là il avait mis au courant sa famille, du moins une toute petite partie. Et son amie voulait savoir laquelle.

"- Hm, Ange et Ida. Les deux m'acceptent. Je n'ai rien dit à Franz, il est trop coincé du cul. Comme ma mère, mais elle le sait et maintenant c'est tendu avec elle. Elle fait partie de ces vieux qui ont appris qu'être homosexuel c'est contre nature."

Emmerich sentait bien que sa mère faisait des efforts. Déjà, elle ne l'avait pas mis à la porte et continuait de lui parler. Mais il y avait toujours ce petit fossé que la révélation de son homosexualité avait creusé.

"- Donc tu es la première de mes amis au courant, sois-en flattée !", Conclut-il en espérant détendre un peu l'atmosphère. Il avait retrouvé son sourire. Il était habitué à cette situation compliquée dans laquelle il se trouvait. Il savait qu'être honnête l'aiderait à se sentir mieux mais la peur de perdre des personnes qu'il aimait le bloquait.
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 339
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1101
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Ven 31 Aoû - 21:38


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell



Je me demandai un instant si Emmerich avait conscience de son physique ou non... "Pour une fois que j'ai du succès avec une fille" ? Il ne devait pas remarquer les têtes qui se retournaient sur son passage lui... Lorsque nous étions avec notre petit groupe d'amis, les filles le regardaient autant qu'elles dévoraient Hänsel des yeux, ce qui lui valait d'ailleurs parfois quelques petites crises de jalousie de ma part... Non mais sérieux elles voulaient que je les aide ?! Surtout qu'en général j'étais gluée à lui quoi ! Ce n'était pas comme si notre relation n'était pas évidente ! Bande de vautours toutes ces greluches ! Elles se croyaient mieux que moi parce que j'étais plus jeune ? Bah désolée pour elle mais en attendant, le soir c'était moi qui dormait dans son lit !
Em et mon copain étaient très différents physiquement. Lui ressemblait à un ange, Häns' à un petit diable. Mais les deux était très attirants... J'espérais que mon voisin ne doutait pas de ça, sinon je me ferai un plaisir de le détromper !

Lorsque je lui avouai qu'à mon opinion les autres ne seraient pas aussi fermés qu'il le pensait, il sembla replonger dans une sorte de malaise. Ok ça ne serait peut-être pas simple au début, mais j'étais convaincue que ça ne serait l'affaire que de quelques jours.
Puis j'étais là maintenant ! Je pourrai le soutenir et plaider sa cause auprès des autres. Faire un peu le tampon et leur montrer que franchement, ça ne faisait aucune différence, que Em' était toujours le même malgré sa sexualité qui différait de celles de l'ensemble du groupe. En même temps, ça faisait un macho en moins ! C'était pas plus mal !
Il se triturai nerveusement les mains et je me reblottis contre lui afin de lui apporter mon réconfort. Moi je l'aimais, qu'il soit gay ou hétéro. J'en avais strictement rien à faire. Je le préférais même comme ça tiens ! Si moi je ne l'avais pas eu, aucune autre fille ne l'aurait, mouahahaha !

- Si tu ne provoques pas le moment il ne viendra jamais Em'. Puis c'est peut-être moi ton signe !

Je lui souriais de toutes mes dents, taquine, mais je voyais bien que tout ça le chagrinait sincèrement et qu'il était terrorisé à l'idée de perdre son cercle d'amis. D'accords ils pouvaient être cons parfois, mais pas à ce point là ! Ils ne le rejetteraient pas. Il leur faudrait juste digérer la nouvelle même si je ne voyais pas bien en quoi il y avait quelque chose à digérer, puis ça irait tout seul !
Je voulais rassurer mon ami :

- Beh... tu sais ils sont un peu abrutis hein, dis-je d'un ton léger pour tenter de dédramatiser la conversation. Bien sûr que ça va les choquer puisque tu t'acharnes à laisser croire à tout le monde que tu es hétéro. Mais tu les perdras pas t'inquiète. Et si c'est le cas je les tatane !

Ah la garce de Ida ! Elle m'avait laissé lorgner son frère tout en sachant pertinemment qu'il était gay ?! Mais j'allais la tuer ! Elle avait du bien se marrer cette saloperie !

- Sérieux ? Ta mère est au courant ?

Bah alors là pour le coup j'étais assez surprise. Non parce que dans le genre coincée celle-là aussi ! Je n'avais pas la meilleure des relations avec Kathryn... Elle ne m'appréciait pas car elle pensait que j'avais mauvaise influence sur Ida. La blague quoi ! Si elle savait ! En fait elle ne connaissait pas du tout sa fille...

- Oh je le suis !

Je claquai un bisou sur sa joue, préférant clairement le voir sourire. Son nez avait retrouvé une couleur à peu près normale, ce qui me soulagea. J'avais peur qu'il gonfle ou vire au bleu, mais finalement il avait juste beaucoup saigné.
Je relevai mon visage vers lui, souriante, avant de soupirer :

- Pfff... T'es sûr que t'es gay...?

C'était pas juste ! La communauté homosexuelle nous piquait quasi tous les meilleurs mecs !

- T'as déjà essayé avec une fille ? Non parce que c'est un peu du gâchis quand même... le dis-je mi sérieuse, mi espègle.

Les mots du pote de Carl me revinrent, me faisant frissonner de dégout. "Elle ferait bander un eunuque alors même toi ça devrait réveiller quelque chose non ?". Une lueur assassine passa dans mes yeux bleus et je frottai distraitement ma joue contre le bras d'Emmerich que je tenais toujours, respirant son odeur familière qui m'apaisa un peu.



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 652
Métier : (Étudiant) Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 3264
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Ven 31 Aoû - 22:35


Gabi avait raison. Il savait pertinemment qu'il y aurait jamais de moments parfaits pour dévoiler son secret le plus gardé. Il devait provoquer sa chance. Il n'y avait pas de meilleurs moyens pour en finir et se soulager de ce poids. Mais les doutes et la peur le bloquaient. Il se sentait incapable de faire sortir les mots comme il l'avait fait avec sa voisine.

"- Tu penses réellement que tout ça c'est un signe ?", Lança-t-il amusé, "... Ouais peut-être. En tout cas, merci d'être là."

Emmerich le pensait vraiment. Il appréciait le soutien et les ondes positives que lui envoyait Gabi. Elle était vraiment une amie en or. Si seulement sa mère pouvait voir la jeune fille comme il la voyait. Elle comprendrait que ce n'était pas la peste dont elle devait se faire le portrait à cause de ses bêtises et de ses "mauvaises" fréquentations. De toute façon, tout le monde les jugeait parce que personne ne connaissait vraiment toutes les personnes de leur groupe. Oui, ils buvaient. Oui, ils se droguaient. Et oui, en effet, ils se battaient. Mais ils étaient encore jeunes et c'était une façon comme une autre de se forger et d'affronter la vie et ses épreuves.

"- Et oui, ma mère est au courant. Et j'ai hâte de lui présenter mon futur petit-ami, je pense que sa tête sera à mourir de rire !"

Emmerich avait beau dire ça, il n'était pas sûr de se mettre en couple avant un long moment. Il avait déjà tenté et ça s'était pas si bien passé que ça. Enfin tout allait bien avec son copain mais c'était la société qui les avait mal traités au point où ils avaient du rompre. Le blond avait bien essayé de convaincre son petit-ami de rester mais celui-ci était bien trop effrayé. Depuis, il avait passé son temps à côtoyer différents mecs pour des relations d'un soir. C'était tellement moins compliqué et surtout moins risqué.

"- Moi ? Gay ? Non, c'était une farce ! Une mauvaise blague, évidement !", Répondit-il à Gabi lorsqu'elle lui demanda s'il était sûr de sa sexualité, avant de rire. Si au début il avait eu des doutes, maintenant il était à cent pour cent sûr d'aimer les hommes et non les femmes. Il avait même essayé de voir s'il pouvait être bisexuel, se disant que le sexe de la personne n'avait aucune importance mais rien à faire, le corps d'une femme le laissait totalement indifférent pour le moment.

"- Oui, j'ai essayé."

Emmerich s'était contenté de cette simple réponse par réflexe. Il avait pris l'habitude de ne rien dire à ses potes, de rester vague. C'était le meilleur moyen pour ne pas dire de bêtises et se griller. Même si maintenant la plupart hésitaient entre le fait qu'il devait être prude ou puceau. Mais il se rappela que Gabi était au courant de son secret et qu'il pouvait en dire plus pour une fois.

"- J'ai embrassé trois filles. Dont une récemment... Ali... Alina ? Tu vois de qui je veux parler ? Une grande blonde qui traîne de temps en temps avec nous en soirée. Bref, pas une expérience dont j'ai envie de me souvenir ..."

Pourquoi avait-il fait ça alors qu'il savait déjà sa sexualité ? Parce qu'il avait bu et que lorsqu'il avait tourné la tête, il était tombé sur la jeune femme qui lui avait roulé un patin. Une sacrée expérience. Il était resté sous le choc alors qu'un de ses potes lui avait tapé l'épaule en le félicitant. Heureusement, la jeune femme ne devait pas s'en souvenir car elle ne lui avait jamais reparlé. Ou alors elle était vexée qu'Emmerich ne l'ai pas contacté. Qu'importe la raison, ce n'était pas une grande perte.

"- Et avant Alina, je suis sorti avec une fille, en seconde. Ouais ça remonte. Bref. On a tenté de passer à l'acte et ... j'ai jamais réussi à bander. L'enfer ! ... J'ai toujours cru que j'avais un problème, jusqu'à la rencontre avec mon premier petit-ami. Là, je peux te dire que j'avais plus de souci."

Cette histoire, il ne l'avait jamais raconté à ses soeurs. Il pouvait évoquer sa sexualité mais entrer dans les détails ce n'était pas évident. Il préférait largement en parler avec des amis, c'était moins gênant.

"- Par contre, interdiction d'en parler avec Ida. Elle a beau savoir que je suis gay, elle ne sait pas tout ça. C'est une exclusivité mais ça reste secret !"
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 339
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1101
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Dim 2 Sep - 0:40


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell



Il avait déjà essayé avec une fille, disait-il. Il avait déjà embrassé trois filles, disait-il ! Et même pas moi. Tsss ! Mais elle était jolie au moins celle avec qui il avait essayé de coucher ? Suffisamment pour lui faire de l'effet ? Non parce que...!
Pfff no mais qu'est-ce que je faisais moi ? Em' était gay, POINT. Je n'avais pas à essayer de vouloir le faire hétéro ou bisexuel juste parce qu'il m'avait plu lorsque nous nous étions rencontrés ! Ca changerait quoi de toute façon ? Je n'étais plus attirée par lui j'avais lâché l'affaire depuis longtemps et j'étais avec Hänsel aujourd'hui. Tout allait bien entre nous, en dehors du fait qu'il commençait sérieusement à perdre patience quant au fait que je repoussais toujours le moment fatidique de notre première fois ensemble... Et même carrément pour moi, ma première fois tout court...
Emmerich m'avait confié son plus gros secret, mais moi je ne lui avais pas avoué le mien. Tout le monde pensait que Hans' et moi avions une vie sexuelle complètement dépravée et débridée au moins autant qu'ils étaient persuadé de l'hétérosexualité de mon ami, mais c'était loin d'être le cas, même si ça ne saurait probablement tardé. Je me sentais beaucoup plus à l'aise et en confiance par rapport à tout ça après avoir discuté avec ma tante et avec Aiden.
Mais je me tus... J'étais plus lâche que lui pour le coup.

J'écoutai Em' me raconter ses anecdotes tout en jouant avec le bracelet de sa montre et acquiesçai lorsqu'il évoqua Alina. Et comment que je voyais de qui il voulait parler. Je ne l'aimais pas du tout. Elle me donnait envie de lui coller des baffes avec sa bouche constamment en cul de poule dès qu'elle prenait une photo...
J'aimais bien trainer avec Hänsel et ses amis, avec Emmerich, mais j'étais un peu la "pièce rapportée" du lot finalement. J'étais la seule lycéenne et je ne l'avais intégré que parce que je sortais avec une des fortes têtes du groupe. Et bien que tous les mecs m'appréciaient, je sentais parfaitement que ce n'était pas vraiment le cas des filles qui me jaugeaient constamment. Bande de jalouses ! La vérité c'est qu'elles étaient dégoûtées que je sois avec Hänsel et pas elles ! Elles avaient en horreur le fait que je vive dans une super baraque avec piscine et que je ne m'habillais qu'avec des marques hors de prix quand elles devaient probablement aller dans les grosses chaines des centres commerciaux faire les soldes ! Et SURTOUT, elles avaient la haine contre mon âge. Elles me toisaient souvent comme si je n'étais qu'une gamine qui ne méritait pas tout ce qu'elle avait.
Peut-être qu'elles avaient raison quelque part, mais si elles savaient à quel point à côté de tout ça, je me sentais seule la plupart du temps. Lorsque j'étais hors de chez moi ça allait, mais dès que j'en passais la porte, le poids de l'absence constante de mon père me pesait sur les épaules plus lourdement encore qu'une enclume... Cette souffrance là était constante et lancinante, même si je m'efforçais toujours de la cacher le mieux possible.

- Je ne dirai rien à Ida. Ça lui apprendra à m'avoir laissé te lorgner tout en sachant que c'était peine perdue !

Je voulais sourire, mais j'avais perdu ma jovialité habituelle. Ma réflexion quant aux histoires au cœur de notre petite bande, l'incartade avec Carl et son ami... Un voile de tristesse et de doute c'était soudainement posé sur mon visage. J'étais pas bien...

- Em'...? Tu crois que... Qu'on s'intéresse à moi juste parce que je suis jolie...?

J'avais conscience de mon physique... J'aurais été un peu idiote de ne pas l'être. Depuis toute petite on ne cessait de me répéter à quel point j'étais belle, mignonne, craquante... La beauté, clairement ça facilitait beaucoup la vie et les choses. On s'intégrait plus facilement avec un physique avantageux. On attirait plus aisément la sympathie. On donnait envie d'être approché. D'être connu.  
Mais en dehors de ça ?
J'entendais tous les jours les gens me complimenter sur mon physique, je les voyais se retourner sur mon passage. Et c'était flatteur ! J'aimais ça !
Mais là tout de suite, je n'en étais plus très sûre. Ou pour être plus précise, je n'étais plus très sûre de moi-même. Les paroles de l'autre crétin et la façon dont il m'avait touché, m'avaient marqué plus que je ne l'avais réalisé sur le coup. Les remarques graveleuses, les commentaires sur le fait que j'étais "bonne", "sexy", "bandante"... Tout ça allaient souvent bon train au lycée et en général je laissais couler selon mon humeur, me disant que ce n'étaient que des idiots qui ne méritaient pas que je me fatigue, mais là ça avait été la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase comme on dit...

J'avais comme une envie de planer tout d'un coup. De m'échapper et de me perdre dans un état où on ne ressentait plus toutes ces choses. Où tout semblait plus simple.

- T'as pas un truc...? On bouge...?



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?



Dernière édition par Gabi Rosenthal le Dim 2 Sep - 15:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 652
Métier : (Étudiant) Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 3264
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Dim 2 Sep - 9:37


Ravi de voir que son amie garderait le secret, Emmerich sourit. Il n'avait clairement pas envie d'entendre Ida venir lui poser des questions si elle apprenait ça. Mais il remarqua bien vite que malgré la petite pique qu'avait lancé Gabi, la jeune fille ne souriait plus. Quelque chose l'empêchait de le faire. Il voyait bien que quelque chose n'allait pas. Ses paroles avaient-elles déclenché quelque chose qui allait regretter ? Il ne voulait pas faire de mal à sa voisine. Il l'appréciait bien trop pour oser la blesser. Mais peut-être que parler de ses conquêtes féminines passées n'était pas une bonne idée si Gabi avait eu des sentiments pour lui, même si c'était du passé. Mais comment pourrait-il regarder en face la jeune fille s'il avait osé l'embrasser alors qu'il n'avait aucune attirance physique pour elle ? Il s'en voulait un peu pour les autres, mais il ne pouvait pas rester sans avoir essayé. Il devait comprendre qui il était et ce qu'il aimait.

La question de Gabi le surprit. Elle avait des doutes sur elle ? Elle paraissait pourtant tellement sûre d'elle d'habitude. Cela faisait bizarre de la voir ainsi. Mais si lui pouvait avoir des doutes, tout le monde devait en avoir un jour ou l'autre. Personne ne pouvait être bien dans sa peau vingt quatre heures sur vingt quatre. La société, la vie, avait toujours le moyen de donner un coup au moral. Et ce même aux hétéro qui réussissaient leur vie. Rien n'était parfait. Mais sur le coup, les mots lui manquèrent. Il n'avait pas envie de dire n'importe quoi. Il devait faire attention à ce qu'il disait. Gabi fut donc plus rapide que lui pour reprendre la parole.

"- Un truc ? À part te foutre à l'eau pour te rafraîchir les idées, j'ai rien de mieux !", Lança-t-il sur le ton de l'humour. Il ne voulait pas prendre à la légère les questions de Gabi, mais il ne voulait pas la laisser se mettre dans des états pas possibles avec ça en tête. Elle risquait de le regretter amèrement.

"- Écoute-moi bien", Reprit-il avant qu'elle puisse parler. Il s'était tourner vers elle, l'obligeant à faire de même. Il glissa une main sous son menton et releva sa tête pour qu'elle le regarde. Elle devait voir qu'il ne se moquait pas d'elle ou ne la prenait pas au sérieux. Au contraire, il avait vraiment envie de l'aider et de la soutenir. Elle l'avait fait pour lui mais ce n'était pas pour ça qu'il le faisait.

"- Tu es jolie, même très jolie, c'est un fait. Tu auras toujours des cons qui vont réagir à ça avant de te connaître. Et ils auront bien tord s'ils n'essayent pas de le faire car tu es une fille géniale ! J'aurais pû sortir avec toi ! Le problème c'est que niveau sexe, tu aurais été grave déçue avec moi."

Lorsqu'il était sorti avec sa toute première copine, il avait passé de bons moments. Mais dès qu'il devait l'embrasser ou la toucher, il se sentait mal. Il était incapable de ressentir le même plaisir qu'avec les hommes, même si à l'époque il ne le savait pas. Il avait juste l'impression de devoir se forcer car il ne connaissait pas encore les sensations qu'il devait ressentir. C'était une grave erreur. Il n'aurait jamais du se forcer. Il fallait prendre son temps avec ces trucs mais la pression de la société était forte. Les jeunes n'étaient pas épargnés. Même si en grandissant, Emmerich avait appris à faire sa vie et à mentir si quelqu'un l'embêtait trop avec quelque chose. Ce n'était pas parce que quelqu'un considérait un truc comme étant la norme que ça devait être le cas pour tout le monde.

"- Tu es fantastique et si quelqu'un ne se rend pas compte, appelle-moi et je lui donne un coup de pied au cul pour toi ! Mais tant que ça sera pas rentré dans ta petite tête, on va rester là et je vais te le répéter en boucle, ok ?"

Si Em' avait été sérieux tout le long de son discours, il avait retrouvé un sourire sur la fin. Ce n'était pas pour autant qu'il plaisantait. Oh que non ! Il était capable de le faire si c'était ce qu'il fallait à son amie.

Mais petit à petit, il commença à se demander si ce n'était pas Gabi qui ruminait les paroles des deux idiots de tout à l'heure. Leurs réflexions étaient vraiment blessantes. Ils ne se rendaient pas compte du mal qu'ils pouvaient faire avec des mots. Mais c'était souvent les paroles qui blessaient le plus. Em' avait un pote qui ne pouvait pas oublier ce que sa mère lui avait dit. Elle avait osé lui balancer qu'il était la honte de la famille et depuis, même s'il lui avait pardonnée, il continuait de le ressortir de temps en temps. Alors ce serait pas étonnant si sa voisine avait du mal à digérer ce qui s'était dit pendant la bagarre. Emmerich mentirait s'il disait que tout ça lui passait au-dessus de la tête. Si les gens ne passaient pas leur temps à l'insulter ou le maltraitait, peut-être qu'il serait plus honnête avec ses potes.

"- Et si ce que Carl et l'autre con t'ont dit te trouble, faut les ignorer. Pour eux, je ne suis qu'une pédale répugnante. Ils sont juste jaloux parce que toi et moi on est mieux qu'eux. Ils valent rien ! Même si je sais que c'est dur de se prendre des réflexions pareilles en pleine gueule. Crois-moi, je connais bien ça."
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 339
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1101
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Dim 2 Sep - 22:33


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell


La fuite n'était certes pas la solution, mais là c'était tout ce dont j'avais envie et besoin. Oublier. Penser à autre chose. La première fois que j'avais pris de la drogue, ça avait été pour les mêmes raisons. Je m'étais disputée une énième fois avec mon père et j'étais partie en claquant la porte retrouver Hänsel qui accueillait des amis chez lui pour une soirée "fumette" et autres "extras".
Je m'étais sentie un peu gênée au début et il n'avait pas voulu me faire entrer de prime abord. Il avait beau avoir un côté sale gosse et me faire faire toutes les conneries possibles et imaginables pour le simple amour de ses beaux yeux, la drogue était peut-être la seule chose de laquelle il avait cherché à me préserver.
Mais en voyant mon état, les larmes dans mes yeux, il avait pris ma main, fermant la gueule des potes commentant mon entrée et m'avait faite asseoir près de lui à l'opposé de tous les autres qui pour la grosse majorité me voyaient pour la première fois. Ce n'était pas son petit gang habituel...
L'un d'eux devait avoir environ 25 ans et m'avait tendu un cachet sous le nez que je refusai. C'était un une limite que je ne voulais pas franchir. Hänsel, un peu éméché, avait presque sauté à la gorge de son pote en lui hurlant qu'il était hors de question que je touche à ça. Mais l'autre disait que ça me ferait du bien vu mon état. Mes yeux étaient rouges de mes larmes versées et je sanglotais encore un peu... J'étais tellement en colère contre mon père ! Pour ce qu'il avait fait et dit ! J'avais voulu lui faire du mal en me faisant du mal. Puis... Ca ne serait l'affaire que d'une seule fois après tout.

- Donne, avais-je fini par lui dire.

Mon copain m'avait regardé avec des yeux ronds.
C'était lors de cette fameuse soirée que pour la première fois de ma vie, je m'étais droguée. Et ça avait été bon... Tout s'était envolé ! Je m'étais sentie libérée d'un poids que je ne parvenais plus à porter et qui me détruisait à petit feu ! Il n'y avait plus de tristesse. Plus de malheur. Plus de questions... Tout était devenu si simple et si paisible.
Bon par contre, j'avais été malade le lendemain...
Toujours est-il que j'y étais revenue petit à petit, puis à chaque fois que les autres le faisaient, testant différentes choses.
Emmerich se droguait aussi. On l'avait déjà fait ensemble. Je voulais qu'il soit mon sauveur là tout de suite. Qu'on aille ailleurs et qu'on "se détende"...

- Ouais, un truc, insistai-je.
- A part te foutre à l'eau pour te rafraîchir les idées, j'ai rien de mieux !
- Roh allez !


Je le lâchai et me détournai légèrement, un peu boudeuse. C'était qu'à force, une petite dépendance s'était créée sans que je m'en rende vraiment compte et là tout de suite, j'en voulais. Donc il m'en fallait !
Je sentais les larmes me brûler les yeux. L'envie et la frustration me mettaient à fleur de peau. Rien n'allait bien aujourd'hui ! Pourtant la journée avait plutôt pas mal commencé...

Emmerich me dit de l'écouter et me força à lever mes yeux clairs vers lui en relevant mon menton avec douceur. Je ne voulais pas le regarder. Je ne voulais pas qu'il se rende compte que j'étais sur le point de pleurer. Mais je le fis néanmoins...
Il fit de son mieux pour me détromper sur moi-même. Pour démonter mes doutes et mon soudain mal être. Mon ami parvint à me faire sourire en me disant que j'aurais été déçue niveau sexe avec lui.
Bah et lui avec moi pour le coup !
Je me demandai si j'aurais été plus à l'aise avec lui qu'avec Häns' pour ma première fois ? Emmerich avait clairement eu moins de conquêtes que lui. Non pas qu'il était moins séduisant, mais il était en tout cas à mon sens, un peu plus "respectueux". Avant moi, Hänsel était pire qu'un coureur de jupons et changeait de copine comme de chemise... Du coup j'avais une peur monstre de ne pas être à la hauteur...

- Ok, soufflai-je en m'efforçant de lui rendre son sourire.

Ses mots me faisaient du bien. J'étais contente de savoir qu'il serait là pour moi si j'en avais besoin et qu'il viendrait prendre ma défense. Il avait 6 ans de plus que moi mais j'étais bien quand j'étais avec lui. Beaucoup plus que lorsque je me trouvais entourée d'adolescents de mon âge. Les mecs étaient tous cons à 17 ans... Ils ne m'intéressaient pas.

- Tu n'es pas répugnant ! me sentis-je obligée de lui dire.

Et si quiconque disait le contraire, moi aussi j'étais prête à en découdre !
Il avait raison cela dit. Ces deux types n'étaient que des abrutis. Je ne savais pas si ils étaient jaloux de nous comme le disait mon voisin, mais clairement un jour ils se prendraient le retour de bâton dans la tronche ! Je croyais dur comme fer au karma ! Et comme on dit : karma is a bitch.

- Je suis désolée Em... je me trouvai un peu égoïste tout à coup. Je suis là à pleurnicher parce que deux nazes m'ont dit vulgairement qu'ils me trouvaient belle alors que toi tu viens de te faire taper dessus gratuitement...
T'as plus mal ?


J'effleurai son nez de mes doigts afin de m'assurer que ça allait, puis m'adossai à nouveau contre le banc tout en triturant nerveusement mes doigts. Je lui adressai un petit regard en coin, comme si j'étais sur le point de dire une chose inavouable, ma voix se faisant plus discrète tandis que quelques passants s'installaient sur les sièges voisins à notre assise.

- T'es sûr que t'as rien sur toi...?

Il me fallait un petit truc. N'importe quoi. Je mettais ça sur le compte de la colère, de la fatigue, de tout et n'importe quoi plutôt que sur un début d'addiction, mais je le voulais.



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 652
Métier : (Étudiant) Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 3264
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Dim 2 Sep - 23:12


Emmerich espérait bien ne pas être répugnant. Mais vu qu'il arrivait à avoir des amis et des conquêtes, il se disait bien qu'il n'était pas aussi affreux qu'osaient le prétendre les homophobes. Il aimerait tellement pouvoir les narguer et les rabaisser aussi. D'un autre côté, il n'avait aucune envie de s'abaisser à leur niveau. Il préférait faire sa vie sans se soucier d'eux, même si parfois, il ne pouvait s'empêcher d'avoir envie de leur mettre un bon coup dans la tronche. À chaque fois, il ressentait un certain soulagement. Et puis c'était mieux de passer sa colère contre des connards que contre ses potes ou sa famille.

"- Non c'est vrai, je suis irrésistible puisque j'ai réussi à séduire une fille aussi cool que toi !", Lança-t-il en lui faisant un petit clin d'oeil. Il n'y croyait pas une seconde. Il ne se sentait pas si beau gosse que ça. Il était bien plus modeste que la plupart de ses potes, même si ça ne se voyait pas forcément aux premiers abords.

Emmerich secoua la tête lorsque Gabi lui présenta des excuses. Elle n'avait rien à se faire pardonner. Il aimait bien pouvoir partager avec elle comme ça, la voir s'ouvrir à lui. Même s'il détestait savoir qu'elle souffrait à cause de crétins qui s'amusaient à la prendre pour autre chose qu'une femme respectable. La beauté pouvait être un fardeau malheureusement.

"- Dis pas de bêtise. C'est normal de se sentir mal quand des connards te parlent comme ça. Alors si tu as besoin d'évacuer, fais-le ! Je suis là pour t'écouter et tenter de te consoler."

Habitué à la douleur, Emmerich ne prêtait presque plus attention à son nez. Il avait connu tellement pire comme situation, sa mère pouvait en témoigner. Mais ça, il n'avait pas trop envie de le dire à son amie, de peur qu'elle s'inquiète un peu trop pour lui. Elle avait déjà bien assez à penser. Et puis, elle l'avait déjà vu avec des ecchymoses et des blessures bien pires lors de certaines soirées.

"- T'en fais pas, ça va", Répondit-il lorsqu'elle eut passé sa main sur son nez. Il se demanda ce que sa mère lui dirait. Elle n'avait jamais proposé de le soigner. Jamais. Peut-être qu'il n'aurait pas accepté mais parfois, il aurait préféré qu'elle lui pose cette question plutôt que celles qu'elle s'acharnait à lui demander. Il avait envie d'avoir une mère qui le soutenait dans l'ombre et non une qui tentait de l'étouffer à force de vouloir entrer dans sa vie. Certes, elle s'inquiétait pour lui, mais c'était trop. Emmerich avait besoin de prendre du recul, sans être constamment rappelé à l'ordre car son comportement ne convient pas à la société. Il savait déjà tout ça. Il devait faire quelque chose mais il se sentait bloqué.

Gabi le tira de ses pensées lorsqu'elle lui posa la même question que quelques minutes auparavant. Il soupira. Elle était vraiment à ce point en manque ? Devait-il s'inquiéter ? Ou était-ce simplement une envie pour se détendre après ce qui venait de se passer ? Les deux étaient possibles et comme ils avaient déjà consommé ensemble, il préférait mettre ça sur le compte de la fatigue et l'énervement. Il était persuadé que Gabi était assez intelligente pour ne pas céder aux drogues trop facilement. Du moins, il l'espérait.

"- Pas ici alors."

Au loin, Emmerich avait repéré des policiers faire un tour du parc. Ce n'était clairement pas le moment de sortir le joint de sa poche. Il l'avait récupéré chez son pote et s'était laissé un peu trop distraire par la guitare. Il pensait le consommer tranquillement plus tard mais si Gabi voulait absolument se joindre à lui, il n'était pas contre. Il appréciait la compagnie de la jeune fille. En plus, il n'avait clairement pas envie de se retrouver seul tout de suite. C'était mieux d'avoir quelqu'un à ses côtés que de ruminer la nouvelle attaque des homophobes du coin contre lui.

Emmerich se releva et se tourna vers Gabi, lui tendant une main.

"- Allons-y ma belle. Nous irons où tu voudras, tant qu'on peut être tranquilles."
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 339
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1101
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Lun 3 Sep - 1:10


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell



La première fois que j'avais touché à la drogue, ça avait été une libération. Le lendemain aussi, mais de façon vachement moins glamour... J'avais vomi mes tripes et il s'en était fallu de peu pour que je fasse ça dans le lit de mon chéri qui m'avait de justesse trainée jusqu'à la cuvette des toilettes avant de me tenir gentiment les cheveux en se foutant allègrement de ma gueule...
Si j'en avais eu la force, je me serais tournée pour lui vomir sur les pieds et lui faire comprendre le fond de ma pensée !

La seconde fois, j'avais été un peu plus retissante, me disant que l'expérience passée m'avait amplement suffi, mais j'avais fini à force de boire, par me laisser emporter par le groupe... D'autant que mon copain m'avait dit que l'effet serait différent et que j'allais voir des éléphants roses. Je ne savais plus trop ce que j'avais halluciné, mais en tout cas j'avais BEAUCOUP TROP ri et le lendemain avait été vachement moins violent...
Du coup peu à peu, occasionnellement, je me laissais couler dans cet univers avec Häns' et ses amis... Il me disait souvent de ne rien prendre sans lui, mais malheureusement je ne l'avais pas écouté. Son ami qui m'avait donné le cachet la première fois, me faisait de temps en temps des... cadeaux. Au début je les gardais pour nous, pour nos moments passés en tête à tête, mais il y a peu de temps, j'avais fait l'expérience toute seule. Je n'avais pas trop aimé ça à vrai dire, mais j'avais voulu une fois de plus me venger de mon père qui cette fois, avait eu l'extrême sympathie de ne même pas être à la maison avec nous pour fêter ses quarante ans...
Je l'avais tellement mal pris ! J'avais été tellement furieuse ! J'avais tout ravagé dans la cuisine, foutant le gâteau à la poubelle avant même que mon frère aie pu y toucher, jeté les plats ayant servis à sa confection dans le lave-vaisselle dont j'avais claqué violemment la porte, puis j'étais montée dans ma chambre dans laquelle je m'étais enfermée avant de tout retourner. Ma crise de nerfs avait été violente, avant de se transformer en crise de larme. J'avais lancé mes vêtements, shooté dans mes meubles, frappé mon oreiller... jusqu'à renverser une boite au fond de laquelle j'avais caché les "cadeaux" du pote de Hans' qui avaient une forme de cœur... Je les avais regardé pendant de longues secondes, puis j'avais essuyé mes joues et mon nez du revers de ma main avant d'attraper l'un d'eux et de le fourrer dans ma bouche et de l'avaler. Je n'avais aucune idée de ce que c'était ou de ce que ça allait me faire, mais je m'étais assise sur mon lit et j'avais attendu.
Les effets étaient arrivés environ 30 minutes après et ça avait été violent... Tellement qu'au matin, j'avais jeté le reste dans les toilettes tout en décidant de ne pas en parler à mon copain...

Depuis si je pouvais l'éviter, je ne me droguais plus seule. Avec Emmerich, j'étais en confiance. Il veillerait sur moi. Et lorsqu'il me dit "pas ici alors", je relevai mon regard vers lui, comprenant qu'il avait bel et bien un truc pour moi !
Je suivis la direction de ses yeux pour apercevoir au loin des policiers qui faisaient leur ronde dans le parc.
Emmerich se leva et me tendit sa main, que je pris en l'imitant. Les gens nous regardaient aux alentours, se disant probablement qu'on formait un charmant petit couple. Beh parfait qu'ils croient ça ! Si quelques uns des salopards qui s'en prenaient à lui pouvait nous voir, au moins ça donnerait peut-être un peu de répits à mon ami !

- Hmm... je réfléchis.

Où aller... Clairement pas chez moi ! Danny était rentré de sa colonie de vacances et collait au train de ma mère comme une sangsue en manque...
Quel dommage que Emmerich n'ait pas son propre appart' !

- Viens je sais.

Je l'entrainai à ma suite à quelques minutes à peine du parc où se trouvait une librairie qui avait fermé quelques mois plus tôt et dont la porte de derrière n'avais jamais été verrouillée. Nous étions tombée dessus par hasard avec Saskia. Elle s'y était appuyée afin de remettre sa chaussure et s'était cassée la figure à l'intérieur, le battant de la porte s'étant ouvert sans prévenir. En tout cas on ne viendrait pas nous déranger ici car on pouvait refermer de l'intérieur. Sas' et moi venions de temps en temps squatter lorsque nous voulions avoir un peu d'intimité. L'endroit était plutôt cool en plus. A part la poussière, rien n'avait bougé. Les livres étaient toujours sur les étagères bien qu'abimés et le courant était coupé mais les lampes semblant toujours attendre d'être allumées.
Je laissai tomber mon sac de mon épaule sur un des fauteuils et me jetai sur un des canapés tout en m'étirant.

- Vas y allume !

Les fenêtres de la librairie étaient couvertes de papiers journaux laissant passer la lumière à travers, ce qui nous abritait des regards indiscrets. On serait tranquilles ici.



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 652
Métier : (Étudiant) Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 3264
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Lun 3 Sep - 12:54


C'était dans des moments comme celui-là qu'Emmerich se détestait. Si seulement il pouvait se payer un appartement pour lui, ce serait tellement plus pratique. Mais il n'avait pas les moyens financiers. Il était hors de question qu'il demande à sa mère, il voulait se débrouiller seul. Mais pour ça, il devait réussir ses études ou se trouver un petit job comme plusieurs de ses potes. Il pensait notamment à Matthew qui accueillait souvent chez lui pour les soirées. C'était tellement pratique et bien moins cher. En plus, ils pouvaient consommer ce qu'ils désiraient sans risquer des problèmes. La police avait mieux à faire que de venir les chercher à l'appart' de leur pote. Comme par exemple, faire le tour des parcs pour repérer les drogués ou les mecs alcoolisés qui pouvaient effrayer les enfants en plein jour.  

Le blond savait que ce n'était pas une bonne idée d'aller chez sa mère ou chez Gabi. Si leurs parents leur tombaient dessus, ils auraient des ennuis. En particulier lui pour avoir osé inciter une mineure à consommer de la drogue en sa compagnie. Mais heureusement, sa voisine semblait avoir une solution. Parfait. Il se laissa guider jusqu'à la petite boutique qui avait mis la clé sous la porte depuis un petit moment. L'endroit ne semblait pas être repris, il y avait toujours le panneau à vendre sur la porte d'entrée. Mais Gabi l'entraîna vers une autre entrée.

"- Nice", commenta-t-il en regardant autour de lui pendant que son amie prenait place sur un des canapés. Il remarqua les petits écriteaux annonçant les prix cassés pour débarrasser les étagères avant fermeture. Il y avait encore beaucoup de livres, signe que les soldes n'avaient pas marchés. La plupart des gens allaient dans les grosses enseignes plus que dans les petites librairies. C'était sûrement pour ça qu'elle avait fermé, ne pouvant pas rivaliser. Même s'il était possible que la personne soit partie à la retraire sans trouver de successeurs. Emmerich se demandait s'il aurait accepté de reprendre une librairie si quelqu'un de sa famille le lui avait proposé. Mais vu qu'il ne lisait pas des masses, il n'aurait sûrement jamais réussi à faire marcher ce type de commerce. Pourtant, ça lui paraissait déjà plus intéressant qu'avocat ou patron d'une grande entreprise. Il n'avait vraiment pas envie de faire un travail juste pour le fric. Il savait qu'il allait devoir trinquer pendant des années alors il lui fallait quelque chose de passionnant. Mais comment pouvait-il trouver un boulot pareil s'il n'avait aucune passion ?

Emmerich esquissa un sourire lorsque Gabi lui ordonna d'allumer le joint. Elle était vraiment pressée. Il leva les yeux au ciel et se tourna vers elle. Il pouvait penser à son avenir plus tard, là il devait s'occuper de sa voisine.

"- Qu'est-ce qu'on dit ?", Lança-t-il taquin, en tenant l'objet au bout de ses doigts. Il faisait exprès de prendre son temps. Il s'en foutait d'avoir un merci, mais il avait envie d'embêter un peu la jeune fille. Après tout, si elle n'était pas accro, elle pouvait bien attendre quelques instants. Surtout qu'il faisait exprès de faire comme s'il ne trouvait pas son briquet.

Lorsqu'il le sortit enfin de sa poche, il alluma le joint qu'il avait calé entre ses lèvres avant d'en prendre une bouffée. Honneur aux dames ? Seulement si elles étaient polies, ce qui n'était pas le cas de Gabi tout de suite. Il s'approcha d'elle, toujours pas décidé à lui passer ce qu'il tenait entre les doigts. Il sourit avant de lui souffler la fumée à la figure.

"- Alors ?"
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 339
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1101
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Lun 3 Sep - 15:52


EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell



Nice oui ! J'aimais bien venir ici. Même si c'était craspouille, au moins personne ne venait jamais nous déranger et il y avait une ambiance assez sympa. Le bâtiment était vieux et l'intérieur plein de charme. Les escaliers en fer forgé grimpaient en colimaçon de part et d'autre de la pièce vers de interminables étagères vides. Ce n'était pas immense, mais plein de charme. Ca devait être vraiment classe ici avant la fermeture. Une petite boutique sortie tout droit du victorien. Les gens ne s'intéressaient plus à ce genre d'endroit et c'était dommage. Aujourd'hui, tout passait par internet et les grandes enseignes. Les petits commerces comme celui-ci ne pouvaient pas lutter.

Alanguie sur le canapé, je souriais tout en regardant Emmerich contempler les lieux. Il semblait plongé dans ses pensées et je me demandais bien ce qu'il pouvait y avoir dans sa jolie tête blonde. Il attendait quoi pour allumer le joint !
Je le pressai un peu et il se tourna vers moi, l'œil rieur. Je connaissais ce regard là ! Il avait décidé de me faire chier ! Tsss il choisissait bien son moment...

- Magne-toi ? suggérai-je en gloussant, répondant à sa taquinerie.

Je laissai glisser mes yeux bleus vers l'objet de mon désir qu'il tenait du bout de ses doigts. Il prenait délibérément son temps cet enfoiré, ce qui m'amusait, mais m'agaçait en même temps au très profond de moi. La sensation de manque n'était pas encore flagrante lorsque je l'éprouvais. Je n'étais pas une junkie non plus.
Mais la dépendance s'insinuait lentement et discrètement en moi, tel un serpent qui se serait secrètement faufilé sous ma peau et y aurait planté ses crocs. Le poison coulait, inoffensif pour le moment bien que légèrement piquant...

- Allez arrête ! lui balançai-je un coussin en riant lorsqu'il fit mine de chercher son briquet.

Je me sentais pressée de tirer une première latte, mais je n'allais pas non plus me jeter sur Emmerich pour le lui arracher.
Cela dit, je ne le lâchai pas du regard lorsqu'il s'approcha de moi en allumant notre petite occupation pour le reste de l'après-midi... Il aspira puis me souffla la fumée au visage qui emplit mes narines d'une odeur familière et délicieuse.
Hmmm... Rien que ça, ça faisait du bien. En revanche, ça décuplait mon envie !

En temps normal, ou même encore il y a une heure, je me serais levée afin de lui faire face et j'aurais joué de mon charme afin de détourner son attention et lui subtiliser le joint gaiement. Je me serais avancée à quelques centimètres à peine de son visage, mon regard hypnotique ancré au sien, j'aurais flirté avec sa tentation de moi et à deux doigts de l'embrasser, je me serais éloignée dans un éclat de rire triomphant, le joint en main.
Mais ça, c'était avant de savoir qu'il était gay...

Du coup au lieu de ça, je l'attrapai par le bras et l'attirai à côté de moi sur le canapé avant de lui plaquer un bisou sur la joue.

- Merciiii !

Je lui taxai la cigarette roulée et m'allongeai, ma tête sur ses cuisses avant de tirer dessus avec plaisir. Roh bon sang ce que ça faisait du bien !
Je fermai mes yeux et expirai la fumée, savourant la sensation, hâtive de ressentir les premiers effets, qui allaient arriver très vite. J'avais détesté la plupart des drogues que j'avais testé avec Emmerich et les autres. A part les hallucinations. On s'était tapé des barres mémorables !
Mais celle-là, j'y étais accro. Dans ma tête, ce n'était pas à la drogue que j'étais addict ! Juste à ce que je ressentais après l'avoir fumée. Cet état de détente et de bien-être. Cette euphorie qui donnait envie de rire pour un rien. L'impression que le temps ralentissait alors que tout le reste s'intensifiait... Voilà ce après quoi je courais. Parce que ça me libérait. Mais en aucun cas je soupçonnais le fait que je commençais à en être dépendante. Vraiment pas...

Je pris une seconde bouffée et rendis le joint à Emmerich afin qu'il puisse en profiter aussi.
Après tout, c'était comme le sexe : vachement plus drôle à deux !

- T'as un mickey qui pendouille, remarquai-je en admirant son nez du dessous avec une concentration extrême.

Non c'était pas vrai, haha. Il n'y avait rien à signaler. Mais j'avais envie de l'embêter moi aussi. Avec un peu de chance, par reflex il s'empresserait d'aller essuyer ses narines un peu trop vite et se ferait mal des suites du coup de poing qu'il avait reçu.
Ca lui apprendrait à me faire languir !



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 652
Métier : (Étudiant) Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 3264
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Lun 3 Sep - 22:19


Ce n'était pas avec n'importe qui qu'Emmerich pouvait jouer à ce petit jeu, surtout si c'était avec une fille. Certaines pourraient prendre ça pour de la drague. À part Gabi et ses soeurs, aucune autre femme n'était au courant de son secret. Il tentait de rester distant avec celles qui ignoraient sa sexualité. Il ne voulait pas donner de faux espoirs. Même si parfois dans le feu de l'action, il pouvait faire des gaffes. Il ne pouvait pas s'amuser à surveiller chacun de ses gestes et de ses paroles, ça finirait par le tuer à force. Il faisait déjà suffisamment attention avec ses potes. Parfois, il rêvait de pouvoir leur dire sans crainte ce qu'il cachait. Mais la peur était plus forte.

Emmerich ne résista pas lorsque Gabi l'attira à ses côtés. Il se laissa même tomber avec plaisir dans le canapé qui semblait assez confortable. Il aurait presque envie de connaître la véritable apparence de cette librairie lorsqu'elle était encore en activité. D'un autre côté, cet aspect délabré et abandonné lui donnait un certain charme. C'était plaisant de pouvoir se poser ici sans avoir à supporter le regard des gens. Le blond savait que les passants le jugeaient constamment, soit parce qu'il était couvert de blessures, soit parce qu'il se cachait sous sa capuche, lui donnant un air de voyou. Il ne parlait même pas des deux combinés...

"- You're welcome", Lança-t-il lorsque son amie eut récupéré le joint. Il aimait bien parler anglais. C'était peut-être la seule matière où il était bon sans se forcer. C'était venu naturellement et à force de traîner sur le net, il avait un bon niveau. Mais ça, si personne ne le lui disait, il n'y prêterait jamais attention.

Laissant une nouvelle fois son regard se promener sur les rayons des étagères, Em' sentit qu'il ne pourrait pas échapper à ses pensées. Même le joint ne semblait pas assez efficace pour le distraire. Mais c'était qu'une question de temps avant qu'il se laisse aller et oublie ses problèmes d'avenir qui le tourmentaient depuis des années. Il ne l'avait jamais avoué et il se demandait si quelqu'un avait compris ce qui se tramait dans sa petite tête. Il y avait de grandes chances que non, sinon la personne aurait pris le temps de lui en toucher deux mots.

Machinalement, le blond récupéra le joint et pris une bouffée. Il avait besoin de penser à autre chose. Heureusement, Gabi était là et elle ne le laissa pas se perdre dans ses pensées trop longtemps. Bien sûr, en entendant sa réflexion, il leva les yeux au ciel. Hors de question qu'il touche à son nez aujourd'hui. Il comptait le laisser se reposer. Il avait assez souffert comme ça. Et puis, tant qu'il n'était pas gêné, il ne voyait pas l'intérêt de se faire du mal.

"- Et bien admire-le bien, car tu risques de le voir un moment !"

Seconde bouffée. Emmerich ferma les yeux en passant la cigarette roulée à sa voisine. Il prit son temps pour savourer et expirer la fumée qui avait envahi son corps. Il commençait à se sentir un peu mieux, moins perturbé. C'était la présence de son amie combiné à la drogue qui lui faisait un bien fou.

"- Par contre, s'il tombe, ce sera toi la première touchée !"

Oui cette discussion était ridicule. Mais c'était toujours plus agréable que de balancer qu'il ne savait pas quoi faire de sa vie. Il refusait de repartir sur un sujet délicat. Il en avait assez dit pour le moment. Il réservait le reste pour une prochaine fois, s'il y en avait une.
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 339
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1101
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Lun 3 Sep - 23:22

Je ris en le voyant lever les yeux au ciel. Tsss il commençait à beaucoup trop bien me connaître c'était pas drôle ! Il ne tombait plus dans mes blagues débiles.
Je le regardai tirer sur le joint et le savourer, scrutant ses traits. Il semblait soucieux. Encore et toujours... Em' était plus complexe qu'il n'y paraissait. Beaucoup ne le voyaient que comme un jeune un peu pommé et peut-être avaient-il raison dans un sens, mais je voyais tellement plus en lui qu'un mec de 23 ans torturé par sa sexualité...
Il était mignon, il avait l'esprit vif, il répondait toujours présent pour ceux qu'il aimait, il était débrouillard... Ce mec était un trésor et j'avais l'impression qu'il ne s'en rendait pas forcément compte. Si il continuait comme ça, je me ferais un devoir personnel de lui remettre les idées en place !

On formait un beau couple tiens ! Chacun au supplice de ses pensées... Chacun cherchant à fuir quelque chose dont on n'arrivait jamais à se débarrasser car c'était bien trop ancré en nous... Nous avions des problèmes différents dans nos vies, mais nous portions un fardeau semblable lui et moi.
Emmerich ne savait pas autant de chose que Ida sur ma relation complexe avec mon père, mais je ne doutait pas qu'il devait s'en douter un peu... Je me refermais toujours lorsque mon paternel arrivait sur le tapis. Et il n'était pas rare de m'entendre me discuter avec lui lorsque l'on passait devant la maison et qu'une fenêtre ou la porte était restée ouverte. Le jardin entourant la villa avait beau être gigantesque, j'avais de la voix et lorsque j'étais en colère contre lui, je ne me privais pas pour le lui faire comprendre...

Je repris la cigarette à mon ami et la portai à nouveau à mes lèvres. L'avantage avec la marijuana fumée, c'était que les effets arrivaient beaucoup plus vite et je sentais déjà mon corps se détendre et se laisser emporter dans cette douce torpeur.

- Par contre, s'il tombe, ce sera toi la première touchée !
- Ah t'es dégueu,
éclatai-je de rire.

Je toussai, ayant avalé la fumée de travers et me redressai afin d'essayer de reprendre mon souffle. Ah la vache ce que ça faisait mal ! Ma gorge se mit à me brûler atrocement et ma quinte de toux redoubla. Je me tapai la poitrine du poing alors que mes yeux rougis se remplissaient de larmes, jusqu'à ce qu'enfin je parvienne à nouveau à respirer.

- Aheum ! Aheum !

Ouh bon sang !
Enfin calmée, je jetai un regard torve vers le responsable de ma presque mort et me rallongeai sur lui, me disant que si Hänsel nous surprenait comme ça, il pèterait un câble. Et pour le coup, pas sûre que le fait que Emmerich soit gay bien que mon copain l'ignore, allègerait la "gravité" de la chose.
Il était tellement possessif et jaloux ! A vrai dire ce n'était pas vraiment pour me déplaire. C'était même super flatteur qu'il ne supporte pas qu'un autre mec me touche. J'en jouais même au début de notre relation. Mais bon des fois il abusait un peu quand même...
Combien de fois avait-il provoqué des bagarres dans la rue ou dans les bars juste parce qu'on m'avait lorgné d'un peu trop près ? J'avais fini par croire qu'il aimait se battre et qu'au fond je n'étais qu'un prétexte !
Je me demandai si Jesse était ainsi... Non. Probablement pas. Il semblait beaucoup plus posé. Beaucoup plus mature. Bordel je n'arrivais vraiment pas à me le sortir de la tête lui ! J'y pensais tous les jours ! Son regard, son sourire, son rire... J'avais encore le souvenir de la sensation de sa main chaude sur ma joue lorsqu'il était venu à mon secours après que j'ai chuté sur la glace...

- Hmmm ! Tu sais pas ? J'ai rencontré le plus beau mec du monde y'a quelques jours...

Oula qu'est-ce que je venais de dire moi...?! La drogue commençait à délier ma langue ! Hänsel était un ami proche de Emmerich... Parler d'un autre devant lui n'était peut-être pas la meilleure des idées...
Roh puis zut. J'avais juste dit qu'il était beau. Pas que j'allais m'enfuir avec. De tout façon je ne le reverrai jamais... Ce moment avec lui avait été magique, inoubliable, mais éphémère. Quelque part, ça le rendait peut-être encore plus beau.

- C'était à la patinoire pendant mon entrainement. Je suis tombée et il a volé à mon secours tel un chevalier en armure. Ca existe encore !
Tu sais que je vais faire les sélections des championnats d'Allemagne ?


Je fumai encore un coup et lui repassai la cigarette, avant de me redresser d'un bon et de me lever, lui faisant face !

- Regarde je vais te montrer !

Oula ! Le sol tanguait un peu.
Mais qu'à cela ne tienne ! Je me mis en position de départ, retrouvant une grâce plus ou moins précaire dans mes mouvements à cause de la drogue dont les effets se diffusaient de plus en plus en moi, puis fredonnait la chanson de mon enchainement avant de faire mine de commencer à glisser sur le plancher poussiéreux de la bibliothèque.
Je pouffai de rire :

- Ça glisse moins que la glace !

Et pour cause........
Mais je ne me décourageai pas et me mis à essayer de danser et de lui montrer mon enchainement. C'était bizarrement vachement plus dur sur la terre ferme que sur la patinoire, ce qui me valu quelques fou rires mais je persistai !
Je bougeai mes bras telle une danseuse étoile, pointai mes pieds, sautai, tournai... Dans ma tête c'était super joli, mais alors en vrai ça devait ressembler à du gros n'importe quoi...
Rien à faire ! Je continuai sûre de moi, le regard concentré et pris mon élan pour exécuter mon triple tour, sauf que la tête me tournait à force et je retournai m'écrouler contre Emmerich avant d'éclater de rire.

Je lui piquai le joint de sa bouche et tirai une latte à mon tour avant de le lui recoller entre les lèvres et d'à mon tour, lui souffler la fumée au visage.

- Que dites-vous de ÇA monsieur !

Si je ne gagnais pas les championnats d'Allemagne avec un programme pareil, il n'y avait pas de justice !



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 652
Métier : (Étudiant) Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 3264
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Ven 7 Sep - 13:52


Lorsque Gabi avala de travers et toussa vivement, Emmerich sentit l'inquiétude le gagner. Il n'était pas entièrement fautif de ce qui était en train d'arriver, vu que Gabi l'avait lancé sur le sujet et qu'il s'était contenté de réagir à ses propos, mais il s'en voulait de l'avoir fait rire au mauvais moment. Heureusement la toux de la jeune fille se calma, le rassurant en même temps. Il n'eut même pas le temps de lui demander si ça allait qu'elle le foudroyait et se rallonger sur lui. Il esquissa un petit sourire désolé avant de lui caresser légèrement la tête.

"- Allez c'est fini pour toi ! Tu as assez fumé !", Dit-il pour la taquiner en essayant de reprendre le joint qu'elle tenait. Mais elle le laissa pas faire, lui faisant bien comprendre que ce n'était pas sa quinte de toux qui allait la dégoûter. Elle était plus forte que ça. Il abandonna son petit jeu lorsqu'elle lui confia avoir vu le plus beau mec du monde. Rien que ça !

Emmerich bugua légèrement sur le coup. Il ne s'attendait pas à une telle confidence. Dans quel sens devait-il le prendre ? Avait-elle des problèmes avec Hänsel ou avait-elle juste flashé sur quelqu'un dans la rue ? Ce n'était pas parce que quelqu'un était en couple qu'il ne pouvait plus reconnaître la beauté d'une autre personne. Du moins, ce n'était pas une réaction qui choquait le blond. Après niveau expérience de couple, il n'était pas le mieux placé. Mais Gabi était jeune, Hänsel et elle s'entendaient bien, ils formaient un beau couple mais ce n'était pas pour autant que ce serait l'amour à vie.

Heureusement, Gabi ne le laissa pas mariner longtemps puisqu'elle expliqua sa rencontre avec ce fameux beau gosse. Avec ça, le blond comprit un peu mieux la situation. Il imaginait la rencontre, telle une scène de films -ce qui le fit rire malgré lui. Finalement les filles des séries et autres histoires étaient bien pareilles dans la vraie vie, elles se laissaient séduire par les princes charmants. Sa beauté pouvait être exagéré par son sauvetage. Ce n'était pas Hänsel qui se jetterai sur la glace pour se précipiter vers sa belle. Du moins, Emmerich l'imaginait plus se moquer d'elle sur le coup puis s'inquiéter s'il voyait qu'elle peinait. Car on avait beau dire mais il tenait à elle.

La conversation changea encore, passant aux championnats d'Allemagne.

"- Oui, merci, j'en entends assez parler pour être au courant !"

Ida vantait les prouesses de sa meilleure amie. Elle avait bien raison, Gabi était vraiment douée. Emmerich n'allait pas souvent la voir mais il l'avait déjà vu patiner et il voyait bien qu'elle se débrouillait très bien. Elle méritait de réussir.

"- Pas sûr que ce soit une bonne idée", Lança Emmerich en s'allongeant sur le canapé maintenant qu'il avait la place pour lui seul. Il admira son amie avancer pas aussi sûre d'elle que d'ordinaire. La drogue faisait son effet, le blond savait qu'il était mieux tranquille à ne pas bouger trop. Il espérait juste qu'elle ne ferait pas de chute qui la blesserait. Ce serait bête de se faire mal avant les championnats. Mais cette idée ne l'effleura pas assez pour la mettre en garde avant qu'elle se lance dans sa danse.

"- Quoi tu veux qu'on trouve du savon et de l'eau pour que tu puisses glisser ?", Lança-t-il en riant à son tour, "Vaut mieux que ce soit comme ça, tu risques moins de te casser la figure ... Déjà que tu tiens à peine debout !"

Comme pour lui donner tord, elle continua de lui montrer son enchaînement. Même si ce n'était pas très fluide et entrecoupé de fou rire, Emmerich sentait qu'elle l'avait vraiment travaillé. Il avait bien envie de voir ce que ça pouvait donner en vrai, lorsqu'elle était sobre et sur la glace, et non sur un parquet poussiéreux. Il était persuadé que ça devait être bluffant ! Elle avait de la chance d'avoir une passion. Si ça ne lui plaisait pas vraiment, elle ne serait pas là en train de lui montrer son enchaînement.

Alors que le joint diminuait petit à petit, Emmerich ne quittait pas des yeux sa voisine. Celle-ci continuait de lui vendre du rêve, même si pour le moment il trouvait ça plus amusant que magnifique. Mais d'un coup, comme il l'avait prévu, elle perdit l'équilibre et lui tomba dessus. Si sur le moment le blond grimaça un peu, il se retrouva vite pris d'un fou rire. Gabi put donc facilement lui piquer le joint des lèvres avant qu'il ne tombe. Il essayait d'imaginer la réaction du jury face à cette performance des plus nobles. Il ne pouvait pas nier que la jeune fille avait été courageuse de tenter l'expérience sur un parquet au milieu d'une petite boutique abandonnée. Il se calma assez rapidement, le temps qu'elle tire sur le joint et lui souffle à la figure avant de le lui rendre.

"- Je suis complètement ébloui par ta grâce et ton talent ! C'était spec-ta-cu-laire, en particulier la chute de fin !"

Oui, il se moquait de Gabi mais il le faisait gentiment. Il savait qu'elle était douée et il avait confiance en elle pour s'en sortir brillamment lors des championnats.

"- Mais j'ai bien envie de voir ce que ça peut donner en vrai", Rajouta-t-il pour bien faire comprendre qu'il croyait en elle.

Emmerich se cala sur le dos, pas motivé pour laisser la place à Gabi. Il admira le plafond recouvert de toiles d'araignée tout en consommant à nouveau le joint. Au fond, il était jaloux de Gabi. Elle avait une passion qui la motivait et la poussait à donner le meilleur d'elle-même. Lui de son côté, il se sentait vide. Il ne trouvait rien qui le passionnait. Mais ce n'était pas sa jalousie qui allait l'empêcher d'encourager son amie et de la soutenir. Il continuerait d'apprécier son talent. Sur cette pensée, il tendit le joint à la jeune fille, ne décrochant pas son regard du plafond. Il pouvait rire mais l'instant d'après ses problèmes le rattrapaient. Il en avait marre. Heureusement la drogue l'aidait à y penser moins et à rester détendu.

"- Hm, mets de la musique !", Lança-t-il soudainement alors qu'il avait la flemme de le faire lui-même. Pourtant son portable était à portée de main. Il pensa même à rajouter un "S'il te plaît" avant que Gabi puisse l'embêter avec les formules de politesse comme il l'avait fait tout à l'heure.
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Gabi Rosenthal
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 339
Métier : Lycéenne
A Hamburg depuis : 1 an
Points : 1101
Date d'inscription : 09/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t953-gabi-rosenthal-telleme
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Mer 12 Sep - 0:59

[quote="Gabi Rosenthal"]

EMMERICH & GABI

We all have stories we won't ever tell



Je ne pris pas la peine de bouger de sur Emmerich après y être tombée. Après tout, il avait piqué ma place. Je me calai donc à moitié contre lui sur le canapé qui heureusement était assez large et ris lorsqu'il m'avoua être ébloui par ma performance, non sans oublier d'y ajouter une petite pique de son cru quant à ma chute.

- Hé des mois d'entrainement mec ! fanfaronnai-je avec fierté.

Bon sang j'avais la tête qui tournait ! Le joint et le "patin" ça ne faisait pas bon ménage ! Mais bon sang ce que ça faisait du bien de s'échapper. De cesser de réfléchir et de se laisser porter par cette sensation de légèreté et d'insouciance. J'en avais bien besoin...

- Tu peux passer me voir m'entraîner quand tu veux tu sais ? Envoie-moi juste un texto avant que je prévienne le gardien de te laisser entrer.

Les jours d'entrainement, la patinoire était fermée au public. Surtout lorsque l'on déroulait les programmes des qualifications.
J'avais toujours adoré le patinage artistique, mais je ne m'étais jamais autant investie dedans que depuis que mon coach m'avait dit que j'avais un vrai don et étais capable d'aller en compétition et même de gagner. Depuis, je travaillais d'arrache pied, conciliant au mieux tout ça avec les cours, même si ce n'était pas évident.
Heureusement avec les vacances d'été, j'avais tout le temps que je voulais mais bientôt je devrais retourner au lycée et le conflit recommencerait... Ma moyenne avait été un peu moins bonne cette année et mon père me l'avait évidemment reproché.
Sauf qu'il avait évidemment "oublié" de prendre en compte qu'avec le déménagement, j'avais peut être pu être un peu déstabilisée ? Contrariée ? Je n'avais pas demandé à venir à Hambourg. Mes parents l'avaient décidé pour mon frère et moi sans nous demander notre avis. Danny était petit donc il s'en foutait, mais moi j'avais du laisser toutes mes repères, tous mes amis et toutes mon club de patinage.
Alors oui j'avais eu de moins bons résultats en cours, mais franchement je ne m'en étais pas si mal sortie que ça pour autant !

- Em' bouge un peu là ! le poussai-je en me dandinant avant de remarquer son air grave. Hé, ça va ?

Il semblait perdu dans ses pensées tout d'un coup. Et des pensées pas très réjouissantes. J'avais déjà remarqué à plusieurs reprises que ça lui arrivait régulièrement de faire ça. Parfois son regard partait loin et son visage se fermait.
Em' était assez secret et aujourd'hui je comprenais pourquoi, mais je commençai à croire que son homosexualité n'était pas la seule chose qui lui pourrissait la vie. Il y avait autre chose et sans doute même une chose qui le bouffait plus encore.
Si la drogue ne m'avait pas totalement assommée, je me serais déjà redressée afin de lui tirer les vers du nez, mais là j'étais bien trop à morphe.

- J'ai quasi plus de batterie. Donne ton tel.

Je le pris sans lui laisser le temps de me le passer et pianotai dessus afin de lancer une playlist au hasard. Par chance, nous avions plus ou moins les mêmes goûts, même si sur mon portable j'avais des chansons un peu plus romantiques cachées quelque part. J'avais un côté princesse/fleur bleue/romantique que je ne montrai pas forcément, mais qui était pourtant bien là.
Chose faite, je tirai une nouvelle latte sur le joint qui serait bientôt terminé et le rendis à Emmerich avant de me redresser et de me mettre à califourchon sur lui, puisque monsieur semblait bien décidé à ne pas me laisser un petit coin de canapé !

- Bon et sinon ? Y'a quoi d'autre quoi t'embête ?

Nous en étions aux confidences après tout !

- Crache le morceau ! Allez dis, dis, dis, dis, dis ! Ché lé moyens dé té fair' parler !

Je le piquai de mes doigts dans chaque recoin de ses côtes, le soumettant à la torture des chatouilles !



Love Me Daddy...
And all those things I didn't say.
Wrecking balls inside my brain.
I will scream them loud tonight.
Can you hear my voice this time?

Revenir en haut Aller en bas

Emmerich Hohendorf
L'âge n'a pas d'emprise sur moi
avatar

Messages : 652
Métier : (Étudiant) Agent d'accueil au musée
A Hamburg depuis : 5 ans
Points : 3264
Date d'inscription : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
http://40isthenewsexy.forumactif.com/t1175-emmerich-i-can-and-i-
MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   Ven 14 Sep - 11:39


Maintenant, il ne lui restait plus qu'à aller voir en vrai ce dont Gabi était capable sur la glace. Il était persuadé qu'il serait vraiment ébloui cette fois. Il avait confiance en son amie. Il savait qu'elle était douée. Il en entendait parler assez souvent, surtout avec Ida qui la connaissait bien. Et puis, même s'il s'était moqué de la jeune fille après sa démonstration sur le parquet poussiéreux de la librairie abandonnée, Emmerich avait quand même vu à quel point elle aimait ça et qu'elle avait travaillé son enchaînement. C'était ça qui le poussait à la jalouser. Il rêvait de trouver quelque chose qui le passionnerait et le motiverait autant. Mais pour le moment, il avait l'impression qu'il n'avait rien.

Gabi ne sembla pas louper le moment où Emmerich se perdit dans ses pensées avant de réclamer de la musique. Elle était bien plus attentive qu'il le pensait. Mais il se contenta d'une réponse simple, refusant d'entrer dans les détails. Il n'arrivait pas encore à parler de ses problèmes d'avenir. Déjà mentionner son homosexualité était un grand pas pour lui. Il avait encore besoin de temps pour le reste. Surtout qu'il avait peur que personne ne puisse le comprendre sur ce point. Après tout, il avait tout pour réussir. Il n'était pas idiot, sa mère pouvait lui financer les études qu'il voulait. Mais il restait là à saboter son avenir, dans l'espoir de ralentir le moment où il devrait réellement choisir sa voie.

"- Ouais ça va, je veux juste de la musique", Souffla-t-il comme réponse. Il laissa son amie lui piquer son téléphone. Il n'avait plus aucune motivation. Même si la drogue le détendait, il restait encore pris d'assaut par ses pensées et ça lui vidait toute son énergie. C'était fou d'être autant perturbé à son âge. Normalement les jeunes profitaient de la vie, poursuivaient des études, avant de se retrouver confronter au monde des adultes. Même si à dix-huit ans passés, les jeunes étaient adultes, ils n'étaient que rarement confrontés à la dure réalité du monde du travail et de l'indépendance. Ils s'y retrouvés petit à petit, encore entourés par les adultes, les vrais. Mais pour Emmerich, qui ne trouvait pas sa voie, les problèmes ne faisaient que s'accumuler et il ne trouvait personne à qui se confier. Il avait déjà du mal à parler de sa sexualité qui pouvait être un sujet tendue selon la personne à qui il s'adressait, alors parler de son avenir lui semblait encore et toujours impossible.

Lorsque la musique résonna, le blond ferma les yeux. Il avait du mal à s'en passer. Il aimait travailler en musique, il en écoutait dès qu'il le pouvait. C'était pour ça qu'un de ses potes l'avait poussé à jouer de la guitare. Emmerich n'avait pas osé se lancer jusqu'au moment où son ami lui avait prêté la sienne. Maintenant, il rêvait de s'en acheter une mais pour une raison qu'il ignorait, il ne trouvait pas le courage de le faire. Il se sentait con. Mais au moins, il pouvait piquer celle de son pote. Il lui arrivait même de l'embarquer à la fac, de se caler dans un coin, et de jouer plutôt que d'aller en cours. Personne ne venait l'embêter. Personne ne le jugeait vraiment. Ou alors il ne s'en rendait pas compte.

"- Hm ?", Fit-il lorsque Gabi lui redemanda ce qui l'embêtait. Elle avait remarqué l'état d'Emmerich. Elle sentait qu'il y avait plus que son homosexualité qui posait problème. Le blond soupira, avant de tirer une latte du joint.

"- Rien", Dit-il en n'ayant pas la moindre honte de mentir à Gabi à ce sujet. Il avait pris l'habitude de le faire depuis des années. Son mal être ne datait pas de la veille. Oh que non, il avait lentement mûri et le rongeait de plus en plus. Mais persuadé qu'il ne serait jamais compris par personne, à force de voir les adultes le juger comme étant un cas perdu, Emmerich avait fini par tout garder pour lui au risque de se faire déborder.

Le blond tendit la fin du joint à son amie mais celle-ci décida que sa réponse n'était pas suffisante. Elle se mit à l'attaquer, gentiment, en appuyant de ses doigts au niveau de ses côtes. Emmerich se tordit, essayant d'esquiver la torture mais il était bloqué. Il n'avait pas fait de place sur le canapé pour Gabi alors elle s'était bien calée sur lui, l'empêchant de s'échapper. Il pourrait la faire basculer sur le côté s'il le voulait, mais il ne tenait pas à la blesser. Ils avaient bien fumé et n'avaient pas forcément tous leurs réflexes.

"- Sto-op !", tenta-t-il de dire alors qu'il se mettait à rire, délaissant ses pensées négatives dans un coin. Mais ce n'était pas évident de parler ou de bloquer son amie. Il essayait avec une main. Tout ce qu'il avait réussi à faire c'était de bloquer un de ses poignets tandis qu'il tenait encore le joint dans son autre main. Elle avait donc encore une main pour l'attaquer.

"- Je vais bien !"

Il ne pouvait pas dire que ça allait mal. Il refusait d'admettre cette vérité. Il préférait se voiler la face à lui-même. C'était tellement plus simple comme ça. Mais il savait que ça ne suffirait pas à la demoiselle. Il allait devoir trouvé quelque chose pour satisfaire sa curiosité et expliquer les moments où il avait perdu son sourire, perdu dans ses pensées.

Il profita du moment où son amie calma un peu le jeu pour reprendre la parole.

"- Je pensais juste à la rentrée et cette foutue année que je dois retaper. J'ai presque envie de faire comme Hänsel et prendre une année sabbatique."

C'était plus ou moins la vérité. Emmerich savait juste qu'une année sabbatique ne serait pas la solution à son problème. Et il n'était pas sûr que sa mère accepte qu'il délaisse la fac pour ça. Même si honnête, ça lui reviendrait moins cher vu comment le blond sabotait ses années maintenant.

"- Mais c'est pas important. Ça te dirait pas qu'on sorte en soirée ?"
(c) Lil's

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi   

Revenir en haut Aller en bas
 
We all have stories we won't ever tell ♦ ft Gabi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» California Stories
» Stories FM
» Animation Ghost Stories
» « but these stories don't mean anything when you've got no one to tell them to. » ♔ NOLAN ♡.
» Mes Stories ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
40 is the new sexy :: Espace détente :: Les vieux papiers :: Anciens rp-
Sauter vers:  
L'intégralité du forum appartient à ses administratrices: crackintime, London , Warren et Elsy. Toute reproduction partielle ou totale de son contenu est interdite.
© 40 is the new sexy